46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 5 : Opération: Dandelion
 

Queen and Country, tome 5 : Opération: Dandelion

 
 

Résumé

Queen and Country, tome 5 : Opération: DandelionAfin d'acceder au résumé de Queen and Country, tome 5 : Opération: Dandelion, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Queen and Country, tome 5 : Opération: DandelionAu fil des tomes Greg Rucka ("Gotham central", "Whiteout") s’attèle à développer tous les aspects de l’espionnage. Après des missions périlleuses au Kosovo et en Afghanistan (Opération Terre brisée), le démantèlement d’un réseau terroriste (Opération Crystal Ball), une histoire d’espionnage industriel (Opération Blackwall) et une histoire de vengeance personnelle (Opération Storm front), «Opération Dandelion» se lance dans une intrigue plus politique. Délaissant le travail de terrain, l’auteur entre ici dans les coulisses du pouvoir, là où l’avenir des pays et du monde se dessine. La véritable action, plus psychologique, se déroule donc au quartier général des agents britanniques. Chacun y bouge ses pions, motivé par des raisons aussi multiples que malsaines. Une lutte intestine qui a inévitablement ses répercussions sur le terrain.

Outre l’habile mélange d’émotion, de politique, d’action et d’espionnage, ainsi qu’une légère touche d’humour, c’est surtout l’environnement ultra-réaliste dans lequel évoluent les protagonistes qui caractérise cette saga couronnée d’un Eisner Award en 2002. A mille lieues du glamour et des gadgets high-tech de 007, le plus célèbre des agents de la couronne, le monde de l’espionnage dépeint par Greg Rucka s’avère complètement pourri et le quotidien décourageant des agents fait finalement ressortir toute l’ironie du titre de cette saga.

Si le principe de cette série repose sur des récits indépendants, l’évolution psychologique des personnages au fil des aventures constitue cependant l’un de ses principaux intérêts.
Coupes budgétaires, problèmes de recrutement, difficultés hiérarchiques, relations tendues et visites de condoléances aux familles de collègues font parties des obstacles journaliers rencontrés par les membres des sections spéciales britanniques. Les protagonistes ne sont pas des superhéros, mais des gens qui doivent faire face à une réalité que le commun des mortels ignore. Comme dans son autre série, "Gotham central", l’auteur fait déteindre les éléments de chaque enquête sur la vie privée de ses acteurs.

A l’instar de ses prédécesseurs sur les quatre premiers tomes, Mike Hawthorne livre un graphisme noir et blanc sans fioritures, entièrement au service de l’histoire. Si certaines cases ne sont pas parfaites, l’ensemble place cependant le lecteur dans l’ambiance adéquate, venant parfaire l’impression de réalisme dégagée par l’histoire. En multipliant les non-dits, les regards implicites et les longues pauses, le dessinateur accompagne également admirablement les sentiments de ses protagonistes.

Reléguant James Bond dans un rôle d’usurpateur, cette fiction ultra-réaliste de Greg Rucka continue de ravir les amateurs de récits d’espionnage avec une fréquence de publication soutenue et une qualité qui demeure au rendez-vous.


Chronique rédigée par yvan le 18/10/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 12,35 12,35 12,35
Acheter d'occasion : 4,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Septembre 2008

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Queen and Country, tome 5 : Opération: Dandelion, lui attribuant une note moyenne de 4,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 11 2010
   

Le S.I.S a vécu ses pires heures, c'est maintenant le moment de tout reconstruire. Crocker au centre a du soucis à se faire: deux vigies sont mortes, la vigie un est prête à donner sa démission et les dernières opérations n'étaient pas forcément justifiées.

Ce volume est très axé sur la politique interne des services secrets. C'est la guerre pour savoir qui va prendre la place de l'ancien C et Crocker aimerait autant éviter de se faire muter à des milliers de kilomètres. Une fois de plus l'opération mise en place n'est pas très officielle et le S.I.S va se encore confronter au MI5.

A chaque volume, Rucka s'amuse à confronter les services via l'indestructible et indécrottable Paul Crocker, mais cette fois il est clairement sur la sellette et il va accepter (trop?) facilement la proposition de Walter Seccombe, sous-secrétaire du Foreign Office et surtout grand politicien et membre très influent des services secrets.

Ce volume voit également l'arrivée de la troisième vigie trois, qui on l'espère ne décèdera pas brutalement cette fois. On peut se douter que non puisque Rucka s'attarde quand même un moment sur sa situation et son intégration au S.I.S.

On revient à un dessin plus classique, plus dans la veine des premiers. Bien qu'un peu vide, le trait est propre et soigné, pas extraordinaire mais efficace.