46 543 Avis BD |20 181 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le chant d'Anoroer
 

Servitude, tome 1 : Le chant d'Anoroer

 
 

Résumé

Servitude, tome 1 : Le chant d'AnoroerAfin d'acceder au résumé de Servitude, tome 1 : Le chant d'Anoroer, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Servitude, tome 1 : Le chant d'AnoroerDéjà la couverture assez rude et aux tons sépia comme le reste du graphisme est splendide et pousse à la lecture de ce premier des cinq tomes prévus par les auteurs de "Live war heroes".

Passé le cap de la couverture, les premières pages nous installent déjà confortablement dans ce nouvel univers médiéval fantastique à l’aide de la retranscription d’un chant traditionnel d’Anoroer et d’une carte du Royaume des Fils de la Terre. Un univers où Géants, Dragons, Sirènes, Anges et Fées ne sont plus que mythes et où les Fils de la Terre sont maîtres du Royaume.

C’est dans cet univers qu’apparaît le héros Kiriel, maître d’arme du Roi et prêt à épouser la fille de ce dernier. Ils se marieront, mais ne vivront pas vraiment heureux et n’auront pas beaucoup d’enfants, car Kiriel, aux intentions plus nobles que sont sang, va se retrouver dans un merdier pas possible. Des Drekkars qui foutent le bordel, des Dragons qui sortent de leur mythe, lutte de pouvoir au sein du Royaume et trahisons familiales vont rythmer ce premier tome qui ne se limite pas à une brillante mise en place.

A la limite, cette touche finale de fantasy n’est pas vraiment nécessaire car l’histoire médiévale de base se suffit à elle-même. On sent pourtant que le fantasy va venir jouer un rôle plus important dans les tomes suivants, espérons juste qu’on évitera les dérapages classiques du genre (et de l’éditeur).

Le graphisme et sa colorisation sépia est pour le moins surprenant de la part d’un éditeur qui a plutôt l’habitude d’employer des techniques numériques et des couleurs plus vives (criardes) dans ses mondes de fantasy. Le dessin travaillé main et très clair d’Eric Bourgier est donc une très agréable surprise. Un dessin qui connaît encore quelques imperfections minimes en début de tome, mais pas de quoi gâcher notre plaisir visuel. Une ambiance proche du noir et blanc qui sied à merveille à cet univers médiéval classique.

Au final on se retrouve avec un album copieux (une soixantaine de pages) installant de façon compréhensible cet univers médiéval et ses personnages et développant en arrière-plan un mystère flirtant avec le fantastique, avec d’étranges personnages masqués aux intentions intrigantes et d’énigmatiques guerriers qui s’entraînent en plein désert.

Une série à suivre de près et avec grand intérêt.


Chronique rédigée par yvan le 10/06/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 4,45
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.23
Dépôt légal : Mai 2006

Avis des lecteurs

13 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Servitude, tome 1 : Le chant d'Anoroer, lui attribuant une note moyenne de 4,23/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 10 2013
   

Les avis précédents ont déjà quasiment tout dit, et ne peux que me ranger dans cette succession d'éloges. Le dessin est remarquable de précision, de réalisme, de finesse. La couleur discrète en révèle chaque trait, et sublime les actions. Le scénario s'inscrit dans un univers riche, un monde à la topologie détaillée, présentée sous forme de carte, un monde résultant d'une histoire plus ancienne, présentée sous forme de poème moyennageux : on débarque dans un environnement maîtrisé, fruit d'une histoire que l'on apprend à apprécier. Le scénario en lui-même est certes plus convenu : ce sont les prémisces d'une guerre, avec des provinces qui commencent à se rebeller contre le roi commun, sous l'influence d'une quelconque force invisible. L'univers est vaste, les différentes familles sont bien identifiées, et si certains passages semblent plus obscurs, c'est que des mystères restent entiers à dessein afin de ménager la suite des événements. Au milieu de tout cela, on a un héros Kiriel, qui épouse la fille du roi : encore une fois, l'image d'Epinal du gentil couple prince/princesse... sauf que le prince est roturier, que la princesse n'est pas forcément très franche du collier, et que les événements sont plutôt inattendus pour la lune de miel de ces deux-là. Autant d'éléments qui viennent enrichir les personnalités présentées.

En bref, c'est joli, c'est maîtrisé, et il y a une vraie maturité dans cette histoire. C'est enthousisamant.

10 11 2012
   

J'ai été impressionné par la qualité de ce volume. (surtout pour un album Soleil).
Dès la couverture, graphiquement, on sent une grande maîtrise de la part d'Eric Bourgier. Le trait est réaliste, précis, riche en détails. De plus, la mise en couleur dans des tons de sépias renforcent le côté récit moyenâgeux et épique du scénario.
Le dit scénario qui n'a rien à envier à la qualité du dessin. En effet, on sent que Fabrice David a voulu développer un monde complet, avec son passé, sa cartographie, ses croyances. Et s'est assez bien fait.
Le seul petit bémol, c'est je trouve, une utilisation peut -être un peu rapide de certains personnages, par exemple les enfants du roi, qui semblent être importants en début de tome, mais dont on s’aperçoit assez vite qu'ils ne sont pas si centraux que ça.
Un beau premier tome qui donne envie de lire la suite.

Outang :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
30 9 2009
   

Une superbe bande dessinée.
Le dessin est léché comme j'aime.
L'ambiance est pas mal du tout... l'histoire s'envole vraiment à partir du tome 2.
Effectivement, pour moi c'est très prometteur... j'attends la suite avec avidité...
N'hésitez pas ! lisez là !

26 7 2009
   

**soupir de contentement**, qu'il est bon de trouver enfin une série d'Héroic fantasy qui ne donne pas dans le caricatural, au couleur flashy et à l'humour gros, gras et facile...
Certes, venant de chez Soleil, ce n'en est que d'autant plus étonnant.
Pourtant, dès la couverture, on sent la différence. Les couleurs sont surprenantes dans ces tons sépias, la simplicité et la sobriété rendent cette couverture empreinte d'émotion et il s'en dégage vraiment quelque chose. Enfin, le détail et la composition de ce personnage est extraordinaire. On sent un travail derrière qui à du prendre des heures. Le talent ne vient jamais aussi facilement.
Le meilleur, c'est surement encore que cette couverture n'est pas qu'un vulgaire appât pour lecteur naïf, en feuilletant rapidement les pages, on s'aperçoit que le même soin a été apporté à chaque page, à chaque case, à chaque personnage.
Le trait d'un classicisme élégant et d'une finesse rare est incroyablement mis en couleur uniquement en sépia ! Cela donne une atmosphère forte et bien que les premières secondes de lecture soit étrange, on s'y habitue très, très rapidement pour plonger dans cette histoire.

Car il n'y a pas qu'un dessin magnifique, il y a aussi une histoire prenante. Mettons court à toute critique dès le début. Oui, ce tome présente de forte similitude avec de nombreuses œuvres et autres ouvrages ayant déjà été publié au cours du dernier siècle, que ce soit du J.R.R. Tolkien, du David Eddings coté roman ou "le règne du feu" coté films. Des références, chacun en verra où il voudra.
Mais avouez tout de même qu'aujourd'hui il est difficile de ne pas subir la comparaison tant certains grands ont déjà rafflé toutes les idées. Le but aujourd'hui n'est donc plus forcément d'innover, mais de prendre certains morceaux et de réussir à les agencer différemment.

Ici, ce pari est relevé haut la main.
Les auteurs ont travailler leur univers. On sent et on découvre au fil des pages un monde qui ne vit pas qu'au présent, mais qui dispose d'une véritable Histoire remontant sur de nombreux millénaires. IL y a un passé un background fort et riche.
Le présent n'est pas mal pour autant, car les personnages ont du caractère, et le scénario mélange habilement action et politique. Oui, chose rare, les albums ici dispose d'un riche bagage politique. Ce ne sont pas que des guerres de pouvoirs et de terres, il s'en échappe quelque chose de plus fort de plus profond.
Comme je l'ai aussi mentionné, nous ne sommes pas non plus dans un scénario fleurs bleues et pétales de roses. Ici, ça tue, les personnages sont sacrifiés sur l'autel de la crédibilité et du dramatique. Le ton est donné, rien ne nous sera épargné.
Il y a un allant de grande Geste à l'ancienne. Et puis j'aime bien le fait de commencer par une carte du monde et d'un poème, là encore à l'ancienne. Moi, un "vieux" lecteur maintenant ça me ramène dans ma jeunesse. Les plus jeunes trouveront peut-être ceci inopportun voir désuet, moi j'apprécie.
Un excellent tome d'intro qui joue habilement entre explication de texte, découverte du passé, de l'Histoire, action présente et jeu politique. Alors certes, les fans de Lanfeust seront déçus car ici certains textes sont longs et il faut prendre le temps de les lire, de les comprendre de les assimiler afin de comprendre toute la richesse de ce monde. Mais croyez pas, cela en vaut vraiment la peine.

19 5 2008
   

Le plus marquant dans Servitude, c'est le dessin : il est tout bonnement excellent ! La quasi totalité des planches sont ahurissantes de travail et de réussite esthétique. C'est un style réaliste sans fioriture qui pourra lasser les amateurs de "nouvelle BD" en matière de dessin. C'est un style qui donne à penser que les fans de jeux de rôles médiévaux fantastiques seront à baver devant la beauté des armures, des décors, des personnages, des scènes de combat, et notamment sur cette superbe planche de la charge dans la neige contre le Dragon. C'est un style qui donne à penser que le dessinateur a fait un très gros travail de recherche d'habillement médiévaux ou fantasy, qu'il a travaillé et retravaillé ses personnages. C'en est presque trop parfait, et je suis sûr que certains se plaindront dès lors de la perfection froide de certaines planches.
Et par dessus cela, pour ajouter à l'esthétisme, nous avons droit à une colorisation sépia, argument esthétique peut-être un peu facile mais que je trouve excellemment réussie et pas lassante en ce qui me concerne, même si j'aurais aimé quelques couleurs de plus par-ci par-là.
Bref, c'est le genre de BD qu'on pourrait presque acheter uniquement pour la splendeur et le travail impressionnant de ses planches mais aussi de sa couverture, première de couverture et quatrième de couverture très esthétiques également, qui font de cette BD un véritable objet de beauté dans sa bibliothèque.

Quant au scénario, c'est de l'héroic-fantasy sans surprise pour ce premier tome. Comme dans toute bonne fantasy qui se respecte, nous avons droit à une carte des royaumes, avec les terres gelées au nord, le désert aride au sud, nous avons droit à une mythologie, des noms de royaumes et de familles qui amèneront une confusion normale en première lecture pour celui qui découvrira cet univers, nous avons droit au complot obscur et mystérieux destiné à faire s'effondrer l'empire du Bien, nous avons même droit à des dragons. Bref, que du classique, mais très bien raconté, avec un personnage principal assez sympathique et une intrigue dense aux mystères insondables pour le moment, avec même le luxe d'une intrigue dans l'intrigue puisque certains "méchants" eux-mêmes semblent manipulés par d'autres encore plus mystérieux.
Petite originalité voguant dans l'air du temps, le scénariste et le dessinateur se permettent de s'offrir un conflit guerrier entre chevaliers de type occidentaux et chevaliers de type samourais.
Mais hormis cette originalité, je sens déjà venir ceux qui critiqueront en disant : déjà lu, tel moment est complètement pompé du film Le Dernier Samourai, telle intrigue est un ressucé du Seigneur des Anneaux, tels conflits de royaumes sont inspirés du Trône de Fer de G.R.R. Martin, tel moment etc... C'est vrai, ce n'est pas faux que l'on a bien souvent des impressions de déjà-vu. Mais j'ai trouvé l'histoire et l'univers tellement prenants, beaux et réussis que franchement je m'en fiche complètement.

Une pierre semi-précieuse qui a été tellement travaillée que même si le matériau brut est banal, le bijou est si finement ciselé qu'il en devient d'une rare beauté et d'un réel plaisir pour le lecteur que nous sommes.

esgalduin :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
2 8 2007
   

Un premier tome d'une série qui ne s'annonce pas comme une "vache à lait si ça marche car il faut faire du fric". Un bon point pour une série d'heroic fantasy !

Dessin somptueux en couleurs directes ambiance sépia (et qui nous sert un dragon original !!!! on en rêvait !), un univers bien accroché, varié, complet qui réserve des surprises... la suite la suite la suite !!!

4 2 2007
   

Je ne suis pas un fan d'héroïc fantasy, encore moins des éditions Soleil.
J'aurais donc dû détester cette BD. Mais ce ne fut pas le cas. Cette série est beaucoup plus adulte que le reste de la production Soleil.
Les dessins sont magnifiques, bien servis par une teinte sépia ; je dois reconnaître avoir rarement vu une telle qualité dans le graphisme.
L'histoire est intéressante, complexe ; les enjeux au sein de la cour, les manipulations ; tout y passe.
Souvent, les premiers tomes chez Soleil servent à mettre en place la situation. Ici, ce n'est pas le cas. Les informations fournies sont denses. Les personnages sont déjà bien traités.
Espérons que l'histoire tienne la distance sur la longueur. Je conseille fortement l'achat.

23 9 2006
   

Je me baladait dans le coin BD d’un magasin...et puis je suis tomber sur « Servitude ».j’ai feuilleté, le dessin m’a plu et je l’ai prise.


On est vite inséré dans ce monde médiéval fantastique. Le dessin en sépia ma beaucoup attiré car souvent donne plus qu’un dessin au multiples couleurs. De plus celui si est assez bien travaillé. Un peu de mal la première foi que je l’ai lue je me suis arrêté à la 20ème page car je confondais les personnage qui ont pour la plus par des barbes et des cheveux de teinte claire. ^^ Mais avec un peu d’attention on arrive très bien distinguer les personnages.

Je sais déjà que je vais acheter le Tome 2. L’histoire est assez intrigante avec un scénario assez complexe
Bonne BD.

24 8 2006
   

En refermant le livre, j’ai pensé qu’on tenait enfin une nouvelle série de grande envergure : une série qui bâtit un monde ‘à la Tolkien’. Oh d’accord, je vais trop vite en besogne ! Attendons que l’histoire soit clôturée avant de la comparer à un chef-d’œuvre de la littérature fantastique. Mais c’est pourtant le sentiment qui m’a traversé l’esprit, furtivement…

Une autre similitude avec « le seigneur des anneaux » est l’amorce de l’intrigue : une force puissante et agressive se lève à l’est au point que le roi et ses sujets semblent bien faibles et divisés que pour pouvoir se défendre. Par contre, le côté manichéen n’est pas aussi fort dans ce récit : ceux qui brisent la paix ne paraissent pas complètement noirs et on voit des fils de marionnette s’agiter au-dessus de leurs têtes. Bon, j’arrête là le petit jeu des comparaisons…

Bien entendu, un monde où le passé, les mythes et les légendes sont si riches qu’ils pèsent encore sur le présent, ça se condense difficilement en un seul tome. Du coup, les nombreux noms qui sont cités (d’anciens rois, d’anciens peuples, d’anciennes batailles, de familles et de personnages contemporains) font qu’on s’y perd un peu. Le tout étant enrobé d’éléments géopolitiques, diplomatiques, d’alliances et de trahisons, l’intrigue s’en trouve assez touffue. C’est donc parfois un peu ‘prise de tête’ mais quoi de plus normal pour un premier tome qui fait l’effort de baser son scénario sur des fondations solides. Un scénario par ailleurs bien équilibré avec son lot de personnages et d’éléments mystérieux.

Le graphisme est esthétique à souhait. Les tons sépias confèrent un cachet particulier à la série. C'est audacieux. Risqué ? On verra par la suite si ça lasse nos petits yeux.

Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle grande épopée ? je croise les doigts…

17 8 2006
   

Servitude est une BD que j'ai apprécié... je l'ai découverte par l'intermédiaire d'un article dans un journal. Alors en effet le dessin est très joli, ne particulier cette mise en couleur aux aquarelles dans les tons monochromes très agréable. Selon l'auteur, elle représente le passé car le premier tome raconte le passé de l'histoire qui surviendra en fin de cycle.

Le dessin en lui même est maitrisé et fin, certains décors sont superbes. Il y a qd mm qques imperfections (certaines oreilles sont bizarres :p) mais rien de grave..

Quant au scenar, oui il est fouillé et le monde semble posséder une certaine profondeur. Cela s'explique par le fait que c'est à la base un univers de jeu de rôle qui a été modelé au fil des ans et des nombreuses parties..

Bref, une très bonne surprise dans l'univers un peu répétitif de l'heroic fantasy facon Soleil : vivement le tome 2 !

the goon :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
5 8 2006
   

voilà encore une bd qui vaut le détour:
graphiquement,c'est sublime,avec des teintes beiges/grisatres qui colent parfaitement à l'histoire.

l'histoire justement,elle semble très bien ficelée:trahison,complot qui nous font comprendre que la suite risque d'être passionnante!

15 6 2006
   

Grosse surprise que cet album. Il est difficile de trier le bon grain de l'ivraie en termes de fantasy dessinée, a fortiori chez Soleil. "Servitude" va à contre-courant de la production actuelle, avec une couverture en tons sépia, à la fois figée et puissante, alors que la tendance était au dynamisme qui fait mal aux yeux.
La lecture de l'album ne dément pas cette impression. Le dessin de Bourgier est léché, puissant, je le répète, et ne possède presque pas de fautes de perspective ou d'anatomie, éléments je suis sensible pour une BD de ce type. Tous juste chipoterai-je en disant que la repro me semble un peu faiblarde par moments, avec des cases floues. Mais c'est anecdotique.
Concernant l'histoire, là encore c'est de l'inédit, puisque les auteurs semblent avoir pris beaucoup de temps pour élaborer leur univers. Celui-ci est très complexe (mais un univers simpliste serait-il crédible ?). Et le résultat est à la hauteur : une intrigue touffue et un peu difficile à suivre au début, mais c'est normal, c'est un premier tome.
Toutefois, les personnages sont bien campés, et j'attends la suite avec impatience.