46 373 Avis BD |20 097 Albums BD | 7 870 séries BD
 

Miss Endicott, tome 1

 
 

Résumé

Miss Endicott, tome 1Afin d'acceder au résumé de Miss Endicott, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Miss Endicott, tome 1J'avoue prendre mon speech en grande partie d'une critique trouvée sur www.unmondedebulles.com
Je suis tellement d'accord avec eux que je n'ai pas envie de réinventer la poudre…ainsi, voilà donc leur critique plus ou moins remodelée par mes soins :

Le dessin est très agréable, très bande dessinée, mélange trés malicieux de pseudo trait réaliste avec des touches particulières d'extension des visages et de déformation des paysages qui font du graphisme un envoûtement trés dépaysant, pas trop présent par rapport au scénario, ça s'est bien, mais quand même avec ce petit quoi qu'on oublie pas et sans qui il manquerait quelque chose dans l'ouvrage. Les couleurs sont réussies et nous plonge directement dans cette époque victorienne où l'on a l'impression que tout était un peu morose, au niveau des couleurs bien sûr. Une ambiance assez sombre, mais ou l'on s'y retrouve très bien car les points de lumière (éclairage, visage ) nous indiquent les parties essentielles du scénario.

Le scénario est très bien conçu, c'est une construction brillante entre l'action pure et dure et l'intrigue dure et pure. Avec ses faux airs de Laura Ingals dans la petite maison dans la prairie, Miss endicott va vous prendre par la main pour des aventures mystérieuses où elle devra sauver la veuve et l'orphelin. Prudence est la digne héritière de sa maman, courageuse, audacieuse, téméraire, elle fera tout pour aller au bout de ses convictions, bref une sacré bonne femme malgré son jeune age.


Cela faisait longtemps qu'un premier tome ne m'avait pas autant plu. L'humour subtil est très bien distillé et complète la panoplie des armes utilisées par les auteurs. Ce n'est pas le principal atout de ce tome, mais participe à un tout homogène et parfaitement équilibré.

Vraiment une heureuse surprise pour la rentrée !


Chronique rédigée par Chalybs le 04/10/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 15,63 15,63 15,63
Acheter d'occasion : 8,68
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.94
Dépôt légal : Septembre 2007

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Miss Endicott, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,94/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

22 3 2011
   

Délicieusement « disneyen », le personnage central est une sorte de mélange de Mary Poppins et d’Amélie Poulain. Dans cette Angleterre qui fleure le 19ème siècle, cette gouvernante est aussi une conciliatrice ; à savoir qu’elle tente de résoudre les problèmes de voisinage entre gens « normaux » et « ceux du dessous ».

C’est aussi l’occasion d’apprécier un univers hors normes peuplé de personnages curieux et attachants. Personnages qui, d’ailleurs, semblent cacher quelque chose.
Et c’est justement cela, cette part de fantastique, qui fait que l’on apprécie un scénario longuement développé sur 77 planches.

Rébarbatif ?… que nenni !… on plonge de bon cœur dans cette histoire qui, au long, se développe, ouvre de nombreuses portes (auxquelles il sera ultérieurement répondu).
Le dessin ?… un style semi réaliste de très belle tenue, aux effets graphiques recherchés ; un dessin d’ambiances aussi qui permet de suivre et d’apprécier les pérégrinations de ce qui est une sorte de super-héros. Car tout comme eux, Miss Endicott mène une double vie. Et ce pour un vrai plaisir de lecteur.

Une bien bonne structure de narration, une toute aussi bonne intrigue, un graphisme qui plaît, une mise en page structurée, plaisante. C’est bien bon, quoi…

menfin :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
26 3 2009
   

Attention, chef d’œuvre ! Miss Endicott, c’est une de mes plus belles découvertes depuis longtemps : scénario original, rythmé, équilibré, avec une intrigue bien ficelée et des scènes d’action bien dosée. D’un point de vue graphique, c’est magnifique, en particulier au niveau des couleurs et des atmosphères créées. A connaître impérativement.

19 2 2008
   

Sans lire le résumé de l'album, les dessins m'ont plu tout de suite et j'ai décidé de l'acheter sans regrets.
Des dessins agreables, avec de beaux decors avec des ameliorations a faire dans les traits.

Coté scenario l'histoire se passe a Londres au 19ieme siecle, miss Endicott décide de reprendre le role de sa mere décédée: gouvernante le jour et conciliatrice le nuit.
Elle va découvrir le monde des oubliés (petit peuple qui vit dans les sous-sols de la ville).
Un scenario tout simple qui a son charme dans son personnage principal pour son coté Mary Poppins et Catwoman.
Avec une fin haletante, ce premier tome est tres bien conçu.
Je ne connaissais pas ce dessinateur Mr Fourquemin et j'apprecie ce qu'il fait.
Esperant que la suite va etre de meme...

5 1 2008
   

Un album agréable et dense (77pages) où l'on est surpris par une héroïne originale, mélange de Marie-Poppins et de Batman qui gagne vite la sympathie du lecteur par son caractère égal et agréable.
Mais je trouve le format un poil trop grand par rapport au dessin et à la mise en page. Vu les planches, le format standard plus petit aurait mieux convenu à mes yeux.
Le dessin de Fourq n'est pas désagréable (je ne connaissait pas). Il crée une ambiance à la Mic Mac Adam dans un Londres aux maisons et au mobilier très surréalistes, avec ses perspectives improbables. Il a été l'élève de Cossu et ça se voit dans son coup de crayon.
Côté histoire, on découvre un curieux monde souterrain et on termine sur un beau coup de théâtre final qui réhausse subitement l'interêt et crée l'impatience pour l'album suivant.

16 10 2007
   

Ce projet initialement refusé par Bamboo profite du relookage de la collection «Signé» pour s’insérer dans le catalogue des éditions Lombard. Une collection habituellement réservée à de grands noms (Hermann, Cosey, …) et aux one-shots, mais au sein de laquelle ce diptyque fait finalement très bonne figure.

Le cadre choisi est celui de l’Angleterre victorienne, où une préceptrice émancipée décide de remplacer sa défunte mère en tant que conciliatrice des opprimés. Le décor est celui d’un Londres fantasmé et permet d'introduire plusieurs mondes qui cohabitent sans trop d’interactions.

C’est au sein de ce cadre, teinté de fantastique, que le lecteur va pouvoir suivre les enquêtes de ce petit bout de femme surprenant. Le personnage principal, Miss Endicott, est original et attachant. Une héroïne qui ne baisse jamais les bras et qui, munie de son parapluie, n’est pas sans rappeler une certaine Mary Poppins. Les autres personnages sont également très réussis, avec un majordome et un assistant tout bonnement excellents.

La séduction est donc totale et n’est pas étrangère au trait de Xavier Fourquemin ("Outlaw", paru chez Glénat). Ses décors onduleux et riche en relief et les trognes succulentes de ses personnages qui semblent sortis d’un dessin-animé font la force de cette première partie de diptyque.

12 10 2007
   

Immédiatement séduit par la preview que j'avais lue de cet album, je l'ai acheté dès que disponible. Et je n'ai pas été déçu.

J'accroche vraiment au dessin. Rond, dynamique, léger, il me rappelle d'autres styles de dessins que j'aime comme celui de Bruno Gazotti par exemple mais avec une petite touche bien à lui. Cela se note par exemple dans les décors qui sont un peu fantasques, avec parfois des courbes changeantes au lieu de lignes droites. Je trouve ça original et ça marche très bien pour moi. Les couleurs sont également très bonnes ce qui ne gâche rien.
Bref, c'est une BD que j'ai plaisir à lire et à regarder.

L'histoire aussi est originale. Pas par son décor qui est celui assez usité du Londres Victorien, de ses riches demeures et de ses bas-fonds, décor qui me plait beaucoup soit dit en passant et qui est ici très réussi. Même le Londres d'En-Bas décrit ici existait déjà dans l'imagination d'autres auteurs, quoiqu'il soit ici un peu plus terre-à-terre que le Neverwhere de Neil Gaiman par exemple.
Mais elle est surtout originale par son héroïne et la façon dont elle vit ses aventures.
C'est vrai qu'elle est surprenante cette petite bonne femme qui a l'air toute fragile mais agit comme un super-héros qui redresse les torts et arrange les situations conflictuelles. Et pourtant elle n'a aucun pouvoir particulier si ce n'est sa grande motivation et sa surprenante aptitude au combat à coups de parapluie et d'aiguilles à tricoter.

Le récit est très bien construit, intelligent, ne tombant jamais dans la facilité ou le déjà-vu. J'ai simplement ressenti une petite baisse de régime en fin de premier tome quand les choses s'embrouillent un peu et que l'action prend un peu trop de place vis-à-vis de la belle ambiance du début.
Mais dans l'ensemble, j'ai été ravi de ma lecture.

9 10 2007
   

Merci aux deux posteurs Chalybs et Pigou, qui m'ont décidé à faire l'acquisition et la lecture de ce premier album.

Je serai toutefois moins positif qu'eux : certes, "Miss Endicot" est une série agréable (très agréable, même !) et originale. Mais il lui manque un petit quelquechose, une étincelle qui saurait transformer un bon album en album culte.

Premièrement, je n'ai pas retrouvé le rythme fantastique d'un "Outlaw" du même dessinateur (mais dont le scénariste est différent, je vous l'accorde). Pourtant, "Miss Endicot" possède une lisibilité exemplaire : c'est vraiment agréable de sauter d'une case à une autre tant Fourquemin est le roi de la narration graphique. Pas de problème de rythme, donc, mais un style qui peut un peu souffrir de la comparaison avec "Outlaw".

De plus, la couleur informatique est bien dommage... certes, elle est soignée, propre et plutôt jolie, mais lorsque l'on connait la maîtrise du dessinateur sur le plan de la colo' traditionnelle, on se prend plus d'une fois à rêver à ce qu'aurait pu donner ce premier tome sous le pinceau de Fourquemin.

Jean-Christophe Derrien, pour sa part, réalise un travail de qualité, bien qu'un peu mou peut-être au début de l'album. Il faut bien mettre en place l'histoire, certes, mais on aurait peut-être souhaité découvrir les secrets de cette ville étrange un peu plus tôt. Toutefois, c'est un délice de lecture, vraiment agréable, je vous l'assure :)

Malgré donc quelques regrets très personnels, j'ai bien aimé ce premier tome. Je vais d'ailleurs de ce pas lire le second opus de cette jolie série.

8 10 2007
   

Miss Endicott revient à Londres suite au décès de sa mère. Elle va alors mener une double vie : gouvernante le jour, et "conciliatrice" la nuit afin de prendre le relais de sa mère. Le but d'une conciliatrice ? Aider n'importe qui à résoudre n'importe quel problème. C'est ainsi que Miss Endicott va être mêlée à une sombre histoire impliquant les exclus de la société, ceux qui vivent dans les sous-sols de Londres.

Voilà un petit bout de femme qui n'a pas froid aux yeux. Miss Endicott est une héroïne au caractère doux, mais finalement bien trempé. Calme et déterminé, elle n'a peur de rien. Le personnage imaginé par Derrien est vraiment bien trouvé car Miss Endicott souffle un vent de fraîcheur dans le mode de la BD. Le scénario mêlant humour et action est vraiment bien ficelé et consistant (il faut dire que ce tome possède 90 pages).

Les dessins de Fourquemin sont en phase avec le lieu de l'action. Le trait assez épais est chaleureux et nous plonge bien dans le Londres de l'époque.

Voici donc un dyptique qui commence de bien belle manière. L'histoire est vraiment sympa, l'album possède d'indéniable qualités graphiques. J'attends la suite avec impatience (enfin, c'est juste une expression, car fait rare, les 2 tomes de cette série sont sortis avec 1 petit mois d'écart).

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Miss Endicott, tome 1 9 3.94
Miss Endicott, tome 2 8 3.50