46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Possession
 

Outcast, tome 1 : Possession

 
 

Résumé

Outcast, tome 1 : PossessionAfin d'acceder au résumé de Outcast, tome 1 : Possession, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Outcast, tome 1 : PossessionRevoilà Robert Kirkman aux manettes d’une nouvelle série horrifique, dessinée par Paul Azaceta et mise en couleurs par Elizabeth Breitweiser.

Ce premier volet reprend les six premiers épisodes de la saga et pose les bases de cette intrigue basée sur la possession démoniaque. Robert Kirkman a déjà souvent prouvé son savoir-faire au niveau de la caractérisation des personnages et propose à nouveau un (anti-)héros particulièrement réussi. Kyle Barnes est un homme torturé, tourmenté par un passé difficile et vivant reclus sur lui-même. Malgré les nombreux cas d’exorcisme auxquels il a été confronté dans son entourage, il accepte néanmoins d’aider le révérend Anderson à exorciser un jeune garçon du voisinage…

Au fil des pages, l’auteur lève le voile sur les blessures qui continuent de tourmenter son personnage principal et sur le pouvoir qui lui permet de soigner les nouveaux cas. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, notamment en ce qui concerne l’inspecteur Luke Masters ou cet étrange personnage qui se fait passer pour le frère du voisin de Kyle. Si les protagonistes sont très convaincants, il faut également souligner l’atmosphère sombre et lugubre qui plane autour de cette petite bourgade où les possessions démoniaques sont légion. Le dessin de Paul Azaceta et le travail au niveau des jeux d’ombre contribuent d’ailleurs à installer cette ambiance angoissante tout au long du récit.

Vivement la suite de cet excellent tome !


Chronique rédigée par yvan le 01/05/2015
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 16,10 16,10 16,10
Acheter d'occasion : 6,58
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Avril 2015

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Outcast, tome 1 : Possession, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

12 1 2016
   

Tous les lecteurs de "Walking Dead" connaissent le talent de Robert Kirkman et sa capacité à happer le lecteur. Quant à Paul Azaceta, que j'ai découvert avec quelques épisodes de Spider-Man, son style me laisse baba.
Ce "Outcast" ne pouvait pas m'échapper longtemps et voilà, je me retrouve à devoir budgéter cette série et j'en suis sacrément content ! En 6 chapitres, les (premiers) personnages principaux sont plantés et l'intrigue sérieusement installée.
Ce n'est pas une surprise, c'est du costaud. Le thème est pourtant très classique (comme les zombies vous me direz), mais il est extrêmement bien traité. Une histoire de cas de possession démoniaque, un pasteur qui exorcise et qui va rechercher un jeune homme qui vit de façon marginale car il a un talent pour libérer ceux qui sont victimes du phénomène. Dit comme ça, ça ne paye pas de mine mais la trame s'avère plus fine qu'une succession de scènes choc qui suscitent l'effroi et la curiosité.
Kyle, le personnage principal, porte une histoire mystérieuse dont on prend connaissance petit à petit. Il est un anti-héros mais aussi la clé des phénomènes auxquels on assiste.
En refermant ce premier tome englouti d'une traite, je me suis dit que Kirkman maitrisait sur le bout des doigts la narration. Le rythme et le découpage des chapitres font penser en tout point à ceux d'une série. Les scènes s'enchaînent et la logique se dessine au fur et à mesure. On devine que rien n'est raconté au hasard.
Quant au boulot de Paul Azaceta, il est juste remarquable, offrant un visuel limpide bonifié par les déclinaisons chromatiques de Bettie Breitweiser (la femme de Mitch, un autre sacré dessinateur).
Bref, du tout bon pour qui aime les thrillers fantastiques et d'horreur.