46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 6 : Le Cycle de l'Air - Deuxième partie
 

Okko, tome 6 : Le Cycle de l'Air - Deuxième partie

 
 

Résumé

Okko, tome 6 : Le Cycle de l'Air - Deuxième partieAfin d'acceder au résumé de Okko, tome 6 : Le Cycle de l'Air - Deuxième partie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Okko, tome 6 : Le Cycle de l'Air - Deuxième partieCe que j'ai aimé le plus dans cet album, c'est l'ambiance poétique de l'atmosphère, de cette campagne/montage battue par les vents. Encore une fois, c'est bien par le graphisme et le choix des couleurs et des contrastes que Hub exprime tout son talent. Et il en faut, de talent, pour rendre cette atmosphère captivante et enivrante, pour rendre ces mouvements tellement réalistes, pour rendre cette inquiétude tellement palpable. C'est un album qui s'inscrit dans la pleine lignée des précédents, avec un graphisme irréprochable selon moi, un grand moment de bonheur pour les yeux... Ce tome a aussi quelque chose de plus intime que les précédents, peut-être parce que nos héros subissent presque tous à un moment ou à un autre, un moment très difficile à passer.

Mais au niveau de l'histoire, j'ai été un peu déçu par ce second tome. En fait, l'histoire est toute bête : un chasseur de monstre débarque pour tuer Noburo et Okko se met en travers de son chemin : de là part un histoire de combats, commencés dans le tome précédents et qui s'achève dans celui-ci. Ca tient en deux lignes et Hub ne cherche pas à aller au-delà : en effet, on ne revient pas sur la famille rivale de celle présentée ici et qui a fait un cadeau empoisonné, découvert dans le premier tome, les motivations de Kiritsu sont vraiment faibles : il veut juste compléter une collection. J'aurais aimé que le scénario m'emmène plus loin, j'aurais aimé que ce soit un petit peu plus compliqué que cela. Mais dans l'ensemble, ça se laisse quand même bien lire, l'ambiance générale de l'ouvrage m'ayant entrainé vraiment très loin.

Et puis, tout n'est pas si simple. J'ai finalement bien aimé le rôle du "fou". Car finalement, pour être sûr de pouvoir tuer Okko pour venger lamort de son père quelques années auparavant, c'est bien grâce à lui que notre héros s'en sort. Ce que j'ai aussi trouvé bien vu, c'est que, dans ce tome, les héros ne sont pas super puissants : Okko se trouvera quand même bien diminué à la fin de son histoire. Mais il lui reste un cycle à tenir, courage !

Encore une fois, voici une histoire assez simple, qui aurait mérité plus de développements. Mais le support graphique de cette histoire en fait la force, et l'ambiance poétique qui s'en dégage en fait quelque chose de fort appréciable.


Chronique rédigée par gdev le 23/05/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 3278 (74,20 %)
  • 366 (8,28 %)
  • 774 (17,52 %)
  • Total : 4418 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Mai 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Okko, tome 6 : Le Cycle de l'Air - Deuxième partie, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

4 1 2013
   

Une fin de cycle honnête que ce 6ème tome de "Okko". Cet album va être quasi entièrement dédié au duel entre Noburo et l'espèce de monstre/marionnette dont le nom m'échappe. C'est d'ailleurs un des reproches que l'on peut faire: le scénario est assez étriqué, si on ne cherche pas plus loin ça reste correct, ça se lit bien, mais si on cherche un peu, des questions se posent: que devient la petite fille qui ont amené les héros ici ? Pourquoi le monstre veut il tuer Noburo, juste pour compléter une collection ça semble dérisoire ?

C'est également toujours intéressant de se sentir immergé dans une culture différente, c'est le cas avec "Okko" et tous ses rites japonais: samouraï/Ronin/hara kiri et autre Geïsha.

Toujours est il que ce 6ème épisode est très plaisant, se lit bien et est très divertissant.
Il est aussi fort bien dessiné, comme d'habitude d'ailleurs, et bien mis en couleur avec des couleurs plutôt vives. Les cadres collent bien avec l'action, et cet opus n'en manque pas.

Un très bon tome.

30 11 2011
   

Ce sixième tome clôture le cycle de l’air, le troisième de cette série prévue en cinq cycles qui couvriront respectivement l’eau, la terre, l’air, le feu et le vide.

Ce tome permet donc de découvrir la suite des aventures de nos héros : Okko, Noburo (le mystérieux guerrier au masque rouge), Noshin (le moine jovial amateur de saké) et Tikku (le jeune élève). S’il permet de connaître la fin de l’histoire de ce jeune homme qui désire se venger d’Okko pour avoir tué son père douze ans auparavant, il invite surtout à suivre la conclusion de l’histoire centrée autour du célèbre Kubban Kiritsu, un samurai en bunraku auquel il ne manque plus qu’un seul trophée : le masque rouge de Noburo !

Après avoir terrassé Okko, le terrible bunkaru semble bien décidé à s’offrir le scalp de Noburo. Hub propose à nouveau un parfait équilibre entre action, humour et suspense et livre des scènes de combats particulièrement dynamiques, qui mettent en avant les qualités de combattant de Noburo. Le dessin de Hub continue de faire des merveilles et plonge le lecteur dans ce japon médiéval fantastique aux décors somptueux. Alliant lisibilité, dynamisme, souci du détail et des personnages attachants, le graphisme de Hub séduit. Les combattants allie puissance et grâce, tandis que l’ensemble baigne dans une atmosphère de tempête menaçante et particulièrement réussie.

Bref, après un excellent cycle de l’eau et un cycle de la terre plutôt décevant, ce troisième cycle est à nouveau de très bonne qualité. Nul doute que le prochain cycle parviendra à mettre le feu au pays du Soleil Levant.