46 589 Avis BD |20 211 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 8 : Instantanés pour Caltech
 

Natacha, tome 8 : Instantanés pour Caltech

 
 

Résumé

Natacha, tome 8 : Instantanés pour CaltechAfin d'acceder au résumé de Natacha, tome 8 : Instantanés pour Caltech, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Natacha, tome 8 : Instantanés pour CaltechBorgers avait déjà écrit « la mémoire de métal » pour Natacha : court mais bon récit de 26 planches. Le revoilà donc, après un nombre déjà impressionnant de scénaristes ayant écrit pour cette série. Mais cette fois il s’attaque à un long récit en 2 albums. Une première pour « Natacha ».
Et c’est un régal ! On nage dans la science-fiction avec une inspiration évidente de « rencontre du 3ème type », sorti peu de temps avant. Mais Borgers ne s’arrête pas seulement à la 1ere rencontre comme dans le film. Il développe sur une visite (forcée) de soucoupe, et sur la présence de robots dont on ne sait pas trop s’ils sont bons ou mauvais, ce qui installe une ambiance mystérieuse idéale pour qu’on se rue sur le tome suivant.
Il faut dire que ce thème était inévitable dans une série axée sur une hôtesse de l’air, donc sur l’aviation civile. Les histoires d’observations d’OVNI par des pilotes de lignes étant connues.
Walthéry est au mieux de sa forme avec une intro très cinéma et un dessin semi réaliste toujours très énergique, plein de mouvements. L’intérieur de la soucoupe tout en arrondis est réussi, et les scènes de course éperdue de Walter à l’intérieur sont superbes. Walter flingue carrément des gars (mais comme c’est des robots c’est pas grave) et ça cartonne !
Comme à son habitude, Walthéry parsème ses planches de « private jokes » et donne des rôles aux caricatures de certains de ses amis, comme ici : Frédérique Jannin (Germain et nous) ou sergio Aragones (de la revue américaine Mad). Il nous donne aussi, par petites touches en « arrière plan », sa vision des USA de l’époque.
Je crois que c’est le 1er album où Natacha et Walter sont vraiment complices. Jusqu’ici il y avait souvent des accrocs dans leur relation.
Malgré une grosse facilité de scénario (Walter qui comptait faire un reportage sur la musique des USA, avait justement un rendez-vous avec un astrophysicien, ce qui tombe à point nommé dans cette aventure mais quel rapport avec son reportage ?) cet album est un excellent moment de lecture comme le sera le suivant.


Chronique rédigée par kklodd le 10/07/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 1154 (95,06 %)
  • 43 (3,54 %)
  • 17 (1,40 %)
  • Total : 1214 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Octobre 1981

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Natacha, tome 8 : Instantanés pour Caltech, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 3 2014
   

Ce qui m'a beaucoup surpris c'est cette fin, il y a écrit "à suivre". C'est donc pour la première fois une histoire sur deux albums, j'espère donc pouvoir trouver la suite à ma bibliothèque dans pas longtemps car le suspens est insoutenable.

C'est donc le retour de Borgers au scénario, dans une aventure qui ressemble fortement à "rencontre du 3ème type", en tout cas dans ce premier tome. Natacha et Walter découvrent un OVNI, et celui qui ne fait pas la comparaison au film de Spielberg c'est qu'il n'a pas vu le film, on s'attend d'ailleurs à tout moment à entendre le "tilalalala" (par écrit pas facile de retranscrire la petite musique :) ) qui sert à prendre contact avec les extraterrestres.

C'est donc une aventure pleine de mystère, de suspens avec quelques courses poursuite et de l'action rondement menée. ça se lit sans déplaisir ni prise de tête, et ça fait du bien de lire des BD de ce type de temps à autre. Surtout que le dessin de Walthéry est impeccable, rond et coloré, dans la lignée de ce qui se faisait chez Dupuis, et j'aime beaucoup.

Reste à voir si je vais trouver la suite.