46 504 Avis BD |20 165 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 2 : Arkhangelsk
 

Nero, tome 2 : Arkhangelsk

 
 

Résumé

Nero, tome 2 : ArkhangelskAfin d'acceder au résumé de Nero, tome 2 : Arkhangelsk, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Nero, tome 2 : Arkhangelsk"Arkhangelsk" nous permet de suivre le deuxième volet des aventures de Giuliano Nero, ancien policier de Brescia reconverti en détective privé.

Découvert par hasard chez mon libraire, le premier opus m'avait laissé une agréable impression de polar bien ficelé. Cette suite m'a donné plus de mal. L'histoire par elle même ne démérite pas vraiment. Le scénariste entreprend de nous livrer les motivations des crimes perpétrés par le criminel Ivan Vanenko lors de "La Cinquième victime". Néanmoins, les deux-tiers de l'album se résument en une chasse à l'homme assez classique entre Nero et Vanenko qui ne suscite guère l’enthousiasme. C'était sans compter sur les talents de scénariste d'Alex Crippa car un rebondissement inattendu (dont je ne vous dirais rien) relance l'intérêt pour cette histoire de serial killer. La pirouette scénaristique sauve à mes yeux cette bande dessinée du "aussitôt lue, aussitôt oubliée".

Coté dessins, rien à redire. Le travail graphique du talentueux auteur italien Andrea Mutti est vraiment très bon. Les atmosphères plus que pesantes, voire sordides par moment, sont bien rendues. Les personnages ainsi que les décors bénéficient d'un traitement très détaillé, rehaussé si besoin était par la mise en couleur parfaitement maîtrisée d'Angelo Bussachini.

A lire pour son final étonnant et l'éclairage donné aux zones d'ombre du tome 1.


Chronique rédigée par DR le 20/05/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de DRReflet de l'avatar de DR
Statistiques posteur :
  • 77 (96,25 %)
  • 3 (3,75 %)
  • Total : 80 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 4,41
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Mars 2007

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Nero, tome 2 : Arkhangelsk, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 5 2012
   

Pour ceux qui ont loupé le premier volet, pas de problème : Nero est un inspecteur italien qui a réussi à stopper et arrêter Le Fossoyeur, un tueur en série psychopathe. Mais il reste totalement obsédé par sa personnailté et a même conservé, au mépris de la Loi, son carnet de notes, qu'il n'a donc pas transmis à la Justice. Nero s'y plonge, tentant de décortiquer l'âme du déséquilibré.
C'est à ce moment qu'on raccroche les wagons de la série avec l'intro de ce second tome. Et ça pue le bon polar a plein nez : voix-off permanente, scènes chocs et contexte bien glauque, le tout remarquablement servi par des peintures très réalistes.
Bien sûr, c'est l'aspect psychologique qui prime dans ce second tome. La vengeance va devenir la motivation principale de Nero et on va voir jusqu'à où il s'imprègnera de la personnalité du psychopathe... Un effet mirroir qui va nous réserver bien des surprises.

Pour ses qualités narratives et picturales, pour peu qu'on soit fan de polar, on ne risque pas d'être déçu par cette Bd.

2 7 2007
   

Andrea Mutti, le dessinateur, m'avait prévenu : ce tome 2 serait très surprenant.
Non pas au niveau de son dessin, qui en dépit d'un grand classicisme, est quand même d'une efficacité et d'une maîtrise assez admirables, réhaussé par des couleurs de Bussachini qui installent bien l'ambiance. Une ambiance ici bien différente du tome 1, où après la pluie de Brescia, on se retrouve dans un décor sibérien ou presque.
Non, c'est plutôt au niveau de l'histoire que la surprise joue... et à plein ! Nero est toujours obsédé par le Fossoyeur, dont la personnalité et l'"oeuvre" le hantent comme jamais il ne l'a été. Cette hantise se retrouve dans les monologues du héros, mais aussi dans l'ambiance, qi malgré les grands espaces, reste étouffante. Et puis, ce rebondissment à la fin... Je ne l'ai pas vu venir, c'est énorme ! Et ça relance l'intérêt de la série, tout relatif après le premier tome.