45 927 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
Accueil
Tome 3 : L'impossibilité d'une île
 

Ratafia, tome 3 : L'impossibilité d'une île

 
 

Résumé

Ratafia, tome 3 : L'impossibilité d'une îleAfin d'acceder au résumé de Ratafia, tome 3 : L'impossibilité d'une île, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ratafia, tome 3 : L'impossibilité d'une îleIl y a pas mal de séries où je commence par relire les tomes précédents avant d’attaquer la dernière parution. Mais, alors que généralement cette relecture s’avère nécessaire à la compréhension du dernier tome, pour Ratafia, je le fais uniquement pour le plaisir de revivre l’entrée en scène extraordinaire de ce petit marin excentrique parmi l’équipage du Kouklamou et au sein du neuvième art.

C’est donc imbibé de cet humour Ratafien que j’ai attaqué cette troisième aventure déjantée de nos sympathiques pirates et que j’ai retrouvé ces jeux de mots divinement cons, cet humour décalé et ce mélange d’absurdité et de subtilité. Références historiques, clins d’œil, têtes de mort volantes inspirées de la série "City Hunter" venant accentuer les bides, jeux visuels avec des expressions courantes ; tout y passe et on en redemande.

Repêchant inévitablement quelques gags des tomes précédents, ce troisième tome, pré-publié dans Bodoï, va également abondamment piocher dans les références bibliques (le serpent, la pomme, l’Arche de Noé, la crucifixion, etc.).

Comme dans les tomes précédents on retrouve une critique sociale de fond, qui va d’ailleurs puiser dans le passé da la série avec des Dos Fixes qui se voient maintenant aidés par la Croix Rouge pour être finalement remis dans le même environnement, mais également avec une île qui est à nouveau rasée pour en extraire les richesses.

Côté graphisme, l’arrivée de nombreux animaux semble donner un peu de mal à Fred Salsedo, mais même si cela diminue ses chances de dessiner un éventuel tome de la série "Zoo", il parvient à garder cette fraîcheur au niveau du dessin, qui constitue une des grandes forces de "Ratafia".

D’ailleurs, malgré des dialogues exquis, ce sont les scènes muettes qui constituent la cerise sur le gâteau dans cette série, avec, dans cet album, une scène d’un Romuald jonglant avec la mappemonde digne du ballet aquatique en tutus du premier tome.

Et comme, heureusement pour nos pirates, le ridicule ne tue pas, les auteurs ne manqueront de vite nous corriger cette fin de tome, car même si on ne connaît toujours pas son nom, on s’y est vite attaché à ce petit moustachu aux répliques décapantes.


Chronique rédigée par yvan le 16/01/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,36 10,36 10,36
Acheter d'occasion : 6,96
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Janvier 2007

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ratafia, tome 3 : L'impossibilité d'une île, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 11 2018
   

Je me régale toujours autant avec l'humour de Pothier. Références, jeux de mots et clins d'yeux pleuvent pour servir une histoire toujours aussi farfelue mais hilarante. En filigrane les auteurs abordent mine de rien quelques thèmes de société sans s'apesantir dessus.
Le dessin de Salsedo est superbe dans ce style irréaliste et les couleurs très belles. Le trait est juste un peu plus gras qu'avant.
C'est vraiment une série à découvrir pour passer un très bon moment.
Au fait, j'ai remarqué que Pothier semble s'amuser à un petit jeu avec ses titres bizarres : le titre du tome 1 est clair, c'est une présentation, mais le dit capitaine ne prononce cette phrase que dans le tome 2.
Le titre du tome 2 est un mystère.... jusqu'à ce qu'il soit cité dans le tome 3 !
Voyons si le titre de ce 3ème tome (référence à Houellebecq ) apparaîtra dans le prochain. ..

19 1 2015
   

Oui, un troisième tome un peu en dessous des précédents. Ça reste bon, intelligent dans la débilité, des jeux de mots à foison, des références en veux-tu en voilà, à tel point qu’on a l’impression de passer à côté de certaines, ce qui peut rendre une deuxième lecture intéressante. Mais, parce qu’il y a un mais, on commence à être habitué et on devient plus exigent sur la qualité et notamment au niveau de l’histoire qui ne suit pas dans cet épisode. Moulte situations déjà vues et des transitions pas toujours discrètes, font qu’on a l’impression d’avoir souvent des situations les unes après les autres sans véritable histoire.
Pour le dessin, ça ne change pas réellement, ce n’est clairement pas du haut de gamme, et tout n’est pas basé là-dessus, heureusement.
Ça reste drôle et plaisant et je continue ma découverte de ce pas avec plaisir.

1 12 2009
   

Pour moi, ce troisième tome de "Ratafia" n'est pas du niveau des deux premiers opus. Un cran en-dessous et pourtant, je ne sais pas l'expliquer. Peut-être est-ce du au fait que l'effet de surprise est passé, peut-être est-ce du également au fait que j'ai trouvé une certaine répétition dans ce tome, avec cette histoire d'île dont il faut extraire les richesses, thème déjà abordé dans le tome précédent. Toujours est-il que si ce tome procure beaucoup de plaisir, j'ai été un peu déçu par l'histoire et j'ai eu du mal à l’apprécier autant que dans les deux tomes précédents.

Encore un fois, les auteurs vont très loin dans le côté déjanté de l'histoire, et nous abreuvent toujours autant de jeux de mots divers, de références variées, et d'un dessin drôle et frais. Tout dans cette série semble construit autour de l'idée qu'il ne faut surtout pas se prendre la tête, que l'on est là que pour s'amuser et ça marche plutôt bien. Malgré une intrigue qui présente moins de rythme et qui semble plus décousue par rapport aux tomes précédents, l'ensemble est amusant et c'est avec bonheur que l'on redécouvre des personnages qui se veulent un peu fous, et surtout très drôles.

Voilà donc encore un bon album, c'est sûr, quoiqu'un peu en dessous des tomes précédents. J'ai peur, à la longue de me lasser de cette histoire, ce troisième opus présentant beaucoup de répétitions par rapport au tome précédent. Mais pour l'instant, ça reste bon, agréable, drôle, et apporte toujours cette délicieuse débilité.

27 10 2008
   

Avec ce troisieme album, les auteurs me rassurent car j'avais été un peu déçu du deuxieme.
Cette fois ci nos pirates s'attaquent au trésor sur l'ile de Wahlala sans leur capitaine qu'ils ont laissé sur une ile a "livres".
Le graphisme est identique aux autres albums simple mais plaisants.

Un album pleins d'humour et de jeux de mots. L'auteur s'est bien amusé avec les expressions du feu jusqu'au la fin du livre et qui permet de laisser le suspense pour le lecteur jusqu'au prochain tome.
Un tres bon album qui change de l'ordinaire, aussi bien que le premier tome.

28 10 2007
   

C'est toujours aussi sympa "Ratafia".
Contrairement à copaing Yvan, je n'ai pas relu les deux tomes précédents avant d'aborder ce troisième tome, car le souvenir de l'humour et des péripéties de ce petit Capitaine est encore vivace dans mon cerveau peu encombré.
Bref, tout ça pour dire, que j'ai toujours beaucoup de plaisir à me replonger dans cet univers, à relever tous les jeux de mots, les situations, les circonstances foutraques imaginées par Nicolas Pothier.
Tout ça est toujours illustrés avec un trait joyeux et enlevé de Frederik Salsédo, mais je trouve les couleurs moins réussies dans le début de ce troisième tome. Là où des couleurs "écrasent" le trait, elles grossissent celui du dessinateur ici, qui du coup se retrouve un peu gras... Dommage, car à mon avis ça enlève un peu du talent du dessinateur.
Alors bien sûr, la fin sans équivoque peut présager d'un énorme rebondissement dans le quatrième tome, mais je dois dire que je ne m'y attendais absolument pas.
La suite arrive bientôt je crois...