46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Baptême du feu
 

Savage Dragon, tome 1 : Baptême du feu

 
 

Résumé

Savage Dragon, tome 1 : Baptême du feuAfin d'acceder au résumé de Savage Dragon, tome 1 : Baptême du feu, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Savage Dragon, tome 1 : Baptême du feuRien ne semble pouvoir endiguer la vague de crimes qui déferle sur la ville de Chicago. Alors que les forces de l’ordre sont totalement impuissantes face aux super-criminels dirigés par un certain Overlord, au milieu d’un champ enflammé, le lieutenant Frank Darling fait la découverte d’une étrange créature humanoïde à la peau verte. Frappé d’amnésie et baptisé « Dragon », l’individu verdâtre se lie d’amitié avec le policier qui vient de le recueillir et finit par accepter d’intégrer les troupes du commissariat de Chicago. Doté de capacités physiques hors norme, il fait vite souffler un nouveau vent de justice sur la ville … au grand damne du syndicat du crime.

Créé par Erik Larsen lors de la naissance d’Image Comics en 1992, "Savage Dragon" est, tout comme "Spawn", l’une des seules saga originelles de l’éditeur à encore être éditée de nos jours. Après quelques épisodes publiés par Semic, c’est Delcourt qui entreprend la publication intégrale de cette série fleuve au sein de sa collection Contrebande. Outre le début des aventures de Savage Dragon, ce premier volet dévoile également les origines du héros (un épisode 0 datant de 2002) et reprend la mini-série "Blood and Guts" de Jason Pearson ("Body Bags"), le tout réorganisé de manière chronologique.

Le fait de débuter par les origines du personnage, avant son arrivé sur Terre, permet non seulement de découvrir un héros au caractère totalement différent, voire haïssable, mais permet également de lire la suite sous un autre regard, en se demandant constamment ce qui arriverait s’il recouvrait soudainement le mémoire. Passé cette préquelle prometteuse et la mise en place efficace de ce colosse amnésique, l’auteur a cependant tendance à sombrer dans l’action lourdingue et les dialogues niais. Si l’auteur parvient certes à livrer une approche parodique et parfois amusante du genre, cette accumulation de bastonnade décérébrée manque tout de même cruellement de finesse. En tentant de développer un semblant d’intrigue en fin d’album, l’aventure en solo de Jason Pearson redresse quelque peu la barre, mais sans jamais atteindre de véritables sommets.

Au niveau du graphisme, Erik Larsen enchaîne les scènes musclées dans un style très reconnaissable. Outre le physique peu commode de sa créature hulkienne surmontée d’une curieuse crête, l’auteur propose un festival d’adversaires flamboyants aux trognes improbables et aux biceps déconcertants. Si le respect de l’ordre chronologique présente des avantages, il nuit cependant légèrement à l’uniformité graphique de l’ensemble et résulte en un morcèlement parfois perturbant de l’histoire.

Une première intégrale portée sur l’action, dont le côté « second degré » saura ravir ceux qui parviendront à passer outre le manque de profondeur des récits.


Chronique rédigée par yvan le 02/04/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 1,50 Note générale
  • Originalité : 1,50 Originalité
  • Scénario : 1,00 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 26,55 26,55 26,55
Acheter d'occasion : 30,01
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 1.83
Dépôt légal : Janvier 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Savage Dragon, tome 1 : Baptême du feu, lui attribuant une note moyenne de 1,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 4 2015
   

Qu’en dire !?!... peu de choses quand même, si ce n’est l’épaisseur de ce tome.
Tome qui, je crois, restera unique car presque tout est dit dans cette intégrale.
Ce n’est pas déplaisant et, créé en 1992 par Erik Larsen, un superbe carnet de croquis termine cet opus.
J’ai ainsi pu découvrir ce héros… un de plus dans cet univers, MAIS ce « dragon » joue quand même la franchise ; ce qui est assez rare dans le monde des super-héros.
Pas grand-chose, quand même, à se mettre sous la dent.
C’est peut-être incontournable pour certains, mais pas pour moi ; qui plus est le thème général « donne » dans le déjà vu/lu et, bon, ça ne m’intéresse pas outre mesure.

2 4 2010
   

Fan s'il en est d'Image, je n'ai pourtant jamais pu accrocher véritablement à Savage Dragon. Comme quoi, j'ai beau avoir apprécié le travail de Larsen sur Spider-Man, son personnage du Dragon ne m'a jamais passionné, même si le parti pris fun force à sourire.
Ok, l'auteur revendique la production d'un comics à l'ancienne, privilégiant les scènes d'actions et les retournements spectaculaires de situations, à la manière de Kirby, mais ça ne m'amène pas pour autant à m'extasier à la lecture de ses aventures.
Difficile en effet d'y trouver une once de crédibilité, ou même de suspense, au milieu de cette saga frisant la parodie permanente.

Cette édition a le mérite d'offrir une grosse tranche de Dragon et l'idée de la commencer par les origines n'est pas mauvaise. Seulement, le hic, c'est que l'épisode a été écrit dix ans après sa suite immédiate, et qu'on le voit bien dans le graphisme...

Pour le reste, c'est fun mais bourrin à souhait. L'intrigue ? La quoi ? Pourquoi faire ? Ce qui fonde la série c'est que la pègre va prendre le dessus sur les forces de Police, jusqu' à ce que cet autre Géant Vert débarque et fracasse du vilain à tout va...
Donc partant de là, inutile de construire des histoires complexes, même si les derniers épisodes du recueil sont un peu plus scénarisés...

Vous l'avez compris, c'est du pur divertissement, avec un second degré tout de même pas très profond.
Beaucoup de bastons, un peu d'humour, un graphisme spectaculaire qui flirte avec la caricature, après tout il faudrait être très sévère pour dire que c'est mauvais, mais c'est juste pas mon truc.