46 491 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Ne touchez à rien
 

Ne touchez à rien

 
 

Résumé

Ne touchez à rienAfin d'acceder au résumé de Ne touchez à rien, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ne touchez à rienConseillé par une personne bien avisée, ce one shot a été, entre autre, l’occasion de découvrir le trait fabuleux de Bezian.

Cette histoire, ou plutôt ces multiples histoires, sont une satire sur la cupidité des hommes, satire traitée de manière originale sur un ton doucement ironique.

C’est avec un certain amusement qu’on peut constater que le charme suranné de la bâtisse opère de manière bien distincte sur les propriétaires successifs.

La morale de l’histoire ? Simple : ne revenez jamais sur une promesse tenue et surtout "Ne touchez à rien" ... sauf à cette bd qui est un petit bijoux à l’atmosphère glauque (mais pas trop) et surréaliste! ;-)


Chronique rédigée par pierig le 02/01/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 440 (95,24 %)
  • 16 (3,46 %)
  • 6 (1,30 %)
  • Total : 462 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 18,53 18,53 18,53
Acheter d'occasion : 3,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Novembre 2004

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ne touchez à rien, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 6 2010
   

Comme très souvent, c'est le dessin qui m' a immédiatement séduit. Cette couverture, qui peut faire penser aux créations de Tim Burton, en ce sens où elle évoque le mystère, a suffi à ce que je me penche de plus près sur l'ouvrage.
Confirmation en une dizaine de pages : les couleurs, l'encrage et la composition des planches forment un ensemble assez fascinant : une fois entamée, impossible de décrocher de la lecture...

La narration m'a également séduit. L'unité de lieu (au passage, quel bel hommage architectural à la bourgeoise Bordeaux) et les ruptures temporelles constituent un procédé narratif que j'ai vraiment apprécié.
Le premier récit m'a fait penser aux nouvelles de Poe et le thème des morts qui hantent et protègent leur lieu est remarquablement exploité au cours des différentes aventures. Les personnages incarnent leur époque (le travail sur les costumes et les décors est admirable) et il y a un fond d'analyse sociale et économique qui amène un peu plus de richesse aux histoires.
Contrairement à d'autres, j'ai trouvé que le couple d'anciens se suffit à lui-même. Peu importe leur passé, on sait désormais qu'ils sont des gardiens provenant de l'Au-Delà. On comprend aussi très vite que ceux qui ne respectent ni les morts ni leur volonté paieront le plus lourd des tributs...

J'ai aussi aimé la présence d'éléments récurrents, comme ce Baobab et j'y ai vu un symbole supplémentaire du mystère. Quelque chose de l'ordre de l'immuable...

Enfin, le lettrage est un des plus agréable qui m'ait été donné à lire depuis longtemps. Il est aussi soigné que les textes qu'il sert.

Pour résumer, je suis tombé sous le charme de cet album. Au point où je regrette juste qu'il ne se lise trop rapidement.

25 2 2007
   

Un très beau livre qui nous ferait presque croire qu’Albin Michel est un bon éditeur de BD. Le scénario est assez simple : une belle maison à vendre dans un quartier bourgeois de Bordeaux, mais une seule condition ne pas touchez aux propriétaires empaillés de la maison. Malheur à celui qui enfreint la règle.

Concernant le scénario, les chutes successives des nouvelles m’ont parfois un peu déçu. On ne sait pas grand-chose du couple empaillé. Le baobab, planté au milieu du jardin qui effraye tant les gens, ne livre pas tous ses secrets. L’histoire m’a fait penser à l’excellente série Green Manor. On trouve le même concept : unité de lieu, mais des personnages et l’époque qui changent lors de chaque histoire, ainsi qu’une bonne dose de cynisme. Dans ce livre, les personnages ont presque tous des motivations troubles et ils le paieront cher.

Au dessin, Bézian fait des merveilles, j’ai beaucoup aimé les teintes de couleur de son album. Les personnages sont très expressifs et les décors magnifiques. Rien que pour ça, je conseille fortement l’achat de l’album.

25 8 2006
   

En me plongeant dans ce tome, cartonné, bien présenté, je ne m'attendais pas à cette folie intérieure.
Certes, rien d'inquiétant (quoique !) et une BD somme toute classique, mais relevant plein de moments originaux, aux allures marquées et aux décors particuliers, troubles.
J'ai bien aimé globalement, même si en fiat on ne va pas très loin dans la folie, on dompte cet univers à la Lovecraft, avec quelques non-dits que je n'ai pas su éclaircir.
C'est le principal reproche que j'adresserai à cet ouvrage: ne pas avoir poussé assez loin l'idées de ces 2 morts-habitants, de ne pas en avoir construit autre chose.
Mais ça se lit bien, et c'est prenant.
J'ai bien aimé ce dessin travaillé et ses teintes, douces, comme pour nous entraîner sur des fausses pistes. Et puis, ça renforce l'atmosphère inquiétante et sombre.
En plus, ces débuts des 4 histoires, ces trames communes, j'ai particulièrement adoré: ça donne un côté refrain, leitmotiv que j'affectionne.
Lien historique, temps qui passe mais la maison et ses secrets est toujours là.

Un bon ouvrage, auquel je me suis consacré avec plaisir et passion, mais qui aurait gagné à plus d'ambition.
Allez, les auteurs, vous nous remettez ça ?

6 8 2006
   

Oui, pas mal mais pas plus. En effet, je m'attendais à quelque chose de plus angoissant, d'angoissant tout court devrais-je même dire, car je n'ai pas ressenti le moindre frisson. On est peut-être trop distants de l'action en raison de cette voix off, et puis ce couple de fantômes momifiés m'est vite apparu plus sympathique qu'autre chose. On est donc très loin d'une atmosphère à la Edgar A. Poe, dont certaines nouvelles, elles m'ont vraiment hantée longtemps après leur lecture.

De plus, la narration, un peu sur le mode de "Il était une fois", très répétitive, confère à l'ensemble un rythme un peu poussif. Par ailleurs, je ne suis pas fan du style de Bézian ; le dessin est certes très fin, très expressif et élégant, mais peu à mon goût, et je trouve les couleurs assez ternes. Ces réserves étant faites, je dois avouer que j'ai quand même passé un agréable moment de lecture.

23 1 2006
   

Encore une fois, je suis étonné qu'une BD de cette qualité passe presque inaperçue... Car "Ne touchez à rien" est clairement une perle, un bijour d'hmour noir et d'ambiance morbide. Une ambiance qui doit énormément au dessin torturé de Bézian, au sommet de son art dans cet album. Quant à l'histoire, difficile d'en parler sans déflorer l'intrigue, mais il faut savoir que c'est une certaine répétition plutôt maline, couplée à une histoire de fantômes un peu particulière...

A lire si vous aimez les frissons.

2 1 2006
   

C'est parce que j'avais beaucoup apprécié Adam Sarlech de Bezian, que j'ai acheté "Ne touchez à rien" après avoir fait quand même trois librairies parce qu'il n'est pas si facile à trouver. Je l'ai lu le soir même, me mettant dans les circonstances idéales pour apprécier une BD d'ambiance et un peu d'effroi, la lisant passé minuit dans un appartement vide et silencieux.
Et le résultat, c'est que je trouve cette BD pas mauvaise mais je suis légèrement déçu car j'en attendais déjà trop.

J'aime le dessin de Bezian. Il est ici tout à fait bon, mais je déplore légèrement la colorisation qui me parait bien terne comparée à celle d'Adam Sarlech. Cependant, il réussit toujours à instiller en moi une certaine peur notamment quand il dessine ce couple de vieux cadavres inhérent à la fameuse maison de cette BD. Pourtant, ces personnages m'ont nettement moins effrayé que la vieille dame dans sa cage de verre dans le tome 2 d'Adam Sarlech par exemple.

De même, l'histoire est plutôt bonne, narrée de manière agréable et intelligente, mais elle n'a pas su me marquer comme je l'aurais désiré. Je n'y ai trouvé ni une grande originalité, ni une réelle ambiance de terreur et d'effroi. Je n'ai pas réussi à pénétrer dans l'histoire comme je l'aurais vraiment souhaité, j'en suis resté la plupart du temps assez éloigné tant et si bien que je n'ai pas ressenti l'émotion qui aurait dû rendre ce livre de très grande qualité.

Globalement, c'est une Bd de bonne qualité que je ne suis pas mécontent d'avoir acheté, mais ce n'est pas la merveille d'ambiance que j'avais espéré.