46 602 Avis BD |20 218 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes - Partie II
 

Millenium, tome 2 : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes - Partie II

 
 

Résumé

Millenium, tome 2 : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes - Partie IIAfin d'acceder au résumé de Millenium, tome 2 : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes - Partie II, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Millenium, tome 2 : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes - Partie IIEncore une fois, Rundberg fait là un travail d’adaptation admirable, qui permettra aux lecteurs de Stieg Larsson de retrouver la trame qu’ils ont appréciée, et aux autres de la découvrir sans être pénalisés de ne pas avoir lu l’œuvre originale. La narration est très claire, les enchaînements sont justes, et cette histoire de tueur en série sur plusieurs décennies est bien mise en valeur dans cet ouvrage. Pour ma part, c’est certainement la partie de l’œuvre originale que j’ai trouvée la moins convaincante, avec un petit goût de déjà vu et quelques hasards qui prennent le pas sur le raisonnement logique. Il est également moins fort émotionnellement, les tourments de Lisbeth ayant déjà été présentés. Pour autant, l’idée originelle est parfaitement rendue, et le scénario reste solide, même quand il est adapté par Rundberg. Celui que je connaissais talentueux dans de la science fiction ("Orbital") est très à l’aise dans ce policier/thriller. D’autant d’ailleurs que le scénariste retranscrit toute la richesse du scénario de Larsson, avec notamment ces éléments sur Wennestorm, ou encore ces évocations du passé le Lisbeth Salander.

Mais là où cet ouvrage gagne ses lettres de noblesse, c’est dans le dessin. Le trait de Homs est superbe, et sur des visages qui frisent avec la caricature, les expressions sont très réalistes. Et comme dans le premier album, la représentation graphique de Lisbeth est en parfaite adéquation avec l’idée que l'on s'en fait en lisant Larsson. Sous le crayon de Homs, les personnages fictionnels du roman prennent réellement vie. Pour moi, c’est une performance. L’école espagnole, reconnue pour ses dessinateurs aux styles si personnels et si expressifs (Roger pour "Jazz Maynard", Toledano pour "Ken Games" et bien sûr Guarnido pour "Blacksad"… entre autres) est une fois de plus superbement représentée ici.

Un travail d’adaptation impeccable et un dessin exceptionnel : j’ai vraiment hâte de découvrir la suite, l’intrigue de Stieg Larsson prenant pour moi encore plus de corps dans le second tome de la trilogie, dont l’adaptation devrait commencer dans le prochain album de cette série.


Chronique rédigée par gdev le 10/12/2013
 
 
Statistiques posteur :
  • 3291 (74,26 %)
  • 367 (8,28 %)
  • 774 (17,46 %)
  • Total : 4432 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 14,78
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Novembre 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Millenium, tome 2 : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes - Partie II, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 12 2013
   

Autant nous ne sommes pas d'accord Gdev et moi sur l'avis d'une adaptation comme "L'Etranger" de Camus/Ferrandez autant sur "Millenium" nos avis se rejoignent.

Le tome 1 avait déjà réussi à me séduire. En reprenant le roman de Stieg Larsson à leurs comptes, les auteurs avaient réussi le tour de force d'adapter à leur manière ce "Millenium" ultra-connu. Comme (quasi) tout le monde maintenant j'ai lu le livre et j'ai vu l'adaptation cinéma (cependant pas la version de Fincher). Difficile de passer après tout ça, et pourtant l'adaptation scénario de Runberg est presque sans faille mais c'est surtout le dessin de Homs qui démarque l'oeuvre.

Homs a un trait particulier, caractérisé par des figures et des personnages grimaçants, hypers expressifs, à la limite de la caricature. Par certains aspects Homs, me fait penser à François Boucq.

Dans ce deuxième tome, Homs reprend extactement son trait du premier, donnant une bonne uniformité à l'ensemble. A l'aise dans l'action, à l'aise dans les situations plus intimistes, Homs mérite vraiment d'être connu.

Pour le scénario, même si l'adaptation de Runberg tient du tour de force, il faut reconnaitre que cette deuxième partie est moins séduisante que la première. Mais ce n'est pas de sa faute, c'est le roman original qui est comme cela. La révélation de l'intrigue est banale et tombe un peu comme un cheveux sur la soupe et personnellement toute le récit autour du Millénium me gonfle un peu.

Et puis juste une petite critique négative au passage, j'ai eu l'impression que certaines transitions n'étaient parfois pas très évidentes, cela dit, encore une fois ça passe bien de mon côté vu que je connais bien l'histoire.

J'attends maintenant la suite avec impatience, ce sera une réelle découverte pour moi qui n'aie jamais lu ou vu les deux autres romans de Stieg Larsson.