45 122 Avis BD |19 449 Albums BD | 7 704 séries BD
Accueil
Tome 2 : Livre Second
 

Moby Dick (Chabouté), tome 2 : Livre Second

 
 

Résumé

Moby Dick (Chabouté), tome 2 : Livre SecondAfin d'acceder au résumé de Moby Dick (Chabouté), tome 2 : Livre Second, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Moby Dick (Chabouté), tome 2 : Livre SecondLe grand atout de cette fin de diptyque reste le dessin inimitable de Chabouté. Un dessin en noir et blanc, plein de caractère et d'expressivité. Le visage d'Achab, en particulier, et ces yeux délirants, sont particulièrement frappants. Avec en outre un soin particulier apporté aux détails de ce baleinier qu'est le Péquod, et avec cette mer, tantôt calme et tantôt déchainée, le graphisme happe le lecteur et l'enveloppe totalement. Chabouté est un artiste et cet album vient une nouvelle fois le confirmer.

Mais au niveau du scénario, je reste un petit peu sur ma faim. Je n'ai pas lu l'oeuvre originale de Melvile mais les grands thèmes sont archi-connus. Parmi ces thèmes, il y a bien sûr cette obsession d'Achab qui tourne à la folie, une folie qui se révélera destructrice pour le Péquod et pour son équipage (sauf Ismaël, qui sera le seul témoin survivant de cette folie). Or ce deuxième album tourne principalement autour de la folie du commandant, et ne semble donc pas apporter grand chose de nouveau par rapport à ce que l'on connaît déjà de l'oeuvre originelle. En conséquence, les développements sont attendus, et il n'y a pas de vraies grandes surprises dans ces pages. La narration est surtout rythmée par le dessin, par les angles de vue différents qui permettent de faire ressentir au lecteur le tangage du bateau, mais ne présente pas de grande surprise sur le fonds, ce qui est dommage. Enfin, je trouve que l'on passe bien rapidement sur l'affrontement final avec la bête, dans une succession d'actions muettes certes prenantes, mais un peu précipitées.

Le trait de Chabouté fait que cet album ne peut pas être mauvais. Sa précision et sa force de caractère en font toute l'originalité. Mais une originalité que j'aurais aimée voir plus appuyée dans le scénario parce que là, ça donne l'impression d'avoir uniquement une histoire de "Moby Dick" joliment dessinée, certes, mais qui ne prend pas vraiment le risque de renouveler le mythe de la baleine blanche.


Chronique rédigée par gdev le 07/12/2015
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 2933 (76,26 %)
  • 263 (6,84 %)
  • 650 (16,90 %)
  • Total : 3846 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 17,58 17,58 17,58
Acheter d'occasion : 40,84
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Octobre 2014

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Moby Dick (Chabouté), tome 2 : Livre Second, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 12 2017
   

Il y a différentes manières d'aborder les adaptations : la plus classique, à laquelle j'obéis, consiste à vouloir retrouver l'essence de l’œuvre originale. D'autres, plus modernes, attendent un brin d'originalité, qui, manifestement, a manqué à notre cher Gdev (dont c'est le plus strict droit).
Alors je le dis sans aucune supériorité ni "gloriole", j'ai lu le bouquin et j'ai adoré la Bd.
Le rythme pesant de l'attente, le fracas et l'horreur de la chasse, le manquement à tous les devoirs de secours qui caractérise les marins, l'équipage pris par la folie de son Capitaine, l'horreur de cette tuerie des baleines et la condition d'esclaves humains qu'avaient ces matafs, les liens complexes entre Achab et Starbuck, la funeste prophétie, tout cela, on le retrouve.
Alors je vais même aller jusqu'à dire que penser y mettre plus que ne contient l’œuvre, ce ne serait plus l'adapter mais la réinterpréter. A l'évidence, Chabouté n'a pas voulu avoir cette dernière prétention.
Il s'est donc "contenté" de l'adapter et c'est juste un travail et un récit fabuleux qu'il nous livre.
Son Noir et Blanc est sobre, mais fascinant. Une fois plongé dans le bouquin, on est comme la baleine blanche : on plonge dans ses profondeurs et seulement, de temps en temps, on éprouve le besoin de respirer un peu, en retournant à la surface.
Un superbe diptyque !