44 649 Avis BD |19 241 Albums BD | 7 646 séries BD
Accueil
Tome 1 : L'enfant noir
 

Niourk, tome 1 : L'enfant noir

 
 

Résumé

Niourk, tome 1 : L'enfant noirAfin d'acceder au résumé de Niourk, tome 1 : L'enfant noir, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Niourk, tome 1 : L'enfant noirCet album inaugure la collection d’adaptation lancée par Ankama et Comix buro, axée sur l’œuvre de Stefan Wul (Pierre Pairault de son vrai nom). Alors que plusieurs grands noms (Vatine, Morvan, Yann, Cassegrain, Reynes, Lapière, etc) sont déjà annoncés pour s’attaquer aux romans de science fiction de l’auteur, c’est Olivier Vatine (Aquablue) qui remet à neuf le second ouvrage du maître : Niourk !

Sur une Terre post-apocalyptique où la civilisation a des allures préhistoriques, l’auteur invite à suivre les aventures d’un jeune enfant noir, tenu à l’écart par la tribu préhistorique. Dans ce quotidien dicté par les besoins les plus primaires, le lecteur découvre la quête initiatique de cet enfant qui part à la découverte d’un monde mystérieux recelant de nombreux dangers. La découverte de vestiges d’une civilisation ancienne confirme bel et bien que l’on se situe dans un roman d’anticipation, où les hommes doivent payer les erreurs de leurs lointains aînés.

Olivier Vatine restitue brillamment l’ambiance post-apocalyptique du roman, tout en insufflant beaucoup de rythme au récit à l’aide d’un découpage très cinématographique. Alternant scènes d’introspection, où le jeune garçon tente de trouver sa propre voie, et scènes d’action, où les humains doivent affronter les nombreuses menaces de ce monde, l’auteur livre une adaptation particulièrement réussie et accessible à tous.

Nul doute donc, que cette mise en bouche convaincante devrait inciter les lecteurs à découvrir les autres adaptations de l’œuvre de Stefan Wul, dont le premier tome de Oms, adapté par Jean-David Morvan et illustré par l’Américain Mike Hawthorne.


Chronique rédigée par yvan le 26/10/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 2329 (58,20 %)
  • 1102 (27,54 %)
  • 571 (14,27 %)
  • Total : 4002 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 7,02
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Octobre 2012

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Niourk, tome 1 : L'enfant noir, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

12 3 2017
   

Après avoir découvert l’univers de Wul adapté en BD via le très moyen « Piège sur Zarkass », c’est avec une certaine appréhension que j’ouvre ce premier album. Et il faut dire que d’emblée, il me semble bien meilleur. Je ne sais trop si c’est le fait de voir Vatine aux commandes, ou si c’est parce que le scénario original de Wul est meilleur, mais j’ai beaucoup plus adhéré à ce monde de "Niourk". Un monde dans lequel une partie de la population est revenu à un état tribal et primitif suite à une catastrophe nucléaire. Une tribu dont le sorcier s’isole quelques temps pour aller consulter l’oracle, et de laquelle est exclu un enfant noir. Ce dernier décide de suivre un jour le vieux sorcier et on se rend compte que l’oracle en question est en fait les vestiges de notre civilisation, des vestiges dans lequel l’enfant noir va trouver de quoi s’imposer dans sa tribu. L’ensemble est assez bien rythmé et l’introduction dans ce monde de « Niourk » se fait en douceur, presque parfois trop (si la quatrième de couverture ne m’avais pas indiqué qu’une catastrophe nucléaire avait conduit à la disparition des océans, je ne suis pas sûr que je l’aurais deviné à la lecture).

Une immersion agréable même si je reste dubitatif quant à la notion du temps : pour que l’homme soit revenu à un état tribal, c’est qu’il s’est passé un certain nombre de siècles entre la catastrophe et les événements qui sont relatés ici (on n’imagine pas qu’en l’espace d’une ou deux générations, les survivants de la catastrophe ait tout oublié du monde « d’avant »). Je m’étonne que le monde n’ait pas évolué plus que cela, en l’absence des océans, et que la ville soit presque identique qu’au jour de la catastrophe (le rhum est encore buvable et les produits manufacturés marche toujours, les vêtements ne sont pas tombés en lambeau…). Cet aspect des choses me semble sous exploité. Par ailleurs, je comprends également mal la position de l’enfant noir : les autres membres de la tribus doivent bien savoir d’où il vient, non ? Et s’il est né dans la tribu, il doit bien y avoir des parents ? et s’il est né à l’extérieur, quelqu’un a du bien prendre soin de lui pendant ses toutes jeunes années ? La position de l’enfant noir me semble assez peu crédible.

Mais le rythme est entraînant, les dessins sont précis, et l’atmosphère particulière de fin du monde est assez séduisante. A noter qu’en complément, il y a ces bêtes bizarres, qui amènent une touche de fantastique à cet environnement post apocalyptique qui vient relever l’ensemble. Ce premier tome est donc assez convaincant, pour peu qu’on se laisse prendre à l’ambiance et que l’on évite de se poser trop de questions du l’environnement en tant que tel.

5 12 2012
   

D'abord un bon design avec une belle couverture, usée en trompe l 'oeil et agréable au toucher. Un dessin très correct aux couleurs un peu ternes. La mise en scène est fluide et claire.
Je ne connaissais pas les romans d'où l'histoire est tirée ni leur auteur. Je trouve l'histoire assez conventionnelle et sans grandes surprises dans ce thème là, si ce n'est la présence de ces monstres marins particulièrementre réussis qui rappellent les robots de la guerre des mondes. Mais j'aurai aimé qu'ils restent plus longtemps redoutables. Là, le 1er se fait tuer trop facilement et en totale impro.
L'album est relativement vite lu. Comme souvent maintenant, l'histoire semble délayée pour s'étendre sur plusieurs albums.
Heureusement qu'en fin d'ouvrage quelques images annonçant le chapitre suivant ravivent ma curiosité en présentant des éléments qui renouvelleront nettement cet univers.
À suivre quand même en espérant que l'intérêt de l'intrigue montera d'un cran.

12 11 2012
   

Je l'ai lu en librairie, l'histoire est vraiment bien (je ne connais pas Stefan Wul) et graphiquement Vatine assure. Un livre qui donne envie de lire la suite, c'est donc une mission réussie pour ce premier tome.