46 004 Avis BD |19 921 Albums BD | 7 830 séries BD
Accueil
Tome 5 : Le nénuphar instantané
 

Ratafia, tome 5 : Le nénuphar instantané

 
 

Résumé

Ratafia, tome 5 : Le nénuphar instantanéAfin d'acceder au résumé de Ratafia, tome 5 : Le nénuphar instantané, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ratafia, tome 5 : Le nénuphar instantanéJ'avais été assez déçu du tome 4 de Ratafia. Si ce dernier avait pour lui de terminer assez agréablement le premier cycle, donnant par la même occasion une signification au nom de la série, force était de constater que l'humour fantastique des débuts était beaucoup moins fort, moins présent.

Ce nouvel album, histoire complète, continue hélas dans le même sens. Bien sûr, c'est toujours sympathique de retrouver l'équipage du Kouklamou. Bien sûr, quelques tirades valent le détour et sont plutôt bien pensées. Mais dans l'ensemble, l'humour ne fonctionne plus comme avant, à mon sens.

J'ai relu dernièrement le premier tome : c'est un réel bonheur. Chaque case possède un pouvoir comique énorme, dans le texte comme dans le dessin ! Ici, l'histoire patine un peu dans les blagues bien moins originales et drôles...

Le scénario, quant à lui, se tient. C'est un prétexte à la rigolade générale, mais il rend l'album cohérent. De plus, le travail des frères Salsedo est de bonne qualité, et ce dès la couverture !

C'est vraiment l'humour qui me déçoit maintenant dans ce tome (et cette série). C'est vraiment dommage car pour le coup, j'hésiterai peut-être à acheter les tomes suivants...


Chronique rédigée par Piehr le 30/11/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,36 10,36 10,36
Acheter d'occasion : 11,25
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Novembre 2008

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ratafia, tome 5 : Le nénuphar instantané, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 11 2018
   

Nouveau cadre pour ces nouvelles aventures. On quitte les Caraïbes pour les mers nippones et une température plus fraîche.
Le mécanisme est toujours le même. L'humour absurde, les jeux de mots et références, moi j'adore mais j'ai été moins enthousiaste que pour les 3 premiers tomes. Moins surpris peut-être. Sachant à quoi s'attendre le comique a peut être moins d'impact. Et j'ai aussi été absolument hermétique à certaines références à la culture japonaise et manga qui ne me parlaient absolument pas. Et quand on n'est sait pas de quoi ça parle, c'est dur d'être amusé.
Mais ça reste très distrayant dans l'ensemble. Dans le peloton de tête des bd's humour du moment.

4 2 2015
   

Ce tome 5 est l’occasion de partir sur un nouveau cycle ou plutôt sur une nouvelle aventure. Visiblement le premier arc comprenait 4 tomes et celui-ci ne fera qu’un seul.
C’est en Nipponie que nos pirates partent chercher le nénuphar qui porte chance. Fini donc la recherche des trésors, Romuald a trouvé une nouvelle marotte. On peut dire que l’aventure au pays du soleil levant déchaine l’imagination de Nicolas Potthier, tous les gags, jeux de mots, les calembours, sur ce pays sont faits, a tel point que certains passent certainement inaperçus. La 4ème de couverture résume en deux phrases l’aspect déjanté de la série : « c’est pas un peu dangereux, ca, comme pays la Nipponie ?» « si, très, c’est le pays du travail ! ».

Si vous avez aimé les précédents tomes, vous ne serez pas déçu par celui-ci, il garde les principes de base d’une BD loufoque basée sur les dialogues truculents ou sur des gags visuels. Cependant je regrette toujours que les gags s’articulent mal ou qu’ils prennent le pas sur l’aventure qui n’est pas toujours facile à suivre puisqu’elle passe clairement au second plan.

Graphiquement c’est toujours bien, le coloriste comme le dessinateur ont su changer ce qu’il fallait pour que la BD soit plus lisible que les deux premiers épisodes qui nécessitaient d’être lus sous un bon éclairage car trop sombres et trop fouillis.

23 5 2014
   

Le voyage en nipponie de l'équipage du Kouklamou, c'est, comme toujours dans la série "Ratafia", surtout un prétexte à bonne(s) blague(s). Et là, on retrouve un Pothier en grande forme, prenant tous les clichés et différents éléments de la culture japonaise pour les revisiter, oser tous les calembours, abuser des toutes sortes de références, et tenter tous les anachronismes. Et ca marche ! Je suis friand de ce genre d'humour, qui joue sur tous les registres, qui se veut parfois raz des pâquerettes et parfois très fin. Surtout que là encore, Salsedo met son dessin au diapason et les exagérations dans les expressions amusées, désabusées, énervées,... accompagnent parfaitement le rythme de l'humour. A ce propos, une mention spéciale pour ce Romuald revisité en version manga : on sent que l'espace d'une planche, le dessinateur s'est amusé au moins autant que le scénariste. C'est d'une bonne humeur communicative et j'apprécie ce genre d'ouvrage devant lequel on ne peut s'empêcher de sourire et de penser "mais que c'est con !".

Pour autant, si le scénario des quatre premiers tomes était décalé pour renforcer l'humour, j'ai trouvé que la narration de ce cinquième tome était un peu en-dessous de ce à quoi on avait été habitué. Romuald à la recherche de son nénuphar et le Capitaine avec sa lubie de la BD sont un peu lourds à la longue. L'humour concernant l'équipage de Kouklamou me semble ainsi moins bon que celui qui concerne la culture japonaise.

Mais Ratafia confirme que le scénariste s'amuse avec tous les leviers d'humour, et moi, bon client, je me fais prendre à chaque fois.

10 6 2009
   

Les auteurs ont du se lever très tot pour faire cette bd sur le pays du soleil levant...

Cette fois ci, le Kloukamou va débarquer au Japon pour rechercher le "nénuphar instantané" (qui porte chance) , pendant ce temps Kobito veut s'emparer du trone de son frère.

Un album dédié essentiellement a la culture nipponne, cuisine, sport, loisirs, technologie, religion etc...
jeux de mots, clin d'oeil rien n'est oublié
par exemple sur les portables, les abréviations sms.
les mangas avec le tololo, clin d'oeil aussi sur dragon ball avec tortue géniale.
les jeux videos avec Mario Bros et Donkey Monkey (ah souvenir,souvenir)
Le sumo, le domino, la nourriture, le bonzai, le bambou, le colibri...
Franchement rien n'est omis, du très bon travail, mettre tant de culture dans un album.
Un graphisme qui progresse avec de belles couleurs.

Clin d'oeil aussi a 3 chanteur(euse) français dans les dialogues.
Et il y en a surement d'autres comme cette case a la planche 37 qui est une parodie que je connais mais que je n'arrive pas a retrouver le nom.
Il y a surement d'autres personnages que je connais pas car je ne suis pas fan de manga.

L'avantage de Ratafia c'est que, le lendemain vous relisez l'album vous allez retrouvez des jeux de mots que vous aviez oubliez.

Bref meme si je n'ai pas apprécié le fond du scénario sur le Japon, j'ai quand meme bien rit et j'ai admiré le très bon travail de Mr Pothier

5 12 2008
   

Après un premier cycle de quatre tomes hilarant, Nicolas Pothier et les frères Salsedo récidivent avec un one-shot aux parfums d’Azie.

Les fameux pirates du Kouklamou mettent donc les voiles vers le pays du soleil levant. Chaque rencontre avec nos pirates favoris n’étant qu’un prétexte pour délivrer de l’humour, des clins-d’œil et des jeux de mots bien réfléchis, c’est cette fois la culture nippone qui va faire l’objet des délires des sympathiques auteurs lyonnais. Notre joyeux capitaine ira même jusqu’à inventer le manga ... :)

Au niveau du graphisme, on retrouve le dessin de Fred Salsedo, qui continue d’insuffler beaucoup de fraîcheur à cette série, tout en entretenant son esprit loufoque. Pour l’occasion Fred va même créer un personnage typique manga : Totolo ! :)

Au niveau de l’humour j’ai par contre eu la même impression que lors du tome précédent : un léger manque de naturel et d’absurdité. La finesse et la subtilité sont cependant toujours au rendez-vous, tout comme la recherche au niveau des dialogues. Alors, oui, c’est vrai, je suis également un peu déçu car, à l’inverse des premiers tomes où j’avais pleuré de rire, ici, j’ai juste ri. Comme quoi, il n’est pas évident d’œuvrer dans l’ombre d’un premier tome cultissime.

1 12 2008
   

L'humour est vraiment affaire de goût semble-t-il car, moi, cela faisait bien longtemps que je n'avais pas autant été secoué de rire en lisant une BD (les 2 fois précédentes datait de ma lecture d'un album de Goossens et d'un des tomes de "De cape et de crocs").

Il faut dire que tout cet album, comme la majorité de ceux de "Ratafia" est entièrement basée sur le prétexte à l'humour, aux jeux de mots souvent idiots et aux clins d'oeil. Ce sont typiquement des gags dont on se dit, hilare, qu'ils sont cons mais qu'est-ce qu'ils sont bons. La méthode "à 6000", le BTS action commerciale, le SMS lol... Idiot mais excellent à mon goût !
L'autre thématique évidente est le Japon avec toutes les références et les clins d'oeil que cela implique. Rien à voir avec le pénible "Spirou à Tokyo" où les références presque touristiques m'avaient agacé; ici tout est très bien passé pour moi, mettant en scène un Japon à la fois respecté et tourné en dérision ou en délire. J'ai beaucoup aimé le "Totolo" différent de ce à quoi on aurait pu s'attendre.
A cela s'ajoute en outre quelques gags un peu private jokes sur les auteurs de BD, ceux qui sont obligés de dessiner en noir et blanc pour faire de l'autobiographique, qui m'ont également amusé.

Seul regret, que le dernier tiers du récit soit un peu plus tourné vers l'action et moins vers l'humour, ce qui m'a moins captivé et moins réjoui. Mais c'est en tout cas un album auquel je pense encore avec un grand sourire plus d'une semaine après sa lecture.