46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
 

Où le regard ne porte pas..., tome 2

 
 

Résumé

Où le regard ne porte pas..., tome 2Afin d'acceder au résumé de Où le regard ne porte pas..., tome 2, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Où le regard ne porte pas..., tome 2Quelle angoisse ! Et si j’étais déçue ? … Ouf, ça va mieux :o

Nous avions quitté 4 enfants et les voici devenus adultes. Ils se retrouvent tous à Istanbul grâce à Lisa qui leur demande de l’aider à retrouver l’amour de ses vies, Thomas, le cinquième.

Après un premier tome où l’insouciance de l’enfance, le soleil et la mer donnaient un charme particulier à l’histoire, nous voici maintenant dans un monde adulte, avec ses problèmes, sa dureté mais aussi la joie de 4 enfants devenus adultes qui sont de nouveau réunis. William, Paolo, Nino et Lisa sont toujours aussi proches. Malgré leur séparation, on dirait que rien n’a changé. On retrouve 4 enfants aussi joyeux qu’avant et heureux de se revoir, d’être à nouveau ensembles. On les suit dans leur quête de réponses et à la recherche de Thomas.

Ce deuxième tome est rempli de réponses que l’on dévore au fur et à mesure de notre lecture. On comprend les pages noires (petit conseil : n’hésitez pas à les relire une fois le tome 2 fini), ce qui lit les 4 enfants. L’histoire est donc plus tournée vers le fantastique.

Au niveau du dessin, les paysages sont toujours aussi magnifiques. La vue d’Istanbul au début du tome, la forêt du Costa Rica, tout est là pour nous mettre dans l’ambiance et savourer chaque planche. Les personnages ont grandis. A part le visage de William à l’énorme menton auquel j’ai eut un peu de mal à m’habituer, leur traits sont très agréables.

Quant aux dernières pages et à l’explication du titre, comment ne pas refermer ce deuxième et dernier tome ravis ?

Alors, oui, il est un peu moins bon que le premier tome mais cette série deviendra, j’espère, un classique de la bande dessinée que tout le monde aura lu dans quelques années.


Chronique rédigée par Cha le 31/08/2004
 
 
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,68 15,68 15,68
Acheter d'occasion : 8,31
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.02
Dépôt légal : Aout 2004

Avis des lecteurs

25 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Où le regard ne porte pas..., tome 2, lui attribuant une note moyenne de 4,02/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

31 3 2018
   

J'ai moins accroché avec le 2nd tome que le 1er, que j'avais beaucoup apprécié. Les couleurs sont un peu moins attirantes que celles de l'Italie. Surtout, les héros ont grandi et l'histoire devient plus grave et nostalgique, avec davantage de fantastique. Malheureusement, j'ai ressenti moins d'émotions que dans le 1er.

24 3 2017
   

Ce tome 2 est assez déroutant. Les auteurs prennent le parti pris de faire grandir leurs héros et de les faire changer de lieu(x). Basta la mer méditerranée, sa douceur, sa chaleur et le farniente sur la plage et bienvenu au Costa Rica, dans la moiteur de la jungle avec ses moustiques, ses villages abandonnés. Nous ne sommes plus du tout dans du Pagnol là… Mais qu’importe, on comprend maintenant, dans ce dernier opus, ce qui unis ces gamins, et à quoi correspondent ces pages semblant relater d’autres époques et d’autres histoires.

C’est le côté plaisant de l’histoire, elle est bien construite, fluide, la narration est bonne et les auteurs prennent leur temps pour la développer, quitte à laisser quelques cases muettes, contemplatives.

Si le scénario m’a globalement séduit, ainsi que le dessin et les couleurs, il n’en va pas de même pour tout le côté que je qualifierai de « peu probable » : 3 garçons qui n’ont rien d’autre à faire que suivre une fille qu’ils n’ont pas vu depuis 20 ans, au Costa Rica, retrouver Thomas qui l’a lâchement abandonné mais dont elle est encore follement éprise.

Sans ce passage capilotracté, oui, ce deuxième tome, et la série entière aurait pu être bien meilleur.

21 2 2010
   

Je serais bref. Car m'être une note plutôt moyenne sur une série que tous le monde adulent ne m'enchante pas.
Donc, tout comme le premier tome, la suite ne m'a pas enchanté. Cependant là où le premier tome nous emmenait dans un endroit paradisiaque (L'Italie, il fait chaud, beau, la mère éclatante d'un bleu azur et le relief déchiqueté des falaises pâles, quatre gosses s'amusent) on avait envie d'être à leur place, autant ici dans le second tome on se retrouve plus dans un récit d'aventure, dans la jungle. Là où j'avais trouvé les enfants mignons de par leurs personnalités et leur physiques, ici ils ont grandi et ne sont plus mignons. Je n’ai pas aimé les personnages. Alors on trouve une explication à quelques mystères (leurs tripes psychédéliques…), mais non, ni l’histoire, ni le dessin (qui pourtant ne manque pas de charmes mais que je n’apprécie pas, et j’en ai marre des visages qui changent entre 2 cases), ne m’a touché. Dommage…
Même défauts que le premier, sans l’impression de bonheur qui s'en dégage, je suis déçu.

6 12 2009
   

Non décidément, cette histoire ne m’a pas convaincue. Lisa m’agace à embringuer ses amis dans son idylle tragi-comique à l’eau de rose. J’en arrive à regretter les intrigues économiques du premier tome, c’est dire... Ses amis m’insupportent dans leur désoeuvrement (genre : on n’a rien à faire en ce moment, on peut te suivre jusqu’au bout du monde en souvenir de notre jeunesse si soudée). Le vert pâle de la forêt a remplacé le bleu vif des criques, mettant ainsi en exergue la pauvreté du dessin. Et que dire de la fin… Je veux bien comprendre que les plus sensibles ont pu verser une larme mais je ne l’ai appréhendé que sous l’angle « tout ça pour ça… ». Je n’en dirai pas d’avantage car je me sens un peu honteux et un peu comme le loup dans la bergerie, de n’avoir pas su adorer une série tant appréciée. Je ressortirai, peut-être, ces deux tomes à la fin du printemps, quand l’âme sera plus disposée à la flânerie…

30 9 2009
   

Un tome 2 surprenant !
Après un tome 1 bâtit dans l’innocence et la tendresse de la jeunesse, nous voici propulsé sans mise en garde 20 ans plus tard !
Alors, forcément, les protagonistes n’ont plus le même charme, ni ces sourires et ces bouilles craquante.
On se retrouve même plongé dans un univers urbain foisonnant alors que le tome 1 nous baigne de bout en bout dans la tranquillité des bords de mer du sud de l’Italie.

J’ai mis quelques temps à me réadapter, à comprendre et à accepter. Surtout que le début est un peu long à mon goût n’ayant plus ni la saveur dépouillée ni la fraicheur des enfants.

On se retrouve dans une histoire beaucoup plus sombre, plus dure, avec Lisa plus étrange que jamais…
Et puis, on comprend rapidement que le 5ème qui n’est qu’évoqué dans le tome 1 prend ici une part plus importante. Le mystère reste entier à son sujet et tout l’album est construit autour de lui.
Et là, à nouveau, nos repères sont chamboulés avec un scénario qui se transforme en aventure dans les jungles tropicales.

Du coup, j’ai trouvé les 4/5ème de l’album beaucoup plus convenu, plus conventionnel.
Seuls la fin, à partir du moment où le carnet est trouvé et toute l’histoire est expliquée devient à nouveau intéressante. Surtout, les dernières pages reprennent le dessus et redressent le niveau en quelques cases.
Une fin à nouveau imprévue, à nouveau grandiose, à nouveau belle et poignante.
La série y gagne alors sa grandeur et justifie sa renommée.

Coté graphisme, rien à redire. Si là encore le changement de lieu et d’ambiance casse le charme, il est difficile de râler sur la qualité du trait, sur son dynamisme, ses cadrages, sa mise en page. Difficile de râler sur la mise en couleur une nouvelle fois parfaitement en adéquation de Chagnaud.
Mais le soleil et la lumière de l’Italie m’aura manqué de bout en bout.
Un second album qui tranche grandement avec le premier mais qui garde toute sa qualité !

14 12 2008
   

Je le dis, ce tome est bon, sans aucun doute... mais pour moi, il manque quelque chose, comme si les auteurs avaient perdu quelque chose entre les tomes 1 et 2, du fait d'avoir fait grandir les héros leur fait perdre leur innocence si touchante et émouvante dans le premier tome. Par ailleurs, les idées s'enchainent moins bien. Thomas apparaît un peu comme un cheveu sur la soupe, l'assentiment de tous pour suivre Lisa à l'autre bout du monde est un peu commode, je ne vois pas le rôle du bouquin à l'origine du départ de Thomas... En bref, je trouve l'ensemble du scénario un peu bancal, du fait notamment d'une maturité des héros peu compatible avec les aventures qui nous sont proposées.

Mais cet album propose énormément d'avantages : le fin mot de l'histoire de cet artefact, les pages incompréhensibles du tome 1 qui prennent leur sens, un côté dramatique et mélancolique, et un peu d'aventure. J'ai particulièrement apprécié les dessins, et les liens d'amitié entre nos quatre protagonistes sont correctement développés.

Un bon deuxième et dernier tome donc, qui apporte les réponses que nous attendions, qui propose plus de sentiments mêlés que dans le premier tome, mais qui, d'un autre côté, est moins innocent. Je regrette notamment cette innocence qui faisait le charme du premier tome...

10 9 2008
   

Alors ? Mieux ou moins bien que le tome 1 ?
C'est toujours un peu la question avec les histoires à suivre.
Une chose est sûre, je confirme que les auteurs savaient bien où ils allaient en commençant cette histoire en 2 livres.
C'est cohérent, éclairant, et l'histoire finie, on en possède les clés.

Maintenant, de là à dire,que je suis satisfait, non, pas totalement.
Certes, le récit reste de qualité, les retrouvailles sont bien menées, et les péripéties en Amérique du sud cohérentes.
La complicité se réinstalle dans le club des 4 amis, et l'atmosphère rendue est au niveau.
Le dessin, la façon de faire, sont toujours excellents et quelques images surpassent encore en beauté (avec le soleil éclatant c'est facile) les bleus maritimes du tome 1.
J'ai particulièrement goûté quelques illustrations avec la barque menant à Caluinta (page 30) et je m'y suis arrêté plus de temps que la normale.
Le fait, également, que le livre soit long (98 pages), que le temps de vivre et de raconter se prenne, comme il faut, sont d'autres belles réussites de cette série.

Mon bémol, puisqu'il faut bien y venir, apparaît du côté du fond du récit, de ces portes ouvertes, de ce pouvoir commun d'aller vers le passé.
Je trouve que ça ne fonctionne pas à merveille, et même si ça permet d'éclairer les apartés d'un tout autre visage, ça reste comme une partie que j'ai moins appréciée.

J'ajouterais aussi que Lisa n'est pas très drôle dans ce tome, et un peu directive. Elle distille moins de sentiment qu'elle en portait plus jeune.
Mais la belle fin, avec sa dose d'émotions- eh oui, les mots et les souvenirs en sont- récupère bien des choses. Et ce livre, plus noir, moins évident, est indéniablement bon. Ce n'était pas facile, pourtant, de se montrer à la hauteur.

Alors, "Où le regard ne porte pas...", demeure un cycle parmi les plus réussis de ces dernières années. C'est un travail de qualité, bien mené qui, espérons le, en entraînera d'autres. Sur quels thèmes ?
Là aussi, les portes sont ouvertes et les choix larges.

28 11 2006
   

Suite et, malheureusement, fin d'une magnifique histoire. On en aprend plus sur le mystère du caillou et en même temps on aimerait en savoir moins pour que l'histoire continue...

On retouve les même personnages adultes, mais c'est comme si rien n'avais changé.

8 10 2006
   

Une petite merveille !
Que dire .... cette suite est géniale, aucune deception !
Une antologie, un chef d'oeuvre ( oui rien que ça :D )
Les dessins ne peuvent pas etre plus beaux, et le scénario reste d'une originalité a couper le souffle ^^

22 8 2006
   

Il est des séries que l'on souhaiterait voir s'achever... Ces 2 tomes n'en font pas partie. Histoire magique, entre imaginations d'enfants et aventures fantastiques.
Deux tomes qui s'opposent, autant sur le fond que sur la forme, que l'on dévore, lentement pour admirer les paysages qui nous sont offerts.
Je suis passé longtemps devant ces couvertures, sans avoir envie de les feuilleter, leur style n'étant pas le mien... Quelle erreur !
A posséder, à lire, à relire et à faire découvrir !

7 5 2006
   

Conclusion très réussie de ce dyptique, même si ça reste moins bon que le premier.

Les enfants ont fait place à des adultes et les auteurs ont pris le pari de changer radicalement d'optique. Il faut reconnaitre que ce deuxième tome est inattendu, ce qui donne une certaine originalité à l'ensemble.
L'aspect fantastique sous-jacent du premier opus prend une place prépondérante ici, et les questions qui avaient été soulevées trouvent leur réponse. Et le tout est fait de manière simple, drôle, triste ... tout y est !

Au niveau graphique, je trouve que c'est un ton en-dessous du premier opus ... c'est sans doute dû en partie aux couleurs de la jungle, bien moins éclatantes que celles de l'Italie et de la mer. Mais ça reste tout de même très beau.

Bref, une très bonne conclusion... l'ensemble étant enchanteur !

12 2 2006
   

Deuxième tome de "Où le regard ne porte pas...", qui clôt avec brio l'histoire initiée un album plus tôt.

Ce deuxième opus nous entraîne 20 ans après dans la jungle du Costa Rica, après que Lisa ait demandé de l’aide à tous ses amis d’enfance. Le scénario explore plus en avant les relents fantastiques du tome 1, jusqu’à une conclusion bien amenée qui apporte les réponses tant attendues aux questions posées par le premier opus : quels sont ses rêves que font en commun les 4 enfants ? Quel est ce passé qui semble les lier ?

Le dessin est vraiment beau, les couleurs somptueuses magnifient les décors mis en scène (Istanbul, la jungle du Costa Rica etc.), mon seul reproche ayant trait aux visages adultes des héros, qui tranchent vraiment par rapport aux visages des enfants que l’on connaissait. Mais rien qui ne vous empêchera de savourer cet album comme il se doit.

Un album à lire absolument.

2 1 2006
   

Ce deuxième volume nous amène 20 ans après dans la jungle du Costa Rica (autres décors, tout aussi réussi) où les trois amis d’enfance se retrouvent autour de Lisa. Le côté fantastique du récit, suggéré dans le tome 1, s’étoffe dans ce second tome pour aboutir à un dénouement qui manque d’originalité certes, mais qui me suffit amplement. A ce titre, les dernières pages sont vraiment très réussies et ponctuent cette histoire de manière touchante (et un peu mélancolique aussi).

Bref, c’est une bd qui m’a énormément plue, tant au niveau de la narration que du graphisme.

24 11 2005
   

Je trouve ce deuxième tome moins réussi visuellement que le premier. Il comporte beaucoup de scènes d'obscurité ou de nuit, et je les trouve largement moins jolies que les scènes éclatantes de soleil du tome 1. Globalement, cela reste ceci dit un bel album d'une toujours aussi belle qualité physique dans cette édition Dargaud.

Concernant l'histoire, elle change assez radicalement par rapport au premier tome. Ayant lieu 20 ans après la première partie, elle repose beaucoup moins sur l'ambiance, la poésie et la beauté des décors et des images. On retrouve avec plaisir les personnages, vieillis mais presque identiques (à part Lisa que je trouve un peu trop maternelle, ça colle avec l'histoire mais c'est un peu lourd cette façon qu'elle a de se comporter avec les "garçons"). Mais le scénario porte désormais bien plus sur une part d'aventure puis largement de fantastique, expliquant les zones de mystère du tome 1.

J'ai apprécié ma lecture, j'ai trouvé l'histoire pas mal, mais je dois dire que je n'ai pas été charmé par toute cette histoire, ses tenants et aboutissants. Je trouve cela juste assez original et bien foutu, mais pas vraiment passionnant à mon goût.

Par contre, j'ai beaucoup aimé les toutes dernières pages de cet album que j'ai trouvées fortes, belles et pleines d'émotions.

29 8 2005
   

Ils ont grandis.
Leur enfance a disparus, pour laisser place à l'adulte, et automatiquement, à l'assombrissement.
C'est moins drôle. Les 4 amis prennent tout beaucoup plus aux serieux. Ce sont des adultes.
Je n'ai pas été déçu de ce deuxième et dernier tome de "Où le regard ne porte pas...".
C'est une fin parfaite. Pas de happy end mais quelque chose de lourd, de triste mais de beau, tout de même...
Le dessin n'a pas changé, la couleur est plus sombre, mais l'histoire est tout aussi bien que dans le premier tome. Elle s'enchaine, est crédible, pas de dérapage en quelque sorte...

14 4 2005
   

Comme le suggère la couverture, l'ambiance s'est assombrie dans ce second tome : la quete du mari de l'heroïne explique les visions du premier tome et releve la fatalité qui s'abat sur les quatre heros.

L'histoire prend alors une profondeur insoupçonnée dans des decors beaucoup plus sauvages. Le sourire de l'heroïne a laissé place à un regard mélancolique. Et tout se cristallise dans une fin touchante.

Doña Hermine :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Doña HermineReflet de l'avatar de Doña Hermine
2 3 2005
   

Etant donnée l’impression mitigée sur laquelle j’étais restée après lecture du tome 1, c’est donc avec un mélange de curiosité et de circonspection, que j’ai abordé la lecture du second tome. Et bien, je dois dire que la circonspection a rapidement fait place à l’intérêt, un intérêt soutenu par un scénario au tournant que ne laissait pas deviner le premier tome.

Toutefois, si l’histoire gagne en intensité, en revanche, le dessin et les couleurs me plaisent beaucoup moins. Bref, mon impression globale reste mitigée : l’histoire est belle, les personnages, pétris d’humanité, mais en raison du dessin, trop anguleux, trop heurté, je n’adhère pas vraiment.

21 2 2005
   

A la lecture du premier tome on se dit : Ouuuuaaahh !! Magnifique!!!
A la lecture du second tome on se dit : Ouuaah ! c'était beau !
Notez le degré d'émerveillement différent... Le second tome est très bon mais ... j'ai quand même la nostalgie du premier.

Il est vrai que cette suite est plaisante et qu'elle répond à nos attentes en matière de scénario car elle répond aux principales question que soulève le premier tome. les personnages sont toujours aussi attachants (quoique.. les enfants c'était le summum) et les liens qui les unissent sont toujours aussi forts.

Malgré une histoire passionnante, le début de ce tome souffre de quelques longueurs que l'on ne remarquait pas dans le premier (même si elles y étaient certainement ).
La deuxième partie de ce deuxième tome est nettement meilleure, dans l'atmosphère rendue, mais également dans la façon sont traitées les scènes de flashback. Tout s'explique et c'est drolement bien ficelé ! La fin est très touchante.

Vous avez compris , le deuxième tome n'est pas à la hauteur du premier mais c'est un très bon album. De plus comment s'arreter de lire cette histoire enivrante à la fin du premier tome ? tout simplement impossible !

12 12 2004
   

Avec ce second tome, les auteurs nous offrent une très belle suite et fin. C’est un soulagement pour le lecteur, tant l’album initial avait constitué une magnifique surprise.

Le dessin est toujours aussi somptueux, ainsi que les couleurs ; la roche jaunâtre du sud de l’Italie laissant place au vert des forêts costaricaines.

Les premières images, les premiers mots, nous replongent directement dans cette ambiance tantôt mystérieuse tantôt dramatique que l’on a vécue dans le petit village de pêcheurs italiens.

Le récit a naturellement perdu en fraîcheur, puisque les enfants de dix ans en ont trente à présent, mais il compense au travers d’une aventure bien construite, plus tournée vers le fantastique et remplie de moments d’émotion et d’amitié. Les quatre personnages restent très attachants malgré leur statut d’adultes. D’Istanbul au Costa Rica, notre curiosité est ravivée par le journal intime d’une certaine Emilie, ayant vécu au siècle dernier.

Les auteurs nous livrent petit à petit les clés des énigmes posées dans le premier tome. Le lien qui unissait autrefois les quatre enfants prend tout son sens, de même que les différents « rêves » vécus par le petit groupe 20 ans plus tôt. Et l’on découvre enfin qui est ce « cinquième » dont Lisa avait perçu l’existence.

Réunis, les deux albums constituent une petite merveille dans le monde de la bd.

27 10 2004
   

"Je suis morte"
Brrr, effrayant comme début ! Mais ce n'est pas pour autant que ce dernier album m'a déçu, bien au contraire... puisqu'on y découvre le sens du titre ! ah ah...
Bon encore une foi quand je l'ai vu chez le libraire, coup de foudre sur cette couverture toujours aussi sobre et attachante.
Ce deuxième tome est, tout comme le premier, drôle et tragique à la fois… cet osmose entre sentiments oposés à l'origine rendent cette série très captivante, fraiche et poètique (comme l'est la couverture...) et là on devient très sensible (heu j'ai remonté souvent mes lunettes croyant que ma vue se brouillait...)
Le graphisme traduit admirablement une multitude d’émotions, malgré la quazi absence des bulles (heu des phylactères pour être un peu plus professionel !). Jean-Jacques Chagnaud donne à ces décors magnifiques de superbes couleurs.

Bref, voici ce qu'on pourrait appeler dans l'art un très beau diptyque...

16 9 2004
   

Le tome 1 nous a tous ébloui, le tome deux est encore meilleur et s’avère être incontestablement une BD susceptible de nous hanter durant de nombreux jours, une BD culte qui n’est pas prête de nous laisser la refermer sans réfléchir.

Le tome un nous a présenté les personnages (brièvement), a présent, ils évoluent et mettent en doutes les liens qui les réunissent. Pour essayer de suivre Lisa, et affronter les difficultés que cela implique, ils vont devoir se poser les questions de leur union même et des événements qu’ils ont vécu depuis leur enfance lors de leurs réunions.

L’histoire répond progressivement à leurs interrogations et à celles que le lecteur continuait de se poser après la lecture du 1er tome. Les deux tomes s’enchaînent à la perfection et les auteurs ont semble-t-il évité les erreurs propres à ce genre d’enchaînement et n’ont pas abandonné le lecteur dans un magma de souvenirs et de flash back incompréhensibles ou incohérents.

Graphiquement parlant, on a affaire à une œuvre majeure du 9e art. Par la beauté et la souplesse du trait, le dynamisme des personnages et la sérénité des plans fixes, Pont signe là un petit bijou dont la plus belle illustration en est les planches centrales qui permettent au lecteur de vivre carrément la transe des héros.

Avec «ou le regard ne porte pas » Abolin et Pont ont créé une BD déjà culte, et semble avoir ouvert le champ à une nouvelle BD. Une BD qui parle et exprime des sentiments et des émotions en s’affranchissant des images et du texte, bref d’une BD qui va ou le regard ne porte pas.

1 9 2004
   

Un deuxième opus vraiment excellent.

C'est vrai qu'il m'a moins emerveillé que le 1er tome. Je pense que c'est l'ambiance qui est totalement différente. Les couleurs sont moins claires, ce bleu s'est assombri, les jeunes enfants ont grandis et ont perdus leur innocence. C'est cette jeunesse et ce bleu si frais qui m'a ému dans le premier tome.

Dans le deuxième opus l'univers environnent change. 20 ans plus tard, se sont à 30 ans que nous revoyons les 4 enfants devenus grands. Puisque toute l'histoire se déroule dans la jungle le bleu disparaît pour faire place au vert et à certains passages sombres. L'innocence des enfants laisse place aux inquiétudes. Les 4 amis sont à la poursuite de Thomas l'amant de Lisa.

Il y a plus du fantastique, presque de la science fiction dans ce tome. C'est la première fois que je lis une BD qui appartient à ce registre et qui est également belle, émouvante, et remplie de poésie.

Le scénario est très bien construit. Le 1er et le 2ème tome se suivent à merveille. On a une réelle continuité, c'est original et superbement bien mené jusqu'à la dernière page.

Le dessin est superbe, j'adore les traits d'Olivier Pont, c'est beau, c'est frais, les expressions des personnages sont juste, et les paysages magnifiques.
N'oublions surtout pas la mise en couleur de Jean-Jacques Chagnaud qui a fait du joli travail.
Bravo aux 3 artistes qui nous ont offert 2 albums magnifiques.

31 8 2004
   

Grandes attentes, évidemment, mais aussi grande appréhension. Le contraire eût été étonnant ! Quand on a un premier tome d'une exceptionnelle qualité, on place la barre très haut pour le second ! D'emblée, je dirai que ce second tome est un cran en dessous du premier. La magie est au rendez-vous, la poésie aussi, cet album possède un charme indéniable... Alors où est le problème ? Et bien il est moins touchant, l'ambiance est moins forte selon moi... Attention, il reste d'une qualité exceptionnelle cependant.
C'est un album pour le moins ennivrant, un excellent moment, tout comme son prédécesseur.
Si je dis que le deuxième tome est "moins bon" que le précédent, c'est que ce dernier était d'une telle qualité, que l'égaler aurait été impressionnant !

Les dessins sont toujours aussi expressifs et doux, de ce côté-là, c'est encore une belle réussite !
Cela reste donc un très bon album, qui fait d'"Où le regard ne porte pas...", une excellente série à découvrir absolument !

31 8 2004
   

On peut dire qu’on l’aura attendu avec impatience, ce second tome ! Et ce malgré le court délai qui séparait les deux opus. Le premier tome, pour ma part, m’avait bouleversé, ému… le second tome sera-t-il à la hauteur ? Verdict…

Nous retrouvons donc nos héros 20 ans après les événements du premier tome, à Istanbul, réunis autour de Lisa qui vient de perdre l’enfant qu’elle portait. Réunis à nouveaux, ils s’envolent pour l’Amérique du Sud afin de retrouver un certain Thomas, amant de Lisa, parti pour des raisons obscures…

Ce tome est très chargé en information. Alors que le premier opus nous plongeait dans l’innocence de l’enfance, dans un rythme plutôt lent mais réellement agréable et tendre, le second se doit de répondre aux questions que les différents lecteurs se posaient, et ce par divers procédés. Explication des visions, création de personnages secondaires à l’intérêt varié, découvertes de nouveaux lieux…
Si l’on perçoit bien où les auteurs souhaitent nous mener, je dois bien avouer que l’histoire de Thomas, au final, ne m’a pas particulièrement touché.. Tout au plus ai-je l’impression que ce personnage est apparu pour justifier l’ambiance pseudo-mystique qui baigne la série. Je suis convaincu que l’ensemble aurait été beaucoup plus fort si nous avions connu le petit Thomas lors du premier album.. et ce même s’il n’avait pas rencontré les autres enfants.. un être auquel on aurait eu le temps de s’attacher, qu’on aurait découvert, compris.

Mais le résultat est vraiment sympa, tout de même ! scénario intéressant, déroulement sans faille, les auteurs permettent une clôture de toute l’intrigue sans en oublier des morceaux au passage. Et puis, les fameuses pages noires du premier tome qui nous avaient bien intriguées prennent enfin tout leur sens !

Le dessin, quant à lui, est vraiment superbe. Olivier Pont a gagné en maîtrise, son trait est plus affirmé.. Au plus pourrions-nous regretter un petit manque de constance dans les visages.. William a d’ailleurs plutôt mal vieilli, lui et son visage un peu étrange, mais on s’y fait.
Les couleurs sont superbes.. Les teintes de la forêt équatoriale sont magnifiques, les ambiances suggérées vraiment convaincantes… Superbe.

En bref, un album très bien réalisé, sans être pour autant un chef d’œuvre comme son prédécesseur… L’ensemble de ces deux tomes forment tout de même une superbe série qui mérite amplement d’être lue ! J’adore…