46 512 Avis BD |20 172 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 2 : Troublants trous noirs
 

Mutafukaz, tome 2 : Troublants trous noirs

 
 

Résumé

Mutafukaz, tome 2 : Troublants trous noirsAfin d'acceder au résumé de Mutafukaz, tome 2 : Troublants trous noirs, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Mutafukaz, tome 2 : Troublants trous noirsDérivé du mot "Muthafukaz", autrement dit "Motherfuckers" en argot hispanique américain, ce projet multimédia de l’auteur français Run est publié par un éditeur stimulé par l’idée de proposer des bande-dessinées tirées de l’univers du jeu : Ankama éditions. Après une mise en bouche "Mucho Caliente" aussi prometteuse que percutante, labellisée "Attention Talent" par la FNAC, le road-movie d’Angelino et Vinz se poursuit dans cette même atmosphère gangsters hip-hop et téquila.

Ce cocktail explosif mélangeant différentes expérimentations graphiques et concepts visuels parvient à développer un style très personnel qui accroche dès les premières pages. S’inspirant de la science-fiction des années 50-60 du genre Les Envahisseurs, tout en baignant dans un univers contemporain très "djeuns", Mutafukaz parvient à se situer aux frontières des genres, quelque-part entre comics, franco-belge et manga. Différents petits suppléments sous forme d’articles, de références, de croquis, de pubs, et autres, viennent agrémenter le récit principal et l’univers déjanté imaginé par l’auteur. Le rythme imprégné est trépidant, l’humour constamment au rendez-vous, les répliques fusantes et l’action omniprésente tout au long des courses poursuites, fusillades et affrontements entre gangs. Et même si la trame de fond évolue finalement peu, malgré les quelques réponses apportées par cette suite, la véritable richesse de Troublants trous noirs se situe dans ces nombreuses scènes secondaires qui seraient dispensables à tout autre récit.

Graphiquement, on ne s’ennuie pas non plus en passant du papier glacé au papier mat, de couleurs flashs au noir et blanc et en enchaînant les délires visuels. Multipliant les références, parsemant les détails, dynamitant les poncifs du genre, jouant avec les codes et passant d’une ambiance à l’autre en incorporant même un chapitre entier façon manga, cette trilogie bourrée d’originalité fait souffler un vent de fraicheur au milieu d’un neuvième Art qui s’enlise avec complaisance à l’intérieur de formats standards et de parutions classiques. Réalisé à la manière d'un DVD collector, quelques guest stars comme Lewis Trondheim, Stan, Gobi, Bicargo Banzai, Tragnark, Dav Guedin, Rafchan, Chick, Eric Herenguel, Capucine, Art Seven Sayan, Jonn ou Ntamak viennent pigmenter le joli bonus de cette œuvre hybride.

Cet ovni est régulièrement signalé dans le rayon inclassable de votre librairie : ils sont parmi nous !


Chronique rédigée par yvan le 17/01/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,16 14,16 14,16
Acheter d'occasion : 5,07
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Septembre 2007

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Mutafukaz, tome 2 : Troublants trous noirs, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 3 2013
   

Ce tome m'a semblé un petit moins bon que précédemment parce que l'univers étant désormais connu, je me serai attendu à ce que le scénariste développe son histoire. Or, ce n'est pas vraiment le cas et on retombe dans cette course-poursuite loufoque que l'on avait entreprise au tome 1. Vinz et Angelino sont toujours pousuivis par les forces Z7, qui protégent un secret dont on ne sait pour l'instant rien. Il n'y a pas grand chose à dire sur cette course poursuite, si ce n'est qu'elle est toujours très rythmée et que l'on ne s'ennuie pas, et que les bons sentiments de Vinz et Lino sont souvent confrontés avec une violence qui est d'autant plus surprenante que l'on ne s'attend pas à un tel flot d'hémoglobine dans cet univers qui pourrait être bon enfant. A noter tout de même la dernière page de cet album, qui propose un cliffhanger insoutenable, se terminant sur ce "bang" si énigmatique. A noter également le rôle de ces catcheurs, assez surprenant puisque les voilà mis sur le devant de la scène après avoir été présentés rapidement de façon anecdotique dans le tome précédent.

Graphiquement, il y aura certes autant de surprises que dans le scénario, même si là encore, l'effet de surprise s'est émoussé. Mais nos héros garde de bonnes têtes bien sympathiques et seule les phases de violence ont du mal à cadrer avec ce trait très clair et très lisible, qui se permet en plus de s'essayer à plusieurs styles et plusieurs techniques.

Un second tome dans la pleine lignée du premier, en un peu plus violent tout de même. Une violence qui ne se justifie pas forcément dans une histoire où on a encore du mal à distinguer la trame principale, ce qui explique une moindre note de ma part.