46 567 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
 

Scumbag loser, tome 2

 
 

Résumé

Scumbag loser, tome 2Afin d'acceder au résumé de Scumbag loser, tome 2, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Scumbag loser, tome 2On retrouve dans cet album le ton transgressif du premier, et cette atmosphère malsaine, qui faisaient tout l’originalité d’une série qui exploitait outrancièrement le mal-être d’une certaine partie de la jeunesse japonaise : celle des ados mal dans leur peau, qui font la risée de tous. Et on commence fort avec un Masahari qui commet un parricide dans les premières pages, et qui ensuite s’en prend à toute la classe. Le scénariste enchaîne les idées violentes, malsaines et dérangeantes pour faire se son héros un anti-héros parfait, auquel on a du mal à adhérer. L’idée, derrière tout cela, c’est que Masahari ne commet pas ces crimes gratuitement, mais est en fait investi d’une mission : faire disparaître tous les êtres fantastiques que l’espèce de goule Haruka a créé en les bouffant. On est dans du fantastique un peu barré, mais il faut reconnaître que l’atmosphère particulière qui se dégage de se seinen fait toute la force de la série.

Pourtant, l’effet de surprise et de nouveauté ne joue plus vraiment et les questions s’amoncellent à mesure que l’on tourne les pages. La nature même d’Haruka n’est jamais explicitée, et on comprendra mal pourquoi toute la classe de Masahari ne le dénonce pas. Par ailleurs, la rupture avec les dernières pages de l’album précédent est quand même assez rude : on avait découvert un personnage amaigri et transformé physiquement suite à la rencontre avec Haruka, et on se retrouve ici avec exactement le même personnage que dans le premier tome. Il y a un truc qui ne colle pas et ca me chiffonne. Mais ce n’est pas le seul enchaînement très discutable : en milieu de tome, en effet, on abandonne notre héros pour se retrouver avec Ooruka, qui serait son alter ego féminin. Si on comprends bien la volonté du scénariste de montrer que le mal-être adolescent ne touche pas que les mecs, et que les jeunes filles aussi sont touchées par cet état d’esprit malsain, le fait de passer subitement à ce personnage (et à cette situation totalement grotesque d’audition) a de quoi déstabiliser le lecteur.

La tonalité de l’ensemble est vraiment originale et intéressante, et le mal-être adolescent transformé en névrose fantastique permet de caricaturer, et donc de dénoncer, des comportements et une société. Mais dans ce deuxième album, la narration est très aléatoire, et les explications attendues ne viennent pas, laissant craindre que le scénariste oublie de développer un scénario construit pour insister plus lourdement sur les scènes dérangeantes.

Tous les visuels de cette chronique sont © Mikoto Yamaguti / SQUARE ENIX CO., LTD.


Chronique rédigée par gdev le 20/02/2017
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3288 (74,24 %)
  • 367 (8,29 %)
  • 774 (17,48 %)
  • Total : 4429 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,51 7,51 7,51
Acheter d'occasion : 4,47
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Décembre 2013
Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Scumbag loser, tome 1 2 3.75
Scumbag loser, tome 2 1 3.00
Scumbag loser, tome 3 1 1.50