46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
 

Marvel - Les Incontournables, tome 8 : Hulk

 
 

Résumé

Marvel - Les Incontournables, tome 8 : HulkAfin d'acceder au résumé de Marvel - Les Incontournables, tome 8 : Hulk, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Marvel - Les Incontournables, tome 8 : HulkAprès la collection "Spider-Man - Les incontournables" qui revenait sur les meilleures aventures de Spidey, Panini a édité une deuxième série d’incontournables. Après des tomes dédiés au tisseur, à Iron Man, à Wolverine, aux Fantastic Four, aux X-Men, aux (nouveaux) Vengeurs et à Daredevil, le huitième tome de cette collection, dont chaque tome met en scène l’un de plus grands héros Marvel, est dédié à Hulk. Les tomes suivants seront respectivement dédiés au Punisher et au Ghost Rider. Notons que la date de publication de cet «Incontournable» est telle, qu’elle correspond à la sortie du nouveau film dédié à l’homme vert. Le thème central de cet incontournable est la mort et plus particulièrement celle de Betty.

Le fascicule fac-similé reprend l’épisode #467 («The Lone And Level Sands») de Hulk paru en août 1998 et dessiné par Adam Kubert. Cet épisode clôt le run de Peter David, entamé 12 ans auparavant dans l’épisode #328 («Piece Of Mind», 02/1987). La couverture, montrant Hulk au milieu du Dr. Strange, Iron Man et autres personnages connus ne reflète pas vraiment le contenu de cet épisode déjà publié en français dans Marvel Méga n°10 (07/1999) et Hulk #45 (09/1999). Le récit revient en effet sur la mort de Betty, sous forme d’interview. On retrouve ainsi Rick Jones, narrant cette histoire tragique sous forme de voix-off en répondant aux questions d’un journaliste du Buggle nommé Pete (Peter Parker ?), 10 ans après les faits. Une histoire qui ne m’a pas accroché plus que ça, excepté peut-être la transformation silencieuse d’un Banner, soulagé de planter son humanité alors qu’il semble généralement lutter contre cette transformation.

Le tome cartonné reprend trois histoires indépendantes. Les deux premières, reprennent respectivement les épisodes d’Incredible Hulk #24 et #25 (parus dans Marvel Elite 15 à 17 et Hulk Maxi Livres 3) et d’Incredible Hulk #27 et #28 (parus dans Marvel Elite 19 à 20 et Hulk Maxi Livres 3). Des histoires pas mauvaises signées Paul Jenkins et John Romita Jr qui montrent un Banner incapable de surmonter la mort de Betty, obligé de combattre ses propres démons. Le combat contre son pire ennemi, l’Abomination, est sympa, tout comme le dessin de John Romita Jr. Le dernier récit reprend l’épisode d’Incredible Hulk #82 («Dear Tricia», 08/2005), dessiné par Jae Lee et scénarisé par Peter David. Le graphisme de cette histoire est séduisant et nous emmène dans un décor londonien brumeux assez inhabituel pour le géant vert. L’intrigue, qui tourne à nouveau autour de la mort, est plutôt moyenne, mais l’atmosphère est par contre assez réussie.

Bref, un Incontournable qui est moins bon que les deux précédents (New Avengers et Daredevil).


Chronique rédigée par yvan le 04/08/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.50
Dépôt légal : Juillet 2008

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Marvel - Les Incontournables, tome 8 : Hulk, lui attribuant une note moyenne de 2,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 12 2009
   

Je ne suis pas fan de Hulk, mais je me disais que cela venait sans doute du fait que je connais mal ce personnage. Alors pour aller de l'avant, j'ai cru qu'en lisant les histoires recueillies dans cet album "incontournable" qui, à première vue, a plu à Arzak, j'avais peut-être la possibilité de me réconcilier avec le géant vert. Mais bof...

Pourtant, j'aime bien le dessin. John Romita Jr a un style que j'apprécie même si son encrage me parait trop épais dans les 4 premiers chapitres de cet album. Quant au graphisme de Jae Lee pour le dernier chapitre, il est nettement plus moderne et un peu froid, mais je le trouve assez joli également.

Quant aux histoires, elles ne sont pas aussi bourrins qu'on pourrait le craindre de la part de Hulk, mais je ne les ai guère trouvées captivantes.
La première se résume en quelques mots. Bruce Banner est (très facilement) manipulé par son ex beau-père qui envoie ainsi un Hulk furibond attaquer l'Abomination, assassin de son ex femme. Ca castagne, l'Abomination est assomé et emprisonné. Et voilà, c'est fini.
La seconde met en scène Banner prisonnier de son subconscient, dans un rêve utopique où sa vie serait parfaite et Hulk n'existerait pas. Mais voilà, c'est pas la réalité et il faut revenir à la réalité. Et voilà, c'est fini.
La dernière est à peine plus originale, Hulk rencontre une sorcière qui s'est faite tuer et cherche (et déniche facilement) le coupable avec l'aide de son simili-fantôme. Et voilà, c'est fini.

L'ensemble est étiré en longueur par les atermoiements et les pensées de Banner, qui crie sa douleur, sa peine, sa difficulté à côtoyer dans le même corps une voire plusieurs versions de Hulk. Personnellement, et notamment car je n'ai pas compris grand chose à ces histoires de personnalités, ça me gonfle un peu. Qui est le Hulk Prof ? Pourquoi sont-ils différents ? Pourquoi y a-t-il autant de monde dans la tête de Bruce Banner ? Il me manque des données pour éventuellement apprécier ce type de récit vaguement psychologique.
Même si je lui reconnais une narration plutôt efficace, je ressors donc morose de cette lecture qui ne m'a pas enthousiasmé.

30 12 2009
   

Le principe de cette collection est de proposer une compilation d'épisodes consacrés à un personnage par Tome, avec un supplément sous forme de fac-similé sensé être choisi pour sa particularité. Ce qui caractérise ces "incontournables" est donc l'hétérogénéité de chaque recueil, avec les variations qualitatives que celà implique. Il s'en suit souvent un "effet toboggan" pour le lecteur: on passe du bon au nettement moins bon...
Ce Tome n'échappe pas à la règle et j'ai trouvé l'ensemble tres moyen.
Pour commencer par le fac-similé, il présente l'épisode qui clôture les douze ans d'intervention de Peter David au scénario. Il reprend les temps forts de l'histoire du colosse de Jade à travers un récit en flash-back. Même si le dessin de Kubert est agréable, je n'ai rien trouvé de vraiment marquant et le résultat n'est pas à la hauteur des prétentions avancées. Peter David a été remarqué pour son travail sur la série mais je trouve qu'il en sort par la petite porte...Dommage...
Pour ce qui est de l'album à couverture cartonnée, il reprend dans sa grande majorité des épisodes signés J. Romita Jr. et Paul Jenkins. Là aussi, j'ai trouvé l'ensemble tres inégal, tant au plan du dessin que du scénario. L'épisode qui met en scnène la confrontation de Hulk et de son pire ennemi, l' Abobination est ...abobinable ! Le graphisme est quelconque, la narration et les dialogues relèvent de la banalité. Le résultat est affligeant.
L'épisode suivant est à peine meilleur mais il ne mérite pas non plus qu'on s'y attarde. Le seul épisode signé de ce duo, qui à mon goût, relève un peu le niveau est celui dans lequel Bruce Banner est mis en scène à travers les périgrinations de son subconscient manipulé. Un point de vue et un récit un peu étranges, mais qui ont le mérite de l'originalité.
Enfin, le dernier épisode avec Peter David au scénario et Jae Lee au dessin se démarque vraiment du reste: enfin, de la bonne BD ! Le visuel est tres réussi, à la fois sombre pour l'ambiance et épuré dans son graphisme. Il est servi par un bon scénario: une femme a été assassinée; son corps astral entre en contact avec Hulk à qui elle demande de retrouver l'assasin pour reposer en paix.
C'est le seul épisode qui m'ait procuré un réel plaisir, mais celà n'a pas suffi à compenser le reste.