46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : La Pourpre et l'Or
 

Murena, tome 1 : La Pourpre et l'Or

 
 

Résumé

Murena, tome 1 : La Pourpre et l'OrAfin d'acceder au résumé de Murena, tome 1 : La Pourpre et l'Or, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Murena, tome 1 : La Pourpre et l'OrLa Pourpre et l'Or est le premier album d’une série historique en deux cycles (dont le premier volet s'achève avec le quatrième tome Ceux qui vont mourir...), considérée comme l’une des meilleurs du moment.

En effet, le scénario comme les dessins sont d’excellente qualité. Jean Dufaux s’appui à la fois sur les travaux des plus grands spécialistes comme Pierre Grimal et sur des témoignages "contemporains", comme La Vie des douze Césars de Suétone. Il a même pensé à glisser un petit glossaire à la fin de l’ouvrage.

Le réalisme des dessins de Philippe Delaby (qui a déjà obtenu le prix Clio en 1994 pour son album Richard Coeur de Lion) ajoute au plaisir du texte, celui des yeux.
Les couvertures, entre autres, sont vraiment superbes. Celle de ce premier album représente une tête de statue romaine à moitié caché par une tenture de couleur pourpre que le personnage (on suppose qu’il s’agit de Claude le jour de son avènement) repousse d’une main ensanglantée.

Cette série devrait enchanter tous les passionnés d’histoire, et peut-être, susciter quelques vocations. Il me semble que c’est, en effet, une très bonne introduction à l’histoire romaine, et surtout plus attrayante qu’un manuel.
Si l’aspect pédagogique est louable, en revanche, il donne peut-être à la BD (dessins et textes) un aspect un peu académique. Malgré cette infime réserve, j’ai trouvé ce premier volet de Murena très réussi et je le recommande chaudement en attendant de lire la suite.


Chronique rédigée par esperluette le 05/01/2003
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de esperluetteReflet de l'avatar de esperluette
Statistiques posteur :
  • 49 (87,50 %)
  • 7 (12,50 %)
  • Total : 56 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,98 8,98 8,98
Acheter d'occasion : 9,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.10
Dépôt légal : Novembre 1997

Avis des lecteurs

20 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Murena, tome 1 : La Pourpre et l'Or, lui attribuant une note moyenne de 4,10/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

29 10 2015
   

L'Antiquité m'a toujours attiré en plus du Moyen Age, mais j'ai toujours préféré la Grèce antique à l'Histoire romaine, je n'aime pas les Romains et ce qu'il représentent, avec leur façon de rabaisser toujours leurs esclaves et leur propension à conquérir et asservir des peuples. Mais bon, c'est de la BD, et de la très belle BD, je ne veux pas bouder mon plaisir. Ce début de série atteint déjà des sommets dans son traitement et son dessin ; Delaby que je connaissais par ses travaux précédents dans le journal Tintin, a atteint ici une apothéose graphique qui ne fera qu'aller crescendo au fil des albums, il renforce par son dessin puissant et en même temps raffiné la vision très crue donnée par Dufaux et ce dès ce premier album où l'on voit l'empereur Claude faire égorger gratuitement des gladiateurs, c'est la différence qu'il y a entre les Grecs et les Romains, les premiers étant d'une culture raffinée et noble, les seconds étant des grosses brutasses sans éducation.

Dufaux peut être capable du pire comme du meilleur, et là , il donne le meilleur, en s'appuyant sur des ouvrages sérieux comme ceux de Suétone ou Dion Cassius qui sont d'éminents historiens romains, afin de mieux comprendre le fonctionnement de cette Rome impériale ; il est vrai que la Vie des 12 Césars de Suétone a permis de mieux connaitre les empereurs romains, même si l'auteur fait souvent preuve de mauvaise foi quand il décrit un empereur qu'il n'aime pas. Ces ouvrages sont cités en fin d'album, de même qu'un glossaire éclaire sur les coutumes et pratiques romaines, ainsi que sur certains faits véridiques. Cependant, il aurait été intéressant d'y inclure aussi un glossaire de personnages qui aiderait surtout les lecteurs peu portés sur cette période de l'Histoire ; moi-même qui pourtant suis connaisseur, j'avoue que parfois avec tous ces noms, je mélangeais un peu. Autre chose : malgré ce sérieux historique, les auteurs n'ont pas été à l'abri d'erreurs, la plus flagrante étant de représenter les gladiateurs nus ; les combats n'avaient jamais lieu ainsi, même pour des combats privés, les gladiateurs étaient protégés par des semblants d'armures et il y avait des catégories (rétiaire, mirmillon, Samnite etc...) dont l'équipement était parfois lourd. Heureusement, les erreurs seront vite corrigées dans les albums suivants.

La série utilise donc la réalité historique (on voit l'empoisonnement de Claude dans ce tome), mais elle est ponctuée de trous que Dufaux comblera habilement par son imagination fertile en étant toujours plausible. Il donne une vision très noire, sordide et sans concession de cette Rome impériale, avec les luttes de pouvoir, les intrigues de palais, les empoisonnements, les trahisons, les assassinats et les compromissions qui déchirent la famille impériale. Avec surtout l'ambition effrénée de ses acteurs, en tête Agrippine qui fait tout pour placer sur le trône son fils Néron, afin d'en faire un pantin derrière lequel elle pourra régner. Cette première partie est donc fascinante pour tous ces éléments.

Je reviens au dessin : ce premier album est encore très influencé par le trait que Delaby utilisait dans ses précédents travaux comme "Bran" ou "L'Etoile polaire", ça m'a frappé surtout dans les 12-15 premières pages, le trait et l'encrage y sont encore épais, j'aime beaucoup ce style graphique, mais progressivement, il va changer.
Il faut aussi attirer l'attention sur les couvertures d'albums qui interpellent le lecteur et qui sont somptueuses.

Voici donc une entame de série absolument magistrale.

7 3 2014
   

Je suis assez curieux et j'aime me cultiver et franchement cette série est vraiment super ! très bien dessinée (RIP M.Delaby) et surtout très bien documentée !!! On sent le professionnalisme, ça donne envie d'y être !

La seule chose (mai bon c'est la même chose dans tout les péplums) c'est que l'on a des fois du mal à s'y retrouver au niveau des personnages.

Cela me fait penser à Spartacus et cela, vous en conviendrez est plutôt une bonne chose....

17 6 2013
   

Je vais rajouter un 18ème avis au tome 1 de cette série. Je ne vais pas m'étendre puisque tout a déjà été dit et que tout le monde a apprécier. Je fais également partie de ceux là. Pourtant à la base je n'aime pas trop cette époque de l'histoire, la Rome antique ne m'attire pas plus que ça. Peut être est-ce dû au fait, que les histoires de frères, de soeur, d'amants, de trahison finissent en général par me perdre.
J'ai donc entamé ce tome en me disant que ce n'était pas gagné et finalement ça m'a plu. L'histoire c'est ni plus ni moins que l'arrivée de Néron au pouvoir, tout y est détaillé dans l'ordre, comme je le mentionnais au début les frères les soeurs, les amants, les maitresses et les trahisons de l'empereur. ça se suit bien et c'est assez romancé pour relancer l'intérêt assez régulièrement. Quelques scènes de sexe (et beaucoup de nudité forcément), beaucoup de violence racontées avec beaucoup de naturel.
Graphiquement, le style réaliste me va bien, même si j'ai entraperçu le tome 9 qui vient de sortir où le dessin a évolué et m'a semblé nettement plus joli.

J'ai bien aimé et je vais donc de ce pas lire la suite.

16 7 2010
   

Il y a de cela deux jours, je me suis rendu en librairie avec l'idée d'entamer une nouvelle série (pour faire pêter encore plus mon porte monnaie:)). Vu que j'adore les séries se passant durant l'Antiquité (du genre "Alix"), j'ai décidé de prendre ce tome 1 de "Murena", que je voulais lire depuis longtemps.

Tout d'abord, le dessin. Aussi classe historiquement parlant que la série de Jacques Martin, mais avec plus d'âme. Les couleurs suivent très bien avec le style graphique et les visages sont expressifs.
Parlons du scénario maintenant. Cette histoire de complot m'a beaucoup plu. Il y a du suspens, de l'action, des scènes étonnantes... Bref, ce premier tome est vraiment très entraînant et accrocheur!
L'album s'arrête avec la mise sur le trône de Néron, tout comme le voulait sa mère. Cela présage une suite plus que merveilleuse!

Mention spéciale aux exeptionnelles couvertures de la série, de véritables oeuvres d'art!
Un péplum magistral qui donne d'emblée l'envie d'acheter la suite!
Murena = miam!

20 12 2009
   

Pas forcément attiré par les BD historiques, mais intrigué par les bonnes critiques, j'ai donc sauté le pas et découvert ce premier tome de "Murena".

Nous voici plongé dans la Rome antique, avec son lot de complots, de violence, de sexe, etc. La succession au trône de l'actuel Empereur Claude, suscite bien des convoitises et le sang ne va pas tarder à couler.

Dufaux nous livre un scénario qui tient vraiment la route car très bien documenté. Cet album nécessite un minimum d'attention si on ne veut pas se perdre dans les personnages. Mais une fois ce petit effort intellectuel effectué, on prend vraiment du plaisir à suivre cette saga historique. L'histoire ne souffre d'aucun temps morts, et les dessins de Delaby contribuent largement à notre immersion dans cette Rome violente et décadente.

Et à la fin de cet album, j'ai tout de suite eu envie de lire le tome 2. C'est bon signe, non ?

24 1 2009
   

Un très bon début de série... L'auteur nous invite dans ce premier tome à découvrir la Rome antique au travers de l'arrivée de Néron au poste d'empereur. La vie de l'époque est suffisamment riche en complot, meurtre et trahison qu'il suffit de suivre le cours des événements de l'époque pour obtenir une histoire intrigante et pleine de rebondissements. Dans cet ouvrage, l'auteur met l'accent sur les intrigues qui se jouent au plus haut niveau du pouvoir, résolument axé sur la cour de l'empereur Claude, et l'homme de la rue, le romain moyen, le vulgus, n'est que très peu abordé... Ce tome n'en reste pas moins intéressant et ce parti pris nous permet justement de découvrir le rôle des grands hommes, et surtout des grandes femmes, qui ont influé sur le cours de l'Histoire. Très prenant, j'en ai personnellement beaucoup découvert sur cette époque.

Cela reste très académique, tant dans la façon de traiter le sujet que dans le dessin, que je trouve terne. Comme pour l'histoire, il regorge de détail, le travail est minutieux, mais ça manque de couleurs "pétantes". Là encore, une fois que l'on accepte ce parti pris, la volonté de ne pas en faire trop au détriment de l'histoire, on se laisse embarquer dans cette aventure et le dessin réaliste ne fait que souligner le réalisme du scénario. La seule originalité que se permet l'auteur est de faire intervenir un dieu qui parle avec Néron ainsi qu'une statue de Gorgone qui crache du sang.

Une très bonne histoire, très intéressante, où l'on apprend des choses... A la lecture de cet album, on ne peut qu'aller dans le sens de certains qui proclament "ils sont fous, ces Romains...".

23 1 2009
   

Quant on aime l'histoire et notamment celle de Rome, et qu'on est en plus amateur de BD, il faut bien aboutir un jour à Murena.

Grosse attente, donc. En partie satisfaite, mais avec une légère déception, du moins pour ce premier album. Le dessin est très bien, un peu froid peut-être, mais précis, très beau. Le scénario est bien aussi, quoiqu'un peu didactique. Ce qui m'agace, en fait, c'est la simplification de l'histoire romaine à son côté le plus "gore", macabre, et presque pornographique (dans l'ambiance plus que dans les images, bien sûr)

Il y a là une sorte d'illusion du réalisme. Être réaliste, ce serait enlever les masques pour montrer le plus bas, le plus féroce, le plus pervers, etc. Mais les moeurs de Rome étaient bien plus complexes que ça. Il n'y avait pas que des gladiateurs et des putains... On dirait ici un défoulement écrit en un temps trop politically correct et trop lisse, et qui cherche donc à se dépayser en peignant des extrêmes de décadence hiérarchique. Ça rappelle les délires de sang du Flaubert de Salammbô, écrit par un petit bourgeois normand que son temps ennuyait.

Au total, le portrait moral de Rome manque donc de couleurs - il y a du noir, du blanc et du rouge sang, et c'est tout. Ne pouvons nous pas nous élever au-dessus du niveau de petits bourgeois voyeurs ?

2 2 2008
   

Voici un album qui rappelle les cours d'histoire (enfin surtout la prof)...
Mr Dufaux nous emmene dans la Rome antique ou il maitrise bien son sujet en aidant le lecteur avec un glossaire.
L'an 54 ap J.C période sans scrupule ou l'empereur Claude y regne...
Manipulation, trahison, barbarie, complot etc rien n'est oublié dans ce peplum.
Un premier opus tres bien concocter...

Coté dessin, tres satisfaisant pour un premier tome.
Une belle couverture et les precisions dans les traits des personnages sont corrects.
Par contre Agrippine et Lollia se ressemblent un peu trop a mon gout.
Et les couleurs sont un peu trop palichonnes...

Enfin bref une tres bonne bd a lire esperant que les autres vont etre de meme.

12 6 2007
   

Voilà bien une Bande dessinée qui de prime abord ne m'aurait jamais attiré. J'ai donc fait confiance aux chroniqueurs de CoinBD entre autre et aux conseils de quelques amis afin de me lancer dans cette lecture.
Le dessin aux traits hyper réaliste me rappelle celui de Jacques Martin et de son "Alix". La comparaison est d'autant plus facile que ls deux histoires se déroulent dans la Rome Antique. Pourtant en même temps, le dessin est complètement différent. Le trait est d'une finesse remarquable, et d'une précision diabolique. Les décors comme les corps sont d'une froide beauté remarquable. Et oui, pour moi ce dessin manque un peu de vie, d'originalité. Trop sérieux, il a d'énormes qualités, mais ce ne sont pas celles que je recherche dans la Bande Dessinée.

Concernant le scénario, je ne suis pas connaisseur, mais ça ressemble de très fort à une œuvre réaliste historique. J'ai eu peur nu moment de m'ennuyer, et ce n'est pas passé loin par moment… On lit cet album de bout en bout avec généralement grand plaisir, mais j'ai trouvé le rythme et la narration un peu lents parfois...
Le fil conducteur est clair, il est facile de tout comprendre. Bref, l'histoire de cette histoire est maîtrisée par les auteurs et ça se ressent.

Les caractères sont bien campés, les intrigues de palais parfaitement gérées, le suspens et les rebondissements suffisamment surprenant pour un néophyte en histoire comme moi…

En fait, cette BD est presque trop bien réussie, trop propre, trop lisse ! C'est peut être un comble, mais la qualité de l'œuvre parviendrait à lui nuire.

Voilà comment je n'ai pas réussit à être emballé par ce premier tome.

Je sens cependant une grande fresque historique poindre à l'horizon, et comme je suis plutôt friand des belles et grandes histoires genre péplum et des séries à rallonge dans lequel on voit vivre et évoluer le héro, je vais passer outre ma première impression et faire confiance encore une fois aux nombreuses autres critiques qui encensent cette œuvre.

Haro donc sur le tome 2.

5 9 2006
   

Chapeau ! Je dis ça surtout pour la qualité du dessin. Delaby parvient à nous projeter dans la Rome antique de très belle manière. C'est très précis, détaillé, fouillé. On sent qu'il a passé du temps à se documenter le gars !
J'ai lu dans un avis précédent que l'anatomie humaine était presque parfaite pour décrire la beauté des canons de l'époque. Et bien je rajoute que la manière de représenter les imperfections et les personnages "un peu moin beaux" (voir moches...) est toute aussi impressionante !

A travers ce récit historique très bien documenté, on se promène dans les méandres des relations humaines : meurtre, trahison, violence, complot, esclavage, domination, amitié, amour, entre-aide...

finalement au cours du temps l'homme restera toujours l'homme...

Le point de départ d'une très grande série.

6 7 2006
   

Ah, la Rome antique, quelle belle source d‘inspiration avec ses soirées jet7, ses gladiateurs, ses complots, ses trahisons et ses drames familiaux succulents : Dufaux n’avait quasiment plus qu’à se servir.

Rien que l’histoire de l’empereur Claude qui succède à son neveu Caligula fraîchement assassiné, qui épouse ensuite sa nièce Agrippine et déshérite son fils Britannicus au profit de son fils adoptif Néron : ah, qu’elle était déjà belle la politique !

Ajoutez à cela un Philippe Delaby qui parvient à restituer l'ambiance de l'époque (décors, monuments, costumes, etc.) grâce à un dessin réaliste et détaillé et vous obtenez un péplum didactique et passionnant. Un dessin déjà très bon et qui progressera encore beaucoup au cours de la série.

Ce premier tome nous livre pas mal de personnages et le respect des noms complets peut désorienter le lecteur au début (Néron = Lucius Domitius Nero = Tiberius Claudius Nero). Mais, on s’habitue vite et grâce à des explications régulières de l’auteur à l’aide d’un glossaire à la fin de l’ouvrage cela contribue à la valeur pédagogique de l’album.

3 7 2006
   

Depuis le temps que je cherchais une bd historique de cete qualité, j’ai enfin fini par la trouver ; j’avais certes déjà lu pas mal d’ "Alix", mais on en est bien loin ici. C’est l’occasion de (re)découvir une époque vraiment intéressante, selon moi, et en plus de cela, on retrouve tout les attraits d’une très bonne bd : un dessin bien réalisé, une calligraphie qui met bien en valeur le côté historique et un scénario vraiment bien construit.

Ce scénario donc nous renvoit des son début dans la rome antique, et lorsqu’on tombe dans l’histoire, il devient dur d’en sortir ; en plus d’être intéressant et prenant, ce scénario est historiquement très bien fait, et l’auteur nous explique régulièrement quand besoin est, des termes ou certains passage. J'ai tellement été emballé par l'album, que j'ai du mal à lui trouver des défauts... Un premier album donc très prometteur, et je n’attends qu’une chose, c’est de pouvoir me jeter sur la suite.

26 6 2006
   

La première fois que j'ai feuilleté l'album, je n'avais pas trop accroché. Cela me semblait verbeux, bavard, un peu complexe. Et puis, les albums se sont succédé, et ma curiosité maladive de bédévore compulsif est revenue à la surface. D'abord le choc fut visuel. Philippe Delaby propose un très beau graphisme, anatomiquement presque parfait, répondant aux canons esthétiques de la période antique. Dommage que les couleurs soient un peu ternes dans cet album, et ce n'est pas une question d'ambiance. Quant à l'histoire, Dufaux livre beaucoup de personnages, d'éléments dans ce premier album, et il faut un peu s'accrocher pour ne pas s'endormir. mais après ce petit effort, on est récompensés par un grand plaisir de lecture.

15 6 2006
   

Dufaux au scénario et Delaby au dessin. Déjà ça attire et dès l'ouverture de l'album, c'est le plaisir immédiat. Le trait est fin, précis, beau; les couleurs illustrent bien l’époque.

J'aime beaucoup les bd parlant d'histoire et cela permet de revisiter des époques qui ont peut être influées sur notre vie actuelle. Il est donc plaisant de redécouvrir ces personnages qui ont animés ROME avec leurs folies, leurs désirs, leurs complots et leurs trahisons.

Voila un album superbe, qu’on manipule avec précaution tant la présentation extérieure est soignée. Et le contenu ne déçoit pas...Vivement la suite.

Je n'en dis pas plus car il faut le découvrir. Valeur sûre dans une collection.

10 5 2006
   

Ordinairement, je ne suis pas attiré plus que ça par les récits historiques, surement parceque les quelques albums du genre que j'ai lus ne sont franchement pas terribles.

Pourtant, j'ai tenté la lecture de ce premier tome avec la conviction que de bonnes choses s'en dégageraient. J'étais bien loin du compte...

...en effet, ce premier tome est tout simplement splendide. Dufaux parvient à captiver le lecteur en traitant d'une période assez difficile d'accès mais en rendant l'ensemble naturel, coulant, comme si le lecteur l'espace d'un instant se retrouvait romain de l'antiquité et vivait aux côtés des héros de cette histoire.
Et c'est tout le côté didactique qui s'envole ici pour que l'histoire de Claude et de sa déscendance se révèle à nous, d'une manière très documentée, très proche de la réalité historique. D'ailleurs, les quelques notes de fin d'album permettent de savourer avec autant plus de plaisir cette belle histoire...

Belle par son scénario, mais aussi par son dessin incroyable. Delaby parvient en effet par ses couleurs typiques et son trait détaillé et réaliste à donner à l'ensemble de la série une ambiance, une atmosphère, qui trenscendent le simple livre pour faire véritablement voyager le lecteur. On s'émerveille pages après pages, rêvant d'une époque pourtant très dure, mais qui semble si belle ici..

Introduction quasi-parfaite, qui appelera une suite de grande qualité, ce premier tome n'est à manquer sous aucun prétexte !

22 6 2005
   

Cette série m'attirait pas mal, et maintenant que j'ai trouvé l'occasion de lire le tome 1, je le dit : une bien bonne série démarre là !
Tout d'abord, signalons que le dessin est quand même très beau. Il est plein de détails, et même s'il paraît parfois un peu "figé", il n'en reste pas moins agréable à regarder...

Moi qui adore l'histoire de Rome, de la Grèce, etc, je suis servie ! Je me suis simplement régalée ! C'est extra, de lire cette histoire de Néron, Agrippine, Britannicus, etc... On apprend plein de choses de manière agréable, il me semble. Mais au delà de l'Histoire, le scénario est prenant, il faut dire qu'avec de tels personnages, l'entreprise est aisée... ou risquée, c'est selon.
Bref, j'ai beaucoup aimé cette bd qui se trouve être originale, par son genre même...

1 5 2005
   

C’est sur le nom de Dufaux que j’ai choisit de lire cet album. Je me suis dit que le scénariste de la géniale série Rapaces, et de l’agréable Djinn, ne pouvais pas me décevoir…

Choisir pour cadre la Rome antique, voilà qui est peu courant dans la Bande Dessinée, de plus c’est un genre difficiles, et pas seulement dans la BD. Mais Dufaux ne s’est pas arrêté à ces considérations, et s’est plongés dans les livres d’histoire pour nous concocter un récit sur fond historique des plus accrocheurs. Il est vrai que Rome à cette époque, c’est une véritable pièce de théâtre tragique. Sexe, pouvoir, trahison, meurtre et toujours les jeux du cirque avec ses gladiateurs prêts à mourir pour César… Bref une époque pleine de rebondissements comme ce récit…

Les dessins sont signés Delaby. Je dois dire que c’est la première fois que je vois un album réalisé par Delaby. Mais il s’en sort plutôt bien. Il arrive à rendre l’ambiance de la Rome antique avec un certain talent. Malgré tout, les visages restent peu expressifs, et le tout manque un peu de dynamisme. Mais peu importe, car l’essentiel n’est pas là…

Prenant

7 8 2003
   

pour tous ceux qui étaient allergiques aux cours d'histoire antique à l'école, il ya une solution : murena.
cet album n'est pas seulement interessant pour ses cours d'histoire; c'est aussi un scenario efficace et surtout un dessin d'une grande maitrise avec des couleurs directes totalement réussies.
bravo.

25 4 2003
   

L'Antiquité n'est pas un domaine dans lequel la bande dessinée s'est souvent aventurée avec succès. C'est certainement encore plus vrai pour l'histoire romaine, la Grèce ayant au moins inspiré Le Tendre ("La Gloire d'Héra" ou "Tirésias"). La réussite de "Murena" n'en est que plus remarquable.

La mise en scène des péripéties dynastiques du premier siècle de l'Empire romain (qui vit se succéder Caligula, Claude, Néron...) a inspiré un très bon récit à Dufaux. Le rythme est soutenu, les personnages sont bien esquissés, l'ambiance de l'époque est rendue avec réalisme.

Je ne connaissais pas Delaby mais j'ai beaucoup aimé son travail. Le trait est réaliste, élégant, et la mise en couleurs est des plus réussies. Le rendu des monuments et des décors est assez remarquable et concourt à l'impression positive laissée par l'ensemble.

On a très envie de lire la suite, même si quelques connaissances historiques permettent de connaître les principaux meurtres à venir. Dufaux et Delaby ont suffisamment de talent pour faire du neuf avec du (très) vieux !