46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 4 : Opération: Storm front
 

Queen and Country, tome 4 : Opération: Storm front

 
 

Résumé

Queen and Country, tome 4 : Opération: Storm frontAfin d'acceder au résumé de Queen and Country, tome 4 : Opération: Storm front, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Queen and Country, tome 4 : Opération: Storm frontL’amateur de récits d’espionnage est vraiment gâté par Akileos, qui publie pas moins de cinq excellents albums de "Queen and Country" en seulement huit mois.

Si cette série repose sur des récits indépendants, il est tout de même conseillé de lire le premier tome de "Queen and Country déclassifié" avant d’entamer celui-ci. Le premier tome de cette série parallèle qui propose des enquêtes hors chronologie visant à développer les personnages de Greg Rucka ("Gotham central", "Whiteout") se concentrait en effet sur le patron de Tara Chace, avant que celui-ci ne devienne directeur des opérations. Souvenez-vous de cette mission d’exfiltration d'un réfugié politique à Prague menée par Paul Crocker et souvenez-vous de cette scène finale montrant tout le désarroi d’un Paul Crocker qui ne sera plus jamais le même après cette opération périlleuse en Europe de l’Est. C’est dans ce quatrième tome de "Queen and Country" que Paul Crocker va se faire rattraper par les fantômes du passé.

Après un premier tome (Queen & Country : Opération Terre brisée) qui permettait de suivre deux enquêtes, l’une au Kosovo et l’autre en Afghanistan, un deuxième volet (Queen & Country : Opération Crystal Ball) relatant le démantèlement d’un réseau terroriste passant par les Balkans et le Moyen-Orient et le précédent (Queen & Country : Opération Blackwall) basé sur une histoire d’espionnage industriel, "Queen & Country : Opération Storm front" propose une histoire de vengeance.

La principale force de cette saga est l’évolution psychologique des personnages au fil des aventures. Comme dans son autre série, "Gotham central", l’auteur fait déteindre les éléments de chaque enquête sur la vie privée de ses protagonistes. C’est maintenant la mort d’un agent du Secret Intelligence Service (SIS) qui vient chambouler le quotidien des sections spéciales britanniques, tandis qu’un fantôme du passé incite Paul Crocker à mettre d’autres vies en danger. Au stress, aux dépressions, aux difficultés hiérarchiques et aux relations tendues, viennent maintenant s’ajouter la vengeance et la culpabilité. Un cocktail de sentiments qui met à l’épreuve le légendaire flegme britannique des agents de la couronne.

L’autre atout de cette saga est l’environnement ultra-réaliste dans lequel évoluent les personnages. Le monde de l’espionnage décrit par l’auteur s’avère complètement pourri et le quotidien décourageant de ces hommes de terrain fait finalement ressortir toute l’ironie du titre de cette saga. Si l’action de ce tome nous propulse en Géorgie, au sein d’une mission des plus périlleuses, la véritable action, plus psychologique, se déroule au quartier général des agents britanniques. Chacun y bouge ses pions, motivé par des raisons aussi multiples que malsaines. Chaque action a ses répercussions sur le terrain et chaque mission a des séquelles sur la vie privée des protagonistes : magistral !

Un seul point négatif concernant ce quatrième tome : le dessin de Carla Speed Mc Neil, qui est tout de même beaucoup moins bon que celui de Brian Hurtt sur le Déclassifié ou celui de Jason Alexander sur le tome précédent. La lisibilité demeure très grande mais les sentiments des héros, les non-dits, les expressions passent beaucoup moins bien.

"Queen and Country" (Eisner Award : Meilleure nouvelle série, 2002) offre un mélange parfait (et incontournable) entre émotion, politique, action et espionnage.


Chronique rédigée par yvan le 19/08/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,25 14,25 14,25
Acheter d'occasion : 4,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Juillet 2008

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Queen and Country, tome 4 : Opération: Storm front, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 11 2012
   

Quoi ? Il n'y a que deux avis sur ce tome 4 quand j'écris ces lignes ? On est saisi d'un doute : y aurait-il un nombre non négligeable de lecteurs de comics qui seraient passés à côté de "Queen & Country" ? On va donc en remettre une petite couche : cette série est sans doute ce qui s'est fait de mieux en matière d'espionnage en bande dessinée.

Les dessinateurs de la série se suivent et ne se ressemblent pas forcément. C'est ici Carla Speed McNeil qui s'y colle et, malgré son pseudonyme (ou patronyme, qui sait ?), ne nous bâcle pas le boulot. Son noir et blanc est aéré, on est loin de la noirceur d'un Miller ou d'un Risso, mais l'ensemble fonctionne bien et dégage une réelle ambiance. Le découpage se fait dynamique lorsque les scènes l'exigent mais il est globalement très sage pour du comic book. Un lecteur qui s'extirperait de son habituelle BD franco-belge s'y retrouverait aisément.

C'est d'ailleurs une des (nombreuses) forces de "Queen & Country" : tout le monde pourra y prendre plaisir. Par le fond comme par la forme, les rétifs à la BD américaine pourront commencer à réviser leur jugement avec ce genre d'album. On conseille évidemment de lire les albums dans l'ordre, même si les missions sont plus ou moins indépendantes : dès le début de "Opération : Storm Front", si on ne connaît pas les relations entre les vigies, on passe à côté de la psychologie des personnages. Avoir lu "Queen & Country - Déclassifié" est aussi un plus pour bien comprendre ce tome 4.

Mais franchement, même si vous découvrez la série avec cet album-ci, vous allez apprécier. Greg Rucka a un talent assez extraordinaire, avec une narration brillante qui se centre sur la psychologie des personnages. Ce n'est pas une série d'action, mais une mise en scène de relations humaines dans un service très particulier. Les silences, les attitudes sont aussi travaillés que les dialogues. L'ensemble possède une force de conviction assez bluffante.

Un bon album d'une série qu'il faut voir lue. On espère vous avoir convaincu.

30 11 2010
   

La série en prend un coup dès les premières pages. Rucka se contente de faire mourir Ed Kittering simplement à la fin d'une mission et d'une façon totalement déconcertante, d'une mort naturelle. C'est évidemment un choc pour tous mais surtout pour Tara qui sortait justement de leur relation plus que compliquée.

On a l'impression que Rucka fait un gros tacle à la série sur ce volume car la mort de Ed, qui arrive comme un cheveu sur la soupe n'est pas le dernier des soucis de l'agence. Il instaure ici un vrai chaos au S.I.S qui affronte sûrement les pires heures de son existence. Beaucoup des pertes et une mission personnelle pour Crocker qui vire au désastre. Tara et lui, les personnages centraux de la série affrontent leur démons: elle doit accepter sa condition et remplir sa mission, il doit laver son honneur et justifier ses actes.

Un volume très grave où on en prend plein la tête. C'est un vrai remaniement, une grosse tangente pour la série où chaque volume voit ses personnages sombrer de plus en plus profond dans leurs angoisses.

C'est le premier tome dont j'apprécie que moyennement le dessin. Pour l'instant on avait droit à du caricatural ou du noir et blanc lâché, ici c'est tout en rondeur, ça ressemble un peu à du Darwin Cooke finalement mais c'en est très loin. Petite déception sur ce point là donc, mais bonne note quand même pour une série toujours de grande qualité.