46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2
 

Mattéo, tome 2

 
 

Résumé

Mattéo, tome 2Afin d'acceder au résumé de Mattéo, tome 2, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Mattéo, tome 2Gibrat est encore une fois excellent dans son oeuvre. Le dessin est un pur chef d’oeuvre et j’ai passé beaucoup de temps à regarder chaque case, complètement pris dans l’ambiance de cette révolution Russe, déja évoqué dans d’autres séries, mais vu ici sous un oeil de photographe, qui voit trop souvent des choses qui ne collent pas avec l’idéologie présentée. Les visages des personnages sont très expressifs, presque vivants et l’ambiance sanglante de certaines situation est très visuelle. Les sentiments ne sont pas absents dans cette album, ou l’amour cotoie la mort, ou l’allégresse laisse la place à l’amertume et finalement ou la réalité s’impose devant le rêve idéologique.
Gibrat maitrise parfaitement son scénario, sachant ou il nous emmène , et nous ménageant une surprise de taille à la fin de l’album, qui laisse surpris et un peu déçu.
J’ai une petite déception dans cet album, c’est ne pas retrouver la fraicheur découverte dans les albums précédents de Gibrat, m’empêchant d’entrer complètement dans l’esprit de l’album, restant un peu observateur des événements se passant à Petrograd à travers les yeux de Mattéo mais ne ressentant pas suffisament d’émotion par rapport au héros, c’est pourquoi je ne mettrais pas cinq, mais ce n’est que mon ressenti.
Mais cela ne m’a pas empêché d’aimer cet album pour son dessin abouti et de passer un super moment de lecture avec ce maitre de la BD qu’est Mr Gibrat.
Et pour terminer, j’ai apprécié la qualité de présentation de l’album, la qualité du papier qui donne un air cossu à l’album.
En prime, un petit cahier de croquis à la fin de cet opus. Bonus toujours agréable à regarder.
Globalement un bon album qui mérite sa place dans ma collection.


Chronique rédigée par niavlys le 16/11/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 15,44 15,44 15,44
Acheter d'occasion : 11,93
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.58
Dépôt légal : Octobre 2010

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Mattéo, tome 2, lui attribuant une note moyenne de 3,58/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 5 2015
   

Ce deuxième tome m’a moins captivé. Déjà il souffre de la comparaison avec le premier qui était excellent, ici j’ai du mal à retrouver le caractère naïf de Mattéo, j’ai l’impression qu’il devient plus désabusé et irritable qu’avant, du coup il en devient pénible à suivre. D’autre part la révolution Russe me touche moins que la guerre des tranchées, je me demande même si je n’aurais pas préféré qu’il y reste encore un peu plus longtemps dans cette guerre. De même ses relations avec les femmes ont évolué et je ne comprends pas trop pourquoi il passe son temps à fuir, alors qu’il a, semble-t-il, l’occasion de revenir dans la vie de celle qu’il aime.
Il reste tout de même le talent de Gibrat, aux dessins magnifiques et à la très belle plume, qui valent à eux seuls le détour.

20 5 2015
   

Dans ce qui est un cycle, je replonge dans le passé ; au début du 20è siècle.
Après avoir connu les tranchées, Mattéo est envoyé en pleine guerre de Russie. Mais qui sont les Blancs, les Rouges ?...
Et Mattéo va se retrouver à une sorte d’univers pour lui inconnu.
Royalistes ou pas, le « héros » va se retrouver dans des guerres intestines. Pour un anarchiste, ça va être dur !..
Un second album que j’ai lu attentivement et avec patience, pour bien m’en imprégner, ont ceci d’inhabituel qu’ils sont vraiment bien faits.
Il faut y aller doucement, avec « Mattéo, car la puissance du dessinateur se dessine ( !) suite aux errances du héros, à ses relations avec les autres, sans compter les divers évènements auxquels il est mêlé.
Ce sont des sortes de moments auxquels un auteur m’a convié et la passion qu’il met à écrire et dessiner se ressent dans chacune des cases portées à mes yeux.
J’ai ressenti un vrai bonheur à la lecture de ce tome car Gibrat, pour moi, n’a pas fait de « faute » ; et cela se ressent !

11 4 2013
   

J'ai été un peu moins charmé par cette deuxième aventure de Mattéo : je le préférais en poilu plutôt qu'en anarchiste menant la révolution de 1917 à Petrograd, aux côtés des bolchéviks et de l'armée rouge. Peut-être que cette période de l'histoire russe me touche moins, m'intéresse moins, mais j'ai trouvé que la narration était ici plus lourde, faite parfois de longs pavés forts bien écrits mais peu intéressants. J'ai trouvé également que le rythme était moins entrainant, étant articulé autour des relations de Matttéo avec Juliette, Amélie et Léa, comme si finalement, l'auteur ne savait pas trop s'il fallait articuler son histoire autour de ces relations, ou autour des événements de 1917. Peut-être n'a-t-il pas su faire la synthèse de tout ce qu'il avait en tête et le récit a parfois du mal à s'articuler entre les histoires romantiques et le récit historique.

J'ai eu du mal à rentrer dedans, et à rester concentré jusqu'à la dernière page. Pour la première fois, le style de Gibrat m'a semblé lourd, même si les dessins et les couleurs restent fins et aériens.

Jerphanion :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de JerphanionReflet de l'avatar de Jerphanion
22 1 2011
   

J'ai eu quelques difficultés à la première lecture. Dans le tome 2 de Mattéo, Gibrat nous fait vivre la révolution russe à la hauteur des yeux d'un homme, comme Stendhal nous faisait vivre la bataille de Waterloo avec le regard d'un combattant novice (Fabrice, dans La Chartreuse de Parme). C'est-à-dire qu'on est perdu, on a du mal à suivre parce qu'on manque de hauteur. Comme nos héros qui viennent à Petrograd avec des rêves de gloire et se retrouvent, l'un photographe, l'autre cuisinier.

De plus, on s'imagine parfois les événements de 1917 comme le combat des Rouges révolutionnaires contre les Blancs tsaristes. Mattéo n'est ni l'un ni l'autre, c'est un Noir, un anar ! Il vient combattre l'ordre ancien des nobles et des bourgeois, mais se rend compte que ses adversaires les plus hargneux sont les Bolcheviks. Hé oui, tous n'ont pas la même idée de la révolution et il y a des règlements de compte à l'intérieur du même camp ...

Enfin il y a Léa ... une femme comme Gibrat sait les dessiner. Désirable, femme de caractère, mais extrêmement manipulatrice ! Aime-t-elle seulement le petit Français, ou n'est-il pas juste un moyen d'obtenir des médicaments ? Dans cet épisode, Mattéo va perdre ses certitudes : la révolution a un goût amer.

22 11 2010
   

Après avoir abordé le Seconde Guerre mondiale dans ses œuvres précédentes, Jean-Pierre Gibrat ("Le Sursis" et "Le Vol du Corbeau") s’attaque à une série en quatre tomes couvrant la période 1914 à 1939.

Si le scénario du premier volet plongeait le lecteur dans l’horreur de la première guerre mondiale, au sein des tranchées et des champs de bataille, ce deuxième tome se déroule à Petrograd, en compagnie de Gervasio et de ses camarades bolcheviques. N’étant pas vraiment intéressé par la révolution russe, ce passage à l’Est n’a pas réussi à me captiver. Mais, malgré ce fond historique moins intéressant, le développement psychologique de Mattéo demeure intéressant. L’histoire sentimentale développée en arrière-plan demeure également séduisante.

Au niveau du graphisme, rien à redire. Le trait fin de l’auteur, les superbes aquarelles et les jeux de lumière ressortent à merveille, sont de toute beauté et font ressortir toute l’humanité qui se dégage de cette histoire.