45 063 Avis BD |19 420 Albums BD | 7 701 séries BD
Accueil
Tome 4 : Celui qui verse le sang
 

Noé, tome 4 : Celui qui verse le sang

 
 

Résumé

Noé, tome 4 : Celui qui verse le sangAfin d'acceder au résumé de Noé, tome 4 : Celui qui verse le sang, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Noé, tome 4 : Celui qui verse le sangC'est en apothéose que s'achève la série épique.
Le huis-clos continue à délivrer toutes ses tensions. Mais cette fois-ci, c'est un drame familial qui se joue et plus que jamais, Noé apparaît sous les traits d'un fou de Dieu.

Niko Henrichon déploie tout son talent. Ses planches rendent l'Arche de plus en plus inquiétante, ce décor qui devient une vraie prison participe à l'atmosphère étouffante.
Alors que les tomes précédents alternaient des scènes d'action spectaculaires, ponctuées de quelques passages apocalyptiques, tout repose ici sur la solitude que ressent la famille. L'ambiance est froide et plombée, elle traduit le désespoir de tous.
Le plus réussi des nombreux éléments narratif est ce clivage entre le pater familias et ses enfants.

On est donc aspiré par cette conclusion, qui est la plus belle qu'on aurait pu espérer, rendant définitivement remarquable cette série.


Chronique rédigée par Hellspawn le 05/05/2014
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de HellspawnReflet de l'avatar de Hellspawn
Statistiques posteur :
  • 444 (38,88 %)
  • 689 (60,33 %)
  • 9 (0,79 %)
  • Total : 1142 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67
Dépôt légal : Mars 2014

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Noé, tome 4 : Celui qui verse le sang, lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 10 2017
   

Ce dernier tome est à l’égal des autres. On y voit un Noé complétement possédé par sa mission, à la limite de la folie, vouloir tuer ses petits enfants avant même leur naissance. On tombe finalement dans le psycho drame, ce qui apporte bien évidemment de la tension et un peu de suspens. La vision de l’auteur sur ce chapitre de la bible reste très personnel, on aime ou pas mais elle a le mérite d’aller jusqu’au bout. Ainsi durant ces 4 tomes on se sera plus attarder sur la description de Noé, surtout sur son profil psychologique , que sur le déluge, les animaux ou même l’arche.

La fin reste ouverte, peut-être un peu moins que dans le film, où on voit nettement Russell Crowe tomber dans l’alcool, là tout n’est pas très explicite et c’est dommage.

Côté dessin toujours le même problème : c’est trop sombre pour qu’on puisse différencier du premier coup d’œil tous ces personnages aux longs cheveux.

Une bonne lecture qui m’a bien plu.

15 4 2015
   

Ce qui fait la grande force de ce récit, c'est que le scénariste adapte le récit de l'Arche de Noé en insistant moins sur l'Arche que sur Noé. Il propose ainsi autre chose que la traditionnelle image de tous ces animaux regroupés sur un bateau : il s'intéresse à l'homme, au prophète dévoré par son rôle, obsédé par sa mission, au père de famille intransigeant. Une vision finalement assez noire du personnage qui en devient inquiétant, une revisite du Texte qui traduit une réussite dans le travail de réécriture, axée sur les hommes et non sur les animaux. La menace terrible que fait peser Noé sur son équipage relève de la terreur, de la souffrance psychologique. Et les réactions bien humaines de sa famille, même si elles sont teintées de violence, révèlent une part d'humanité : mais peut-être cette part d'humanité n'était pas celle visée par le déluge ? Voilà tout l'enjeu de ce quatrième tome.

En revanche, il me manque du rythme, dans cette fin d'histoire, et il me manque aussi un peu de clarté dans cette fin ouverte, dans laquelle on évite pudiquement de parler de la descendance de ces deux petites filles, et de celle de Cham... On me répondra que cela était aussi le cas pour Adam et Eve, mais j'aurais vraiment aimé que l'auteur aille au bout de l'exercice et nous propose sa propre vision de la renaissance de l'humanité. Par ailleurs, je reste un peu sceptique sur certains dessins, trop brouillons, trop sombres. Enfn, si je trouve que l'idée d'axer ce récit sur les relations et l'état psychologique de Noé assez bonne, je regrette que l'Arche, en comparaison, ne soit qu'à peine évoquée dans la narration, qu'à peine esquissée dans les dessins.

Cet album confirme que l'auteur évite l'écueil de proposer une simple lecture imagée de l'Ancien Testament, mais il manque selon moi quelque chose, tant dans le scénario que dans le dessin, pour qu'il devienne un album phare.