46 503 Avis BD |20 164 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : La Cinquième victime
 

Nero, tome 1 : La Cinquième victime

 
 

Résumé

Nero, tome 1 : La Cinquième victimeAfin d'acceder au résumé de Nero, tome 1 : La Cinquième victime, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Nero, tome 1 : La Cinquième victimePour être classique, "Nero" est classique.
Difficile en effet de faire moins original. Et pourtant sa lecture est plutôt agréable.

Grâce à un graphisme léché, sans être toutefois tape à l'oeil. Andrea Mutti, qui a réalisé auparavant des histoires de super-héros, ou des récits d'aventure comme "Nathan Never", a un style solide, réaliste, plutôt agréable à l'oeil.

Ses décors, typiquement italiens, sont aussi bien représentés, avec ce qu'il faut de patine du temps. Ca donne presque envie d'aller faire un tour à Brescia...

Ce premier album est donc assez prenant, à défaut d'être passionnant. Mais ce serait peut-être intéressant, pour asurer la pérennité de la série, de sortir de l'ornière du classicisme, même s'il est efficace ici.


Chronique rédigée par Spooky le 08/08/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de SpookyReflet de l'avatar de Spooky
Statistiques posteur :
  • 866 (80,26 %)
  • 70 (6,49 %)
  • 143 (13,25 %)
  • Total : 1079 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 5,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Aout 2006

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Nero, tome 1 : La Cinquième victime, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 9 2010
   

Nero est un polar plutôt classique en BD. D'origine Italienne, il bénéficie d'un décor Italien assez sympathique.

Le dessin de Mutti est de très bonne qualité, notamment au niveau des couleurs. Certaines cases sont très belles. Décors et personnages sont soignés. Par contre, je lui reprocherais un manque flagrant de profondeur par moment, en particulier du fait de perspectives ratées ou applaties.

Le scénario est celui, très classique, de l'enquête d'un détective privé. Ca commence comme n'importe quel polar noir où un client vient chercher un détective, ex-flic un peu blasé. Cela se poursuit ensuite par la recherche d'un serial-killer. Le tout est plutôt basique et raconté sans fioritures. Mais l'intrigue est rondement menée et la progression de l'enquête prenante et plaisante. Seules quelques facilités scénaristiques sont à déplorer (coincidences chanceuses, erreurs idiotes de l'assassin, etc...). Mais, pour quelqu'un qui n'apprécie que très peu les polars, j'ai lu cette BD avec plaisir et interêt.
Et pourtant, il n'y a vraiment rien de marquant et d'original dans cette histoire... juste une lecture plaisante.
Je me pose un peu la question de l'interêt de ne pas s'être arrêté à un seul tome puisque l'enquête semble résolue à la fin de ce tome 1 mais que ça se termine tout de même sur un "à suivre..." dont je doute pour le moment de l'interêt. Mais attendons de voir...

3 3 2007
   

Un superbe roman noir en dessins, ou l’enquête, menée par un détective un peu désabusé, avance très lentement. On suit avec intérêt la recherche d’indices, du petit quelque chose qui met sur une piste.
Le dessin est beau, dans un choix de couleurs assez sombres pour créer une ambiance légèrement sordide, et les personnages ont vraiment une personnalité. Le scénario, bien mené, nous laisse complètement dans le vague jusqu’à la fin quasiment. En fait, le lecteur suit l’enquête au rythme du détective, et découvre en même temps les indices. Pas moyen d’extrapoler sur l’identité du tueur avant la fin. Et la fin est complètement à l’envers de l’habitude et ce n’est pas celui que l’on attend qui s’en sort.
Le scénario met en avant également le problème des accusés innocents, à cause d’enquêtes policières parfois bâclées, et ça colle parfaitement avec une certaine actualité.
Voila un bon récit noir, bien à sa place dans cette collection Ligne Rouge.

6 9 2006
   

Amateurs de polar, voici une nouvelle série qui devrait vous plaire.

Tout d’abord, Nero a le profil type du détective privé : bonne gueule, solitaire, maussade et sans travail. Ensuite, il y a des meurtres en série (ça tombe bien, voilà du travail en perspective pour notre personnage principal). Enfin, la narration à la première personne est efficace et colle parfaitement au genre.

N’attendez cependant pas de course poursuite en voiture, de fusillades ou de bagarres dans un bar : il y a très peu d’action ; pas du tout même… Non, cette série fait la part belle à la logique de raisonnement du détective pour démasquer le meurtrier. La mise en scène est par ailleurs excellente. Nero qui baille devant son bureau faiblement éclairé par sa lampe de chevet, Nero qui fume sa clope sous la pluie,… il suffit parfois d’un rien pour renforcer l’ambiance polar d’un récit.

Ce qui m’a gêné, par contre, ce sont ces fameux détails qui permettent à un bon détective d’élucider une affaire. Dans le cas présent, il y en a qui sont vraiment tirés par les cheveux : comme cette pierre tombale légèrement abîmée qui n’échappe pas aux yeux de Nero en pleine réflexion au milieu d’un cimetière. Okay, on ferme les yeux sur l’une ou l’autre pirouette scénaristique… et ça passe.

J’ai beaucoup apprécié le dessin et la mise en couleurs, qui sortent des sentiers battus et créent une ambiance particulière.

Voilà donc un premier tome assez réussi qui demande confirmation. Comme toujours me direz-vous...