46 547 Avis BD |20 183 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 8 : Barracuda
 

Punisher (Max), tome 8 : Barracuda

 
 

Résumé

Punisher (Max), tome 8 : BarracudaAfin d'acceder au résumé de Punisher (Max), tome 8 : Barracuda, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Punisher (Max), tome 8 : BarracudaEncore un grand moment à passer en compagnie de Frank Castle.Garth Ennis nous en met vraiment plein la vue et se lache sur le scénario.
Plus de violence,plus de mort,plus de sexe ou plûtot enfin du sexe,plus de sang et un adversaire de taille pour Le Punisher.
Même les dialogues sont souvent choquant,mais collent parfaitement avec l'ambiance et le style Punisher.
Personnellement Barracuda me fait légèrement penser à un boxeur qui a beaucoup fait parler de lui à son époque de gloire.L'aspect physique,les dents en or,la violence du personnage vous rappeleront sans doute le Tyson des grands jours.
Tout est réuni pour faire de ce 8 ème tome,une oeuvre incontournable de l'univers du Punisher.
Mais cette fois,il ne s'attaque pas aux dealers ou aux assassins...non,la cible du jour se pose sur des grands patrons,ces délinquants en col blanc,ceux pour qui l'argent et le profit sont religion et qui n'ont de compassion que pour une bouteille de champagne vide.
Le problême avec ces gens là,c'est qu'ils ont du pouvoir et beaucoup d'argent.L'argent mène souvent à tout et notamment à trouver une solution lorsque se dresse sur leur route la grande carcasse du Punisher.La solution,en l'espèce,se nomme Barracuda et il n'a rien à envier au Punisher.Il manie aussi bien les flingues que le crochet du droit,et Frank Castle devra s'y reprendre à plusieurs reprises pour venir à bout de ce colosse d'ébène.
Un mot sur les graphismes de Parlov,qui bien que ne valant pas ceux de Fernandez ou Larosa,demeurent de bonne qualité mais manque un brin de noirceur.N'oublions pas que le personnage de Castle est noir et torturé et que le soleil,le grand jour et les belles couleurs,ne conviennent pas vraiment à son teint.
Juste un mot pour finir...quand on est requin,le plus beau des festin se trouve toujours dans le sillage du Punisher.
Vivement le prochain !!!


Chronique rédigée par lololetoulousain le 27/10/2007
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de lololetoulousainReflet de l'avatar de lololetoulousain
Statistiques posteur :
  • 19 (41,30 %)
  • 27 (58,70 %)
  • Total : 46 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,30 13,30 13,30
Acheter d'occasion : 26,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Septembre 2007

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Punisher (Max), tome 8 : Barracuda, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

12 3 2009
   

Ce huitième tome de "Punisher (Max)" regroupe les épisodes #31 à #36 de la série régulière du Punisher, parus entre mai et octobre 2006.

En s’attaquant aux réseaux de prostitutions lors du tome précédent, Garth Ennis avait déjà délaissé le milieu mafieux/criminel habituel au sein duquel il faisait évoluer son héros. Cette fois, l’auteur tourne une nouvelle fois le dos aux dealers, assassins et trafiquants en tout genre, pour plonger son justicier hors normes au milieu de businessmen impitoyables. Le dessin moins sombre (et légèrement moins efficace) de Goran Parlov sied d’ailleurs assez bien à ce nouveau décor plus luxueux, situé bien loin des milieux et ruelles sombres que Frank Castle a pour habitude d’arpenter.

Par contre, l’auteur à beau quitter le milieu du proxénétisme, il ne diminue pas pour autant les scènes à caractère sexuel. Les parties de jambes en l’air et les dialogues crus ne manquent pas au rendez-vous et justifient à nouveau le label «Max» de cette collection réservée à un public averti.

Ennis profite également de ce face-à-face entre Castle et de puissants industriels, pour intégrer un nouveau personnage charismatique à son récit : Barracuda ! Ce dernier alimente l’aspect violent du récit et fera d’ailleurs l’objet d’une mini-série (Punisher Presents: Barracuda), également illustrée par Goran Parlov.