46 547 Avis BD |20 183 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 4 : Mère Russie
 

Punisher (Max), tome 4 : Mère Russie

 
 

Résumé

Punisher (Max), tome 4 : Mère RussieAfin d'acceder au résumé de Punisher (Max), tome 4 : Mère Russie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Punisher (Max), tome 4 : Mère RussieCe quatrième tome de "Punisher (Max)" est le troisième consacré à la série régulière du Punisher. Cette nouvelle histoire complète ("Mother Russia") regroupe les épisodes #13 à #18 de la septième série du Punisher, parus entre janvier et mai 2005.

Une nouvelle fois, le gouvernement américain tente de recruter le Punisher pour une mission spéciale et cette fois, c’est Nick Fury qui parvient à le convaincre d’aller s’infiltrer dans des silos nucléaires soviétiques afin d’y délivrer la fille d’un savant russe. La première partie de cette histoire militaire est assez classique, manque d’originalité et dénature un peu ce personnage habitué à tuer en solitaire et pour son propre compte. De plus, l’intrigue parallèle concernant la mission Rawlins n’est pas assez développée par rapport à une histoire principale qui tourne parfois un peu en rond.

Pourtant, cette histoire n’est pas dénuée d’intérêt. Ennis y développe tout d’abord des personnages intéressants. Il y a certes le Colonel Nick Fury version MAX, mais dans un rôle un peu trop limité. Mais ce sont surtout le Mongol et le général Zakharov, alias l’homme de pierre, qui apportent un plus à cette histoire. La guerre des nerfs entre le Punisher et le général Zakharov relance l’intérêt de l’histoire en fin d’album, tout comme le rebondissement final. De plus, le regard critique d’Ennis sur les méthodes utilisées par l’armée américaine est intéressant. Arrivé en fin d’album on a presque l’impression que par rapport aux actions de l’armée américaine, Nick Fury et Frank Castle sont des anges, c’est tout dire !

Ce qui est également réussi dans cet album est le développement du côté ‘Soft’ de Frank Castle. Le fait de devoir sauver une petite fille de 6 ans qui lui rappelle sa propre fille, permet à Garth Ennis de développer le côté humain du Punisher. Les deux scènes impliquant Frank et ce vétéran de l’armée russe vont d’ailleurs également dans ce sens.


Chronique rédigée par yvan le 20/01/2009
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 20,68
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Mars 2006

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Punisher (Max), tome 4 : Mère Russie, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

22 12 2014
   

Le Punisher, c'est une brute. Mais quand il s'agit de défendre les mômes, il devient capable de tout ! Cela fait deux fois en 4 volumes qu'un gamin en danger se retrouve au centre d'un véritable carnage. Ici, comme son titre l'indique, il s'agit de récupérer une môme en Russie, à qui on a injecté un virus ultra-mortel et dont les ravisseurs sont les seuls à posséder l'antidote.

Garth Ennis tisse une intrigue totalement rocambolesque, mais qui a l'avantage de mettre en scène, une fois n'est pas coutume avec lui, des personnages hauts en couleur.
A ce titre, le duo Nick Fury (auquel Ennis consacrera aussi de sacrés bons épisodes)/Punisher vaut à lui seul le détour.

Le reste, c'est action, complot et coups de Trafalgar à base de stratégies élaborées par les grosses huiles militaires. Au passage, l'irlandais en met une nouvelle fois plein la tronche aux ricains, qui vont jusqu'à recruter des islamistes pour foutre le Bronx en Russie via un détournement de long courrier.
C'est un peu n'importe quoi mais c'est le spectacle qui prime. Au moins, avec Ennis, quand ce n'est pas de la grande histoire, ça a le mérite de faire le show !

Un opus qui n'atteint pas les sommets du tome 1, mais qui reste un sacré bon divertissement, plus que musclé !