45 976 Avis BD |19 906 Albums BD | 7 826 séries BD
Accueil
Tome 2 : Sept voleurs
 

Sept, tome 2 : Sept voleurs

 
 

Résumé

Sept, tome 2 : Sept voleursAfin d'acceder au résumé de Sept, tome 2 : Sept voleurs, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Sept, tome 2 : Sept voleursDavid Chauvel, l'instigateur de la collection "Sept", joue lui aussi le jeu l'espace d'un album d'Heroic Fantasy plutôt original et dont la fin en déroutera plus d'un.

Lui et Lereculey n'ont sont pas à leur coup d'essai : dans le même registre, ils sont les auteurs d'une série à succès, "Arthur", que personnellement je n'arrive pas à lire. La narration, si spéciale, m'a toujours rebuté.

C'est donc avec une certaine appréhension que j'ai entamé la lecture de ce tome. Mais mes doutes se sont très vites envolés : la lisibilité de cet album est exemplaire, et la qualité est vraiment au rendez-vous. De plus, tout en utilisant un genre de BD usé jusqu'à la corde, Chauvel parvient à vraiment surprendre ses lecteurs page après page ; c'est une bonne chose !

Le dessin de Lereculey, dans son style, n'est pas mal du tout. J'avoue avoir toujours trouvé son trait un peu trop figé, mais ce dernier convient plutôt bien à ce type de récit. La couleur elle-même n'est pas incroyable. Elle remplit son office, sans plus...

Pour terminer, je concluerai de la même manière que pour tous les autres tomes à venir de cette belle collection : 64 pages, c'est vraiment trop court. Trop difficile pour le lecteur de prendre le temps de découvrir les 7 "Mercenaires" de l'histoire, le scénariste étant pressé par le faible nombre de pages, l'histoire devant avancer. C'est vraiment dommage, la série entière aurait nécessité des albums de 96 pages pour vraiment devenir un joyau...


Chronique rédigée par Piehr le 17/10/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PiehrReflet de l'avatar de Piehr
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 5,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.94
Dépôt légal : Septembre 2007

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Sept, tome 2 : Sept voleurs, lui attribuant une note moyenne de 3,94/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 11 2018
   

Ce deuxième tome de la série est encore une réussite. Pourtant, pendant le 1er quart de ma lecture environ je ne pensais vraiment pas juger si bien cet ouvrage. Je me demandais même ce qui avait poussé mes prédécesseurs à être si enthousiastes. C'est vrai que je ne suis pas particulièrement client de l'univers héroïque fantaisie même si j'ai adoré la trilogie Seigneur des anneaux. Et ce dessin, joli mais "gras", aux belles couleurs informatiques qui fait un peu illustration de compte pour enfant, je ne suis pas à priori client.
Pourtant tout mes mauvais a priori de départ s'envolent pour ne plus réapparaître dès la première et magistrale attaque du sorcier noir. J'ai été ébahi et surpris par cette scène. Puis j'ai apprécié tout ce qui a suivi. Le scénario n'est pas aussi simpliste que je l'avais pensé. J'ai eu de belles surprises, j'ai aimé les scènes d'action, et j'ai refermé ce livre agréablement surpris et amplement satisfait.
Voyons la suite.

26 3 2014
   

Ayant été subjugué par la formidable saga "Arthur" des mêmes auteurs, je me suis lancé tête baissée dans cet album qui ne pouvait pas me décevoir. Le résultat est très satisfaisant, mais pas entièrement pour obtenir une 5ème étoile, dommage.

Tout d'abord, ce que je remarque immédiatement en ouvrant l'album, c'est l'incontestable talent graphique de Lereculey, ce type ne cesse de m'émerveiller, il le prouvera encore dans "Wollodrïn". Ici, il livre des images fortes et belles avec un visuel magnifique : l'ouverture en première page sur la cité de Marmaëkard en vision nocturne, l'entrée du nain dans la taverne des Orcs, l'assemblée des nains, la montagne Verskann, la cascade... le tout dans un traitement des couleurs magistral. La mise en page est également remarquable, la succession de certaines images imprimant un style très cinématographique. D'autre part, Lereculey a acquis un trait assez maîtrisé pour accuser les expressions de visages en gros plan.

Sinon, c'est une banale histoire de hold-up fantasyesque, un casse chez les nains, mais évidemment embelli par le décor, car si la réussite et le plaisir que procure cet album tient surtout au traitement graphique, les auteurs n'innovent en rien, exploitant les codes d'une fantasy très approchante de l'univers de Tolkien, tout en réussissant à faire rêver quand même un peu le lecteur. Il est vrai que le début est très inspiré de la Communauté de l'Anneau, le pont de la creusée de Krimmh ressemble fort à celui de Kazhad-Dum, et le dragon ressemble comme un frère à Smaug. Malgré tout ça, j'ai tout de suite marché dans cette aventure, car c'est bien construit, les dialogues sont bons, et les personnages sont intéressants, même si Igür disparaît trop vite à mon goût.

J'en viens au point qui me chiffonne : la fin m'a beaucoup déçu, elle est vraiment trop banale, cette dernière page arrive après une aventure haletante, et patatras, c'est expédié à la va-vite, comme si les auteurs, emportés par leur élan, s'étaient aperçus qu'ils arrivaient à la fin de leur récit et qu'ils n'avaient plus assez de pages pour conclure dignement.

1 3 2012
   

Cet album est très plaisant et est assez efficace. L'exercice de proposer un one-shot avec 7 personnages me semble ici plutôt réussi. Le récit est dense, la narration est claire, et l'ensemble se tient. J'ai bien aimé cette petite histoire de chasse aux trésors des nains, qui réunit un groupe classique composé d'un archer hors pair, d'un voleur habile, d'une brute épaisse (sic !), de deux orcs et de deux nains. L'album est bien rythmé, avec une première partie consacrée à l'embauche des voleurs ainsi qu'à l'explication de la mission, avec une seconde partie qui présente la quête en elle-même et enfin un épilogue qui n'est pas dénué d'ironie.

Le dessin est très propre, très clair, et , à l'image du scénario, assez efficace. C'est avec un certain talent que le dessinateur nous fait partager ce monde fabuleux, peuplé d'orcs et de nains, voire même d'un dragon. Les couleurs sont vives, chatoyantes, et le dessin est assez précis.

5 1 2010
   

C'est parti je me lance dans la série des "Sept"...Et je commence par celui ci.
Ai-je bien fais de commencer par les sept voleurs? Je ne sais pas ce qui est sur, c'est que j'ai mis la barre haute avec ce bon album...
Je fus charmé tout de suite par le dessin de Lereculey, les traits sont soignés et propres et on y retrouve de beaux paysages...Un style de dessin que j'adore avec de belles couleurs.

L'histoire est simple mais haletante. 2 nains recherchent 5 hommes pour leur preter main forte pour s'emparer du trésor de leur aieux...2 orques, 2 voleurs et un géant acceptent leur proposition, commence alors un périple a travers montagnes et grottes...

Un scénario banal mais très bien maitrisé par l'auteur, je me suis pas du tout ennuyé a la lecture...Je commence la série des "Sept" par une bonne note.
Aux autres "Sept" de se mettre à la hauteur de celui ci. Espérons...

22 7 2008
   

J'ai bien aimé cette lecture même si je l'ai trouvée un peu moins originale que Sept psychopathes mais tout aussi bien trouvée.

Le dessin me plait beaucoup. Traits et couleurs sont de belle qualité. On se sent vraiment plongé dans un bel univers heroic-fantasy. Seule la bouille un peu trop "mignonne" de l'un des nains ne me convainc pas tellement.

L'histoire présente pas mal de clichés du genre heroic-fantasy mais est prenante et bien construite.
J'ai vraiment bien accroché sur les deux tiers du récit. Le recrutement est joliment amené, avec des personnages qui s'entrecroisent avant de se regrouper tous. Pas un recrutement totalement linéaire, quoi. Et puis l'objectif de la mission est sympathique et donne vraiment envie de voir son déroulement.
J'ai commencé à être un peu déçu quand l'un des personnages a disparu un peu trop tôt à mon goût : j'avais ressenti la même frustration dans Sept psychopathes car une fois de plus, c'était un personnage que j'aurais aimé voir plongé au coeur de l'action.
Puis j'ai trouvé le final très légèrement confus, avec un rythme un brin hésitant tel que j'ai vaguement décroché. C'est cette conclusion qui ne m'a qu'à moitié convaincu qui m'a fait hésiter à trouver cet album franchement bon, mais cela reste une très bonne lecture, tout à fait plaisante et bien faite.

18 10 2007
   

Pour le deuxième album de cette collection au concept commercialement séduisant, basé sur le chiffre 7 (7 tomes, 7 missions, 7 équipes de 7 hommes, et surtout un défilé de 7 scénaristes et 7 dessinateurs assez alléchant), c’est le directeur de collection en personne qui se retrousse les manches. Et, c’est accompagné de Lereculey, avec qui il collabora déjà sur "Nuit Noire" et "Arthur", que David Chauvel s’attaque aux Sept Voleurs.

Le scénario, pouvant se résumer au «casse du siècle version Heroic-fantasy» est assez classique et finalement bien moins original que celui des Sept psychopathes. Cependant, le recrutement des sept personnages (qui est la difficulté majeure de ce concept en one-shots) est bien mieux amené et se déroule de façon beaucoup plus naturelle que dans le premier tome.

Les personnages sont bien typés et caractéristiques du genre (orcs, nains, dragons, etc) et la relation entre les différents protagonistes est intéressante. Au niveau du graphisme, Lereculey livre non seulement des protagonistes savoureux, mais également de splendides décors.

Un deuxième tome à la trame classique, mais rondement mené. C’est maintenant aux sept pirates d’assurer la relève de cette collection.

17 10 2007
   

J'avais beaucoup aimé la série Arthur, qui pour moi fera date dans le traitement du mythe arthurien.

Ici on se retrouve presque avec un spin-off, puisque les noms sont très inspirés de cet univers, avec un croisement avec l'univers classique de la fantasy (les orcs...).

J'ai beaucoup aimé cet album. Le trait de Jérôme Lereculey m'avait semblé un peu... fatigué sur la fin d'Arthur, et je craignais que cette lassitude se répercute dans un album à l'ambiance proche. Il n'en est rien, puisque j'ai même trouvé que son trait est même plus frais, plus relâché, dans cet album. Les expressions des personnages sont moins théâtrales, et ses orcs notamment sont dessinés à la perfection. Il est vrai que les couleurs, exécutés par deux artistes, Araldi et Basset, permettent d'apprécier de très belles ambiances, très colorées en plein air et sombres comme il le faut en huis-clos.

Côté histoire, je confirme que le cheminement est plutôt classique, avec une moitié de l'album consacrée au recrutement des voleurs. On suit le déroulement avec un grand plaisir, c'est une histoire très agréable.

Je n'ai pas encore lu l'autre tome sorti dans la même collection, mais c'est vrai que le concept, intéressant, peut être bien adapté.