46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Secret Invasion
 

Secret Invasion

 
 

Résumé

Secret InvasionAfin d'acceder au résumé de Secret Invasion, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Secret InvasionAprès l'énorme Crossover "Civil War", Marvel se lance dans un nouvel aperçu du gigantisme de son univers par le biais de "Secret Invasion", narrant le temps d'un arc la gigantesque descente sur Terre des abominables Skrulls.

L'originalité, c'est le mimétisme inquiétant de cette race extraterrestre. Cette dernière, polymorphe, peut en effet prendre la place de tout être vivant et devient alors indétectable.

S'ensuit donc une histoire ou tout le monde est suspect, et ou combattre cette menace devient des plus complexes.

Sur d'autres médias, des chefs d'oeuvres comme "BattleStar Galactica", par exemple, ont déjà amplement couvert le sujet de l'ennemi infiltré. C'est dans le contexte super-héroïque que Bendis innove, laissant les plus grands héros dans une situation de doute et de crainte.

Attention, "Secret Invasion" est une oeuvre exigeante : Il est clairement nécessaire d'avoir une grande connaissance de la majorité des super-héros Marvel, ces derniers foisonnant par dizaines dans ce one-shot. Alors que certains personnages très connus sont présentés, d'autres apparaissent de manière hyper sporadique (on peut même voir Daredevil sur une seule case) sans plus de détails - les amateurs en seront flattés, les novices, eux, seront surement un peu perdus.

Derrière un postulat de départ assez prenant, force est de constater qu'une fois de plus, Marvel rechigne au véritable changement, quitte à ce que le scénariste termine très (trop ?) rapidement l'histoire en prenant un soin tout particulier à tout bien ranger derrière lui. C'est dommage, on espérait un vrai clivage, tant la narration et le récit semblait partir vers quelque chose de nouveau au fil des pages.

Graphiquement, le trait est très correct. La mise en couleur vient d'ailleurs renforcer le dessin d'une agréable manière, donnant plus de poids à cet album qui méritera votre détour pour son style dynamique et fluide. Les scènes de combat, animées par cet enchevêtrement de héros et d'envahisseurs, sont impressionnantes !

Un album en demi-teinte, donc : les afficionados de Marvel, et grands connaisseurs de son "Bestiaire", y trouveront surement leur compte, malgré une fin un peu sèche. la gigantisme du récit, l'angoisse ressentie par les personnages de cette histoire, tout concoure à faire de Secret Invasion un album prenant !
Les nouveaux arrivants dans le monde du Comics devraient par contre commencer par attaquer les classiques, sous peine d'être un peu perdus.


Chronique rédigée par Piehr le 02/01/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PiehrReflet de l'avatar de Piehr
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.60
Dépôt légal : Novembre 2011

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Secret Invasion, lui attribuant une note moyenne de 2,60/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 6 2016
   

Cette idée me semblait assez prometteuse lorsque je l’ai découverte dans une autre série (impossible de me souvenir si c’était dans un "Civil War" ou dans un "New Avengers") : le fait que les skrulls aient infiltrés les super-héros étaient pour moi assez ingénieux. Surtout que cela permettait de mieux comprendre les motivations et l’entêtement des uns et des autres dans les débuts de "Civil War". C’est donc assez confiant que je me dirige vers cet ouvrage et je me retrouve dans un maelström d’idées et de personnages que j’ai du mal à apprivoiser. Déjà que je ne connaissais pas un dixième des Vengeurs, voilà que je me retrouve avec des doubles (voire des triples et des quadruples), faisant intervenir certains que je croyais mort ou disparus. En plus, on introduit également des Jeunes Vengeurs (jamais entendu parler) et des Thunderbots (inconnus au bataillon). On se retrouve avec une multitude de personnages perdus au milieu de doubles pages détaillées mais dans lesquelles on ne comprend plus bien qui fait quoi. Certes, j’aime beaucoup cette idée selon laquelle on ne peut se fier à personne, allant même jusqu’à douter de soi-même (serait-on un skrull dormant qui s’ignore ?) mais une fois passé la présentation de ces originalités, on enchaine les combats où on se tape sur la gueule, un peu gratuitement. Outre l’overdose de personnages (tiens , Revoilà Fury, qu’est ce qu’il fait là, Thor ?) , on se retrouve avec une multitude de lieux (l’espace, la terre sauvage, la mer) et du coup on ne s’y retrouve vraiment plus.

On aurait pu imaginer qu’avec un tel tome résolument tourné vers l’action, la fin aurait été un peu soignée pour permettre de caler les idées. Mais le fait que l’on prenne pile poil le personnage que je ne connais pas pour le mettre au centre du récit finit de me perdre. La pirouette pour se sortir des combats sans fin est quand même un peu gros (un personnage explose, en ne tuant que les skrulls) : le seul avantage de ce procédé, c’est d’en finir rapidement. Mais après ce tome, j’ai quand même quelques questions qui me taraudent : il est mort, ou pas, Captain America ? Parce que si c’est un skrulls qui est mort dans le tome 3 de "Civil War", il faudra qu’on m’explique pourquoi il n’est pas devenu tout vert à l’époque. Mais si c’était un skrulls, alors, c’était lui le méchant ? Et du coup, pendant la première partie de la "Civil War", on nous a fait passer un gentil pour un méchant ? Par ailleurs, en début d’ouvrage, on découvre un « faux spiderman » ? Mais comment les skrulls ont-ils pu créer un faux alors qu’il ne disposait pas de l’original ? (ne nous dit-on pas plus loin que les originaux ont été emprisonnés ?). Bref, plus on y pense, et plus on s’y perd… Le dernier point d’incompréhension reste le traitement graphique de cette toute fin d’ouvrage, mais on n’aura pas non plus d’explication pour ce mauvais goût patent.

13 2 2012
   

"Secret Arnaque" est le crossover annuel Marvel qui suit le crossover "Civil War" qui était bien foutu. Mais là, faut vraiment arrêter de prendre les lecteurs pour des abrutis. Je trouve d'ailleurs mes petits camarades posteurs bien cléments face à cette histoire.

Mais commençons par le commencement. La maison Marvel a créé, il y a de ça quelques dizaines d'années maintenant, une race extra-terrestre - les Skrulls - dont un des représentants, le Super-Skrull (sic!) avait une furieuse envie d'en découdre avec les 4 Fantastiques. Et l'idée de l'époque, c'était de donner à cet E.T. tous les pouvoirs des 4 Fantastiques pour qu'il tabasse l'équipe. Ce qui foirait à chaque fois puisque ce ne sont pas seulement les pouvoirs qui font la victoire, mais aussi la force de l'Amitié, l'Amour et blablablablabla... ce dont était évidemment totalement dépourvu notre brave Super-Skrull. Comme l'a souligné Sigmar, ces histoires sont kitch à souhait, mais se laissent relire avec le regard de la nostalgie d'une époque révolue.
Bref, Marvel nous remet en scène les Skrulls qui ont aussi la particularité d'être poymorphes et de pouvoir copier l'apparence ET les pouvoirs de tout le monde. Et figurez-vous qu'ils ne se sont pas privés, et on apprend que ça fait des mois, voire des années qu'ils sont infiltrés. Mais c'est horrible !!!! cela signifierait-il que le lecteur assidu de comics lit depuis des années en réalité les aventures de Spider Skrull Man ? vous le saurez en lisant cet arc. Vous l'aurez compris, on a droit à une histoire à la "BattleStar Galactica" où votre meilleur ami peut en fait être votre pire ennemi. D'autant plus que les Skrulls infiltrés peuvent être des agents dormants qui n'ont pas conscience d'être des Skrulls tout en croyant être réellement le super-héros original mais sans l'être tout en l'étant sauf quand ils se "réveillent" et que le "réveil" ne foire pas.
Alors forcément, tout ça n'aide pas pour la confiance et un gentil sentiment de paranoia s'empare de tout le monde. Mouais... sauf que là, je trouve que ça tombe franchement à plat. L'aspect psychologique du truc est totalement escamoté et on se retrouve avec des "je tire d'abord, je pose des questions après" toutes les 3 pages. Sans compter les combats où tout le monde se bat contre tout le monde sur des doubles pages qui me donnent l'effet d'être du remplissage.
C'est dommage, car à mon sens, il y avait de quoi faire une chouette histoire. Ou tout simplement une histoire fun. Et c'est d'ailleurs dans cet état d'esprit que j'avais commencé ma lecture. Mais au fil des pages, j'ai très vite déchanté aussi rapidement que se pointait l'ennui.
Et pour finir, ce qui m'a déplu, c'est l'incohérence des situations. La Veuve Noire et son pistolet qui descend le Skrull qui a pris l'apparence et les pouvoirs du Phoenix... euh, il a raté des épisodes des X-Men dans les années 80 ou quoi, Bendis ? franchement, je veux bien qu'on soit dans un monde imaginaire où je sais bien qu'à tout moment, et parce que le scénariste l'a décidé, le Punisher peut étaler Thanos, mais quand même... un peu de cohérence ne ferait pas de mal.
Je passe sur les résurrections faciles de personnages que permet cette histoire. Comme d'habitude, Marvel est super douée pour escamoter son univers. Electra était morte ? ben non, c'est cool, c'était juste un Skrull. Oiseau Moqueur, la femme d'Oeil de Faucon, nous avait quittés ? bien sûr que non, c'était un con de Skrull qui s'est fait dessouder. A vomir.

Je passe sur les dessins. Personnellement, je n'aime pas trop le style de Yu mais j'avoue avoir beaucoup apprécié les dessins qu'il fait des Skrulls Super Héros. Pour les héros classiques, par contre, je suis moins convaincu. Et j'ai trouvé les couleurs bien trop criardes.

Non, vraiment, cette invasion aurait dû rester secrète en ce qui me concerne. Très peu d'intérêt. Et je m'aperçois que j'ai oublié de parler de la fin qui m'a fait mourir de rire tellement elle est peu crédible. Allez, tout ça, c'est de la faute de Tony Stark, alors on va donner les pleins pouvoirs à notre ami Osborn (y'a encore des gens qui ne savent pas que c'est un psychopathe dans le monde Marvel ?) pour qu'il sauve le monde. Et cette planche finale où Osborn convoque les badboys du Marvelverse pour leur apprendre que ça va être le moment de se gaver ? mouahahahahahah !!!! depuis quand Fatalis avec son caractère mégalo, il accepte de recevoir des ordres (ou des conseils) d'un rouquin frisé ? et Loki ?
Non, vraiment. "Secret Invasion" = grosse blague.

12 1 2012
   

Les Skrulls, cette race d'aliens polymorphes a fait les beaux jours des "Quatres Fantastiques" à leurs débuts, souvenez-vous du "Super Skrull" qui possédait les pouvoirs des 4 héros réunis; de grandes aventures un peu kitchs qu'on relit avec plaisir.
Entre temps, c'est Skrulls (les ennemis jurés des Krees, dont fait parti le Capitain Marvel) ont subis de plein fouet la vague d'Annihilation (un Insecte super méchant accompagné d'une armée toute aussi Badass) et leur planète a été réduite à néant. Du coup, ils n'ont rien trouvés de mieux que de choisir la Terre comme nouveau monde de villégiature. Pour ce faire, ils décident se cacher parmi les humains (et comme de par hasard, pas les moins dotés en super pouvoirs) pour nous asservir et préparer la conquête de notre bonne vielle Terre.

Ok, c'est pas super clair, et je peux le comprendre. Ce que j'essaye de vous dire c'est que pour comprendre dans sa globalité la portée de "Secret Invasion", il faut avoir un gros passif chez Marvel car les ramifications et les clins d'oeil sont légion. On retrace une bonne partie de la continuité Marvel dans cet opus, et le lecteur non-aguerri risque non seulement de s'y perdre un peu, mais surtout de rater pas mal de choses. La dame au 3ème rang veut des exemples ? Ok, prenons par exemple le personnage de l'Oiseau Moqueur, l'ex-fiancée d'Oeil de Faucon; et bien ce personnage est mort de façon totalement naze dans les années 80 en raison de la fin prématurée d'une série (les "West Coast Avengers" je crois), Bendis en tant que fanboy, n'a jamais pu digérer ça, du coup il en profite pour la faire revenir en disant "voilà, elle est morte comme une merde, mais c'est parce que ce n'était pas elle, c'était un Skrull pour pourri qui avait pris sa place". Idem pour le personnage d'Electra; souvenez-vous, Miller dans son run magnifique avait crée l'héroine pour mieux la tuer à la fin, mais pareil, elle n'était pas vraiment morte, car encore une fois c'était un Skrull tout moisi qu'avait tué Bulleye.

Pierre comparait plus haut "Secret Invasion" à Galactica, moi je pencherai plus à une série comme "V". On a de l'action, du suspense, de la trahison de multiples twists. Alors "oui", c'est parfois téléphoné, "oui" on ressuscite des personnages "comme par magie"; mais bon ça fonctionne assez bien.
Surtout que la fin nous permet d'ouvrir sur une nouvelle ère Marvel "Dark Reign".

ps: j'oubliais de dire que Leinil YU est tout simplement génial, il un style qui lui est propre et que, personnellement, j'adore !

2 1 2012
   

Tous les fans de comics savent que Bendis a eu une brillante carrière avant que d'être embauché par Marvel. Un peu comme Morrison et D.C !
Après "Civil War", qui reposait sur une idée politique, la Loi de recensement laissant un choix cornélien aux Héros (se déclarer comme tel et lever son identité secrète) et qui a fini par les diviser profondément, cette nouvelle saga s'appuie sur une idée bien plus banale. Les vilains SKrulls sont en effet de vieilles connaissances E.T., que les fans du Marvelverse connaissent déjà depuis les psychédéliques années 70. Et les revoilà motivés, comme depuis toujours, à asservir la Planète, en semant la zizanie puisqu'ils sont polymorphes, donc susceptibles d'adopter parfaitement l'apparence des humains.
Posé comme cela, ça sent le réchauffé et je n'étais pas trop emballé par ce revival a priori peu original.

Pourtant, ce run comporte quelques qualités. Le traitement du récit laisse en effet la part belle à la paranoïa, qui s'installe doucement mais sûrement. Dans la famille Qui est qui, on voudrait untel, à moins que ce ne soit un Skrull ! Avec ce ressort narratif simple, Bendis crédibilise la confusion qui s'étend parmi les Super-Héros, sans jamais non plus embrouiller le lecteur, tout en ménageant le suspens. Pas mal du tout, même si la fin laisse un peu à désirer.
D'autre part, le travail de Yu est assez agréable. Son trait précis et assez dynamique garantit le grand spectacle quand ça castagne. Là, le cahier des charges est plutôt bien rempli, avec des couleurs qui claquent bien.
En conclusion, cet arc, sans être fabuleux, peut être lu sans déplaisir. Il annonce également le retour au premier plan du père Osborn, qui va avoir son heure de gloire dans "Dark Reign", l'arc qui succède immédiatement à celui-ci, et qui est aussi un ton au dessus !