46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 2 : Les Innocents
 

Ring Circus, tome 2 : Les Innocents

 
 

Résumé

Ring Circus, tome 2 : Les InnocentsAfin d'acceder au résumé de Ring Circus, tome 2 : Les Innocents, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ring Circus, tome 2 : Les InnocentsLes suites des aventures de Jérold & Anthonin au cirque, avec leur lot de mésaventures, d'espoirs déçus, d'optimisme et de dépressions...
Deux destins attachants même si parfois les personnages principaux me semblent un peu trop caricaturés. Du coup leurs réactions sont attendues, prévisibles, et le suspense s'en ressent fortement.

Le dessin est en nette amélioration, très fin, très joyeux, très vivant.Le scénario est quand même sympa à défaut d'être bien entraînant, et quand même le mystère est entretenu à l'issue de ce 2ème tome et il y a plusieurs personnages qui gravitent au centre de l'histoire. Les mystères s'épaississent et on a envie d'en savoir le fin mot... l'air de rien ça prend...


Chronique rédigée par jbt900 le 03/02/2003
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de jbt900Reflet de l'avatar de jbt900
Statistiques posteur :
  • 228 (93,44 %)
  • 16 (6,56 %)
  • Total : 244 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 7,11
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Mai 2000

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ring Circus, tome 2 : Les Innocents, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 4 2012
   

Ce tome est pour moi dans la pleine lignée du premier : on retrouve ce romantisme déçu, cette mélancolie palpable et, pour tout dire, le rythme n'est pas des plus prenants. Il s'accélère cependant en fin d'ouvrage, comme c'était déjà le cas dans le tome précédent. En effet, pendant toute une première partie on retrouve un Jérold à l'amour déçu, qui devient tristesse et mélancolie et que l'on a du mal à faire bouger. On s'encroûte un peu à suivre ce personnage qui est souvent immobilie et désabusé, et seules les pitreties d'Anthonin et de Géraldine amènent un peu d'action timide dans tout cela.

Pour autant, le scénario est porteur de quelques surprises et entretient un certain mystère autour de Blanche, du mystérieux homme en blanc. Certains éléments de ce récit restent inexplicable, en prenant une teinte un peu surnaturelle avec des pouvoirs bien particuliers qui sont détaillés. Par ailleurs, tout porte à croire que l'on cherche à pousser Jérold dans les bras de Blanche. Ces éléments du scénario, qui présentent de vraies nouveautés par rapport à ce qui a été présenté, sont de nature à faire avancer l'histoire. Malheureusement, ils sont trop peu nombreux dans ce second tome pour insuffler un rythme suffisamment dynamique à l'ensemble. Autant dire que sur la trame générale, pour l'instant, on ne sait presque rien et on se contente de suivre Jérold et Anthonin qui se sont embarqués dans un cirque : l'un ne trouvera par l'amour qu'il cherchait et l'autre trouvera l'amour qu'il ne demandait pas spécialement.

Il reste à cette album une véritable ambiance que l'on partage avec délectation. Le monde du cirque, celui du rêve, nous invite en voyage et le trait employé est assez loufoque et déjanté, avec ce qu'il faut de sentiment pour être charmé. Certains prises de vues sont bien étudiées, les dessins au premier plan viennent agrémenter et dynamiser les discussions qui se déroulent en arrière-plan, et il semble que l'auteur est définitivement choisi de nous faire partager cette aventure au travers du journal intime d'Anthonin, procédé pour le moins sympathique. Il ne manque qu'un peu de rythme à cette histoire : il conviendrait de passer la vitesse supérieure pour atteindre une note supérieure.

14 10 2006
   

Plus encore que le tome 1, j'ai goûté ce livre.
L'histoire, au gré des aléas du cirque, ne se presse pas, prend le temps de se poser, et nous dirige sur un rythme lent que j'affectionne.
C'est dessiné à la perfection, Pedrosa se permettant des cadrages personnels d'une créativité énorme et d'une qualité incroyable: je me suis surpris à m'arrêter sur les cases, à admirer quelques dessins longuement, quelque chose qui ne m'arrive pas si souvent.

Oui, page 9, j'ai aimé cette façon de rendre la nuit douce.
Oui, page 10, la chute d'Anthonin dans la mare possède un traitement artistique (à la Klimt ?).
Oui, page 19, je me suis cru écrasé par l'éléphant.
Oui, page 23, je plonge dans l'escalier.
Oui, page 26, le cirque m'aide à m'envoler.
Oui, page 36, je finis hagard (et sans la ramener !) dans la poubelle.
Oui, page 41, je brûle avec Blanche.
Oui, page 46 je me prépare à la fête.

Bref, un livre dans lequel je suis entré, où j'ai participé.
Et le scénario est à la hauteur, un peu inquiétant (toujours), pas mal intrigant.
Les personnages sont plus complexes, plus imprévisibles, plus manipulés peut être, et c'est bien construit (gloire à lui) par David Chauvel.

Une série de haute volée, un opus dont la suite me soucie, un ouvrage qui m'interpelle: c'est ça le plaisir de lire !

9 2 2006
   

Ton plus grave, ambiance moins légère et plus angoissante, voilà ce que nous reserve la suite des aventures des deux héros de Ring Circus.
Quoique, la bd garde une atmosphère fraiche et agréable tout de même, qu'il n'y ait pas de quiproquo entre nous.

L'histoire, tout aussi simple et sincère que dans le premier tome, réussit là aussi, à nous emmener loin d'une réalité que l'on connait trop, pour laisser place à une vie quotidienne différente que vivent les artistes du cirque.

Les dessins et couleurs collent toujours parfaitement avec le ton de l'histoire, et le graphisme ne connait pas de grand changement a mon goût.

Ce que j'aime dans cette série, c'est cette impression d'être constamment plongé dans l'ambiance du cirque, avec une musique entrainante qui nous trotte dans la tête...
A vous de voir !

3 1 2006
   

J'ai vraiment apprécié ma lecture des tomes 2 et 3 de cette série.
Le dessin est toujours aussi bon et les couleurs deviennent dès le tome 2 plus harmonieuses et jolies.
Quant à l'histoire, on s'accroche enfin et véritablement aux personnages et j'ai vraiment pris plaisir à suivre cette caravane de cirque dans son périple mélangeant complot sournois, romances et poésie. Très agréable à lire, plaisant et amusant.

3 1 2006
   

Ce deuxième opus est présenté sous forme de "journal de bord" tenu par Anthonin. En route vers la Ruskovie, la petite communauté fait une étape à Poix-Terrons après avoir été témoin d'un meurtre suivi du suicide de Loyal qui fini par "arranger" tout le monde... Cet album met également en avant le comportement étrange de Lunaire, initiateur de ce périple vers le froid de la Ruskovie. On en apprend donc un peu plus sur les agissements de certains même si leurs desseins restent obscure.
Le rythme est assez lent, l'histoire avance peu. Mais cela convient à l'atmosphère du récit qui retrace la vie des gens du cirque vivant au jour le jour. Chauvel maintient l'intérêt suscité avec le premier tome et c'est le principal. Le reste est assuré par Pedrosa avec un dessin, plus abouti encore que dans le tome précédent, et une mise en couleur qui gagne en maîtrise.

6 2 2005
   

Après la bonne impression laissée par le premier tome, je me suis rapidement attaquée au deuxième album, et je n'ai pas été déçue ! Au contraire, j'ai beaucoup aimé et je confirme que c'est une bonne série !

Voilà, le cirque est en route, et les situations comme les émotions se multiplient, créant un charme indéfinissable à cet album. La narration est très agréable, c'est vraiment fait de façon subtile. Les personnages nous montrent une nouvelle facette d'eux-mêmes, se rendant encore plus attrayant à nos yeux. On se demande où l'auteur va nous emmener, mais cela ne nous déplaît pas, comme le voyage que suit le "Ring Circus", on navigue un peu dans l'inconnu.

Les dessins sont toujours aussi beau, j'aime vraiment ce style et cette mise en couelur, c'est vraiment très doux. En fait, je cherchais le termen pour définir ce style , et je dirai qu'il est fin et élégant. C'est vraiment joli.

24 10 2004
   

Voici le cirque Ring Circus parti pour la Ruskovie. Jerold amoureux de blanche est complètement désemparé après avoir déclaré sa flamme à la belle. Quant à Anthonin, le voici chargé du nouveau-né du cirque… un zèbre !

Chauvel fait dans les exercices de style pour raconter son histoire. Dans Poisson clown, il racontait la même histoire tout au long de 4 tomes mais vue par un personnage différent à chaque fois. Cette fois-ci, c’est par le journal d’Anthonin que l’on apprend les évènements du cirque. Le scénario est encore une fois très bien construit. L’intrigue s’intensifie et je me demande bien où Chauvel a l’intention de nous emmener… Il sait encore une fois mener son histoire où il le veut comme il le veut en nous intriguant et emportant avec lui.

Au niveau du dessin, Pedrosa confirme son style et s’améliore. Les paysages sont plus travaillés, les personnages aussi. La couleur donne encore une fois une ambiance très intéressante et attrayante à cette histoire.

Bref, j’ai envie de connaître la suite.

28 8 2003
   

Ce deuxième tome reste très bon mais n'amène pas grand chose de nouveau par rapport à la situation dans laquelle on avait laissé nos deux héros à la fin de l'album précédent. Le mystère, dont ils ne savent encore rien, s'épaissit et c'est tant mieux, mais ce n'est pas encore dans cet album qu'on saura le fin mot de l’histoire, j'espère que le scénariste aura eu la bonne idée de parsemer le tome 3 de quelques révélations qui ne devraient plus tarder au risque de donner la sensation au lecteur d’être mené en bateau… Enfin, c’est souvent là le défaut des albums intermédiaires, ceux qui ne constituent ni un début, ni une fin, ils laissent toujours un peu le lecteur sur sa soif…
Le dessin est toujours aussi réussi. Il est peut-être meilleur encore.

4 5 2003
   

"Rinc Circus" c'est un mini coup de coeur pour moi. J'ai du mal à décrire pourquoi je suis envouté par cette série, parce que quand on y réfléchit bien l'histoire n'est pas des plus palpitantes, y'a pas énormément d'action, le déroulement est assez lent. Mais je ne vois même pas ces défauts, tout ce que je vois dans "Ring Circus" c'est le côté sympathique, c'est l'ambiance agréable qui vous transporte au mileu des caravanes, c'est aussi les histoires d'amours, c'est le côté énigmatique, c'est dans un certain sens le déroulement lent qui vous permet de voyages, c'est la part de rêve qui se glisse en moi... Voilà pourquoi j'aime "Ring Circus". Dans ce deuxième tome une part de fantastique (minime) fait son apparition. Il y a toujours une part de secret aussi, qui nous intrigue, et nous captive.
"Ring Circus" est véritablement à part, et je dis bravo à Chauvel pour réussir à provoquer cela en moi...

Ainsi qu'à Pédrosa, qui y est pour beaucoup aussi. Ses dessins restent ancrés dans un style assez spécial, humoristique, sympathique, proche des dessins-animés. Il fait preuve, avec seulement deux tomes, déjà d'une grande mâturité dans le trait : il a trouvé son style et le maîtrise. Il y a encore le problème des couleurs trop sombres, mais selon Pédrosa lui-même normalement sur les planches originales il arrive à mettre de la luminosité avec beaucoup de travail, mais tout cela est gâché par l'impression ensuite... Ce qui lui vaut d'ailleurs des belles prise de tête, un côté de mécontentement. Mais cela n'empêche pas que j'adore !