46 087 Avis BD |19 961 Albums BD | 7 838 séries BD
Accueil
Mattéo
 
Note moyenne de la série : 3.83

Mattéo

Mattéo est une série BD qui est ou a été éditée chez Futuropolis.
L'auteur de cette série est Gibrat (Scénariste, Dessinateur).

Mattéo est parue initialement en Octobre 2008, le plus récent album référencé sur Coin BD datant de Novembre 2013.

A ce jour, 3 albums BD concernant Mattéo sont référencés dans notre base, et 19 avis BD lui attribuent une note moyenne de 3,83/5.

 

  • Statut : Série en cours
  • Type d'histoire : Histoire en plusieurs tomes
  • Albums parus : 3

 
 
Ajouter un album à cette série
 
 
Evolution de la série Mattéo au fil des tomes :
Evolution de la série Mattéo au fil des tomes
Export Graphique de l'évolution de la série
 

Mattéo, tome 1 : Première époque (1914-1915)

Note moyenne de l'album : 4,17
Octobre 2008
 
Mattéo, d'origine espagnole, ne reçoit pas d'ordre d'engagement lorsque la guerre est déclarée. Mais, ses amis au front, il est pris de remords, et décide de franchir le pas. Sa mère tente bien de s'y opposer, mais que peut-elle face à l'Amour ? Il faut dire que Juliette, la belle fiancée, très patriotique, ne comprend pas le détachement de Mattéo, et elle le harcèle un peu. Guillaume, le fils du noble du coin, lui, est parti au... [suite du résumé]
 
 

Mattéo, tome 2

Note moyenne de l'album : 3,58
Octobre 2010
 
Matteo, déserteur, revient d’Espagne, ou il est devenu anrchiste révolutionnaire. Avant de partir pour la Russie et pour revoir sa mère à l’occasion de l’anniversaire de la mort de son père, il traverse de nouveau les Pyrénées et en profite pour revoir son Amour de jeunesse, Juliette. C’est sans elle mais avec son Ami Gervasio qu’il s’embarque pour Petrograd, ou il retrouve Dimitri, neveu de Gervasio et Lea, militante très radicale. C’est... [suite du résumé]
 
 

Mattéo, tome 3 : Troisième époque (août 1936)

Note moyenne de l'album : 3,75
Novembre 2013
 
En 1918, à son retour de Russie, sous le coup d’un mandat d’arrêt pour désertion, Mattéo s’était livré aux gendarmes, espérant « juste le bénéfice d’un peloton d’exécution, pour solder sa petite existence. » Il écopait de 20 ans de travaux forcés. Il en fit moins de la moitié car les derniers condamnés de la Grande Guerre furent amnistiés en 29. Il s’installait alors en région parisienne, et après avoir cassé du... [suite du résumé]