45 063 Avis BD |19 420 Albums BD | 7 701 séries BD
Accueil
Tome 1 : Bienvenue à la maison
 

Revival, tome 1 : Bienvenue à la maison

 
 

Résumé

Revival, tome 1 : Bienvenue à la maisonAfin d'acceder au résumé de Revival, tome 1 : Bienvenue à la maison, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Revival, tome 1 : Bienvenue à la maison"Revival" c'est une nouvelle série Delcourt où l'on parle de zombies… Alors, non pas vraiment en fait, puisqu'on a à faire à des ressuscités. Tout commence dans la morgue de Wausau, une petite ville du Wisconsin; l'employé se charge de mettre un cadavre dans le crématorium quand soudain ce dernier revient à la vie. Très rapidement on va s'apercevoir que ce n'est pas un cas isolé.

"Revial" est une série qui mélange le gore à une enquête policière. Dana Cypress est flic, c'est aussi la fille du shérif de la ville. Elle va être chargée d'enquêter sur cette histoire de morts revenus à la vie. Ces ressuscités n'ont rien à voir avec des zombies lobotomisés, ils agissent normalement, se souviennent de leurs amis, de leur famille et de leur passé, cependant quelque chose semble clocher tout de même. Ils sont parfois pris de crises de violence et peuvent se révéler dangereux.

Tim Seeley à qui on doit la série "Hack & Slash" sait y faire, l'intrigue avance pas à pas et est parfois secouée de scènes violentes, tant et si bien qu'on ne sait pas à quel moment le danger peut arriver. Le mélange du polar et du gore fonctionne parfaitement, le scénario ne tombe pas dans les écueils du genre tout en restant dans un certain classicisme.
Au dessin, Mike Norton, un habitué des super héros, nous sert de belles planches d'un petit village neigeux des Etats-Unis, rien de surprenant, mais le scénario fait le reste.

Forcément on comparera "Revival" à son ainé "Walking Dead", mais la ressemblance s'arrêtera rapidement. On est dans une ambiance à la Stephen King ou John Carpenter, une histoire qui plaira aux amoureux du genre et dont l'intrigue finement menée les poussera à attendre la suite. Bref, "Revival" est un polar horrifique à suivre de très près !


Chronique rédigée par sigmar le 25/05/2013
 
 
Statistiques posteur :
  • 141 (30,52 %)
  • 134 (29,00 %)
  • 187 (40,48 %)
  • Total : 462 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,15 15,15 15,15
Acheter d'occasion : 6,94
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Mai 2013

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Revival, tome 1 : Bienvenue à la maison, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 8 2017
   

"Revival" est très ancré dans son époque par son thème. Les années 2010 auront en effet permis aux morts-vivants d'être à l'honneur comme jamais, ce qui a dû faire plaisir à des précurseurs comme le réalisateur George Romero, décédé en 2017. Ces rapports entre vivants et morts revenant à la vie sont au coeur du récit proposé par cette série comics.

Comme dans "Rachel Rising" paru en 2012 aux États-Unis, soit la même année que ces débuts de "Revival", Tim Seeley et Mike Norton mettent en scène des personnages qui devraient être cadavériques mais qui continuent à évoluer au milieu des vivants. La série télévisée "Les Revenants" est partie de la même idée de base. On ne trouvera donc pas une originalité particulière à "Revival", mais on devrait lui reconnaître d'être bien troussée.

La psychologie des protagonistes est l'élement central du scénario concocté par Tim Seeley. La micro-société du Wisconsin, plongée dans la quarantaine à cause du phénomène inexpliqué de ses morts revenant à la vie, a des allures de "Fargo" ou de certains romans de Stephen King. Petite ville, habitants qui se connaissent, ruralité des mentalités permettent à l'intrigue d'explorer les affres des humanités confrontées à un phénomène inquiétant. Les rapports entre les deux soeurs et leur père sont bien décrits et crédibles. Le suspense est savamment entretenu dès ce premier tome et permet de bien lancer la série, avec en plus un dessin efficace et dynamique qui joue parfaitement son rôle.

Jolie introduction qui donne envie de découvrir la suite des péripéties de la petite ville de Wausau, et bonne alternative entre deux tomes de "Rachel Rising" ou de l'incontournable "Walking Dead".

7 7 2013
   

Surfant sur l’énorme succès de Walking Dead, Delcourt propose une nouvelle saga mettant en scène des morts-vivants. Pourtant, cet album qui peut faire penser à la série télé Les revenants se démarque très vite du genre « zombie ». Les personnes reviennent certes à la vie, mais plutôt que d’orienter son récit vers le gore ou l’horrifique, Tim Seeley lorgne plutôt vers le polar et propose des créatures presque normales. C’est d’ailleurs cette quasi normalité qui intrigue dès les premières pages et qui constitue toute l’originalité du scénario.

Les événements se déroulent dans un petit bled perdu du Wisconsin, qui se retrouve en état de siège depuis l’apparition de ces « réanimés » qui cohabitent désormais avec les vivants. Pas de gros zombies sans cervelle qui cherchent à attraper les survivants, mais des êtres pensant qui réintègrent leur quotidien de manière presque normale. Tout comme Dana Cypress, la fille du shérif de la ville chargée d’enquêter sur cette mystérieuse affaire, le lecteur se doute bien vite que quelque chose ne tourne pas rond avec ces revenants. Il prend donc grand plaisir à emboîter le pas de cette femme, en espérant en apprendre plus.

Outre l’enquête en elle-même, qui est très plaisante à suivre, ce polar rural a bien d’autres qualités. De l’observation des phénomènes étranges à l’envie de savoir si ces retours inexplicables constituent un danger pour la population, en passant par de nombreuses petites intrigues parallèles, le lecteur n’a en effet pas le temps de s’ennuyer. Si l’ambiance polar est très réussie et gagne en profondeur au fil des épisodes, les soucis familiaux et le développement psychologique de l’héroïne principale constituent également l’un des attraits de ce premier volet.

Visuellement, Mike Norton, un habitué des super-héros, livre un travail très soigné. D’un trait réaliste, il propose un graphisme classique et efficace.

Si le genre connaît un véritable revival grâce à Robert Kirkman, les amateurs se réjouiront de ce premier tome particulièrement prometteur.