46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tête de mort
 

Mirador : Tête de mort

 
 

Résumé

Mirador : Tête de mortAfin d'acceder au résumé de Mirador : Tête de mort, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Mirador : Tête de mortUne BD traitant de l'extrême-droite française et des groupuscules fascistes, voilà qui n'est pas banal dans le paysage du 9e art.
"Mirador" est une autobiographie. Le témoignage d'un ancien skin dont la vie a basculé une nuit de beuverie où il se retrouve - sans s'en souvenir ? - éventuellement responsable de la mort d'un homme. Il fera d'ailleurs de la prison pour ça.
Le principe du témoignage est intéressant. D'anecdotes en anecdotes, on nous montre des jeunes finalement plutôt paumés qui se cherchent une reconnaissance de groupe plutôt qu'une véritable idéologie nazie. Mouais, personnellement, j'y crois moyen.
En revanche, là où c'est assez bien vu, c'est quand David Cenou nous montre la diversité de cette extrême-droite française avec tous ces groupuscules qui finalement, se méprisent les uns les autres. Entre les skins paramilitaires, les hooligans de stade, les petits bourgeois militants pour le retour d'une France propre, les militants FN, on a un portrait assez bordélique de tout ça.
Le souci, c'est que les anecdotes sont toujours un peu les mêmes : on boit beaucoup, on fait du "rock identitaire", on se branle devant des croix gammées, on sort pour faire des ratonnades (à 10 contre 1 évidemment). Et on finit par justifier tout ça en expliquant que ce sont de jeunes paumés (on a les mêmes arguments pour les supposées "racailles de banlieue"). Pour ma part, ça commence à me gonfler qu'on confonde explication et excuse. Mais bon, c'est un autre débat.
Donc, ces anecdotes s'enchaînent, et on finit par s'ennuyer jusqu'à la rédemption finale. Je n'ai d'ailleurs pas trop compris la démarche de l'auteur. D'un côté, il finit avec un de ses personnages qui démontrer l'inutilité de tout ça et même le côté pathétique et maléable de ces individus et groupes. Et de l'autre côté, il nous met les photos de groupe de ses ex-collègues de ratonnade. Maladresse ? volonté documentaire ? j'ai du mal à trancher.

Un témoignage intéressant par moments, mais qui passe un peu à côté de son sujet.


Chronique rédigée par david le 16/06/2013
 
 
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 15,20 15,20 15,20
Acheter d'occasion : 17,49
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Mai 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Mirador : Tête de mort, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 7 2013
   

Un album osé quoique un poil maladroit, qui traite d'un sujet fort intéressant.

On suit dans cette BD la vie d'un ex-membre d'un groupuscule d'extrême-droite skinhead et nazillon : bienvenue dans le doux monde des fafs.

Le principal reproche que je pourrais faire à cette album, c'est la narration un poil décousue qui rend le récit un peu dur à reconstituer dans sa chronologie. Mais sinon, il est très intéressant car il montre la diversité des mouvements d'extrême-droite (hooligans, les "fafounés", les skins "de base" etc...) français, tout en rappelant (mais de manière peut-être pas assez prononcée pour ceux qui ne le savaient pas avant leur lecture) que le mouvement skin n'est pas forcément un mouvement d'extrême droite raciste et violent, à l'origine. Un récit instructif donc, mais, et c'est bien normal, pas fun.

Le dessin est lui, plutôt bon, tout en lavis de gris dans un style pas si éloigné de certains albums de Davodeau, ça se lit très bien.

Peut-être que le côté "neutre" de l'album (c'est à dire que l'histoire est racontée sans connotation aucune, ni critique) peut gêner certains lecteurs (apparemment, ici, ce fut le cas pour David), personnellement, ça ne m'a aucunement dérangé, et comme c'est un récit autobiographique, je trouve que c'est même plutôt honnête de la part de l'auteur.