45 063 Avis BD |19 420 Albums BD | 7 701 séries BD
Accueil
Chronique d'une Collision Politique
 

Rural ! : Chronique d'une Collision Politique

 
 

Résumé

Rural ! : Chronique d'une Collision PolitiqueAfin d'acceder au résumé de Rural ! : Chronique d'une Collision Politique, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Rural ! : Chronique d'une Collision PolitiqueIl faut d’abord préciser que c’est vraiment une BD à part. Certes le format nous est bien connu, cases et bulles, mais pas le style d’histoire. D’ailleurs c’est pas vraiment une histoire, mais plutôt un reportage, un documentaire, une enquête. Alors soyez prévenu, il n’y a pas de héros, pas de but, pas de vraie fin.

Bon ceci étant dit, que c’est intéressant ! On a tout simplement un documentaire BD sur la vie de tous les jours de 3 fermiers ! Ca parle de quoi ? Ben de taches quotidiennes, traite, vêlage, récolte, … mais aussi de sujets plus graves, comme le passage d’une autoroute en plus milieu de l’exploitation, ou encore l’arnaque des supermarchés sur la bouffe biologique. En clair les fermiers revendent un litre de lait biologique à peine plus cher qu’un litre de lait normal, et votre Carrefour favori vous le refourgue le double !!! Bonjour le bénef ! Vous le saviez ça ? Moi pas…

Les élus locaux sont aussi montrés du doigts et critiqués sur leur façon de communiquer et gérer le « fléau autoroute ». Et attention, tous est vrai, les faits, les dates, les noms. Le tout est documenté d’extraits de journaux d’époque et autres cartes. Je vous rassure, leur lecture n’est pas nécessaire du tout à la compréhension de l’histoire.

Il y a aussi un passage poignant sur ce couple de jeunes qui ont racheté une vieille ferme, et l’ont remis sur pieds à coup d ‘argent, d’années, de travaux et d’efforts. Oui mais voila, le tracé de l’autoroute passe pile poil dessus. Dur. Très dur. Suivez leur combat, leur détresse, leur désespoir, et finalement leur abandon face à une administration sourde et sans cœur. Et gardez toujours en tête que ces gens existent. Cette maison existe. La BD vous explique d’ailleurs comment reconnaître ses restes en passant sur l’autoroute en question!

Plus que tout, cette BD, car c'en est finalement une, nous montre la vie de nos paysans. Leur soucis, leurs craintes. Moi ça m’a vraiment ému, car je me suis toujours senti proche de ces gens qui bossent tellement dur pour nous nourrir, et sans qui on serait totalement incapable de survivre. Je pense qu’ils devraient être admirés au même titre que ces chirurgiens ou autres scientifiques dont on entend tant parler. Cette œuvre nous sensibilise à l’amour de la nature, de notre terre, pour nous, et nos enfants à venir. C’est beau, très beau. Ok, parfois la limite entre reportage et propagande est un peu floue. Peut être est elle parfois franchie. Mais sans jamais vraiment aller trop loin.

J’ai vraiment adoré cette petite BD, c’est rempli de joie de vivre et de nature. Je mets culte. C’est peut être exagéré, mais c’est ma réaction après lecture. A lire, mais à ne pas mettre en toutes les mains. De toute façon je pense que vous devez bien vous doutez si un tel sujet vous intéressera ou pas.

Moi, ça me passionne.

PS : Je tiens à préciser que même si le sujet traité est grave, le ton est plutôt drôle, et on rigole souvent ! Si si… l’auteur me fait notamment marrer en décrivant la vie des vaches. « Ca bouffe, ça chie, ça bouffe, ça chie ». Bref, vous en faites pas, si certains passages sont tristounets, d’autres sont carrément drôles ! Voilà qui est dit... :)


Chronique rédigée par Alix le 27/06/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 58 (75,32 %)
  • 15 (19,48 %)
  • 4 (5,19 %)
  • Total : 77 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,88 11,88 11,88
Acheter d'occasion : 21,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.97
Dépôt légal : Mai 2001

Avis des lecteurs

16 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Rural ! : Chronique d'une Collision Politique, lui attribuant une note moyenne de 3,97/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 10 2017
   

Une visite d'un monde agricole pendant laquelle l'auteur va retenir deux axes : la production biologique d'une part, et la construction d'une autoroute qui va venir modifier le paysage agricole et déloger certains riverains. Un documentaire bien conduit dans lequel on sent que l'auteur a partagé le quotidien, et la cause de ceux dont il nous présente l'histoire. Un documentaire toutefois partial, qui oublie que le message serait d'autant mieux passé si on avait essayé de mettre en perspective les avis et les points de vue. Certes, forcément, à force de côtoyer ces individualités, ces agriculteurs qui accueillent l'auteur, et donc le lecteur, on les trouve rapidement sympathiques, et finalement peut-être qu'essayer de présenter les choses de façon plus mesurée n'aurait pas eu un grand impact. Cela aurait eu toutefois le mérite de présenter un documentaire objectif et non un tract partisan... Parce que, à force de vouloir nous présenter les événements et les idées que d'un seul et unique point de vue, et si je ne remets pas en cause la bonne foi de l'auteur, j'en viens toutefois à me méfier de tous ces personnages qui sont trop gentils tout plein pour véritablement être humains. A noter que le récit de la construction de l'autoroute m'a plus convaincu que celui autour de la confrérie agricole, un peu trop marquée politiquement pour moi. On aurait pu imaginer que ce type de production soit justement le moyen de présenter une cause, un mode de vie, un mode de production; laissant au final le lecteur le soin de choisir, d'analyser et de se faire sa propre opinion. Au final, j'ai un peu l'impression que l'on tente de m'imposer quelque chose, ce qui provoque un léger rejet et qui, à mon sens, est à l'opposé du but recherché par l'auteur.

23 2 2012
   

C'est le 5ème album que je lis d'Etienne Davodeau (après "L'Atelier", "Les amis de Saltiel", "Les ignorants" et "Les Mauvaises Gens") pourtant j'ai à chaque fois l'impression que je découvre totalement son travail... Après avoir apprécié "Les Mauvaises Gens" et adoré "Les ignorants" j'ai lu sa BD-documentaire la plus connue, facette pour laquelle l'auteur est connu.

Il y a une chose qui m'interpelle : Pourquoi faire l'amalgame entre l'agriculture biologique et la construction de l'autoroute ?
Le lien est vraiment ténu, et l'album m'a paru foutraque... J'ai eu la désagréable impression que l'auteur parlait de toutes ses convictions, de tous les sujets qui lui tiennent à cœur, mais sans lien.

D'ailleurs, j'aurais préféré que "Rural !" se concentre sur l'histoire de l'autoroute... Pourquoi ? Car j'ai lu récemment "Les ignorants" (qui est certes sorti après) et qui traitait aussi du sujet de l'agriculture biologique d'une façon beaucoup plus intéressante.
En effet, dans "Rural !", Davodeau nous annonce qu'il va suivre pendant 1 ans le travail de ses amis agriculteurs, mais il s'implique beaucoup moins dans ce travail que dans "Les ignorants", comme il n'aide qu'assez peu aux différentes tâches on a aucun détail technique qui aurait pu nous apprendre des choses. Et même si le travail à la ferme n'est qu'effleuré, au fil des pages, il se mélange au thème de la construction de l’autoroute ce qui rend l'album un peu indigeste et pas toujours des plus intéressants (même si il se lit relativement vite)...

Après, ce que Davodeau nous raconte reste assez touchant voire captivant (Davodeau a un vrai talent de narration). L'enquête est assez bien documenté et on ressort de notre lecture plus instruit, mais le scénario aurait pu, beaucoup plus me convaincre.

Le dessin de Davodeau est dans la même veine graphique et même style que dans ses autres œuvres engagées que j'ai pu lire ("Les ignorants", "Les Mauvaises Gens"), mais le dessin me paraît moins maîtrisé, moins précis et mature que dans les autres œuvres citées (celui de "Les ignorants" était vraiment magnifique).

Je ressort certes de cette lecture plus instruit, mais, tout comme pour "Les Mauvaises Gens" je ne suis pas autant enchanté qu'après ma lecture de "Les ignorants"...

21 10 2006
   

Non, ce n'est pas possible ! Je n'avais pas donné mon avis sur "Rural !". !!!!
Pour moi, il s'agit d'un des tous premiers livres qui m'ont fait découvrir et aimer une BD alternative des grands récits d'aventures classiques.
Davodeau a longtemps été mon chantre des contrées à découvrir, mon poète des chemins à défricher. Bref, j'aime son oeuvre et cet ouvrage en particulier, à la tonalité si agréable.

"Rural !" c'est une atmosphère, suivre les membres du G.A.E.C. du Kozon pendant un an, aimer leurs vaches, et leur façon de procéder.
Et puis, narrer en même temps ce combat de détérioration de la qualité de vie, cette résistance à l'autoroute qui engloutit les terres.
C'est vrai aussi, le livre est un peu long à démarrer, mais ensuite... Dès qu'il s'engage, qu'il prend partie, Davodeau nous libère.

Agriculteurs et autoroute: on pourrait alors craindre le pire, mais Davodeau traite les sujets avec tellement de délicatesse que c'est HUMAIN avant tout, centré sur l'individu, celui qui possède une vision collective des choses.
Penser à l'avenir, penser au bien d'autrui, produire autrement, des valeurs à partager, que l'auteur nous fait aimer, fort.
Et, des magouilles politicardes (de droite !) on sort écœurés. On peut même nous ramasser dans une (De) Charrette !

Alors, avec la force du noir et blanc et de ses dessins si personnels, Etienne Davodeau nous délivre un ouvrage sentimental et une bouffé d'oxygène dans ce monde écrasé par la vitesse, la production coûte que coûte.
Il nous sort de notre routine citadine, et on respire.
A pleins poumons (et tant pis si parfois ça sent la bouse). C'est extra.

28 8 2006
   

Un album fort et vrai comme j'aimerais en lire plus souvent. Davodeau dépasse ici le cadre de la bande dessinée pour offrir à ses lecteurs un documentaire plus vrai que nature sur le monde paysan à l'aube du 21e siècle. Le pari de l'agriculture bio, les difficultés face à une urbanisation galopante, les tracas administratifs et le train-train quotidien, entre le vêlage, les foins, la collecte du lait, bref c'est une véritable introspection dans le quotidien d'une exploitation paysanne que nous propose ici l'auteur.

Il aborde également des sujets fort comme le remembrement suite à la construction d'une autoroute, la lutte contre la société autoroutière, la défaite de ceux qui vont devoir quitter leur maison car l'autoroute la traverse. En bref, Davodeau, que je connaissais surtout jusque-là à travers des scénarios plus proche du polar, s'intéresse ici à un domaine qu'il dépeint avec un mélange idéal d'humour et de dureté.

Le dessin en noir et blanc colle très bien à l'univers abordé, et à la vocation documentaire de cet album. D'un trait fin, énergique et dépouillé, Davodeau donne avec brio vie aux différents personnages qui vont graviter à travers l'album, des trois fermiers qui ont monté leur exploitation bio, au couple qui va devoir se résigner à partir, en passant par les élus locaux. Sobre et dépouillé, le dessin de Davodeau contribue donc à la qualité de cet album.

A lire absolument.

6 1 2006
   

J'ai acheté Rural sur la foi des avis ici présents. Je dois avouer ne pas en avoir été déçu mais pour autant, j'ai tout de même un avis assez mitigé sur cette BD.

Tout d'abord, en entamant la lecture, j'ai cru voir transposé en BD un véritable reportage/documentaire comme on en voit à la télé. Je me suis même franchement demandé quel interêt il y avait à avoir utilisé le support de la BD pour faire cela. D'accord, c'est intéressant, c'est même très instructif, mais pourquoi mettre ça en BD ?

Et finalement, en cours de lecture, je suis davantage rentré dans l'"histoire", (car il y en a une), j'ai apprécié l'humour de l'auteur sur certaines cases et certains dialogues, j'ai apprécié les dessins et les points de vues graphiques. Bref, j'ai fini par comprendre l'interêt de faire ça en BD et je dois avouer ne pas regretter mon achat de ce côté là. C'est sympa, très intéressant et assez prenant au bout de quelques pages.

Maintenant, ce qui me plaît vraiment moins dans cette BD, c'est à quel point elle est engagée politiquement. Je suis loin d'être d'un avis contraire à tout ce que l'auteur nous présente et soutient ouvertement (ma femme et moi nous nous sommes par exemple totalement mis au bio depuis quelques temps). Il est certain que certaines choses qu'il nous montre paraissent inacceptables et il les présente comme telles. Mais je demeure avec le sentiment profond que l'auteur ne nous montre (et il le dit lui-même) qu'une seule facette de la chose. Il ne laisse pas la parole à la partie adverse (car il y en a une et il la désigne noir sur blanc). Il explique pourquoi il le fait à un moment dans la BD et nous dit même ce que celle-ci aurait sûrement répondu, mais il n'en reste pas moins que cette BD est toute entière orientée vers un idéal politique affichant ouvertement une opinion manichéenne du style "c'est nous les bons, et eux c'est les cons". De nouveau, je le répète, je suis globalement du même avis que l'auteur dans ce qu'il nous présente dans cette BD, mais le fait d'avoir entre les mains ce que je considère presque comme un manifeste politique plutôt qu'une BD équilibrée et lisible par tous me rebute un peu.
C'est un choix personnel.

6 1 2006
   

Utilité publique. C'est la première expression qui m'est venue à l'esprit à la lecture de l'oeuvre la plus connue de Davodeau. Car on apprend beaucoup à la lecture de Rural !, et notamment à combattre les idées reçues. Les soucis du quotidien des agriculteurs, mais aussi leurs aspirations politiques et philosophiques.
De prime abord le livre peut sembler désordonné. Mais une fois que le parti-pris chronologique est assimilé, on se laisse porter par l'histoire.
Ecouter attentivement les explications et le témoignage d'Olivier, Etienne et Jean-Claude ; compatir au désespoir de catherine et Philippe, qui ont rénové leur maison pendant 10 ans pour la voir détruite par la construction de l'A 87...
C'est captivant, parfois drôle, et l'implication de davodeau dans son histoire nous permet de voir son interaction avec ces gens qui ont décidé de faire de la terre leur environnement unique. Une perle.

10 11 2005
   

Je suis vraiment très touché par cet album, ils me remémore plein de truc de ma jeunesse, de ma famille etc...

Pour une fois je vais parler un peu de moi :
Mon oncle a repris la ferme de mes grands parents, l'exploitation familiale perdure de génération en génération et c'est maintenant mon cousin qui tient les rennes.
La ferme se situe dans un tout petit village de 300 âmes dans le Jura, ce village s'appelle Colonne, juste à coté de Lons le Saunier et l'exploitation est 2 km du bourg.
Un beau jour, on annonce la création d'une autoroute pour relier Dijon à Dole, multiples tracés sont proposés et finalement le tracé final passera juste dans la plaine entre l'exploitation de mon oncle et le village...
Lui qui produit du Comté et de la farine Bio, il ne sait pas trop comment faire avec la pollution de l'autoroute...

Fini de parler de moi, je tiens à féliciter Davodeau pour la justesse de ses présentations de l'activités agricole, je retrouve tout ce que vit au jour le jour des membres de ma famille, l'insémination toujours impressionnante, les tracteurs et l'odeur du foin sec, et surtout la malédiction de la bouse dans la salle de traite :p
Tout y est, on sent vraiment que l'auteur à pris plaisir à entrer dans ce monde un peu spécial, plein d'idéal et de bonne volonté.
Il est très juste dans sa façon de présenter les choses, en gardant un regard un peu distant sur la situation, sans trop prendre position. Son récit est vraiment bien construit, plein d'humanité, le passage avec les habitant u "Bignon" sont poignant, on est mal pour ce couple qui a tout fait tout seul dans cette maison et qui doivent du jour au lendemain choisir entre l'autoroute dans leur jardin ou de l'argent...
Bref, c'est touchant et très très bien narré.

Graphiquement, c'est très sobre, le noir et blanc sied parfaitement pour accompagner cette chronique agricole (et puis c'est pratique pour dessiner les vaches :D), on suit agréablement les tribulations de notre reporter dessinateur dans les champs et les fermes.

Je suis tout chose après avoir lu cet album, ému de voir comment un auteur peux rendre hommage à ces gens qui font un petit peu pour la nature et qui voit en quelques années des efforts réduits à néant par une grosse machine politique et financière...
Je me rend compte que j'ai eu la chance de vivre quelques mois dans cet univers à part et qui est voué à disparaître si on ne fait rien... Un ouvrage à vertu éducative peut être qui donnera je l'espère envie à des gens de faire quelque chose pour ces agriculteur et exploitant un peu utopiste...

Dans le tome, Davodeau ne veux pas aller voir le chargé de Com du constructeur, il a bien raison, la preuve ;)

Une brochure sur l'A39

10 10 2005
   

Voici un album reportage d’Etienne Davodeau sur Etienne, Jean-Claude et Olivier, trois agriculteurs qu’il a suivi pendant environ un an. Trois agriculteurs associés qui, par conviction personnelle, sont passés d’une agriculture conventionnelle à une agriculture biologique avec tous les problèmes que cela entraîne. De plus, c’est impuissant qu’ils assistent à la planification et aux travaux de l’autoroute A87 Angers-Cholet qui va couper leur exploitation en deux en passant dans la salle de bain fraîchement rénovée de leurs voisins.

Même si le récit offert par Davodeau n’est pas entièrement objectif et qu’on sent qu’il se lie d’amitié et s’implique de plus en plus tout au long du reportage (et le lecteur aussi d’ailleurs), il a déjà le grand mérite de ne pas nous livrer une énième image caricaturale pourvue de vieux paysans boiteux et munis d’un couvre-chef usé. Ici, les paysans sont jeunes, modernes et osent parler bio.

Davodeau combine ici ses grands talents de narrateur à un récit qu’il rend très fluide et agréable à lire à l’aide de flash-backs habiles. Mais Davodeau n’est pas seulement un grand narrateur, c’est également une touche humour que j’apprécie et un côté très humain émouvant.

Cette famille qui se voit délocalisée pour une compensation financière plutôt modeste ne peut laisser indifférent. Ce genre d’histoires que les paparazzis rongent jusqu’à l’os, mais que Davodeau aborde avec justesse, humanisme et respect.

L’humour et l’autodérision de Davodeau qu’il distille avec brio jusque dans ces remerciements à la fin du tome (Merci à l’ASF, non c’est pour rire). Ceux qui aiment cet humour doivent absolument lire "Quelques Jours Avec Un Menteur" de Davodeau.

Et puis, pour tous ceux qui aiment commencer leurs journées par un bon verre de lait (ou même pour ceux qui sont allergiques et se gavent de soja), c’est très intéressant de voir comment fonctionne une ferme laitière, avec les interminables heures de travail qui précèdent la fabrication de ce verre de lait.

Si le sujet de l’autre album reportage de Davodeau "Les Mauvaises Gens" ne m’avait pas plu, celui-ci est accessible de tous et devrait combler tous les amateurs de Davodeau et autres BDphiles.

30 5 2004
   

C'est au travers d'un documentaire que Davodeau nous plonge dans le monde rural d'aujourd'hui. Et il s'y plonge également puisqu'il y dessine son propre personnage, ce qui est plutôt amusant.

On peut le remercier pour cet ouvrage car le cinéma nous a trop souvent décrit le monde paysan de manière caricaturale, n'hésitant pas à dépeindre les fermiers comme de vieux paysans bourrus ou de jeunes simplets aux oreilles décollées sous un béret usé. L'actualité, quant à elle, n'aborde ce thème qu'en cas de grande crise alimentaire ou de vaches qui perdent la tête.

Ici, rien de tout cela. L'auteur nous entraîne dans le quotidien de 3 jeunes fermiers qui osent 'penser' bio dans un monde où la rentabilité à tout prix est devenue la règle. Combat perdu d'avance ?
Non ! Malgré les contraintes, il est encore possible de dégager du profit en respectant la nature et donc l'homme. On a envie de serrer les mains de ces gars-là et de leur dire : "Merci ! Si seulement tout le monde pensait comme vous..."

Davodeau étend son périmètre d'observation à d'autres habitants du village, confrontés à l'arrivée d'une autoroute dont le tracé est plutôt 'douteux'. Et quand les pouvoirs publics décident de couler le béton en plein milieu de votre salon, les protestations semblent vaines.

Au final, l'histoire est plaisante à suivre (même si les événements racontés le sont moins) et nous sensibilise à une réalité peu connue du grand public. Les personnages sont attachants ; j'aurais d'ailleurs aimé passer plus de temps avec nos 3 compères. Le dessin, quant à lui, n'est pas grandiose mais les 140 pages sentent quand-même bon la campagne...

19 2 2003
   

Comme le pensent et le soulignent de plus en plus d'auteurs de BD, la BD est un médium au même titre que le cinéma, la télévision, le multimédia, etc. A ce titre elle peut véhiculer n'importe quel message, sans devoir aucunement se limiter aux "p'tits miquets", à l'HF ou à la SF. Défonçage de porte ouverte me direz-vous ? Certes, mais avec "Rural !" on aborde la BD sous un angle très inhabituel, celui du reportage. Le fait est à ma connaissance unique. Dans tous les cas, certainement très rare.
A ce titre, cela en fait une curiosité en soi. Je ne la recommanderai donc pas à n'importe qui. Amateurs de BDs mainstream et classiques, vous risquez d'être surpris, voire même de ne pas aimer. Car comme le disent tous les avis de cette page, "Rural !" est un petit morceau de la vie d'agriculteurs bio, d'un couple qui doit quitter sa maison, gênés par le passage d'une autoroute à proximité de leur village.
Alors, oui, cet album est "engagé", même si je déteste ce mot. Oui, on nous présente surtout un point de vue. Oui encore, on peut avoir l'impression que "tout le monde il est beau tout le monde il est gentil".
Mais pour ma part, ce n'est pas mon impression. On a là un reportage, donc nécessairement partial. Celui-ci est raconté de façon parfois un peu confuse, mêlant l'histoire de l'installation de nos trois agriculteurs, des détails techniques (l'insémination des vaches reste mémorable ! ), des argumentations contre ASF, société qui construit l'autoroute, etc. Mais cette "confusion" fait de ce livre une éspèce de journal, et lui donne donc un cachet très particulier.
En plus, on a là une vision autre que les visions "officielles", diffusées (j'ai envie de dire imposées) par les personnes (physiques ou morales) influentes. Aucune paranoïa là-dessous, simplement une vision proche des évènements et des faits, de la réalité.
Davodeau nous interpelle (intelligemment, de surcroît !), non seulement par l'histoire elle-même, mais aussi par sa préface, que je vous incite à bien lire avant de vous ruer sur la 1ère page.
Alors voilà. Ce n'est pas une histoire classique, ça a (par nature !) un goût d'inachevé, ça peut sembler partial (mais vous êtes grand, à vous de faire la part des choses !), le dessin peut ne pas plaire, mais... raâah, c'est bien, quoi !
Honnêtement, je ne peux que vous conseiller de lire cet album, atypique et très intéressant !

16 11 2002
   

Une BD que j'ai acheté à reculons et très recemment vu le côté "certifié par José" qui m'a retenu longtemps, (personnage que je ne connais qu'a travers les médias, et dont ces médias me renvoient une image assez négative en fait).

1ère remarque: La vache, ca se lit d'une traite!

A travers une BD qui ne manque pas d'humour, je découvre un monde très différent de ce que je me représentais (mais sans doute très très peu représentatif aussi).

C'est bourré d'émotions tout en étant très instructif, et ca dénnonce pas mal de chose: le côté administration sans coeur, le monde de la surproduction, les politiques, les paysans subventionnés, les pac, etc... Tout le monde (ou presque), se prend sa réflexion, même le voyageur 'innocent' qui passe sur la fameuse A87 pour ses vacances.....

C'est peut-être ce côté 'très fortement engagé' qui justement manque de nuance. Mais l'auteur nous prévient dès le départ, et vu les conditions de réalisation, (1 année avec des gens qui peu à peu sont surement devenu ses amis), comment en aurait-il pu être autrement ?

6 10 2002
   

Il y avait bien longtemps que je n'avais pas eu entre les mains un ouvrage aussi chargé d'émotions et de sensibilité. Rural !, c'est avant tout le constat d'une société qui évolue au nom du progrès, en dépit parfois du "bon sens"...

Rural !, c'est l'histoire vraie de la construction de l'A-87, avec toutes les conséquences nuisibles et écologiques qui en dépendent.
Inutile de se voiler la face : cette autoroute, on en avait bien besoin, et elle facilite la vie de milliers de personnes chaques jours. Le but n'est donc pas de cracher dessus (ou alors, on n'utilise plus aucune voie de transport, chemin de fer ni aéroport) mais de réaliser que ce qui est bon pour tous dans le texte ne l'est pas forcément dans la réalité.

Davodeau nous livre donc une sorte de reportage, et assure très bien l'exercice à lui seul. Nous suivrons au fils des pages et des mois ses rencontre avec, d'une part, un couple ayant batti une maginifique demeure, résultant de 10 ans de travail, et qui devra l'abandonner, le tracé de l'autoroute ecrasant la batisse ; d'autre part, le G.A.E.C., un groupement agricole biologique composé de trois personnes amoureuses de la nature, et pour qui le passage de l'autoroute est un réel problème quant à la qualité de leur exploitation.

Le tout est vraiment simplement présenté, et permet, d'une part, de comprendre les problèmes et enjeux de chacuns, mais aussi de découvrir un monde agricole que l'on ne connait pas forcément, et qui sous la plume de Davodeau est tout simplement passionnant.
Attention ! Le sujet peut sembler grave, certes, mais les commentaires de l'auteur font vraiment très bien passer la pilule ! on rit de ses descriptions très pitoresque du monde paysan, de son inaptitude parfois dans ce milieu,...

Un petit bémol, peut être : le G.A.E.C. est beaucoup trop mis en avant par rapport à la situation douloureuse que connait le couple de la région, devant abandonner le fruit de leur travail. Pas que je veuille sombrer dans le Pathos à tout prix, bien au contraire, mais la chose est tellement dignement présenté que s'en devient passionnant, tout simplement.

Bon, on comprend clairement à la lecture du livre le positionnement de Davodeau ici, pas besoin d'explication ! Son remerciement ironique à l'ASF (l'entreprise ayat construite l'autoroute) ne fait que confirmer tout cela, d'ailleurs

Le dessin de Davodeau, quant à lui, n'est pas sensas' à premiere vue. Pourtant, il est réellement chargé d'émotions, et fait très bien passé le message général.
Le trait, un peu brouillon, donne un aspect "rustique" à l'ensemble, et donc colle vraiment au sujet.
Pas de couleurs, ici : tout en niveau de gris, l'encrage est de bonne qualité et permet des planches contrastées.

Il faut lire Rural ! Plus qu'une BD, c'est avant tout un documentaire passionnant que je vous invite à découvrir sans tarder...

20 9 2002
   

Davodeau nous fait voyager dans la région d'Anjou, et nous fait découvrir en général le monde agricole, c'est à travers trois fermiers que l'on se rend un peu mieux compte de leur vie, de leurs problèmes ! L'auteur est allé au coeur de l'action et a simplement raconté ce qu'on lui a raconté, les résultats de ses recherches, et a au final créé une sorte de documentaire !

Davodeau adopte un style propre à lui, une narrration omnisprésente (par exemple dans sa série Cyclope) mais on a tout de même la vilaine impression qu'il nous fait un cours, il y a une multitude de cartes, d'articles, d'historiques ! Je pense que ce qu'il y a retenir ce n'est pas la construction de cette autoroute c'est surtout ne pas oublier ce qu'est exactement le bio, le boulot que ça leur fait à cause de l'entourage, le bazar pour avoir le droit à l'appélation bio, ensuite à retenir c'est l'amour de la terre est des bêtes : l'auteur met énormément en relief ce côté d'affection avec la nature et quelques scène il est vrai sont très émouvantes. En fait la construction de cette A.82 n'est que le pretexte pour mettre sous les projecteurs ces forcats du travaille qui nous permettent de se nourrir convenablement et d'essayer de préserver notre terre...Il n'hésite pas à rajouter un peu d'humour et c'est avec beaucoup de joie que se laisse lire cet album.

Le dessin noir & blanc n'est pas dérangeant et Davodeau maîtrise très bien cette exercice ! Même s'il ait très caricatural il arrive à mettre des expressions aux personnages ! Quelques vaches par-ci, quelques vache par-là, on sent que le dessinateur est partie, crayon et feuille en main, dessiner ce qu'il voyait ! Il essaye de représenter le plus justement ce petit monde de la "France d'en bas"...

Rural ! en quelques mots c'est une narration hors du commun, une histoire émouvante et une prise de position...

22 7 2002
   

Le récit commence dans l'urgence. On voit un olibrius se ruer hors de chez lui, enfiler sa botte sur le perron, sauter dans sa voiture et foncer à travers champ. On découvre ensuite que l'olibrius en question, c'est Etienne Davodeau, l'auteur du livre. Et s'il est si pressé, c'est tout simplement parce qu'il a été prévenu qu'une vache allait mettre bas.

Davodeau n'est pourtant ni vétérinaire ni agriculteur : il est un simple observateur de la vie quotidienne de trois paysans qui ont accepté d'être suivis pendant un an. "Rural !" n'est donc pas une fiction : Davodeau raconte le réel. Ces trois paysans qui ont choisi de faire de la production laitière bio. Ce couple qui a retapé sa maison pendant ces années pour apprendre finalement qu'une nouvelle autoroute allait passer dans leur jardin. Ces petites mesquineries et ces grandes injustices qui expliquent le tracé de ladite autoroute, pour le moins étrangement sinueux.

Ce sont tous ces petits détails, ces morceaux de vie, drôles ou déchirants, que Davodeau retranscrit. Avec un réel talent, il explore une contrée quasiment inexplorée de la bande dessinée : celle du reportage. Oh, certes, "Rural !" se vendra sans doute beaucoup moins bien que le dernier Michel Vaillant, mais son intérêt pour le lecteur est tellement incomparable que cela en devient gênant pour Graton...

La préface de José Bové souligne le caractère particulier de cette bande dessinée, engagée dans la lutte pour une agriculture raisonnée sans tomber dans la propagande : il vaudrait mieux parler de simple bon sens, voire de civisme. Ce dont vous ferez preuve en achetant cette bande dessinée originale et réussie.

27 6 2002
   

Comment ne pas aimer cette BD, pleine de sensibilité et de justesse ?
J'aime voir l'auteur se representer, au milieu des vaches, des champs et des tracteurs, et nous faire decouvrir l'agriculture comme je ne la connaissais pas : humaine.
on y voit leur travail, leurs doutes, leur problemes, leurs joies... C'est du voyeurisme ? oui, un peu, mais il n'est pas malsain. Les perso ne sont pas imaginaires, et ont accepté de participer à ce livre, et d'y figurer.

L'autoroute dont il est question dans ce livre, je ne l'avais jamais vu de cette maniere. Je l'attendais depuis des années, parce qu'elle me fait gagner 2h sur le chemin de mes vacances. Véridique. Mais je la vois d'une toute autre façon aujourd'hui...

Je recommande vraiment ce livre, parce qu'il me semble vraiment indispensable pour comprendre la vie de ces 5% de la population francaise, voir meme moins, vu que l'on parle là de l'agriculture bio qui ne represente qu'une infime partie des agriculteurs.

Bref, vu le prix de ce livre, faut pas se priver.