46 429 Avis BD |20 122 Albums BD | 7 880 séries BD
Accueil
Tome 12 : Sept dragons
 

Sept, tome 12 : Sept dragons

 
 

Résumé

Sept, tome 12 : Sept dragonsAfin d'acceder au résumé de Sept, tome 12 : Sept dragons, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Sept, tome 12 : Sept dragonsPremier album de la série 7 que j'ouvre. Alors première surprise, pour une série initialement prévue en 7 tomes comportant des albums avec chacun 7 personnages, on en est déjà au tome 12..(“7 récits, 7 missions à haut risque, 7 équipes de 7 hommes décidés à réussir !” 7 scénaristes et 7 dessinateurs ont relevé le défi lancé par David Chauvel.)
Jusqu'à présent j'avoue n'avoir jamais été vraiment attiré par le concept ni par les histoires. Allez savoir pourquoi...
Et puis, là, un truc sur des dragons et une couverture dominée par ces yeux malveillants ont finalement eu raison de ma résistance injustifiée.
Alors, moi j'aime bien les dragons. Petit, j'adorais regarder les albums d'illustration concernant ces mignonnes bêbêtes. Du coup, je suis plutôt difficile avec les histoires les mettant en scène.
Je vous l'avoue tout de go, et vous l'aurez vu dans ma note, j'ai vraiment aimé cette histoire et j'ai vraiment aimé les dessins et la mise à l'honneur qu'il est fait de ces animaux légendaires.

7 hommes aux talents aussi variés qu'extraordinaire s'unissent dans l'adversité afin de lutter contre les dragons. Contre 7 dragons pour rester dans le sujet de la série.

Dragons asiatique, dragon hydre, dragon des mers, dragon de pierre, dragon de feu...et Dragon père des dragons ; Et surement un autre, puisque cela ne fait que 6. Le dessinateur réussit à restituer chaque être légendaire avec sa personnalité et ses caractéristiques propres. Il réussit à leur donner vie et mouvement et le dessin les met agréablement en valeur, pour moi qui aime les regarder.
Mais si j'ai regardé les dragons, j'ai aussi jeté un oeil au reste et en fait, tout est du même acabit. Les personnages sont bien typés, bien dessinés, bien différenciés. Ils ont chacun une vraie histoire et une vraie utilité.
Les décors sont soignés, et nous voyageons pourtant dans de nombreuses contrées différentes. Que ce soit la terre, la glace ou encore la mer, chaque environnement est rendu avec élégance et pertinence.
le trait de Sylvain Guinebaud est élégant, précis et racé.
Et évidemment, le trait ne serait rien sans une mise en couleur ad hoc. Variées, nuancées, elles apportent une vraie contribution à la réussite de cet album.

L'histoire tourne principalement autour de 2 frères, héritier du trône. L'un est sage et roi, l'autre est fougueux et irréfléchi. Un peu caricatural, trouvez vous ? C'est là où l'histoire devient intelligente. Les relations humaines entre ces frères, avec leur père, sont d'une belle complexité. Plus nous progressons dans cette histoire et plus découvrons les dessous d'une histoire fort intéressante. Le développement de cette histoire se fait par le biais des personnages secondaires, des 5 autres compagnons, dont le passé et la raison d'être sont habilement distillés à chaque moment clef de l'histoire.
Et puis, nous arrivons à la fin de cette histoire et après un développement déjà extrêmement dense et bien mené, les auteurs nous livre leur plus belle surprise et une fin de fière allure.

Alors, certes, une fois encore, certains pourront prétendre que tout cela est du déjà vu, et que nous n'avons ici qu'une nouvelle version de toutes ces mythologies. Je ne suis pas d'accord, ou même si je l'étais, la qualité du scénario, de la psychologie des personnages, de la trame et de la conclusion, la qualité du dessin et de la couleur, justifient largement à mes yeux de se pencher sur ce nouvel opus de "Sept".

Et puis, 63 pages, ça permet de développer un peu mieux un scénario bien dense qui aurait pu être traité sur plus de tome. Mais qui aurait surement cassé dans ce cas, la dynamique et le rythme vif de cet album.


Chronique rédigée par Chalybs le 31/03/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.10
Dépôt légal : Mars 2012

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Sept, tome 12 : Sept dragons, lui attribuant une note moyenne de 3,10/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 2 2019
   

Pas convaincu du tout par ces 7 dragons. Je suis assez d'accord avec les critiques négatives qui précédent. Il faut dire aussi que je n'ai jamais été friand des histoires de dragons. Leur univers ne m'a jamais fait vibrer.
La première critique qui me vient est qu'il y a beaucoup trop de texte, et dans un mode beaucoup trop ampoulé, genre poésie classique. Ça m'a vite fatigué car ça alourdit la lecture, souvent inutilement. Et il y a effectivement plusieurs scènes inutiles. Même le fait d'affronter 7 dragons est superflu. Il y a les 7 chasseurs, ça suffit à remplir le cahier des charges. D'ailleurs les 2 derniers de l'équipe arrivent carrément en fin d'album ! Bien trop tard pour qu'on les considère comme faisant partie de l'équipe.
Le dessin n'est pas mauvais mais pas remarquable non plus. Assez standard dans le genre. Et parfois pas très clair. Pour moi une bonne BD ne dois avoir que des cases immédiatement lisibles. Lorsqu'on reste un long moment devant une case pour essayer de comprendre ce qui est représenté, ce n'est pas bon. Et ici ça m'est arrivé plusieurs fois. Et sur la fin, au combat final, beaucoup de choses étaient confuses, et pas seulement dans le dessin.
Après je reconnais que la révélation finale est une belle surprise, malheureusement elle m'a laissé de marbre. Peut être parceque j'avais décroché depuis longtemps, peut-être parceque ça a été mal amené ou les explications pas toujours crédibles, ou encore que je ne me suis attaché à aucun personnage. Je ne sais pas.
En ce qui me concerne cette histoire n'a pas fonctionné.

5 9 2012
   

L'histoire était plutôt prometteuse mais j'ai l'impression que le scénariste s'est un peu perdu en cours de route, et du coup, moi aussi. L'histoire nous fait entrer de plein pied dans un histoire d'Héroic Fantasy, qui met en scène un groupe de chasseurs de dragons, emmené par Ulydas, un roi déchu qui prépare ainsi le retour de son jeune frère sur le trône. Tout cela est assez classique mais finalement bien conduit en début d'ouvrage, et les premiers dragons rendent hommage à l'imagination du dessinateur qui nous propose des combats plein de mouvements contre des bêtes fabuleuses différentes et parfois assez éloignées de l'iconographie commune. Tout cela est assez bien présenté, et le rôle d'Ulydas en vieux sage est assez bien présenté. L'autre moment fort de cet album réside bien sûr dans la dernière page, dans laquelle les auteurs nous présentent une surprise de taille, qui se veut surprenante et un brin cynique.

Mais la réalisation de cet album fait que tout cela tombe à plat. Je n'ai pas été charmé par les différentes personnalités qui composent ce groupe, trop caricaturales à mon goût. D'autant que certains personnages soit disant clé sont à peine abordés et qu'il nous manque quelque chose. C'est assez bizarre parce que l'on a l'impression d'une grande densité dans cet ouvrage, avec beaucoup de vignettes à chaque page et surtout beaucoup de texte, parfois écrit en tout petit. On peut ainsi se dire que le scénariste a fait l'impasse sur les personnages parce qu'il présente beaucoup de choses à côté. Le problème, c'est qu'il s'agit là d'une fausse impression de densité, et que les textes nombreux se révèlent creux, et que bon nombre de passages se révèlent inutiles pour l'histoire. Pour exemple, à quoi cela servait-il de passer une planche à décrire la légende selon laquelle les femmes portent malheur sur un navire, et à quoi cela servait-il de présenter le temps qui passe vignette après vignette ? Il y a beaucoup de choses inutiles dans cet album qui viennent augmenter le nombre de pages, au détriment de la fluidité du récit, et qui a pour conséquence de réduire le temps consarés aux moments importants (je en suis pas sûr que l'on voit bien sept dragons se faire déssouder, la fin de l'ouvrage, qui précède le dernier combat, est pour le moins fouillie). Enfin, si je donne crédit aux auteurs d'avoir voulu une fin imaginative et pleine de surprises, je trouve que sa cohérence et sa crédibilté peut être remise en cause, comme si elle avait été mal préparée. Il en ressort une grande impression de déséquilibre, et parfois d'incohérence. Et comme on se lasse un peu de lire ces grandes tirades qui, une fois sur deux, ne mènent sur rien, on a toujours l'impression d'avoir loupé quelque chose.

L'idée de cet album était plutôt ingénieuse. Mais on a un peu trop l'impression, a posteriori, que Mitric a d'abord rédigé sa dernière planche, puis a meublé les 60 planches qui précèdent sans trop vraiment y croire, persuadé certainement que le choc de cette dernière page nous ferait oublier le développement long et parfois laborieux qui la précède. Ce ne fut pas le cas pour moi.

17 5 2012
   

Ulydas, héritier de la lignée des Drakonspacci, semble bien décidé à racheter son honneur. Lui qui fut jadis renié par son père pour avoir refusé de devenir un tueur de dragons, revient au pays avec la ferme intention de traquer les sept derniers spécimens qui peuplent encore ce monde. Afin de mener à bien cette mission périlleuse, il est accompagné de son jeune frère Adamantis et des meilleurs guerriers du royaume.

Le cinquième volet de la deuxième saison de cette collection au concept commercialement séduisant, basé sur le chiffre 7 (7 tomes, 7 missions à haut risque, 7 équipes de 7 hommes décidés à réussir, et surtout un défilé de 7 scénaristes et 7 dessinateurs assez alléchant), est confié à Nicolas Mitric et à Sylvain Guinebaud. Pour l’occasion, le nombre qui anime cette saga ne se rapporte pas seulement aux héros de cette histoire, mais également à la quantité d’adversaires qu’ils doivent affronter.

Renouant avec l’heroïc-fantasy, ce récit qui se déroule dans un univers moyenâgeux propose des personnages assez caricaturaux, dont le lecteur découvre les motivations au fil des pages. Si cette aventure qui invite à suivre la quête de combattants de tous horizons suit une trame assez classique, le final surprenant donne néanmoins une tournure intéressante au scénario. Mais les véritables vedettes de cet album sont indéniablement les créatures légendaires admirablement mises en images par Sylvain Guinebaud. Proposant une grande variété de monstres, multipliant les scènes d’action spectaculaires et variant les décors tout au long de ce voyage qui traverse de nombreuses contrées, il livre un graphisme soigné et plutôt réussi.

Si cette collection inspirée des films Les 7 Samouraïs et Les 7 Mercenaires permet d’alterner les genres avec succès, ce tome démontre cependant une nouvelle fois les limites du cahier des charges que les auteurs doivent impérativement respecter. Même en se concentrant principalement sur deux des personnages, Nicolas Mitric manque clairement de place pour donner de la profondeur aux seconds rôles et créer suffisamment d’empathie envers des protagonistes qui souffrent visiblement de cette présentation trop brève. Le fait de croiser plusieurs sortes de dragons est certes plaisant, mais cette abondance n’est pas indispensable à l’intrigue et oblige les auteurs à survoler les combats à grande vitesse. Cette contrainte de tout faire tenir en seulement quelques pages, résulte également en une narration omniprésente qui finit par empiéter de manière désagréable sur les visuels et en une chute bouclée trop rapidement, clairement étouffée par ce format one-shot.

Une histoire classique, à la fin surprenante, débordante d’action et très distrayante, mais beaucoup trop à l’étroit au sein du concept de cette bonne collection.

30 4 2012
   

Fort agréable lecture que ce "Sept Dragons" !

Ce concept de "Sept" aura vraiment produit des albums de qualité très inégales, et à mon sens pas extraordinaire à quelques exceptions près (les Yakuzas et les survivants sortant clairement du lot). Le plaisir de lecture incertain ressenti à la majorité des opus ne m'incitait pas à lire celui-ci, mais l'avis de Chalybs s'ajoutant à une disponibilité impromptue m'a entrainé dans cette quête.

Et c'est sans regret que j'ai accompagné ces aventuriers. L'histoire est très bien menée, les deux protagonistes principaux sont intéressant et bien campés. Ils ont tendance à éclipser quelque peu les autres membres du groupe, mais cela a toute sa raison d'être au vu de l'histoire dans sa globalité. Le scénario est parfaitement contrôlé, la narration amène le lecteur là où l'auteur le désire avant d'être brutalement face à une perspective inattendue, mais totalement crédible et cohérente. J'avoue avoir pensé au cours de ma lecture qu'un certain mobile était bien léger... Mais il n'en est rien ! Et même si la conclusion peut être pressentie très (trop ?) tôt, ce dénouement s'ajoute à la précédente surprise pour terminer l'ouvrage sur une perspective complètement inverse de la compréhension initiale...

Le dessin est de belle facture, notamment pour les dragons évidemment, et dans les paysages, variés et dépaysants, soulignés par un choix de couleurs judicieux. Mais une petite déception concernant les personnages, pour lesquels des imprécisions et des variations gênent un peu la lecture. Mais on reste dans des défauts mineurs, et l'ensemble reste très satisfaisant.

Pour moi une des meilleures livraisons de cette série contrastée !