46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 9 : Notre Dame des Lacs
 

Magasin général, tome 9 : Notre Dame des Lacs

 
 

Résumé

Magasin général, tome 9 : Notre Dame des LacsAfin d'acceder au résumé de Magasin général, tome 9 : Notre Dame des Lacs, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Magasin général, tome 9 : Notre Dame des LacsLe voici donc le 9ème et dernier tome de magasin général. Autant dire qu’on commençait à l’attendre avec impatience, car fort de son succès, la série qui devait au départ ne comprendre que 3 tomes a fini par en posséder le triple. Et si, au fond, l’histoire demeurait plaisante, la critique principale restait, à juste titre, que ça commençait à trainer en longueur.

Mais revenons à ce dernier titre, où on retrouve une Marie enceinte d’un père inconnu (y aurait une allusion biblique ?), et Noël qui entend bien baptiser le bateau qu’il a construit de ses propres mains pendant 8 tomes (une deuxième allusion biblique ?). Comme d’habitude, Tripp et Loisel, partent sur un rythme très lent, pour nous décrire la vie de ce village Québécois de Notre-Dame-Des-Lacs en cette année 1928. C’est assez magique de voir que la sauce prend toujours, cette vie simple, avec ses tracas quotidiens, transpire le bonheur, parfaitement mis en image par cette collaboration des deux auteurs. Certaines scènes n’ont même pas besoin de dialogues, les dessins parlent d’eux-mêmes, et d’autres , qui bénéficient du parler typiquement québécois, rendent les relations à la fois humaines et touchantes.

Voilà un 9ème tome qui finit bien la série, les événements qui y sont relatés sont émouvants. On ferme l’album après avoir compulsé les nombreuses pages de « photos » qui ont le mérite de retracer toute la saga de 1928 et d’aller encore un peu plus loin, jusqu’à l’arrivée de l’électricité dans le village. Voilà une belle série qui se termine en beauté.


Chronique rédigée par Olivier73 le 05/11/2014
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1912 (80,20 %)
  • 39 (1,64 %)
  • 433 (18,16 %)
  • Total : 2384 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,68 15,68 15,68
Acheter d'occasion : 10,20
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67
Dépôt légal : Octobre 2014

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Magasin général, tome 9 : Notre Dame des Lacs, lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 8 2016
   

C’est presque sans surprise que l’on suit ce neuvième album, qui sera centré sur la grossesse de Marie, sur le bateau de Noël, et sur la relation de moins en moins voilée entre Réjean et Serge. Quand on repense au premier tome, à cette Notre-Dame-Des-Lacs qui présentait une figure très traditionnelle, on mesure combien la modernité est venue bouleverser le mode de vie de ces villageois. Je trouve un peu dommage que cette modernité ne soit portée que par le Charleston, que par un prêtre gay ou par une future mère célibataire… c’est un peu réducteur. Même s’il faut bien avouer que l’on aime toujours autant partager les instants de vie de tous ces habitants, habités eux-mêmes d’une sensibilité à fleur de peau. Tripp et Loisel ont réussi ce pari d’un échange et d’un mélange subtils qui ne peut laisser totalement insensible, même si on peut s’interroger sur certains choix scénaristiques qui peuvent sembler exagérés. Toutefois, la partie la plus intéressante de cet album repose selon moi, sur les dernières pages, qui présente l’album photo d’une des habitantes, qui permet de découvrir le devenir des différents personnages croisés pendant ces neuf tomes. Neuf tomes qui finalement ne présentent qu’une année de vie à Notre-Dame-Des-Lacs : une année au cours de laquelle les personnages et les mentalités ont brusquement évolué.

Le dernier tome de "Magasin général" se situe dans la moyenne de la série.

11 12 2014
   

Et voilà, après neuf années de travail en commun, Régis Loisel (au crayonné des planches) et Jean-Louis Tripp (à l’encrage et à la finalisation des dessins) mettent fin à cette saga québécoise réalisée à quatre mains. Cela tombe bien car, au rythme d’un album par an, cette tranche de vie québécoise initialement prévue en seulement trois tomes commençait tout doucement à s’essouffler. Ce neuvième tome est donc l’occasion de profiter une dernière fois de l’alchimie magnifique entre ces deux grands talents de la bande dessinée et de faire nos adieux à cette petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs.

« Magasin Général » raconte l’évolution d’une petite communauté rurale du fin fond du Québec des années 1920-30. Cette chronique rurale dépeint la lente émancipation de cette paroisse québécoise où se met subitement à souffler un vent de liberté et de modernité. Cette révolution tout en douceur vis-à-vis des mœurs de l’époque est faite de gastronomie, de couture, d’airs de Charleston et de valeurs humaines.

Ce récit choral débute par le décès du propriétaire de l’unique commerce de la commune et invite ensuite à suivre la vie des habitants du village sur plus de 600 pages. Le personnage central est Marie, la jeune veuve de Félix Ducharme, qui décide de reprendre les activités du Magasin Général à la mort de son époux, mais les personnages secondaires ne sont pas en reste. Du jeune curé au simplet du village, en passant par les trois bigotes qui finissent par pécher avec le sourire, ces seconds couteaux s’avèrent truculents et leurs tranches de vie font toute la saveur de cette saga. De plus, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses.

Lors de ce final, les auteurs poursuivent cette chronique sociale gentillette et continuent de mettre en avant le caractère des différents personnages hauts en couleurs et, malgré tout, remplis d’humanité et de générosité. De la crise de foi du prêtre à la grossesse inespérée et inexpliquée de Marie, en passant par le retour des hommes et la mise à l’eau du bateau de Noël, le quotidien des habitants est toujours aussi plaisant à suivre. Sans oublier la voix-off de Félix qui, tout comme nous, finit par abandonner le petit village entre de bonnes mains, ou ce générique de fin servi sous forme d’album photo, qui permet de contempler une dernière fois tous nos amis et de faire nos adieux à cette saga profondément humaine qui allie simplicité, humour, bonne humeur, tolérance et générosité. Des valeurs qui se font bien rares de nos jours…