46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : mort ou vif
 

Preacher, tome 1 : mort ou vif

 
 

Résumé

Preacher, tome 1 : mort ou vifAfin d'acceder au résumé de Preacher, tome 1 : mort ou vif, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Preacher, tome 1 : mort ou vifEPOUSTOUFLANT !

J'ai vraiment du mal à m'en remettre,tant cet album m'en a mis plein la vue...
Dès les premières pages on reçoit une grosse gifle et je peux vous dire que ce ne sont pas les cent pages suivantes qui vont calmer le jeu.
C'est du haut niveau,un mélange de genres à couper le souffle,une épopée blasphématoire à faire pâlir le saint père du Vatican,un récit à la nitroglicérine qui explose à la moindre page tournée.

Longtemps j'ai cherché à me procurer un exemplaire du PREACHER...en vain,rupture de stock un peu partout.
J'ai entendu parler de cette série un peu particulière,en lisant THE PUNISHER,dont ENNIS et DILLON ont fait les beaux jours.
J'étais fan de ces auteurs qui ne reculent devant aucune folie,aucun abus,aucune censure.PREACHER devenait une priorité.
Et voilà que PANINI COMICS se décide à sortir une nouvelle mouture des aventures du révérend Jesse Custer,et que cela me tombe dans le creux de l'oreille.
Mon sang n'a fait qu'un tour,mon portefeuille est resté bouche bée le temps de sortir les 23 euros nécessaire à l'investissement,et mon cul s'est posé dans mon canapé en cuir IKEA pendant un certain temps,avant de prendre position devant mon PC pour vous faire partager ce récit sanglant et jubilatoire.

En deux mots,pour plus voir plus bas,PREACHER,est l'histoire d'un pasteur d'une petite ville du Texas qui se voit habité,bien malgré lui,par une entité mi-Dieu,mi-Démon,Génésis,et qui décide de parcourir les State à la recherche d'un Dieu démissionnaire.
Accompagné d'un vampire irlandais,Cassidy,et d'une ex,Tulip,il va silloner les States avec à ses trousses un cow boy exterminateur,le Saint des Tueur,bien décidé à stopper la course de cette triplette originale.

C'est simple mais ça marche.Efficace et captivant,PREACHER ne peut vous laisser indifférent.
Du sang,de la boucherie même,du sexe,Dieu,de l'alcool et des flingues,tout pour faire un bon polar,ou un bon thriller ou plutôt un bon je ne sais quoi tellement PREACHER est incroyable et inclassable.
Le scénario de Garth ENNIS est extraordinaires,les répliques au vitriol sont cinglantes et le récit est mené tambour battant,ne nous laissant pas une seconde pour souffler.
Les graphismes signés Steve DILLON sont,pour moi qui suit un fan du PUNISHER,d'une efficacité allucinante et sans concession...attention les yeux et gare aux âmes sensibles.

Le tout est parfait et je ne sais comment vous dire d'en profiter au maximum, au fond de votre fauteuil, 23 euros en moins sur votre PEL.
Amen !


Chronique rédigée par lololetoulousain le 22/04/2007
 
 
Avis de :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de lololetoulousainReflet de l'avatar de lololetoulousain
Statistiques posteur :
  • 19 (41,30 %)
  • 27 (58,70 %)
  • Total : 46 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 22,23 22,23 22,23
Acheter d'occasion : 17,49
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.17
Dépôt légal : Mars 2007

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Preacher, tome 1 : mort ou vif, lui attribuant une note moyenne de 4,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 12 2007
   

J'ai relativement apprécié cette bd mais pas autant que je l'espérais.

Le dessin est très correct quoique je ne l'apprécie pas totalement car je le trouve sans réelle âme et chiche sur les décors. Mais ça se lit très bien et je n'ai pas de reproche à formuler. Ah si peut-être un : le fait de garder en mémoire l'impression de n'avoir vu rien d'autre de dessiné que des personnages et des décors vides (ou alors quand ils ne devraient pas être vides, dessinés en contre-plongée pour voir le moins de détails de décor). Le dessin insiste un peu trop sur les personnages et laisse le décor trop vide pour donner de la profondeur visuelle à l'histoire.

Quant à l'histoire, elle a beaucoup d'idées originales : Cassidy le vampire bon-vivant, la relation entre Genesis et Dieu, l'histoire familiale de Jesse Custer, entre autres. Et globalement l'intrigue de la série en elle-même est également originale et assez prenante.
J'aime bien le personnage de Cassidy mais je trouve les personnages de Jesse et de Tulip plus fades quoique corrects.

Par contre, il y a pas mal de choses que je n'ai pas apprécié dans cette série et dans ce premier tome. A commencer par la violence : c'est presque gratuitement violent et noir (rien à voir avec le côté noir mais intelligent de "Sandman" par exemple), avec des giclées de sang, des membres qui explosent, des gueules fracassées, etc... Je vois pas l'interêt de cette violence et moi ça me rebute. De même que les dialogues qui sont remplis d'insultes et de grossièretés en permanence : c'est lourd.

Un premier tome en demi-teinte donc pour moi, même si je l'ai lu avec plaisir et que je le conseille sans sourciller à tout amateur.

23 6 2007
   

Hé ben. Déjà quatre chroniques (et maintenant cinq) sur cet album. Les comics récoltant en si peu de temps un nombre conséquent d'avis sur coinbd sont peu nombreux. C'est dire si "Preacher" sait se distinguer du reste de la production. Et si je suis un poil moins ethousiaste dans ma note que les autres, je trouve tout de même que c'est un premier album qui vaut le coup d'oeil.

L'un des intérêts de "Preacher" est son côté déjanté, irrespectueux et grossier. Les personnages jurent comme dans la vie réelle (et je ne parle pas d'un dîner UMP, ce serait plutôt, avec les mêmes initiales, du jargon de bar PMU !). La religion en prend pour son grade, Dieu lui-même semblant à peine plus recommandable que ses anges et démons. Les amateurs de bon goût vont faire une drôle de tête : le passage avec Tête de fion est assez réjouissant et montre bien l'ambiance de la série. Quant à l'ordre "toi, tu vas te faire mettre, et vite" et ses conséquences... lisez l'album pour constater que Garth Ennis n'est pas un auteur très recommandable, surtout si votre grand-mère aime fureter dans vos lectures !

"Preacher" n'est cependant pas qu'un grand défouloir. Il y a derrière une vraie intrigue, à dominance fantastique ou policière selon les épisodes. Le dessin est un peu ardu au début, par ses débordements sanguinolents notamment, mais on intègre vite l'atmosphère de la série et on jubile finalement devant les visages arrachés et les corps démembrés ! Les couvertures originales sont intégrées à l'album et commentées par Glenn Fabry avec humour et modestie.

On a envie de lire la suite, c'est sûr. J'espère une montée en puissance de la série car ce premier tome est plutôt réussi mais on sent qu'il y a davantage encore de potentiel dans cet univers créé par Ennis et Dillon. Rendez-vous au tome 2 pour voir si on franchit la barre du 4/5 ! ;)

3 6 2007
   

Enfin cette série déjantée bénéficie à nouveau d’une édition par chez nous, et force est de constater que les années passe et qu’elle n’a pas pris une ride. Les pérégrinations du pasteur Jesse Custer à travers les Etats-Unis sont toujours aussi irrévérencieuses, noires et iconoclastes. Un pasteur, une tueuse à gage et un vampire partent ainsi sur les routes à la recherche de Dieu, qui aurait démissionné.

Trame de départ complètement hallucinée qui plonge le lecteur au cœur d’un roadtrip haletant où les héros côtoient tueurs en série, anges, exécuteurs et flics tarés. Du tout bon en somme.

Le dessin de Dillon est pour le moins réussi, et nous plonge avec brio dans cette histoire complètement décalée. Le trait n’est certes pas parfait de bout en bout mais le dessin colle très bien à l’ambiance, et les couleurs sobres et efficace ne gênent en aucun cas le plaisir de lecture.

A ajouter à cela les splendides couvertures de Glenn Fabry, qui fait claquer des la première page la folie qui émane de cet opus.

Chaudement recommandé.

27 5 2007
   

Excellent premier album, vraiment.
En fait, un sacré mélange de Tarantino et de fantastique assumé donne à cet album une originalité vraiment appréciable. Et puis, les dialogues sont savoureux, vraiment.

A la lecture de ce tome, on peut parfois se demander si Garth Ennis ne va pas un peu loin, tant le discours est trash parfois. Mais l'ensemble est tellement jouissif que finalement, la lecture des aventures de Jess Custer est un véritable régal. On parcours de pages en pages cette histoire sans cesse étonné par les surprises et les pièges qu Ennis tend à ses lecteurs. C'est un véritable plaisir que d'être mené par le bout du nez et étonné à chaque page.

Et puis, le dessin de Steve Dillon est de qualité. Détaillé, dynamique, il sait retranscrire la noirceur et la violence lorsqu'elle doit être présente, tout en donnant une vision particulièrement croustillante des anges... vraiment sympa.

La suite, vite.

17 5 2007
   

Plusieurs années après une première édition interrompue après 7 tomes chez le défunt éditeur Le Téméraire, Panini se lance dans la publication intégrale de cette série phare de la collection Vertigo ("Sandman", "Y le dernier homme", "100 Bullets"). C’est muni d’une nouvelle traduction, que ce premier volet reprend les deux premiers tomes parus au Téméraire.

Les deux auteurs britanniques, l’irlandais Garth Ennis ("Punisher", "Hellblazer", "Ghost Rider") et l’anglais Steve Dillon ("Hellblazer") livrent l’histoire complètement déjantée d’un pasteur hors du commun : Jesse Custer ! Habité de la descendance d’un démon et d’un ange et accompagné de Cassidy (un vampire irlandais anarchiste) et de son ex Tulip (une jeune tueuse à gage maladroite), le pasteur commence une quête sanglante à la recherche de Dieu, afin de pouvoir lui botter le cul !

Cette BOMBE qui ne respecte rien ni personne, tout en jouant avec les genres, se situe quelque part entre "Sin City", "Bouncer", "James Dieu" et le film «From Dusk till Down», tout en restant inclassable !

Le côté "Sin City" et "Bouncer" qui se retrouve dans la noirceur, l’immoralité et la férocité des personnages et de l’univers. Un casting qui puise parmi les raclures de la pire espèce, une volonté de faire gicler le sang et de n’épargner aucune boucherie au lecteur, et une narration qui en jette.

Le côté "James Dieu" qui se retrouve dans l’humour décapant, dans cette volonté blasphématoire de s’attaquer à la divinité et aux défauts de l’Amérique profonde et puritaine. Et finalement, cette petite touche de vampirisme succulente qui vient exploser les dernières frontières des genres.

Ajoutez à cela le dessin clair, efficace et expressif de Steve Dillon et les couvertures alléchantes de Glenn Fabry et vous obtenez de la dynamite d’une puissance divine.

BOOOOUUUUUMMMM !