46 567 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
It came from the moon !
 

Mutafukaz : It came from the moon !

 
 

Résumé

Mutafukaz : It came from the moon !Afin d'acceder au résumé de Mutafukaz : It came from the moon !, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Mutafukaz : It came from the moon !Submergé par le boulot et donc dans l’incapacité de s’atteler en solo à la réalisation du troisième volet de "Mutafukaz", la saga percutante et innovante d’Ankama éditions, Run décide de livrer une préquelle à sa série en confiant la partie graphique à Bicargo. Une démarche qui permet non seulement de faire patienter un lectorat totalement accro à la cavale effrénée d’Angelino et Vinz, mais qui donne également naissance à une revisite délirante du règne nazi tout en proposant la genèse de l’univers Mutafukaz.

Dès la couverture artificiellement vieillotte, cet album tourne le dos au road-movie d’Angelino et Vinz et à l’atmosphère gangsters hip-hop et téquila du quartier latino de Rios Rosas, pour plonger le lecteur dans l’Allemagne des années 30, version Run. C’est au sein de l’ambiance sombre de la seconde guerre mondiale que l’auteur laisse libre cours à son imagination débordante. Mêlant fiction et ancrage historique, Run lève un voile bien personnel sur l’ascension du régime nazi, sur la mort du Führer, sur la chute du Troisième Reich à l’aube de la prise de Berlin par l'Armée rouge et même sur le mystère de Roswell. En intégrant de manière brillante des justiciers luchadores à ce récit empli d’humour, de répliques fusantes et d’action, l’auteur français parvient à respecter l’esprit Mutafukaz tout en livrant son point de vue extravagant sur la grande Histoire. Différents petits suppléments sous forme d’articles, de strip, de faux-courrier des lecteurs, de références historiques, de pubs et autres viennent agrémenter le récit principal et l’univers déjanté imaginé par l’auteur. Une courte aventure au sein du bouillonnant quartier de Palm Hill, dessinée par Run et prenant place seulement quelques secondes avant les événements du premier tome, vient parachever cet ensemble très réussi.

Au niveau du dessin, ce tome zéro se démarque également des deux suivants, tout en conservant cette envie de mélanger différentes expérimentations graphiques et concepts visuels, et en continuant de proposer un style très personnel. Si les 16 planches en relief démontrent cette envie d’innover de la part d’un éditeur ancré dans l’univers du jeu, l’utilisation des lunettes rouges et vertes n’est pas dépourvue de défauts, avec des textes rendus parfois illisibles en effet 3D. Le dessin noir et blanc proposé par Bicargo contribue à l’ambiance rétro insufflé dès la couverture. Malgré une technique à effet de grain qui n’est pas toujours visuellement agréable, cet artiste ayant participé à la colorisation du deuxième tome livre un dessin assez dynamique, à l’image de cet affrontement violent entre deux écoles de lutte, dans un combat de catch d’une rare intensité à l’Arena Berlin, devant 33.000 spectateurs.

Pourvu d’un scénario hors norme, dynamitant les poncifs du genre, jouant avec les codes, cette préquelle qui peut se lire indépendamment du reste, permet de jeter un regard neuf sur cette saga qui fait souffler un vent de fraicheur au sein d’un neuvième Art qui s’enlise avec complaisance à l’intérieur de formats standards et de parutions classiques.


Chronique rédigée par yvan le 08/02/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 18,91 18,91 18,91
Acheter d'occasion : 20,35
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Décembre 2008

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Mutafukaz : It came from the moon !, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 5 2009
   

Heuuuuu… bon ! Il m’a fallu faire abstraction de ce que je connaissais en BD pour aborder cette… euh… « chose »…
Ben oui… que voulez-vous !?.. j’ai déjà lu des histoires complètement déjantées, mais celle-ci doit être sur le podium ! Et ce n’est qu’une préquelle !… Mais quelle préquelle !… Ah que oui !…
J’y ai trouvé un mélange de tout : des hommes de science nazis qui font route vers la Lune, des mantes religieuses géantes qui peuplent notre planète, des lutteurs mexicains qui se promènent à Berlin et autres bonnes choses encore ; un véritable capharnaüm de personnages complètement pétés et de situations rocambolesques dans un volume entrecoupé de coupures de presse et de fausses publicités.
Fallait oser ! C’est fait ! Et bien fait !.

Bien fait aussi cette sorte de dualité entre un même style graphique mais « divisé ». Il y a du style manga dans les scènes de combats de catch épiques et puis quelque chose de plus « froid », comme le dessin de bons vieux comics des années 30. Ca surprend puis on n’y fait plus guère attention, happé que l’on est par le vrai délire qu’est cet album.
J’ai peut-être pas tout compris car ma lecture a été assez rapide. Mais pour ce que j’en ai lu et vu, c’est tout bonnement décoiffant.

Ce « mutafukaz » (qui, l’air de rien, est une déclinaison de « mother fucker ») est un véritable coup de poing dans le monde souvent « standardisé » de la BD. Et ça vous réveille tout d’un coup !…