46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le cycle de l'eau - Première partie
 

Okko, tome 1 : Le cycle de l'eau - Première partie

 
 

Résumé

Okko, tome 1 : Le cycle de l'eau - Première partieAfin d'acceder au résumé de Okko, tome 1 : Le cycle de l'eau - Première partie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Okko, tome 1 : Le cycle de l'eau - Première partieMoi qui suis particulièrement intéressé par les romans et films de Samurais, je suis particulièrement content de trouver ce genre d'albums dans le monde de la bande dessinée.

Une histoire active, dynamique, laissant la part belle à l'action tout en instaurant un scénario complet et très lisible, voilà un premier opus d'une série qu'il va falloir suivre de près !

Premier tome d'un diptyque (Le cycle de l'eau), cet ouvrage nous fait découvrir les compagnons de Okko, qui ne manquent pas de caractère. Un géant Guerrier, un moine alcoolique, et un chasseur de démons : voici un groupe particulièrement original qui va se retrouver plongé malgré lui dans les miasmes du trafic de prostituées japonaises.

C'est bien écrit, mais c'est beau, surtout. Le dessin, malgré une colorisation informatique, ne manque pas de punch. C'est clair, très lisible, et dynamique.

Si vous souhaitez découvrir un ouvrage prenant lieu au Japon médiéval, beaucoup plus facile d'accès que Kaze No Sho de Tanigushi (mais aussi sacrément plus axé sur l'action !), Ce premier volume des chroniques d'Okko est fait pour vous !


Chronique rédigée par Piehr le 10/01/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 4,82
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.76
Dépôt légal : Janvier 2005

Avis des lecteurs

25 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Okko, tome 1 : Le cycle de l'eau - Première partie, lui attribuant une note moyenne de 3,76/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 6 2019
   

IL y a longtemps que cette série me tentait et j'ai enfin l'occasion de la lire. Je suis fan de Kogaratsu qui se passe dans un Japon médiéval très réaliste mais ici c'est très différent. C'est de l'héroïque fantasy transposée au Japon. Je suis un peu déçu car le début est très prometteur mais on tombe vite dans un canevas peu original pour ce genre d'aventure. Il n'y aurait que les démons du folklore Japonais intégrés à un cadre par ailleurs réaliste ça serait très bien. Mais il y a cet automate guerrier, ce Troll et surtout cette bestiole aperçue case 6 de la page 15 qui me font tiquer. Ça y donne des touches de Lanfeust auxquelles je ne m'attendais pas.
Ensuite j'aurai aimé prendre le temps de découvrir les personnages, comment ils sont devenus ce qu'ils sont et se sont rencontrés et qui ils sont exactement dans cette société. Ça a été fait pour le petit frère de Petite Carpe et c'était bien fait. Pourquoi pas les autres ? Car on se retrouve au milieu d'un groupe dont on ignore tout et c'est moins "attachant".
Pour le dessin de Hub c'est très bon. Clair et lisible avec quelques techniques empruntées aux mangas de ci de là.
Quoi qu'il en soit c'est à suivre puisque sous forme de diptyque. Il reste donc à souhaiter que l'histoire gagne un peu en épaisseur et qu'on en apprenne plus sur les personnages et leurs motivations.

9 6 2014
   

Je suis extrêmement séduit par ce premier tome de cette série que je découvre sur le tard. J'en ai bien sûr entendu parler à l'époque, mais je l'avais rangé dans les séries, auxquelles je intéresserait plus tard. Donc j'ai bien fait de revenir dessus. Moi ce qui m'attire vraiment dans une nouvelle série, c'est le graphisme. Je déteste le style torturé, hachuré, vaguement griffonné, et là j'ai un dessin qui correspond totalement à mes critères. C'est très bien fait, c'est joli, c'est agréable à l'oeil, bref, ça donne déjà de base envie de s'intéresser à l'album. Donc je lis.

Deuxième point, la mise en place du scénario, le contexte, l'ambiance. Alors je dois dire que je ne suis pas un spécialiste du Japon médiéval, loin s'en faut. Ma seule référence est que, il y a une quinzaine d'années, je jouait à L5R (Legend of the five rings, le jeu de rôle). Et bien à mon avis, l'auteur y jouait aussi, parce que tout est là : les personnages, les pouvoirs, les clans, et les fameux cinq éléments auxquels se rattachent les cinq anneaux dans L5R, et les cinq cycles annoncés pour la série. Donc finalement, pour un non-spécialiste, je me retrouve totalement dans mon élément. Ou mes éléments.

Troisième point que je décortique, le scénario. C'est peut-être là que je vais être un peu moins accroché, parce que j'ai un peu de mal à tout suivre. Heureusement, le dessinateur (qui est aussi le scénariste, bravo) prend soin de bien typer chaque personnages, même minime, et on ne risque pas, ou très peu, de confondre. Et le trait est suffisamment précis pour qu'un visage ne change pas d'une situation à l'autre. Mais je constate néanmoins, à mes yeux, un tout petit défaut, c'est la rapidité avec laquelle on passe parfois d'une situation à une autre, sans temps mort, et on se demande comment on en est arrivé là d'un seul coup. J'en viens à regretter les petites vignettes explicatives qui ont bizarrement disparu pour toute une génération de nouveaux scénaristes, les fameux "Peu après", "Pendant ce temps", ou encore "Le lendemain". Ce qui oblige à lire quatre fois une page parce qu'un détail nous a échappé. Voilà, c'est une BD qu'il faudrait lire tranquillement, sans se presser, mais le talent de l'auteur nous pousse a en savoir davantage le plus vite possible.

Bien je referme le tome et que reste t-il ? Une grande envie de savoir la suite, point archi positif. Des points d'interrogations en surnombre, mais si tout va bien le tome deux nous expliquera tout. Un super bon moment de lecture, la certitude que je vais acheter ou me faire offrir tous les autres tomes, sauf imprévu. Et que je relirai sans doute plusieurs fois en entier pour mieux en profiter. A vos marques, prêts, partez acheter les deux premiers tomes si ce n'est pas déjà fait, c'est une valeur sûre.

6 12 2012
   

Voici une histoire de samouraï, de geisha, de moine bien sympathique. Le scénario est enlevée, avec beaucoup d'action, sans pour autant oublier l'histoire elle-même: un jeune garçon s'associe à trois personnes pour sauver sa soeur qui a été enlevée. Scénario simple mais qui fonctionne très bien, les personnages sont bien développés et ont chacun leurs particularités, on s'attache vite.
Ici pas d'explication qui n'en finissent pas, c'est concis et très lisible.

Les dessins sont propres et nets, précis et les couleurs sont vives et belles. Les cadrages sont bien vus même si finalement assez conventionnels.

Cet album est très agréable à lire, il faut voir si la suite confirme cette sensation.

29 7 2010
   

De très nombreux internautes m'ont précédé. Je ferai donc assez court : ce premier tome de la série "Okko" est bien une réussite et n'a pas volé l'engouement dont il est l'objet.

"Le cycle de l'eau I" brille à la fois par son histoire et par son dessin. Quand on sait que c'est un seul auteur qui est aux commandes (la mise en couleurs étant co-réalisée par Stephan Pelayo), on se dit que cela devient suffisamment rare pour être salué.

Le mélange entre un Japon médiéval et une ambiance fantastique est original et très prenant. Le design des personnages est systématiquement soigné, ce qui confère très vite à la série une personnalité graphique et qui rend la lecture très aisée. On ne se demande jamais ce qui se passe car les intervenants sont habilement installés dans la mémoire du lecteur. Le trait est précis et fin, le découpage est dynamique, la colorisation adaptée, les décors soignés.

L'histoire est bien menée et propose de nombreuses trouvailles dans le cadre de ce Japon héroïque. La galerie de personnages est très attachante, et ce dès ce premier tome. On pense au début à "Kogaratsu" mais très rapidement, "Okko" impose sa griffe et n'est plus comparable qu'à lui-même.

Lecture enthousiasmante, et grosse envie de lire très vite le deuxième tome pour avoir la suite de l'histoire !

12 5 2010
   

Je soutiens l'avis de gdev en disant que le début de l'album ne m'a pas emballé. Mais cela est vite compensé par une histoire fluide et captivante!
Les dessins sont jolis, clairs, précis, rien de travers, c'est parfait. Le scénario peut sembler simple, mais il est embelli de personnages attachants et de grands mystères, comme par exemple: quelle est l'identité de cette femme qui est dite monstrueuse? Arrrgh, c'est trop injuste! Pourquoi cet album se finit-il aussi vite? Je vais emprunter le tome 2 (oui, emprunter, car il me fait un peu peur, on dit qu'il est déçevant), pour connaître la suite de cet album qui m'a surpris! Pour une fois qu'une série de cette trempe me captive!
Bref, vraiment très bien, je conseille à tout le monde de lire ce tome. Oui, l'intrigue est simple, il faut retrouver Petite Carpe, une jeune femme, mais c'est tout de même très intéressant à lire. Note: Je trouve Noburo génial comme personnage, on ne connaît pas son visage, et il est étonnament fort!
A lire!!!!!!

10 5 2010
   

Depuis le temps qu’on m’en parlait de ce phénomène Okko et malgré toute l’aversion que m’inspirait une aventure dans le Japon médiéval, j’ai décidé de franchir le pas. Et je ne le regrette pas à la fin de ce premier tome!
Le scénario manque peut-être d’originalité (la quête proposée est néanmoins fort intéressante) mais les personnages qui composent le groupe que l’on suit sont, au moins pour la moitié d’entre eux, très attachants. En effet, même s’il nous tarde de connaître leur passé et les évènements leur ayant permis de se rencontrer, Noburo et Noshin sont plutôt énigmatiques et assez originaux (au moins dans le monde de la bd, les rôlistes les trouveront sans doute au contraire un peu trop « clichés »). Ce dernier mériterait même moins de retenue, d’avantage de fantaisie, car sa prédisposition à la bouteille, telle qu’elle nous est présentée, ne se justifie quasiment pas jusqu’à présent... Je ne m’inquiète pas pour autant, ces gens là savent habituellement nous surprendre^^.
Le dessin m’a beaucoup plu et je n’ai qu’un léger reproche à formuler concernant les cadrages : je trouve que les scènes sont constamment trop rapprochées, j’aurais parfois apprécié pouvoir prendre plus de hauteur, de distance, trouver ça et là un plan large. C’est bien pour l’immersion mais c’est légèrement trop oppressant.
Mes à priori sont donc tombés et sans préjuger de la suite, je reconnais être assez enthousiaste !

a132 :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
12 3 2010
   

Une bande déssinée vraiment génialissime.Le début que je venais de lire ne me déplait pas.Une épopée de Samurai introduit dans une histoire fantastique, avec de la magie et des combats merveilleux.
Les dessins sont à peu prés convenables.Mais il faut savoir une chose, une fan de mangas comme moi n'aimes pas trop les dessins de bd, pourtant l'oeuvre de Hub est loin de me déplaire.
Même si j'en suis qu'au commencement, je peux dire que c'est trés intéressant.

2 6 2009
   

Cet album est vraiment difficile à noter. Il faut dire que sur les première planche, je n’ai pas été plus intéressé que cela et j’ai eu une peu peur : le mélange entre fantastique et ambiance japonisante m’a quelque peu dérouté et je ne voyais pas très bien où voulait aller le scénariste. Par ailleurs, le fait que Okko accepte de retrouver Petite Carpe sur la demande de son frère Tikku, qui n’a rien d’autre à offrir que sa propre vie m’a semblé un peu facile et j’ai eu un peu peur d’un scénario qui se résume au gentil chevalier qui va chercher la gentille princesse enlevée et cachée quelque part. Bref, un environnement très particulier dans lequel prend place, finalement, une intrigue fort classique.

Mais bien vite, je me suis rendu compte que c’était un peu plus que cela et c’est là que mon intérêt a été retenu. Le fait qu’Okko soit présenté comme un peu cruel (notamment dans sa réaction vis-à-vis de Tikku), les personnalités de Noburo et du moine, ainsi que leurs facultés diverses, n’ont pu qu’aiguiser ma curiosité. Cet album présente un développement qui finalement, n’est pas si linéaire, notamment grâce à des personnalités bien campées, bien que très énigmatiques. Les éléments fantastiques, comme l’invocation du Kamis de l’eau, qui auraient pu sembler ridicules dans n’importe quelle production, trouvent ici toute leur place car correspondent parfaitement à l’univers proposé. J’ai peut-être eu de mal à rentrer dans l’ambiance, mais une fois que j’y étais, je m’y suis senti bien et je me suis laissé charmer et intriguer par cette histoire. C’est parfois un peu bourrin et pas très fin mais je soupçonne le scénariste de créer des effets spectaculaires pour retenir l’attention du lecteur, et surtout pour permettre à chacun de ses protagonistes de montrer de quoi il est capable. Un premier tome qui permet à chaque membre de l’équipe de réaliser un tour de force dans sa spécialité. Le récit du vieil homme à la fin de l’ouvrage permet de relancer l’histoire, mais le coup de la tempête qui emmène nos héros là où ils voulaient aller, on nous l’a déjà fait…

Et c’est peut-être ce que je retiendrai de cet album, un savant mélange de nouveauté et de déjà-vu :
- d’une part : une histoire classique de sauvetage, avec une équipe dont chaque membre a une spécialité, et qui peut rassembler un bon nombre de lieux communs ou de déjà vu (enlèvement, tempête, combats, réflexions) ;
- d’autre part : des leviers de surprises, des axes de nouveautés (environnement fantastiques, démons, Kamis) qui permettent de relever le niveau de l’ensemble, de pimenter cette histoire très classique.
Enfin, c’est surtout l’occasion de faire connaissance avec quatre héros dont on ne sait trop que penser pour l’instant.

Quant aux dessins, je les ai trouvés vraiment bien réalisés et la mise en couleur est vraiment magnifique. Les décors, bien que totalement imaginaires, font références à un monde connu et on s’immerge d’autant mieux dans cette atmosphère. La maison de jeux ou le château de la dernière page sont pour moi des exemples d’architecture imaginaires, qui révèlent un vrai talent dans la mise en image d’une telle histoire.

25 8 2008
   

Fan des séries de samouraï, je ne pouvais qu'être favorablement intéressé quand on m'a prêté les 4 tomes de cette série.
Et c'était une bonne chose.
Ce premier album est déjà agréable à regarder. Le trait est précis et les cases sont riches en détails, les décors fouillés. Il n'y a peut être que dans les scènes de combats que parfois le mouvement des personnages est difficile à suivre.
Ce premier tome introduit les quatre principaux personnages, sans vraiment s'étendre sur chacun d'entre eux, ce n'est qu'au fil de la lecture que l'on en apprend un peu plus. On est très rapidement pris dans l'action.
Chaque cycle étant en deux tomes, ce premier album donne envie de connaitre la fin de ce cycle de l'eau. Les personnages ont un potentiel narratif et l'idée de mêler japon médiéval et fantastique local (kami et autres monstres) change un peu des séries de samouraï classique.
Un premier album qui annonce donc une série plaisante à lire.

17 2 2008
   

La qualité du dessin invite à lecture. Précis et riche sans être chirugical.
Les personnages sont l'élément qui permettent de penser que l'on a entre les mains le début d'une saga. A fil de la lecture, j'ai envie de savoir comment s'est formé cette équipe. Pourquoi ce moine connu par les Kami est alcoolique ? Pourquoi le grand Noburo, certainement plus puissant que Okko considère un Ronin comme son maitre.
Les décors sont magnifiques, les couleurs intenses.
Le scénario est assez linéaire mais dynamique, on a envie de savoir où va l'hstoire.
En conclusion, ce premier tome est prometteur et donne envie de surveiiller la sortie des suivants.

8 10 2006
   

Premier tome... J'entendais tous les sites et tous les libraires dire : c'est génial, je le conseil a tout le monde même ceux qui n'aiment pas les histoires de samouraïs...
Bof, vraiment très deçu ... Déjà que les histoires de samouraïs etc.. c'est pas trop mon truc, ben la je trouve un scénario qui tient sur deux lignes, et une bd qu'on a du mal a finir sans s'endormir dessus ...
Pourquoi j'ai mis 2/5 ? Pour les dessins ... oui je trouve les dessins bien, c'est tout ...

7 9 2006
   

J'avais entendu beaucoup de bien de cette BD.
Grand amateur des ambiances Japonaise et de l'esprit Budo Samouraï, c'est donc logiquement que je prenais cette BD en main.

La couverture, quelque bizarre fait très bonne figure et donne bien l'ambiance des décors et des couleurs utilisés tout a long de l'album. Au final, après lecture de l’album, la couverture de triche pas sur le contenu.

Restons sur le graphisme et les couleurs. Les dessins sont agréables, précis, dynamiques, de bons cadrages, de bonnes poses lors des combats. Du bel art.
Les couleurs pour leur part sont posées à l’informatique. Cependant, c’est net, propre sans bavure. Et les ambiances sont parfaitement rendues.
Un ensemble harmonieux et plaisant.
L’ambiance, les décors, les paysages, les villes nous plongent rapidement dans ce monde Oriental.

Coté scénario, il s’agit de Médiéval-Japonais-Fantastique.
La touche fantastique est légère, mais fleure bon. Noburo l’immortel, l’ogre mage, la femme mystère, Noshin le moine qui invoque les Kamis…Tout cela est léger mais pimente l’histoire tout juste ce qu’il faut pour la rendre toujours plus intéressante.

Et c’est cela qui est intéressant, c’est que plus l’on avance dans l’histoire, plus celle ci grandit, plus sa dimension devient attractive.
Le groupe d’aventurier fait très ‘Donjon et Dragon’ avec le moine magicien, le guerrier bourrin, le ‘cerveau’ samouraï et le page qui s’incruste pour le bien de l’histoire.
Et puis le but, sauver la princesse n’a rien de très original non plus. Sauf que de premier abord il ne s’agit pas d’une princesse mais d’une simple geisha que son frère à juré de protéger même au prix de sa vie.
Et justement, l’esprit est trop médiéval-fantastique. Pas assez Japonais. En dehors des lieux, des noms des termes utilisés, je n’ai rien retrouvé du code des samouraïs, de l’esprit Budo, de l’esprit Zen. Non avons juste une troupe de mercenaire au finale fort classique décidant d’affronter une autre troupe de mercenaire beaucoup plus nombreuse et méchante.

Pour finir ma prose et résumer ma penser, je suis déçu. L’histoire est sympa, mais on aurait facilement pu la transposer dans un monde classique médiéval fantastique (je sais je me répète), dans un monde préhisto-fantastique, dans un monde futuro fantastique sans rien avoir à modifier dans la philosophie des personnages ni dans leur mode de pensée.
Bref ça se passe dans un Japon parallèle, mais ça n’en a pas l’âme, il n’y a pas cette saveur si particulière que j’attendais, juste les formes et les couleurs.
Sympa, mais finalement trop classique

18 6 2006
   

Depuis le temps que j'en entendais parler, j'ai enfin lu le tome 1 de cette jeune série ! Et j'ai été convaincue, disons-le tout de suite.

Okko, c'est plutôt joli, tant au niveau du dessin que des couleurs. Pas de quoi crier au génie non plus, mais c'est tout de même plaisant et dynamique; les scènes d'action sont vraiment réussies.

Après, j'ai beaucoup aimé l'ambiance qui se dégage de cet album, où nous sommes plongés dans le Japon médiéval (que j'aime), c'est vraiment bien fait. Si en soi, l'histoire n'est pas originale, le traitement est bon et les personnages attachants, donc on s'intéresse. Mention spéciale à Noburo, guerrier bien mystérieux et qui je l'espère, sera développé par la suite.
En tout cas j'ai trouvé Okko très bon pour un tome 1, et j'ai hâte de pouvoir lire le 2.

14 5 2006
   

Un premier opus assez fascinant pour ce jeune auteur français qui ne peut cacher sa filiation avec les auteurs de "Kogaratsu".
Dans le Japon de jadis, un combattant tente de survivre face à d'extraordinaires forces du mal.
Un récit de science-fiction fougueux, envoûtant et très bien balancé.
Une bonne découverte qui appelle confirmation.

23 3 2006
   

Voilà un exemple de récit qui accroche le lecteur au fur et à mesure de son déroulement.

Le début est assez classique: un groupe constitué de quatres membres aux caractéristiques et pouvoirs très différents (ça rappelle pas la fantasy ça !) dirigé par un rônin veulent retrouver une geisha (soeur d'un membre du groupe) enlevée par des pirates.
On pense alors que c'est une simple quête jonchée d'action et de combats mais la suite s'avère plus originale et prenante.

Le dessin est maîtrisé et esthétique et la mise en couleur assez bonne surtout lors des crépuscules. La combinaison des deux donne un résultat plaisant.

Un bon premier tome inspiré d'un Japon médiéval dans lequel des évènements surnaturels viennent pimenter le récit.

Si l'univers d'Okko vous a plu, courez lire "La voie du sabre" de Thomas Day (couverture de Sorel) qui est roman très bien écrit plongeant le lecteur dans un univers proche de celui d'Okko.

13 3 2006
   

Etant trés peu axé sur les Bds du genre de celles que publie Delcourt, il est vrai que j'ai été un peu surpris d'appécier ce tome. Le dessin est franchement superbe, meme si quelques décors manquent un petit peu de profondeur, mais dans l'ensemble c'est du tout bon. Par contre la couverture est franchement trés moche. C'est d'ailleurs la même chose pour le tome 2. Heureusement, le bouche à oreille a trés bien marché, sinon, je pense que beaucoup seraient passés à coté.

Deuxiéme critique, celle ci provient du coté scénario. Car j'aimerai qu'on m'explique comment le moine Noshin parvient à retrouver Okko dans le temple du jeu "Le grand Dragon Rouge", alors que 2 pages auparavant il était occupé à jouer aux dés. J'ai parcouru beaucoup de forums, et je n'ai jamais eu de réponses franchement satisfaisantes. Si de votre coté vous pouvez m'éclairer je suis preneur.

Dernier petit detail frustrant, il avait été dit à la sortie que Okko était un mix entre le Japon médieval et l'héroïc fantasy. Pour ce qui est du Japon médiéval , j'ai été comblé (J'adore ça),
par contre pour le coté héroïc fantasy je cherche encore. Car à part la capture de l'ogre mage, c'est le désert complet.

Mais ne boudons pas notre plaisir, c'est beau, le scénario est trés intéressant et ca donne envie de découvrir l'avenir de cette série.

2 3 2006
   

Cette série nous plonge au cœur d’un Japon médiéval plus vrai que nature et nous conte les aventures d’une troupe chasseur de démons.

Le tome d’introduction est bien balancé ; l’action ne manque pas, les personnages nous sont rapidement familiers, le scénario est bien construit et rythmé.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance médiévale japonaise baignant dans l’heroic fantasy (esprits, démons, magie, …). Les personnages ont une forte personnalité et sont très complémentaires.

Graphiquement, l’ensemble est remarquable. Le découpage est réussi, les cadrages sont variés.

J’espère que le second tome confirmera ces bonnes impressions.

18 2 2006
   

Superbe! cette bd m'a envoutée! Le scénario est très bien ficelé, les personnages sont charismatiques et attachants et laissent aussi une part de mystère planer sur eux (notamment Noburo). Le dessin et les couleurs sont magnifiques et on sent que l'auteur a fait de nombreuses recherches sur le vocabulaire des personnages,les décors,les traditions, la mythologie...bref un vrai travail consciencieux! Le choix de faire des cycles en deux tomes est très judicieux je trouve car cela évite d'avoir des histoires interminables dont on ne voit pas la fin.

Okko est un véritable petit chef-d'oeuvre! A posseder absolument!

5 1 2006
   

A priori, les histoires de samourais, de sabres, ce n’est pas trop mon truc. Okko, je ne connaissais qu’au travers de reproductions miniatures de la couverture et d’un buzz favorable. Et un jour l’occasion s’est présentée de rencontrer l’auteur. J’ai donc lu l’album, le premier. Et là… C’est carrément un choc ! Grande maîtrise graphique, couleurs fort bien choisies et nuancées… Le dessin de Hub est déjà mature. Sur le plan du scénario, c’est un peu lent à se mettre en place, mais au fur et à mesure du récit, on rentre bien dedans. Je suis très intrigué par le personnage de Naburo et les quelques éléments fantastiques parsemés par Hub. Une vraie découverte qui augure une belle série.

24 11 2005
   

Le dessin est très maitrisé et très sympa. Pourtant, je l'ai trouvé un peu spécial par moment car le décor Nippon, l'encrage très fin et certains choix de couleurs m'ont étrangement rappelé des planches de Yoko Tsuno, série de Leloup dont j'aime moyennement le dessin. Mais le style de Hub est nettement plus moderne et moins statique que Leloup. En outre, il a très bien su fondre des éléments médiévaux japonais avec des éléments purement fantastiques ou issus de la fantasy. Au final, ça donne quelque chose de très sympa.

Quant à l'histoire, j'ai un peu peiné sur le début car ça ressemblait à de la Fantasy comme je ne l'aime guère : des factions qui s'affrontent, un grand méchant effrayant, des combats impressionants... Heureusement, les personnages bons et originaux, le décor mêlant agréablement Japon Médiéval et fantastique original, et l'histoire qui commence après quelques pages à prendre une tournure moins convenue et plus innovante m'ont finalement séduit et largement donné envie de continuer la série.

Une Bd de belle qualité.

22 8 2005
   

Okko, n’est pas le seul personnage fort de cet album, car avec ces compagnons Noburo (le mystérieux guerrier au visage dissimulé derrière un masque rouge), Noshin (le moine jovial amateur de saké) et Tikku (le jeune pêcheur à la recherche de sa sœur enlevée par une horde de pirates) il forme un groupe attachant, hétéroclite et complémentaire. C’est ce sympathique et redoutable petit groupe de chasseurs de démons dont on suit les aventures en plein Japon médiéval tout au long de cet album.

Hub parvient à créer un univers fantastique aux parfums d’Asie qui tient bien la route et nous livre sur fond de légendes et avec humour une excellente intrigue, de l’action et du suspense. Son dessin est élégant, détaillé et dynamique, on s’y croirait presque.

C’est donc très bien parti pour cette série prévue en dix tomes de cinq cycles qui couvriront l’eau, la terre, le feu, l’air et le vide.

khazrag :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
4 4 2005
   

Okko est une bande dessinée possédant des personnages attachants, une merveilleuse composition graphique, ainsi qu'une très bonne répartition des couleurs qui sont choisies judicieusement.

L'intrigue est bien menée, démarrant dès la première page, et se déroulant sans anicroche en cours de volume. Le personnage qui me semble le plus digne d'interet tant par son caractère que par son rapport avec les autres protagonistes est, selon moi, Noburo, dont la présence est ressentit tout le long de cette oeuvre de façon très positive. Même si les autres personnages sont agréables avec leurs qualités et leur défauts.

Okko devrait pouvoir être nommée première bande dessinée de ce début d'année 2005... En attendant les prochains volumes cela va de soit !!

Merci à toi Hub de nous permettre de contempler et de lire un travail aussi admirable !

22 2 2005
   

Et voici le nouvel album qui crée la surprise chez Delcourt. Okko est une histoire de samouraï qui se déroule donc au Japon. Le premier cycle est prévu en deux tomes ce qui permet d’espérer une histoire construite et complète à la fin du prochain tome.

En effet, nous assistons dans ce premier tome non seulement à la présentation des personnages principaux mais nous avons aussi une action soutenue ce qui rend ce premier tome assez intéressant. L’histoire est assez sympa et va nous entraîner dans une quête légèrement surnaturel puisqu’il est fait que mention de démons. Et puis, ce tome nous pose aussi des questions qui nous donnent envie de lire la suite pour connaître le dénouement. Un premier tome tout à fait correct, dense et agréable à lire.

Au niveau du dessin, je ne trouve pas les personnages spécialement joli mais c’est aussi lié à l’histoire qui nous est conté. Les scènes d’actions sont assez bien réussies. Les couleurs sont dans l’ensemble assez sombre mais ne gênent pas la lecture.

Tout ça pour dire qu’on est en présence d’un premier album prometteur d’une série bien construite et ficelée. A se procurer.

16 2 2005
   

D'abord une couverture qui m'a tout de suite attiré ... j'ai pourtant eu du mal à distinguer ce que ça représentait ... comme si j'étais moi même présent dans cette nuit "violette" ...

Ensuite, les dessins sont agréables sans être révolutionnaires ... tout est tres clair tout en étant sombre (c'est clair ?).
On a une histoire qui n'est pas tres originale en soi ... mais c'est le contexte et les personnages qui le sont plus : un Japon médiéval fantastique (amateurs de démons et d'esprits élémentaires, foncez ...), un ronin, un guerrier masqué géant, un moine amateur de saké ... pourtant, ces personnages ne sont pas assez développés à mon sens (on les connait encore tres peu) mais ce n'est qu'un tome d'introduction apres tout ...

Au final, on passe un tres bon moment et on veut connaitre la suite et c'est bien l'essentiel ...
De plus, il y a les bases pour une excellente histoire ...
Laissez vous tenter ... moi je l'ai acheté, ne serait ce que parce que ça nous change !!!