46 526 Avis BD |20 175 Albums BD | 7 885 séries BD
 

Secrets : L'Angélus, tome 2

 
 

Résumé

Secrets : L'Angélus, tome 2Afin d'acceder au résumé de Secrets : L'Angélus, tome 2, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Secrets : L'Angélus, tome 2Suite et fin de ce merveilleux diptyque qui mêle secret familial et fascination artistique.

Ce n’est pas la première fois que Frank Giroud développe une histoire autour de la peinture ("L'expert", "Secrets : l'Ecorché") et le tableau à l’origine de cette enquête familiale passionnante n’est autre que L’Angélus de Jean-François Millet, peint en 1858 et représentant un couple de paysans au milieu d’un champ. Un tableau qui avait fasciné Salvador Dali en son temps et qui bouleverse tellement Clovis Chaumel lors d’une visite au Musée d’Orsay, qu’il tente de percer le secret du tableau et de cette fascination qu’il partage avec Dali. Cette enquête va également ouvrir une porte sur son propre passé et le mettre sur la piste d’un terrible secret familial.

Si le premier tome s’amusait à parsemer de nombreux indices, c’est celui-ci qui permet de comprendre l’obsession de Dali et de percer le secret des Chaumel. Si les mystères qui entourent l’Angélus sont assez vite dévoilés, l’auteur utilise le reste de l’album pour finaliser les recherches généalogiques du héros. Giroud distille les informations de manière intelligente et progressive, levant lentement le voile sur les souvenirs d’enfance de Clovis et démêlant un à un les fils de cette intrigue familiale prenante et riche en rebondissements.

Le métamorphose du personnage principal, qui passe d’un père de famille terne et triste à un artiste moderne et pétillant, ne fait qu’augmenter l’empathie envers ce héros en soif de vérité. Les couleurs plus chaleureuses utilisées par José Homs accompagnent d’ailleurs parfaitement l’épanouissement du personnage principal. Ce jeune dessinateur espagnol qui avait déjà livre quelques planches dans « La Vieille Dame qui n’avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien » de Zidrou, livre ici son premier récit franco-belge complet et propose un graphisme particulièrement séduisant.

Un diptyque fortement conseillé !


Chronique rédigée par yvan le 25/11/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 20,45
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Septembre 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Secrets : L'Angélus, tome 2, lui attribuant une note moyenne de 4,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 8 2013
   

Voilà un album parfait. Il nous propose de découvrir le secrets des parents de Clovis, secret bien caché mais qui s'est quand même insinué dans son subconscient au cours de son enfance (sa volonté de rester dans la Michelin, ses hauts le coeur, sa volonté de rencontrer Morris), et qui remonte d'un seul coup lorsqu'il voit le tableau de Millet "L'Angelus". On decouvre cette histoire familiale, ce secret qui, comme les autres diptyques de cette collection "Secrets", est à double ou triple détonation. Un secret lourd, insoupçonnable. Mais le scénariste va plus loin que ce secret, il nous propose dans cet album des valeurs ajoutées non négligeables : l'intuition de Dali, que partage Clovis Chaumel (la vignette en bas à gauche de la page 13 est éloquente) et tous les jeux de relations entre Clovis et les différents personnages qui ponctuent ce tome sont autant de plus-values à l'album. Tout est tellement humain, tout est tellement crédible, tout est tellement bien travaillé. Certes, il y a bien ce petit truc dans le scénario qui fait douter, comme le fait que Clovis soit le dernier au courant, mais passons sur ce détail au final peu intéressant compte tenu des enjeux qui se révèlent les uns après les autres, en allant crescendo.

Sans oublier le dessin ! Je ne trouve pas les mots pour qualifier ce que fait Homs. Je me contente donc d'un "magnifique" qui est forcément en dessous de la réalité.

Je referme cet ouvrage avec la satisfaction d'une histoire bien construite, bien écrite, superbement mise en image, et avec plein de sentiments qui font que je garde un sourire un peu béat en refermant la quatrième de couverture. Sourire qui perdure quelques temps sans que je sache vraiment pourquoi : ca fait vraiment du bien !