46 602 Avis BD |20 218 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Sortie Sud
 

Ordures, tome 2 : Sortie Sud

 
 

Résumé

Ordures, tome 2 : Sortie SudAfin d'acceder au résumé de Ordures, tome 2 : Sortie Sud, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ordures, tome 2 : Sortie Sud« Entrée Nord », la première partie de ce diptyque signé Stéphane Piatzszeck ("Tsunami") et Olivier Cinna ("Mr. Deeds"), plongeait le lecteur dans une banlieue parisienne qui avait tout d’une décharge à ciel ouvert, afin de dresser le portrait de trois laissés-pour-compte que la société a rejetés comme des ordures. Les auteurs de "La Fête des morts" prenaient tout leur temps pour mettre l’histoire en place et installer une ambiance lente, pesante et pessimiste, gardant ainsi le gros de l’intrigue pour cette conclusion.

Le lecteur avait donc hâte de découvrir ce que le destin allait réserver à Moudy l’Africain, Alex le blanc et Samir l’Arabe. Malgré une histoire d’amour et des rêves d’évasion et d’avenir meilleur, on devine bien vite que l’espoir n’est pas de mise dans ce quartier sans lendemain et que la fatalité risque bien de venir les cueillir avant la fin du récit. Le dénouement ne réserve donc que peu de surprises, mais le lien que l’on a tissé avec ces jeunes au fil des pages rend le final encore plus tragique.

Je ne vais pas revenir sur l’efficacité du dessin noir et blanc d’Olivier Cinna, qui s’installe immédiatement au diapason de l’ambiance et dicte le rythme de lecture du début à la fin. S’il prend la majorité de la narration à son compte, je me demande si un peu plus de voix-off n’aurait pas permis de donner encore un peu plus de profondeur aux personnages, tout en distillant plus d’information sur le contexte du récit. Les dialogues sont certes incisifs et d’une grande justesse, mais faire reposer cette chronique sociale uniquement sur les dialogues et la force du dessin est un pari osé (et relevé avec un certain brio), mais qui empêche d’après-moi d’emmener le récit à un niveau supérieur. Les nombreuses planches muettes renforcent d’ailleurs cette impression de survoler quelque chose qui avait tellement plus de potentiel. Cela fait selon moi la différence entre un récit qui parvient à toucher le lecteur comme celui-ci et un qui le bouleverse et le marque à jamais.


Chronique rédigée par yvan le 20/03/2015
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 16,15 16,15 16,15
Acheter d'occasion : 8,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Janvier 2015

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ordures, tome 2 : Sortie Sud, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 9 2015
   

Cet album reste dans la pleine lignée du premier. C'est à la fois sa qualité et son défaut. Parce que, forcément, avec ce graphisme de caractère, l'ouvrage revêt une véritable identité. Ce graphisme, qui fait respirer le récit avec de longs moments de silence, permet en outre de montrer combien, pour certains, le monde est noir ou blanc, sans entre-deux, sans compromis. Noir pour Moudy et Alex, qui se retouvent en cavale et qui font tout pour gagner de quoi quitter le pays, blanc pour Samir, qui a trouvé l'amour et pour qui les perspectives sont plus réjouissantes. On retrouve cette tonalité et cette originalité du premier tome, cette vision pessimiste ou réaliste de trois marginaux qui ne savent plus quoi faire pour s'en sortir.

Mais finalement, cet album conclusif de la série n'apporte pas grand chose de nouveau par rapport au premier album, comme si l'auteur n'avait pas vraiment su faire évoluer suffisamment sa trame principale dans le second opus pour permettre une vraie gradation de l'action. On se retrouve toujours avec Moudy, dont l'homosexualité à peine évoquée dans le premier tome est remplacée par une prostitution affirmée, mais dont l'esprit de liberté ne prend pas de véritable envergure. Avec un Alex, touché par des événements tragiques qui ont tout de même du mal à émouvoir, certainement parce qu'Alex n'est resté qu'un second rôle, un faire-valoir un peu accessoire. Avec un Samir, qui trouve l'amour, mais dont les relations semblent rester superficielles. Tout est un petit peu trop rapide dans cette série, et les amitiés ou amours censées se nouer font un peu factices.

Si le premier album s'est révélé original, de par son sujet et sa mise en forme, le deuxième opus semble surfer sur les mêmes éléments sans présenter de vraies nouveautés. Du coup, cette conclusion manque selon moi d'un peu d'envergure, et de surprises.