46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
 

Planètes, tome 1

 
 

Résumé

Planètes, tome 1Afin d'acceder au résumé de Planètes, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Planètes, tome 1Cet album m’a laissé une étrange impression… Il est composé de plusieurs chapitres formant autant de petites histoires quasiment indépendantes, liées par la trame générale de la série, et souffre de certains des défauts que l’on peut s’attendre à trouver dans le genre.
Le scénario peut en effet paraître un peu décousu, les épisodes peuvent sembler une accumulation d’aventures, et le thème des épisodes peut être amené et/ou traité trop rapidement.

Seul ce dernier point me paraît reprochable à « Planètes » : la problématique de certains chapitres est parfois un peu trop brusquée. On aurait aimé un développement plus lent et plus approfondi… Le meilleur exemple en est peut-être le tout début, ou en deux pages Yuri perd se femme.

Malgré cela, cet album possède une réelle force. L’ambiance est superbement rendue, les décors sont très beaux, le découpage, bien qu’assez traditionnel, est utilisé de manière vraiment efficace pour ralentir ou accélérer l’œil du lecteur, créant ainsi une impression d’immobilité, de flottement silencieux dans l’espace. De plus, si l’histoire est basée sur quelques péripéties, on s’attache surtout aux réactions des protagonistes, à leurs motivations, à leur façon de « vivre l’espace ». Si là aussi le traitement est parfois un peu hâtif, j’ai été tout simplement touché par la simplicité et la vérité des comportements montrés. La séquence pages 87 à 89 (vers la fin de la phase 2) est à cet égard sublime…

Je ne crois pas que ce manga plaira à tout le monde, mais je vous le conseille tout de même, au même titre que les œuvres de Taniguchi, qu’il m’a rappelé par certains points.Pour ma part, j’aime !


Chronique rédigée par CoeurDePat le 09/03/2003
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CoeurDePatReflet de l'avatar de CoeurDePat
Statistiques posteur :
  • 257 (75,15 %)
  • 18 (5,26 %)
  • 67 (19,59 %)
  • Total : 342 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,49 9,49 9,49
Acheter d'occasion : 2,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.05
Dépôt légal : Mars 2003

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Planètes, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 4,05/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

29 8 2014
   

Voici un premier album tout calme mais assez bien mené. On y fait la connaissance de trois éboueurs de l'espace, quelque part dans les années 70 (2070, hein !). Fi, Yuri et Hachimaki ont trois personnalités et trois histoires personnelles très différentes, et tout est fait pour les présenter comme des personnages très normaux. L'univers de science fiction leur donne un caractère hors du commun. En suivant ces trois personnages, on apprend surtout que la conquête spatiale est bien lancée, que la Lune a été colonisée, permettant à l'humanité d'avoir accès à de nouvelles sources d'energie, et que les scientifiques voient désormais plus loin. La Terre ne reste que le camp de base de tous ces terriens, mais la première génération d'enfants nès sur la lune est née. On est dans de la pure anticipation : l'homme en conquête de nouvel espace a réussi à dompter la lune. Mais les personnages présentés ne sont pas des surhommes, les technologies déployées ne font pas appel à des rayons lasers ni à des réacteurs nucléaires et les seuls extraterrestres dont il est question ici se résume à ces quelques premiers enfants de terriens nés sur la Lune. Cet ouvrage se propose surtout de nous présenter cet environnement, ainsi que les trois personnages principaux : il ne se passe pas grand chose et le rythme de l'album est assuré par le passage de l'un à l'autre des protagonistes, de leur problèmes, de leurs rêves, de leurs aspirations, de leurs regrets. Cette alternance est bienvenue car, comme il n'y a pas encore d'intrigue vraiment émergente, on a l'impression d'avancer tout de même dans ce premier album, à la rencontre des différetns personnages. Et puis, quelque part dans l'ouvrage, on nous parle d'attentats commis par un mouvement protecteur de la Lune, des espèces de Greenpeace locaux en un petit peu plus violents : même si on sent que cette piste n'est pour l'instant pas vraiment exploitée, on se doute que pour apporter un peu d'action et de rythme dans le futur, cette information sera un petit peu plus fouillée.

Graphiquement, j'ai trouvé les personnages et les éléments de décors assez travaillés. On retrouve cette patte manga qui permet quelques exagérations dans les sentiments mais dans l'ensemble, c'est maîtrisé et ca se permet quelques coups de crayons humoristiques. Les physiques des personnages mettent quelques chapitres à se stabiliser (Hachimaki devient brun et plus mature...), mais se stabilisent assez rapidement.

Voici un premier album assez calme, mais la profondeur des personnages vient combler avantageusement le manque d'actions.

20 11 2012
   

Quand Yukimura dessine son œuvre à visée apologétique, "Planètes", il avait 23 ans. Soit bientôt mon âge. Je suppose qu'il doit être effrayer par "le silence éternel de ces espaces infinis" depuis son plus jeune âge. Bientôt 10 ans que je connais cette œuvre, et j'ai l'impression de me prendre par un grand savant arrogant.

L’œuvre est originale par la préoccupation qui l'anime ; on est loin des argumentations proprement démonstrative, comme "UW1". Ici, Yuri, le personnage principal est marqué par un accident de navette aérospatiale, percutée par des débris. Six ans plus tard, il est devenu « éboueur de l’espace » et n'a pas réussit à faire le deuil de sa femme morte dans ce même accident.

L'auteur dépeint avec précision la tristesse éprouvée de Yuri avec une précision déconcertante. De plus, Yuri ne se limite pas pas à sa tristesse, il éprouve de l'angoisse tant sur l'avenir de sa planète que sur les progrès innombrables des sciences (colonisation de l'espace, aventure spatiale) qui n'ont pas pu supprimer les maladies, la misère sociale et améliorer la condition humaine.

Jamais, je n'ai ressenti autant de dépression, de souffrances, chez un personnage de BD. C'est comment dire, assez poétique pour toucher notre âme.

Un manga qui m'a élevé vers des hauteurs rarement atteints !

11 10 2006
   

Je n'avais aucun a priori sur ce manga. On m'avait juste dit que c'était "de la bonne".
C'est donc avec beaucoup de curiosité que je l'ai ouvert. Et je dois dire que j'ai été pas mal surpris, car je ne m'attendais pas du tout à ça. Certes, la couverture laissait présager de la qualité, hors du spectaculaire, du space opera blockbuster bourrin de base.
"Planètes", c'est vraiment tout le contraire. C'est de l'intimisme dans un décor de SF. C'est du roman graphique sur fond de planète bleue et de débris flottants dans l'espace.
L'auteur a truffé son manga de détails insignifiants, mais qui rendent le récit vraiment prenant.
Je ne m'attendais pas non plus au format "histoires courtes". Cela permet à l'auteur de passer en revue ses trois personnages principaux, et bien en plus.

Une série à suivre, même si elle est terminée. ;)

20 8 2006
   

Incontestablement, "Planètes" est mon coup de coeur manga de l'année.

Pas vraiment fan de sciences fiction, j'ai longuement hésité à me lancer dans l'aventure. Mais après avoir été convaincu par les avis précédents (notamment celui de Jean Loup), je découvre donc "Planètes" qui est finalement classé en sciences fiction uniquement parce que l'histoire se déroule dans l'espace en 2068.

Car en effet, on découvre dans ce premier tome la vie quotidienne de 3 éboueurs de l'espace, chargés de ramasser les innombrables débris qui gravitent autour de la terre. Un métier finalement banal en 2068 même s'il est dangereux et éprouvant (les retours sur terre étant peu nombreux).

Et on se délecte à découvrir le quotidien, les caractères et les sentiments de cette petite équipe d'éboueurs retranscrits avec justesse par l'auteur. La narration est vraiment plaisante, et même si certains ont été déroutés par la succession de chapitres racontant un peu une histoire discontinue (cf. les avis précédents), je dois avouer que cela ne m'a pas du tout choqué (limite je ne me suis pas fait la remarque).

Un premier tome d'une série à découvrir de toute urgence. Un vrai coup de coeur personnel.

29 4 2006
   

J’étais très enthousiaste à l’idée de lire ce manga, car il fait l’objet de beaucoup de bonnes critiques que ce soit ici sur CoinBD où sur d’autres sites et revues spécialisés. Mais face à toutes ces bonnes critiques, des avis contraire, bien entendu.

"Planètes" est, à n’en pas douter, un manga atypique. Sa narration, divisée en chapitres, s’oriente principalement sur le « côté humain », comme il est coutume de dire dans ces cas là, autrement dit sur les relations et les émotions des personnages. En effet dans ce monde futuriste, où Yuri vit, et travaille comme « éboueur de l’espace », les Hommes se sentent pas vraiment mieux, même encore plus seuls et perdus que dans notre monde actuel.

On s’attache rapidement aux personnages au fur et à mesure que l’on en apprend un peu plus sur eux. Ce tome, bien que disposant d’une trame de fond intéressante, privilégie la psychologie des protagonistes, à travers leur quotidien qu’est l’espace avec ses dangers, bien sûr, mais surtout avec son vide incommensurable, et ce silence oppressant.

Les dessins sont également inhabituels avec des visages tout en rondeurs, et des expressions simples. Ceci contraste bien évidemment avec la complexité des décors des navettes et bâtiments spatiaux. Il se dégage une impression étrange de cet univers qui est difficilement descriptible. Mais ce style visuel est certainement un des point les plus déroutants de cet album, qui à mon avis aurait gagné à avoir un aspect plus réaliste ou en tout cas moins « arrondi ».

Premier tome d’une série singulière mais un peu déroutante

27 2 2006
   

Ce manga de science-fiction nous plonge dans les années 2070 en compagnie du russe Yuri, de l'américaine Fi et du jeune japonais Hachimaki, 3 éboueurs de l’espace qui forment l’équipage du "Toy Box". C’est dans ce ‘camion-benne’ de l’espace qu’ils récupèrent les débris qui errent dans l’espace suite à une colonisation spatiale poussée.

Makoto Yukimura développe cinq petites histoires organisés en chapitres et qui se rejoignent sur une trame de fond commune. Personnellement, j’ai trouvé chaque chapitre bien développé, mais le passage d’une histoire à l’autre parfois trop brusque, ce qui donne un air de décousu à ce tome.

Côté histoire, pas de combats intergalactiques, d’armes ou de robots futuristes car le récit ce focalise sur la psychologie des trois personnages, leurs sentiments, leurs quotidiens, leurs rêves, leurs passés, leurs doutes et leurs espérances. Makoto Yukimura aborde ainsi divers sujets tels que le tabagisme, la conquête de l’espace, la pollution et l’amour, de façon réaliste, mais non sans humour.

J’ai trouvé le dessin plutôt kitch, avec des personnages aux visages simples et arrondis. C’est surtout le cas en début de tome quand Hachimaki a encore les cheveux clairs et Yuri les cheveux foncés (après cela s’inverse et on ne sait pas trop pourquoi d’ailleurs). Chaque histoire débute également par quelques planches en couleur, ce qui permet d'attaquer ce tome en couleur, pour ensuite le poursuivre (dans le sens de lecture japonais) en N&B.

28 3 2005
   

Mais c'est franchement très bien, ça !

"Planètes" est un manga. Cette simple précision aura peut-être déjà fait fuir certaines internautes : dommage.
D'autres, totalement accro au genre, dévoreront ce tome inaugural avant d'embrayer sur un "Dragon Ball", un "Nana", un "Hikaru No Go" ou l'une des innombrables séries qu'on trouve dans les librairies spécialisées.
C'est donc à tous les autres que je vais adresser cette chronique, à tous les indécis, les curieux et les bédéphiles qui connaissent encore peu le manga. "Planètes" est une bonne occasion de découvrir les oeuvres orientales.

Un mot du dessin, tout d'abord. C'est souvent sur ce point que le manga est attaqué. Il faut reconnaître que les codes de la bande dessinée nippone ne sont pas ceux de l'occident et que cela déroute au début, d'autant que le sens de lecture original est respecté dans "Planètes". Les visages sont plus ronds, les attitudes plus dynamiques, les décors moins travaillés peut-être. Mais cela n'ôte rien à la qualité de ce premier volume, qui sait instaurer une sacrée ambiance par son graphisme. Petite concession : chaque histoire commence par quatre planches en couleur, le reste étant en noir et blanc. Cela devrait permettre aux grincheux de s'immerger plus facilement dans l'univers des auteurs. Et de reconnaître que le manga n'a rien d'une sous B-D.

Et il est riche, cet univers. Je m'attendais à une série de science-fiction à la "Akira", que j'avais beaucoup aimée. Perdu : ça n'a rien à voir. "Planètes" joue sur l'humain dans le contexte d'un monde futuriste. Les différentes histoires font la part belle à la psychologie des trois personnages principaux en exploitant leurs failles et leur vie. L'émotion est omniprésente. Et occupe joliment le terrain.

S'il fallait absolument faire un parallèle avec une autre bande dessinée, je dirais que c'est "Lupus" qui donne la meilleure idée de ce que peut être "Planètes". A vrai dire, le plus simple est que vous découvriez cette série enthousiasmante et sensible par vous-même : un détour chez votre libraire favori s'impose.

28 8 2003
   

Planètes est un manga atypique, une de ces oeuvres qui alimente mon intérêt croissant pour la production bd nippone.

Le premier tome de cette série de science-fiction à un je ne sais quoi d'original qui happe peu à peu le lecteur au fil des pages. Vous ne trouverez pas ici de conflit intestellaire, d'empereur galactique où de races extra-terrestre. Makoto Yukimura a choisi de placer son intrigue dans ce qui pourrait être le futur de l'exploration spatiale.

Ses héros sont une équipe d'éboueurs de l'espace chargé de ramasser les débris qui polluent l'orbite terrestre. Le lecteur est ainsi confronté, au fil des pages avec leurs quotidiens, leurs passés, leurs rêves, leurs doutes et espérances. L'album est divisé en plusieurs histoires indépendantes qui font petit à petit avancer une trame globale qu'on sent pointer son nez au fur et à mesure des pages (un peu à la manière de Spirale).

Niveau dessin, les visages des personnages ont parfois un aspect quelque peu rondouillard (sans pour autant parler de ligne claire). i ce point de détail ne nuit pas à la lecture de l'album, il est ependant vrai que comparé à la minutie des décors ce détail pêche un peu. Les décors. Parlons-en. Le trait est précis, minutieux sans pour autant crouler sous le trop-plein de détails. Allié à une mise en page certes classique mais bien maîtrisée, ces décors savent donner au lecteur l'impression de vide vertigineux et d'immensité silencieuse qu'inspire l'espace. Mention speciale pour les quelques planches en couleur qui démontre les multiples qualités de l'auteur qui passe avec brio de la trame typique du manga à de le couleur directe de très bonne qualité.

En bref un manga vraiment intéressant. J'ai hâte de lire le tome 2.

19 8 2003
   

Vraiment spécial, ce manga... et déroutant !

En fait, la structure me fait penser à celle de Spirale dans la forme : un ensemble de petites histoires et d'aventures que rencontre un groupe de personnages, qui s'inscrivent dans un thème général (ici, l'espace du XXIeme siècle).

En fait, je trouve ce manga... reposant. Pourtant, l'intrigue est assez active, les éléments s'enchaînent bien, mais j'ai ressenti une sorte de plénitude à la lecture de cette BD, c'est assez particulier.
Les différents personnages sont très travaillés (je trouve que Fi est carrément craquante :)), leur psychologie est très développée.
On s'attache vite à ces différents "éboueurs de l'espace" au futur improbable, et qui poursuivent un rêve qui leur est propre.

Les différentes petites histoires sont millimétrées et très bien pensées, souvent originales. La fin du premier tome est particulièrement prenante... mais chut :)

Le dessin est vraiment atypique. Très kitch dans les visages, simples et ronds, ce style "ligne claire" (si si, un peu quand même !) donne beaucoup de charme à la série. Toutefois, je trouve que les personnages, très simples parfois, ne s'intègrent pas bien aux décors qui eux sont très précis.

Une série à découvrir, en tout cas, une très bonne surprise !

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Planètes, tome 1 10 4.05
Planètes, tome 2 4 3.63
Planètes, tome 3 2 3.75
Planètes, tome 4 3 3.17