46 567 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
La naufragée
 

Robinsonne : La naufragée

 
 

Résumé

Robinsonne : La naufragéeAfin d'acceder au résumé de Robinsonne : La naufragée, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Robinsonne : La naufragéeParfois, même avec la meilleure volonté du monde certains albums ne parviendront pas a rester dans nos mémoires…

Cet album pour autant qu'il soit parfaitement honnête n'est pas ce que j'appellerai de la haute lecture.

Pourtant, moi qui suis plutôt réfractaire à ce genre de lecture qui n'apporte franchement pas grand-chose j'ai été presque agréablement surpris.

Je savais où je m'étais les pieds je ne reviendrais donc pas sur le fait qu'une fille court inutilement nue dans chaque case de cet album. C'est fait exprès même si aucune raison logique ne vient étayer le propos. Il s'agit vraiment d'un choix d'une héroine qui préfère l'harmonie avec la nature dirons nous…

Cet album est donc une libre adaptation à l'œuvre hyper connue de Daniel Foe ; aventurier, commerçant, agent politique et écrivain anglais, né le 10 octobre 1660 à Stoke Newington (près de Londres), mort le 21 avril 1731 à Ropemaker’s Alley, Moorfields (près de Londres) ; auteur donc entre autre de" Robinson crusoé" publié en 1719 (oui, la date est la bonne !!!)

Cette adaptation n'est pas une BD pornographique, à peine est-elle érotique. La légèreté du dessin, la fraicheur du trait, la mise en couleur sympathique rendent la lecture visuellement plaisante. Les décors sont quasi absent, mais est-ce vraiment ce que l'on demande principalement à ce genre de lecture ? Ce n'est pas la grande révolution, mais l'ensemble tient bien la route pour ce genre de lecture à laquelle je ne connais rien.

Mais la surprise vient aussi et surtout u fait qu'il y aurait presque une vraie histoire qui sert de vrai support avec un vrai déroulement. Tous les principes même de robinson Crusoé sont repris, les voyages en caravelles, l'arrivée sur une île déserte, la rencontre avec Vendredi, les cannibales…

Il y a de l'action, de l'aventure, du dépaysement. Surprenant. Assurément.

Et puis, l'héroine est mignonne, presque attachante, elle a un certain charisme.

Le clin d'œil à la fin, à Defoe est aussi assez sympathique. Tous ceux qui auront un poil curiosité soit se renseigneront, soit auront déjà l'information.

Enfin, bref, voilà, je m'attendais à un truc insipide, à une grande brochette de mauvaises raisons pour montrer des scènes de sexe. Mais finalement, celles-ci sont rares et il s'agit plus de représenter une fille seule qui court dénudée dans la jungle, sexy sans plus.


Chronique rédigée par Chalybs le 28/04/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 12,11 12,11 12,11
Acheter d'occasion : 8,76
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.67
Dépôt légal : Octobre 1999

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Robinsonne : La naufragée, lui attribuant une note moyenne de 2,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
21 2 2017
   

Les adaptations détournées d'oeuvres littéraires ou cinématographiques sont nombreuses en BD, et ici, Eric Maltaite offre une version coquine du Robinson Crusoë de Daniel Defoe en 1999 dans l'Echo des Savanes, qui est peut-être une alternative à un roman dont j'ai oublié l'auteur s'intitulant "La Vie sexuelle de Robinson Crusoë", preuve que le sujet avait déjà été revisité. Ce qui m'avait surpris, c'est l' évolution graphique flagrante de Maltaire, assez loin de 421, sa première Bd importante dans le journal Spirou, au dessin encore marqué par celui de son père, Will ; ici son trait est devenu plus sensuel et donne beaucoup de piquant à sa belle héroïne rousse qui se retrouve sur une île après un naufrage.

Elle se passe assez vite de vêtements et décide de vivre nue, puis découvre la ravissante indigène Friday qui est nue aussi ; côté sexe, ces deux-là s'entendent bien, mais la vie serait plus agréable avec un homme. Finalement, Robinsonne y découvrira le futur écrivain Defoe, le vrai qui se servira de cette mésaventure pour rédiger son célèbre roman ; on y découvre aussi le capitaine Bligh qui récupère son vaisseau le Bounty. La bande est donc explicite et s'adresse à un public ciblé, amateur de BD érotique, encore que l'érotisme y soit relativement discret, partageant autant d'espace avec le domaine de l'aventure, si bien que la bande peut être considérée comme une Bd d'aventure mêlée d'érotisme fripon.

Comme on le voit, Maltaite utilise des épisodes du roman (Friday, les cannibales, la vie solitaire sur l'île...) et se livre à un astucieux mélange de fiction et de réalité. Il prend plaisir à régaler ses lecteurs en dessinant les formes de rêve de ses héroïnes souvent nues dans un décor exotique, grâce à la fraîcheur de son trait embelli par de belles couleurs. Le ton est léger, le dessin agréable, le sexe y est encore relativement soft, car Maltaite fera preuve de plus d'audace ailleurs, bref, c'est une aventure érotique qui fait passer un bon moment de lecture sans plus.

28 4 2009
   

Amateur du style de la famille Maltaïte, je voulais voir ce que donnaient les oeuvres érotiques d'Eric Maltaïte.

Graphiquement, j'aime bien. On reconnaît bien son style, celui qui s'apparente à celui de son père Will. C'est dynamique, sensuel, frais, j'aime.
Cependant, je ne peux m'empêcher de noter une certaine flemme dans les décors et l'encrage, comme si l'auteur n'avait pas tellement voulu se fatiguer en détails et compositions avec cette BD tant il est vrai qu'une BD érotique a "moins de valeur" qu'une BD "normale". Nous sommes loin de certaines planches très travaillés dont Eric Maltaite est capable.
De même, les couleurs, même si j'apprécie bien ce genre d'aquarelles, ne me plaisent pas plus que ça au niveau de leur choix.

Quant au récit, il se base vraiment sur le récit de Daniel de Foe en y ajoutant diverses anecdotes érotiques un peu gratuites avant le naufrage puis surtout une irrésistible envie sexuelle à la jolie Robinsonne après plusieurs semaines passées seule sur son île.
A cet érotisme parfois pas si soft que ça s'ajoute de véritables scènes d'aventure inspirées du roman qui permettent de lire cet album non pas uniquement comme une banale histoire érotique mais comme une aventure agrémentée d'une bonne dose d'érotisme.

J'ai lu cet album avec un certain intérêt et plaisir mais je n'en garderai pas grand souvenir, je le crains.