46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 2 : Le cycle de l'eau - Deuxième partie
 

Okko, tome 2 : Le cycle de l'eau - Deuxième partie

 
 

Résumé

Okko, tome 2 : Le cycle de l'eau - Deuxième partieAfin d'acceder au résumé de Okko, tome 2 : Le cycle de l'eau - Deuxième partie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Okko, tome 2 : Le cycle de l'eau - Deuxième partieL'an dernier, le premier tome de "Okko" avait été particulièrement remarqué, son scénario et son dessin étant de grande qualité.

En effet, cette série se déroulant dans un japon féodal imaginaire tranchait particulièrement avec la production contemporaine.
Cette série, articulée en diptyque traitant chacun d'un élément, bénéficie d'une conclusion du "cycle de l'eau" de grande qualité, elle aussi.

En effet, alors que Hub ouvrait (et continue à ouvrir en début de ce tome-ci) de nombreuses pistes dans un monde de magie et d'honneur, l'histoire saura se terminer et apporter toutes les réponses que les lecteurs attendaient. Le style est rythmé, sans faille, évitant soigneusement l'action primaire pour développer un mythe spirituel propre à la série, sans pour autant ennuyer le lecteur.

Les différents personnages sont hauts en couleurs, du côté de la troupe de Okko comme de celui de leurs adversaires. On regrettera peut-être un combat un peu court avec le marionnettiste, mais c'est aussi cette action rapide qui fait le charme de l'album.

Le dessin est audacieux et vraiment maîtrisé. Les angles de vues sont parfois vraiment osés pour permettre des mises en pages surprenantes et cinématographiques. La couleur informatique donne une ambiance vraiment particulière à la série (elle est belle, la lune :)), et sait rester discrête, sans effets artificiels inutiles.
De plus, l'ensemble est vraiment dynamique : la représentation des combats devient grisante, par moment, tant le trait de Hub sait être rapide et clair.

J'attends avec impatience le second cycle de cette série très prometteuse et séduisante... n'hésitez pas à investir dans ce premier cycle, la qualité étant vraiment au rendez-vous !


Chronique rédigée par Piehr le 12/01/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 6,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.39
Dépôt légal : Janvier 2006

Avis des lecteurs

14 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Okko, tome 2 : Le cycle de l'eau - Deuxième partie, lui attribuant une note moyenne de 3,39/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

29 6 2019
   

Voilà la suite et fin de ce premier diptyque. Beaucoup d'action, de violence et de magie. En fait les éléments fantastiques sont très nombreux, du coup cette série est plus dans l'heroique fantasy pure et simple que dans le monde médiéval japonais dont elle n'a fait qu'emprunter le décorum. Cette transposition au Japon ne sert qu'à la distinguer des nombreuses autres séries héroïque fantasy sans laquelle elle ne serait qu'un nième ressucé.
On apprend enfin clairement le "job" de notre petit groupe de héros : chasseurs de démons. Il faut arriver à la p.36 de ce tome 2 pour enfin le savoir !
Alors au final je dirai que c'est pas trop mal mais loin des sommets auxquels je m'attendais au vu de ses nombreux éloges.
Plusieurs petites choses m'embêtent :
Le dessin que j'avais jugé clair au 1er tome ne l'est finalement pas tant que ça et plusieurs vignettes sont difficilement déchiffrables. Le tsunami n'est pas très réussi et je n'aime pas du tout l'aspect écoeurant et malsain de ce couple de vampires. Un côté dérangeant qui ne colle pas avec l'ensemble.
Le jeune Tikku qui n'est qu'un enfant de pêcheurs et n'a encore eu le temps de suivre aucune formation, se glisse dans le château tel un ninja, se cache collé au plafond, tir à l'arc comme un pro, etc..
Le guerrier marionnette n'est pas très crédible et c'est quoi ce château suspendu ??
Et pour finir le moine est sensé apporter un peu d'aide surnaturelle des esprits par la prière, mais finalement il devient vite un classique magicien digne des jeux de rôle et séries héroïque fantasy qui foisonnent et Okko n'en est finalement qu'une de plus. (Il change d'aspect à volonté, fait exploser des chaînes en une seconde par une simple incantation. ..)
Donc voilà, c'est mal mais ça ne m'emballe pas plus que ça. C'est une série qui semble avoir du mal à se positionner dans le paysage BD. Faut voir la suite.

10 6 2014
   

Suite et fin du premier cycle, une suite qui pour moi n'a hélas pas tenu toutes ses promesses. Je suis sans doute exigeant, mais j'avais été si séduit par la première partie que j'attendais mieux de cette conclusion. Pour autant ce n'est pas un soufflé qui retombe lamentablement, disons un excellent repas qui s'achève sans surprise, alors que les premières saveurs laissaient augurer un final explosif.

Où est la faille ? Pour moi, elle vient principalement du découpage, qui saute peut-être trop vite d'une situation à l'autre. Le dessin est resté toujours aussi bon, j'aimerais dire parfait mais ce serait excessif. Non, c’est un beau dessin, et surtout il est totalement adapté au scénario, dans cet empire Japonais déchiré par les guerres, où le héros et ses amis pourchassent monstres et démons fantastiques.

L'autre petite déception, c'est la froideur du scénario, qui va se révéler linéaire de bout en bout, car les méchants sont vraiment les méchants, les suspects les plus évidents sont effectivement les coupables, et l'apparition des monstres ne provoque finalement pas une grande surprise. J'aurai aimé aussi en savoir un peu plus sur les protagonistes : pourquoi Noburo est-il invincible, comment Noshin invoque t-il les Kamis, d'où viennent en fait leurs pouvoirs, quel est celui d'Okko (il doit bien en avoir un, non ?), et ainsi de suite.
Et enfin ce cycle de l'eau en oublie ses origines, puisque toute cette partie de l'histoire se déroule en intérieur, et on a là une petite perte d'identité, de continuité.

Mais sachons résister à l'envie de dénigrer à tout bout de champ, si ce n'est pas encore la perfection, Hub nous a livré là une très belle histoire, bien dessinée, dans un contexte original, et le tout semble vraiment très, très, prometteur. Voyons donc ce que nous reserve le prochain tome, le cycle de la Terre première partie

14 12 2012
   

Beaucoup d'avis déjà sur cet album, je vais en rajouter un de plus.
Même si j'ai beaucoup aimé ce tome, je le trouve un peu moins bon que le premier, l'histoire est pour le moins...originale (voire bizarre diraient certains). La seconde moitié prend tout de même un virage à 180° vers le fantastique/science fiction/suréalisme. Ensuite j'ai eu la sensation que vouloir faire tenir cette histoire sur 2 tomes n'était pas la meilleure des solutions: tout y est condensé, les auteurs ne prennent pas le temps de nous expliquer tout les tenants et aboutissants du récit. Preuve en est qu'à la toute fin je ne me souvenais à peine que le petit groupe voulait avant tout retrouver la soeur du jeune garçon.

A part ça, j'ai trouvé le dessin et les couleurs très beaux, j'adore d'ailleurs les dessins pleine page avec les cases qui se noient dedans (ça a surement un nom technique mais je ne le connais pas).

j'ai hâte de lire la suite.

10 5 2010
   

Hélas, bien m’en a pris de rester circonspect sur mon précédent avis car ce tome ne m’a pas autant « emballé ». La faute, tout d’abord, à un huis-clos à l’intérieur d’un château. La grande aventure, les superbes paysages, ne sont plus là et c’est ce qui m’avait le plus séduit à l’origine. La faute aussi et surtout à cette histoire de vampires avec ce final totalement surréaliste et, en le qualifiant tel que je l’ai perçu, un peu cruche… Je n’en rajouterai pas.
Je regrette toujours, par ailleurs, l’absence d’explication sur la formation de cette petite troupe et les origines de chacun : faudra-t-il attendre le tome 10 ?
Enfin, d’une manière plus générale, je reproche une absence globale de fantaisie (sans « y » !). Noshin, supposé nous apporter la touche de détente et de comique, est plus qu’effacé et tous les évènements s’enchaînent à un rythme beaucoup trop rapide. Je comprends cette recherche de densité de la part de l’auteur qui a visiblement un profond soucis que le lecteur ne s’ennuie jamais. Son but est atteint mais l’ensemble manque du coup singulièrement de chaleur.
A la réflexion, même en essayant d’oublier la grosse désillusion qu’a engendré cet opus chez moi, je pense que cette série veut trop en faire, trop en montrer et que l’action doit s’effacer quelque peu au profit d’une ambiance, les personnages méritant de s’ouvrir plus au lecteur, de se montrer plus communicatifs. Je garde espoir que ces écueils se gomment par la suite, l’expérience et la mâturité aidant, on peut espérer qu’une série d’inspiration orientale fasse sien le proverbe : « la patience est la mère des vertus »…

2 6 2009
   

Voici donc la conclusion de la première aventure de Okko et de ses amis. J’ai trouvé ce second tome un petit peu en dessous du tome précédent. Dans le premier opus, on suivait nos héros qui parcouraient un certain chemin, nous permettant ainsi de découvrir des décors variés. Ici, c’est presque un huis clos que l’on nous propose et j’ai trouvé que le rythme de l’histoire en patissait un petit peu. Les grandes discussions entre Okko et le maître des lieux, la joute amicale entre Okko et le maître d’armes, le spectacle de marionnettes, les explications finales, tout cela a pour principale conséquence de ralentir l’histoire et, par moment, je me suis presque ennuyé.

Dans le même temps, Hub reprend les grandes qualités du tome précédent en alliant histoire très classique mais en créant la surprise par une atmosphère fantastique très poussée. Par ailleurs, on refait un petit point sur les facultés de l’équipe d’Okko, et notamment le colosse Noburo et le moine capable d’invoquer les esprits. Enfin, la surprise vient aussi de la fin de cette histoire, qui est loin du happy end classique que je redoutais. Alors, oui, encore une fois, j’ai été surpris par certains passages et j’ai aimé cette surprise. Il n’en reste pas moins que l’univers proposé, à savoir une pincée d’ambiance médiévale japonisante et un monde totalement fantastique, avec démons et pourfendeurs de ces derniers, doit trouver son public. Cet album ne plaira pas à tout le monde, l’univers de vampires traités sous un mode peu conventionnel, pourra rebuter bon nombre de lecteur.

Ce que j’ai apprécié, en revanche, c’est comment Hub a créé ses personnages : les héros ne sont pas tous tout-puissants, ils présentent des faiblesses évidentes et savent rester énigmatiques. Dans le même temps, les « méchants » présentent aussi un caractère dual. Cette ambivalence permet d’apporter un peu de profondeur au récit et d’éviter une vision trop manichéenne de l’affrontement qui se joue dans ce second tome.

Enfin, une mention très spéciale pour les dessins, qui sont véritablement réussis. Les découpages et certaines prises de vues donnent un véritable dynamisme à ce récit pendant les scènes d’action (trop peu nombreuses à mon humble avis). Parfois, on trouve un dessin sur une page, servant de fonds à plusieurs vignettes ; j’apprécie particulièrement ce procédé qui me permet de rester immergé et accroché à l’histoire.

En conclusion, ce tome nous propose une bonne fin d’aventure dans un univers fantastique très poussé et si l’auteur sait parfois créer la surprise, certains passages un peu statiques et très narratifs m’ont un petit peu ennuyé. Les héros présentés gagnent en profondeur et en sympathie, et c’est avec joie que l’on découvrira le second diptyque de cette série, pour le moins surprenante.

17 2 2008
   

La qualité du dessin est parfois en dessous du reste de la série. J'ai trouvé quelques plans éloignés sur les planches de l'affrontement final "grossieres" par rapport la très bonne qualité de toutes les autres planches.
Côté intrigue, c'est bien mené, beaucoup moins linéaire que le premier épisode et tout aussi rythmé.
Malgré tout j'ai moins accroché que pour le premier. On est pas plus attaché aux personnages à la fin de cet album qu'au début.
En conclusion, déçu mais toujours envie de lire la suite.

14 3 2007
   

Suite et fin de ce premier cycle. Ca c'est agréable, pas d'histoire à rallonge. Ces deux premiers tomes se suffisent à eux même.

Passé toutes les critiques du premiers tome, et notamment ma déception de ne pas retrouver vraiment l'ambiance d'un Japon médiéval, ce deuxième pourtant qui se joue à Huis clos s'en rapprocherait d'avantage.

Le mélange des univers Japonais et Fantastique est parfaitement réussit, le scénario maintenant bien posé coule de source et on suit cette aventure avec plaisir et facilité. Le caractère des personnages se conforte, sans forcément s'approfondir. Le premier tome étant déjà assez complet et bien réalisé.

Nous avons toutes les réponses à nos questions. Et en lisant la Bande dessinée, j'ai à plusieurs reprises été surpris, ne comprenant comment cela se pouvait et obtenant la réponse dans les pages suivantes sans pour autant être perdu entre temps. Bien ficelé tout cela.

Coté dessin, il est toujours agréable, proche de la perfection pour ce genre de Bande dessinée.
Le trait est précis, fluide, dynamique. Les angles de vues sont souvent osées et aident à la vision dynamique des combats. Ceux-ci souvent rapides, nous mettent bien dans cette ambiance Japonaise "Du coup unique qui tue". Inutile de se fatiguer pour rien, donner la mort ou mourir en une passe reflète bien l'esprit samouraïs féodal.

Les couleurs sont belles, bien choisies et si je pourrais faire le même reproche dû à l'informatique sur les décors parfois trop froid et sans vie dû au manque de relief, le dessinateur a su casser cela en agrémentant les cieux ou la mer de nuages et vaguelettes.

Un excellent second tome, dans lequel à aucun moment l'on ne s'ennuie !

8 10 2006
   

Bon, j'ai tellement entendu du bien de cette bd que j'ai acheté le "coffret" ( ouais entre guillement parceque bon, le carton tout mou ... bof ( d'ailleur niveau graphisme du coffret 1/5 pour moi ... ) )
Ben la je dois dire que la déception du premier tome n'était rien comparé a la déception de ce tome-ci... Pis j'ai l'impression d'être un peu le seul, faut que je m'inquite ...
Vide, creux sont de bien trop petits mots, pour moi, pour qualifier ce tome...Enfait je me dis que c'est une bd pour enfant non ? Je pensais que c'était pour tout public ...
C'est sur je n'achetarais pas la suite ....

29 3 2006
   

Ce second opus d'Okko est très beau graphiquement : les couleurs chaudes utilisées conviennent parfaitement à l'espace confiné du palais suspendu et aux ambiances nocturnes.
L'univers est crédible, bien représenté et invite au voyage lors de la lecture : un bon point !

Hub maîtrise son sujet, il nous livre un scénario dans lequel les évènements s'enchaînent de manière fluide avec un découpage laissant la part belle à l'action au service du récit. Par contre je suis en accord avec Spooky quand il dit que le cycle se termine un peu rapidement, le dénouement aurait pu prendre un peu plus de place. Toutefois il faut bien faire des choix, surtout dans un dyptique.

Je pointerai du doigt les planches 43 et 44 dans lesquelles sont racontées les mémoires de dame Midakko en ce qui concerne le couple propriétaire du palais : le découpage est bluffant et l'ambiance graphique épatante.

A bientôt pour le second cycle.


** SPOILER**
L'idée de présenter une créature différente issue de l'univers imaginaire japonais pour chaque cycle (ici les pennagolans, une espèce de vampire) me semble très porteuse et les lecteurs comblés par ce premier cycle en redemanderont forcément.
**SPOILER**

2 3 2006
   

Je trouvais la couverture du tome 1 très jolie ; je m’étonne que celle du tome 2 lui soit tellement ressemblante…

Heureusement, Hub a été plus inventif au niveau du contenu. On ne peut pas crier au génie scénaristique mais la série recèle ce qu’il faut pour nous captiver. Le côté exotique du récit (très bien rendu au travers des décors, personnages, codes vestimentaires, etc.) apporte une touche d’originalité bienvenue dans le paysage médiéval fantastique.

L’histoire avance bien, diptyque oblige, ce qui ne gâte rien.

Un reproche tout de même : on a le sentiment que rien ne peut arriver à la petite troupe, très puissante de par sa complémentarité (ça me rappelle les jeux de rôles...:)). De fait, ils ne doivent pas puiser très loin dans leurs capacités guerrières ou cérébrales pour réussir leur mission. Ce sera sans doute pour un prochain cycle…

Le graphisme est de qualité et contribue à faire de Okko un bon moment de lecture.

18 2 2006
   

Ce second et dernier tome du cycle de l'eau est tout aussi réussi que le premier. Tikku se révèle un peu plus mais ce qui est dommage c'est que l'on en apprend pas plus sur les autres.L'histoire suit son court au travers de dialogues et combats très bien découpés et l'auteur nous réserve une fin surprenante mais trop axée sur l'explication selon moi (cela dit elle est quand meme nécessaire pour bien comprendre la fin de ce cycle).

Le dessin et les couleurs sont toujours superbes mais n'évoluent pas beaucoup (à quoi bon on change pas une équipe qui gagne) donc je ne m'en plains pas.

Un excellent album donc,indispensable si l'on a le premier.

Vivement la suite des aventures du ronin et de ses compagnons dans le cycle de la terre!

22 1 2006
   

Suite et fin surprenante du premier des cinq cycles prévus et qui couvriront respectivement l’eau, la terre, le feu, l’air et le vide.

On remarquera d’abord la similitude entre la magnifique couverture de ce deuxième tome et celle du premier tome. Une similitude au niveau des décors, des personnages et des couleurs qui unit les deux tomes de ce cycle dédié à l’eau.

Une fois cette BD ouverte on replonge immédiatement dans ce japon médiéval fantastique aux décors somptueux. La colorisation, que ce soit dans les tons rouges, verts, violets ou bleus, donne à cette version en couleur une dimension qui devrait faire pâlir l'édition en noir et blanc.

Au niveau de l’histoire on retrouve le dynamisme et le rythme du premier tome et un mélange de personnages toujours aussi bien dosé, avec un Tikku plus entreprenant qu’au premier tome et qui finit même par voler la vedette au maître Okko.

La fin tourne agréablement vers le fantastique sans dénoter avec le reste de l’histoire. On peut juste reprocher ces dernières pages qui tournent trop vers l’explicatif au lieu de laisser parler le dessin et les personnages que Hub anime avec tant de brio.

15 1 2006
   

Je suis un petit peu déçu par ce second album. L'histoire me semble un peu moins bonne qu'au premier. Ca se résout un peu rapidement à mon goût, bien que je ne m'attende pas à cette "explication".
Cependant, Hub garde une belle vistuosité dans le dessin, je trouve même qu'il a progressé sur certains points ! De plus, ses personnages sont bien campés, de manière à nous intéresser encore davantage que par l'intrigue seule. Qui est, ou qu'est, Noburo ? Noshin est-il vraiment un moine plus ou moins défroqué ? Okko n'est-il qu'un "simple" rônin ?
Hub boucle avec ce deuxième album son cycle de l'eau, un diptyque qui fera probablement date dans la BD fantastique. La série Okko est une plongée fascinante au coeur des légendes nipponnes, servie par un graphisme et un découpage somptueux et des ambiances à couper le souffle.