44 941 Avis BD |19 367 Albums BD | 7 683 séries BD
Accueil
Tome 1 : Première époque
 

Pain d'alouette, tome 1 : Première époque

 
 

Résumé

Pain d'alouette, tome 1 : Première époqueAfin d'acceder au résumé de Pain d'alouette, tome 1 : Première époque, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Pain d'alouette, tome 1 : Première époqueVendu comme la suite de "L'Aigle sans orteils", qui plongeait le lecteur dans l’ambiance du Tour de France avant la première guerre mondiale, "Pain d'alouette" s’intéresse à une autre course cycliste : Paris-Roubaix. Publiée chez Futuropolis, cette "suite" met en scène d’anciennes connaissances d’Amédée, le héros de cet excellent «one-shot» édité chez Dupuis.

C’est dans l’après-guerre que Christian Lax situe ce nouveau récit qui invite à nouveau à suivre les héros d’une épreuve cycliste mythique. Si « l’enfer du Nord » demeure le fil rouge de cette histoire, l’auteur délaisse régulièrement l’aspect sportif afin de livrer une chronique sociale intéressante au sein d’un décor dévasté par les ravages de la Première Guerre mondiale. Lax en profite pour développer deux histoires parallèles, l’une invitant à suivre le parcours de la fille du coureur cycliste surnommé « L’Aigle sans orteils » et l’autre, s’intéressant à un jeune mineur de fond passionné de cyclisme. Deux récits qui finiront par se rejoindre et qui donnent à nouveau un caractère très humain à cette bande dessinée.

Graphiquement, aidé par la qualité d’édition de Futuropolis, Christian Lax livre un boulot encore plus impressionnant que dans "L'Aigle sans orteils".

Vivement la suite !


Chronique rédigée par yvan le 26/11/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2329 (58,20 %)
  • 1102 (27,54 %)
  • 571 (14,27 %)
  • Total : 4002 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,44 15,44 15,44
Acheter d'occasion : 11,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Novembre 2009

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Pain d'alouette, tome 1 : Première époque, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 9 2017
   

Voici un ouvrage qui semble s'inspirer de "L'Aigle sans orteils". C'est du moins ce que l'on peut croire puisque l'on retrouve dans ces pages Camille Peyroulet, l'ami d'Amédée Fario. Mais cette histoire n'est en aucun cas une continuité de l'histoire précitée : on apprend ici qu'Amédée a eu une fille, la petite Reine (logique pour un cycliste !), qui est dans un orphelinat duquel Camille va tenter de la faire sortir. Si le personnage de Camille assure une continuité avec "L'Aigle sans orteils", on fait également la connaissance de personnages totalement nouveaux, et notamment cette famille de mineur de fonds, les Ternois. Il y a Honoré le père d'Elie, un vrai de vrai; Firmin l'un des oncles d'Elie, qui est un petit peu tête brûlée, et Quentin, qui ne descend plus à la mine et qui est fondu de cyclisme. Elie est souvent chez son oncle Quentin, qui lui transmet sa passion du vélo, au grand dam d'Honoré. Pour l'instant, on a du mal à voir comment ces deux histoires, Camille et Reine d'un côté, les Ternois de l'autre, vont pouvoir se rejoindre, d'autant qu'à mesure que l'on avance dans cette histoire, rien ne semble rapprocher ces destins.

Pour autant, on reconnaîtra cette volonté de présenter des personnages authentiques, de décrire des situations historiques. Ainsi, il y aura cette description de l'orphelinat qui accueille les enfants que la première guerre mondiale a laissés seuls : une présentation à la fois émouvante et touchante, que l'on sent avant tout bien documentée. Il y a également cette description des familles de mineurs du nord, du travail dans les entrailles de la terre. Encore une fois, on sent que tout cela est richement documenté et il ressort de ces pages une véracité des situations et des personnages, une authenticité qui rend tout cela bien réel. Et puis, s'intéresser au Nord, c'est également s'intéresser au mythique Paris-Roubaix, et on retrouve un peu, dans cet ouvrage, ce que l'auteur avait fait dans l"Aigle sans orteils" : proposer un documentaire sur le cyclisme du début du siècle.

Le dessin de Lax, très réaliste et mis en couler de façon bien inspirée, rend tous ces environnements du Nord au Sud, trrès saissisant et concourt à cette impression d'authenticité. C'est graphiquement très bien réalisé.

C'est bien documenté, les situations sont authentiques et les personnages le sont tout autant. Mais on se demande un petit peu comment tout ce petit monde va se retrouver à partager un destin commun. Peu linéaire, on se perd encore un peu dans les intrigues individuelles et on a du mal à voir quel est le schéma d'ensemble de cet ouvrage, et on commence même à douter qu'il y en ait une.