46 492 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 4 : Iccrins
 

Servitude, tome 4 : Iccrins

 
 

Résumé

Servitude, tome 4 : IccrinsAfin d'acceder au résumé de Servitude, tome 4 : Iccrins, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Servitude, tome 4 : IccrinsCet album, comme les précédents, est intrinséquement absolument magnifique. Comme ce fut le cas pour les sociétés médiévales ou japonisantes des tomes précédents, le scénariste nous invite à découvrir une toute autre société, celle des Iccrins. Un société encore une fois différente : il y a là un semblant de démocratie, avec la présence d'un Sénat élu pour partie, et surtout, il y a toute cette architecture, qui me fait penser à une espèce de Rome antique modernisée. Il y a également ces codes, qui veulent que les Iccrins vivent quelque part dans les nuages, sur des piliers, et se déplacent de l'un à l'autre grâce à des bateaux à voile volant grâce à la magie de certains enfants aux pouvoirs magiques qui manipulent les vents. Encore une fois, on ne pourra que rester bouche bée devant la précision de l'ensemble : je reconnais le travail titanesque qui permet de créer de toutes pièces une société aussi aboutie, y compris dans le plus petit détail. Une minutie, et donc une crédibilité, qui se retrouve dans ces dessins détaillés et réalistes. Après les Drekkars, après les rois et clans médiévaux, voilà donc une nouvelle société qui nous est présentée, et ce toujours avec un succès certain.

Dans cette société, on va y développer une intrigue. Flar se révèle être une enfant du pays, mais son retour ne va pas faire que des heureux... Malgré les machinations de son mari Arkindé, dont Barek fait les frais, celle qui se fait appeler Filène d'Anar compte bien délivrer sa vérité sur le fonctionnement de cette société qui semble idyllique.

Encore une fois, donc, c'est du sérieux. Et pourtant, je n'accroche pas plus que cela. Tout simplement parce que, si ce tome en lui-même présentent les mêmes qualités que dans les précédents, j'ai encore du mal à distinguer une dynamique d'ensemble. Ainsi, chaque tome nous présente un nouveau peuple, les Iccrins étant le troisième, mais ce qui manque, c'est un lien entre tous ces peuples et toutes ces sociétés. Certes, la potion que prennent les "Infants" Iccrins pour accentuer leur magie permettant de faire voler leurs embarcations est cette substance recherchée par les Drekkars, qui ont tout à gagner à ce que les Fils de la Terre se déchirent. Mais une fois que l'on a dit cela, on a à peu près tout dit. Pour moi, cette série, ca reste un immense fouillis dans lequel chaque tome présente des qualités indéniables, mais dans lequel, également, on se demande un petit peu où se situe la trame principale. On sent bien, par les archives, et les parchemins retranscrits, que tout cela aurait un lien avec une entité déifique nommée Kiromédon, qui s'opposent à d'autres entités déifiques nommées Puissances. Mais tout cela est extrêmement compliqué à reconstituer.

Encore une fois, cet album est vraiment très bon, mais j'ai tellement de mal à le replacer dans cette immense jeu de pistes censé servir de scénario, que j'ai du mal à apprécier pleinement toutes ses qualités, qui pourtant son bien réelles. Cet album, c'est un morceau de puzzle superbement réalisé, mais qu'il est frustrant de ne pas pouvoir replacer dans l'image d'ensemble.


Chronique rédigée par gdev le 17/11/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3278 (74,20 %)
  • 366 (8,28 %)
  • 774 (17,52 %)
  • Total : 4418 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 9,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Juin 2014

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Servitude, tome 4 : Iccrins, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 11 2014
   

Cette série fait vraiment partie de mes rares coups de cœurs de ces dernières années.
Facile me direz vous : je lis de moins en moins et j’ai de moins en moins de temps pour découvrir les nouveautés.
Il n’en reste pas moins que j’attends chaque nouveau tome de cette série avec une impatience non feinte.
Après l’énorme tome précédent, j’attendais d’autant plus celui-là afin de connaitre le destin de nos valeureux héros.
Et une fois encore, les auteurs ont su me surprendre en partant sur une piste complètement inattendue, même si je m’attendais à quelque chose de cette sorte.
Ce quelque chose c’est un tome qui part à la découverte d’un nouveau peuple. Après celui des Géants, après celui dragons, il nous reste toujours ceux des fées, des anges et des sirènes à explorer. Et il ne reste que 2 tomes pour découvrir la richesse de cet univers si fouillé, tellement complet et tant complexe !
Cet album nous mène donc sur les hauteurs du monde, sur les piliers du monde, là où la société des Iccrins s’est établie sous la protection d’entités légendaires.
Une fois encore je suis impressionné par la minutie avec laquelle les auteurs ont développé ce nouveau peuple, leurs us et leurs coutumes, leur organisation religieuse, diplomatique et politique, leurs caractéristiques architecturales et vestimentaires, son histoire particulière et pourtant tellement liée au reste des peuples vivants dans ce monde.
Pour ce que je n’attendais pas ?
Le délaissement complet des personnages que nous connaissons et qui tenaient le haut du scénario. C’est un personnage jusqu’à présent complètement secondaire qui prend le devant de la scène pour nous guider dans les méandres de son peuple. Filène d’Anar, Alias Flar. Nous nous retrouvons une nouvelle fois déportés, délocalisés, bousculés dans nos habitudes. Cela peut perturber, gêner, car le scénario semble partir dans tous les sens sans véritables fil d’Ariane. D’un album à l’autre nos connaissances semblent constamment remises en jeu et nous devons toujours faire l’effort de compréhension des enjeux politiques et historiques qui se jouent.
J’ai dû lire cet album 2 fois afin d’être sûr d’avoir tout saisi. La complexité du peuple Icrrins, les noms des lieux, les noms des métiers, des postes politiques nous forcent à constamment s’accrocher pour suivre ce qui se passe et qui le fait. A vouloir trop personnaliser leur univers les auteurs frôlent l’indigestion de leurs lecteurs les moins pointus et convaincus.
Une 2eme lecture et quasi obligatoire et permet de mieux s’y repérer et réussir à apprécier toute la justesse du scénario.

Et si, je l’avoue, ce foisonnement de détails peut perdre le lecteur, il est impossible que les auteurs ayant passés autant de temps à développer un monde aussi cohérent, aussi détaillé jusque dans les chants et autres bouts de parchemins parsemant les 2eme ou 3eme de couverture, n’aient pas pris la peine de préparer un final qui saura lier tout ce débordement d’informations accumulés au fil des tomes. Il ne reste qu’un tome avant l’explosion annoncée et tant attendue, gageons que nous ne serons pas déçus.


Et comme d’habitude, la minutie de ce scénario, de cet univers se retrouve dans le dessin de cet album. Un dessin précis, minutieux, fouillé, détaillé ; Un dessin maitrisant parfaitement les cadrages, les perspectives ; Un dessin vivant et dynamique sachant donner la vie à cet univers.
Et toujours l’utilisation de ces tons ocres incroyables. L’utilisation rationalisée des couleurs pourrait faire fuir certains lecteurs, et pourtant, le travail est magistral, l’ambiance instaurée par ce choix nous plonge au cœur de l’action et de l’époque moyenâgeuse ambiante, nous plonge au cœur de la noirceur et de l’importance des enjeux en cours.

Si vous voulez un avis plus bref et résumant tout mon charabia précédent : j’adore.