46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Tome 3 : Powers 3
 

Powers, tome 3 : Powers 3

 
 

Résumé

Powers, tome 3 : Powers 3Afin d'acceder au résumé de Powers, tome 3 : Powers 3, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Powers, tome 3 : Powers 3Le premier tome était vraiment réussi. Le deuxième était moins achevé. Ce troisième tome de Powers redresse la barre : s'il est globalement moins bon que le tout premier, il est très plaisant à lire et tire son épingle du jeu parmi la surproduction actuelle de titres de bandes dessinées.

Graphiquement, le style d'Oeming est très original au sein de l'univers des comics. Esthétique, personnel, semi-réaliste (le visage de Walker est presque un rectangle), agréablement mis en couleur, le trait de Powers est un atout réel pour la série, qui peut notamment conquérir un public féminin ou généralement peu attiré par les comics.

Et puis, il y a le sieur Bendis. Le surdoué des comics début de millénaire. Le Michel Audiard des dialoguistes BD. Les discussions entre les personnages sont vraiment truculentes. Morceaux choisis :
"Hé, je rigolais juste." "C'est pas drôle." "Depuis quand tu t'y connais en trucs drôles ?"
... ou bien cette suspecte qui révèle lors de son interrogatoire qu'une de ses connaissances, après avoir pratiqué une fellation sur un super héros, a été capable de voler pendant des heures. "Moi, le mieux que j'aie eu sur un truc comme ça, ça a été des brûlures d'estomac" lui répond Deena...
On sourit très souvent, notamment avec le personnage de la femme flic, grossière et sans pudeur, qui n'est pas courante dans la BD. L'intrigue est prenante, bien menée, très axée sur l'humain et les rapports entre les personnages.

Attention cependant : les jeunes lecteurs éviteront cet album, qui comporte des scènes violentes et des allusions sexuelles sans équivoque. Les comics sont ouverts aujourd'hui à un public plus adulte. Qu'on se le dise, et qu'on lise Powers, série distrayante et de qualité.


Chronique rédigée par Jean Loup le 29/04/2004
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.80
Dépôt légal : Février 2004

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Powers, tome 3 : Powers 3, lui attribuant une note moyenne de 3,80/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 3 2012
   

"Powers" a fait partie des séries qui ont désacralisé les Super-Héros, tout en proposant une forme polar qui permet de viser le public adulte.
La démonstration de Bendis continue, et cette fois-ci il aborde un tabou du mainstream des super-capes : le sexe !
Le récit et son pitch sont limpides : Olympia, le symbole même du leader des Super-Héros (la référence à Superman coule de source), est décédé dans des circonstances intimes qui vont très vite aboutir à l'exploitation par les médias de ses frasques sexuelles...

Quatre épisodes sont consacrés à l'enquête elle-même, et le cinquième est construit sous la forme d'un fac-similé de magasine people, avec la dernière interview d'Olympia, des potins aussi débiles que les vrais/faux articles de la presse à scandale...

Le tout est remarquablement fait, mais j'ai un petit peu moins accroché que les deux premiers volumes... Ce qui n'empêche pas d'être accro à la série !

14 8 2007
   

Ce troisième tome de Powers m’a vraiment beaucoup plu. Si l’intrigue reste fort classique et peu surprenante, le travail narratif de Brian Michael Bendis ("Torso", "Sam and Twitch", "Daredevil (100% Marvel)", "Goldfish", "Jinx") est tout bonnement excellent. Il parvient cette fois à ne pas tomber dans le piège des dialogues abusifs et peu utiles, pour nous servir une narration incisive, précise et pourvue d’un humour qui fait mouche.

La seule partie qui m’a moins plu est le petit passage intégrant des pages de magazines (avec pubs et tout), qui fait penser au one-shot "Ultra" et qui n’a pas vraiment du ravir le traducteur Alex Nikolavitch, qui est également le scénariste de "Central Zero", "Spawn Simonie", "La Dernière cigarette", "Tengu-do" et "L'escouade des ombres".

Le style d'Oeming ne me plaît toujours pas trop. Je trouve les décors et les personnages trop simples, trop vides et ne dégageant vraiment pas l’ambiance propice à cette enquête policière. Mais le travail de Bendis étant très réussi sur ce tome, cet aspect m’a moins dérangé que lors des deux tomes précédents.

Bref, un très bon tome et une série très plaisante, mais dans le style «flics traditionnels dans un univers de super-héros», je préfère quand même la série "Gotham central".

27 5 2006
   

Autant le dire tout de suite ... c'est mon "Powers" préféré !!!!

J'avais trouvé le 1 très bon et original, le 2 sympa mais celui-là !!!! j'avoue avoir été bluffé !!!
Je ne m'attendais pas à tant de cynisme dans un comic... on est en pleine dérision de notre monde, de la presse à scandales et du monde des super-héros.
Tout le monde en prend pour son grade, et c'est fait tellement simplement et intelligemment que je dis "chapeau" !!!!!
La mise en page de l'album est très originale (elle l'était déjà avant mais là, en intégrant les pages de journaux, c'est très bon !!!), l'humour acide est omniprésent (voire les publicités pour les voitures ou les cosmetiques ou les affiches de films) et les dessins sont toujours aussi en phase avec la série.
Que dire des dialogues ? c'est précis, net, impudique, corrosif et drôle.

Si comme moi, vous n'êtes pas amateur de comics à la base, oubliez vos a priori et fouinez dans ce vivier !!!! il y a vraiment de petits bijoux ... "Powers" en est un !

15 11 2004
   

Après deux albums efficaces et originaux, Bendis s'attaque à un nouveau penchant du monde moderne : le voyeurisme transcendé par la presse People.

Olympia, un des plus populaires super héros du monde contemporain, décède brutalement. Crise cardiaque ? Meurtre ? Tout est-il que la presse à scandale se rue sur ce fait divers pour exposer au grand jour les frasques sexuelles du héros, alors que Walker et son équipière, de leur côté, enquêtent tant bien que mal sur cette mort étrange.

On retrouve des personnages connus : Johnny Royale, bien sûr (qui au passage aura perdu un L à son pseudo... problème de traduction, ou changement similaire dans la vo ?) mais aussi tous les autres.. Zora, Powers that be, etc. Tout ce petit monde que Bendis construit tome après tome, pour nous faire oublier l'espace d'un album notre univers et nous plonger plus profondemment dans celui de Powers.

C'est très bien fait, on a droit à plusieurs pages du canard à scandale : introspection garantie, même si certains articles sont tout de même assez pompant à lire et ne nous apporte rien (comme dans la vie réelle, en fait :)).
Bon point pour la mise en page de l'album, donc.

Le dessin, égal à lui-même, géométrique et bien pensé, fait vraiment mouche. Dynamique, gras mais précis à la fois, sans être de la haute voltige, c'est vraiment sympa.

Bon, la suite, j'attends :)