46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 3 : Les hommes
 

Magasin général, tome 3 : Les hommes

 
 

Résumé

Magasin général, tome 3 : Les hommesAfin d'acceder au résumé de Magasin général, tome 3 : Les hommes, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Magasin général, tome 3 : Les hommesTout juste un an après la sortie du tome 2, où Serge, un étrange mais très gentil voyageur, avait "échoué" dans le village de Notre Dame des lacs avant de s'y "imposer", voici le 3ème tome de cette saga québécoise.

C'est la fin de l'hiver et les hommes reviennent enfin au village après avoir "bûché" pendant de longs mois. C'est ainsi qu'ils découvrent cet étrange Serge Brouillet qui est tellement apprécié par les femmes du village et par tous ceux étant resté au chaud pendant l'hiver, que cela en devient agaçant.

Si le 2ème tome du magasin général était très tranquille et ressemblait à une belle fable, cet album va apporter un peu de piment dans la vie du village avec la rivalité qu'entretiennent les hommes avec Serge. La série prend ainsi un second souffle et continue de m'enchanter.

Le duo Loisel/Tripp fait une nouvelle fois des prouesses graphiques. A mi-chemin (la série devrait finalement être en 6 tomes), la série confirme qu'elle est de grande qualité. Un vrai régal !


Chronique rédigée par pigou le 10/11/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 266 (84,71 %)
  • 4 (1,27 %)
  • 44 (14,01 %)
  • Total : 314 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 11,01
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.28
Dépôt légal : Octobre 2007

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Magasin général, tome 3 : Les hommes, lui attribuant une note moyenne de 4,28/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 2 2013
   

Serge qui s’est installé comme restaurateur dans ce petit village paumé du Québec, va avoir bien du souci à se faire dans ce tome 3, car c’est la fin de l’hiver et tous les hommes rentrent des bois. Ils ne vont pas voir d’un bon œil cet étranger qui, profitant de leur absence, est adulé par leur femme.

"Magasin général" est une série spéciale. Spéciale parce que tout semble lent, l’histoire prend son temps, pas de description inutile, les auteurs ont pris parti d’expliquer le plus possible en dessins. On a souvent affaire à des cases sans texte, les yeux et l’esprit se focalisant alors sur la beauté des décors et des détails. Si on analyse le scénario, ça pourrait tenir sur un (gros) timbre-poste, et pourtant c’est une BD de près de 70 pages que nous avons entre les mains.

Ça laisse le temps de bien connaitre les personnages, leurs réactions et de sentir de l’empathie envers Marie ou Gaétan par exemple. J’adore aussi ce petit accent canadien qui résonne aux oreilles à la lecture. Vive les tabarnacks, les niaiseux, les ti-culs…
J’aime beaucoup également la petite note de début expliquant que les auteurs voulaient d’abord faire une série en 3 puis 4 tomes et que finalement ils ont opté pour 6. N’en sommes nous pas au 8 au moment où j’écris ces lignes ?
Tout cela n’est pas très grave tant que la qualité est encore là ce qui est le cas pour ce tome 3.

"Magasin général" est une BD dont il faut apprécier la quiétude, ça se déguste lentement.

24 3 2011
   

Un homme parmi tant de femmes, forcement ça fait "jasé".
Troisième tome, et on se familiarise de plus en plus avec ce petit village et ses habitants.
Notre bon français régale les femmes par ce froid d'hiver pendant que les hommes sont partis aux bois. Mais la jalousie va semé panique parmi les ames...

Voici une très belle histoire, très simple et du déja vu soit mais tellement bien narrée. Les auteurs y dégagent beaucoup d'émotion grace a leur complicité dans le dessin et la narration.
Plus je lis de tomes et plus j'apprécie la série comme son graphisme avec de beaux décors...

Le seul "hic" qui m'agace ce sont les expressions québécoises, parfois incompréhensibles et heureusement que certaines sont traduites.
C'est sur que les lecteurs apprécieraient davantage si chacun avait la série avec son propre patois...

20 2 2010
   

La chronique de ce petit village Québécois continue avec le retour de ses hommes d’une longue saison d’abattage en forêt.
Et ils vont découvrir les changements survenus depuis leur départ, mais eux, ne vont pas le prendre aussi bien que le reste des habitants.
Le drame couve dans ce 3ème tome. En tout cas c’est l’impression que l’on a après 2 tome passés parmi ses habitants dans une ambiance de bonheur parfait. Donc le moindre grain de sable nous semble d’autant plus dramatique.
Les auteurs posent donc parfaitement les ambiances qu’ils désirent. A la fois par la chaleur, le soyeux du dessin, par sa superbe mise en couleurs mais aussi par la maitrise de la mise en scène.
Ils usent bien de la voix off du mort, observateur comme le lecteur, qui n’a pas toujours raison alors qu’on a tendance à prendre ce genre d’interventions « off » pour argent comptant. Très bon stratagème pour orienter les attentes du lecteur dans le sens voulu par l’auteur.
Dans cet album extrêmement émouvant sur la fin, où l’on croise nombre de personnages attachants, les caractères se révèlent. C’est comme dans la vraie vie en fait. Lorsqu’on rencontre de nouvelles personnes (1ers tomes) ils paraissent tous parfaits. Puis avec le temps on découvre leurs petits travers.
J’ai trouvé quelques longueurs quand même au milieu du récit mais je ne sais pas si c’est dû à un mauvais dosage de l’action ou à mes conditions de lecture (2 tomes d’affilée) ?
Un 3ème tome encore réussi qui complète une série fort attachante.

11 4 2009
   

Certainement le meilleur tome de cette série pour moi, on arrive enfin au dénouement de cette histoire et j'ai lu cet album d'une traite, sans m'en rendre compte, contrairement aux deux tomes précédents. Ce tome a un effet libérateur sur l'ensemble de l'histoire. La tension, qui monte doucement au cours deuxième tome explose ici avec le retour des hommes au village, qui ont du mal à accepter le nouvel arrivant. Serge le dit bien, il a bouleversé l'équilibre du village, qui après avoir été présenté comme très uni dans le premier tome, présente ici un clivage profond. La colère de Marie est surprenante, on ne s'attendait pas à une telle réaction de la part de cette femme, presque effacée dans ce village. Cette réaction stigmatise celle des femmes du village entier.

Avec ces ruptures, avec cet équilibre brisé, avec les réactions prêtées aux uns et aux autres, les auteurs ont réussi à créer de la surprise, à créer du rythme en nous contant ce retour des hommes au bercail. J'ai beaucoup apprécié ce troisième tome qui conclue bien cette histoire, qui semblait un peu pâlichonne dans les deux premiers albums. Les personnages gagnent en profondeur, se dévoilent, et développent une vraie personnalité, individualité qui leur manquait peut-être jusqu'alors...

Quant aux dessins, c'est encore superbement réalisé, sans fausse note, une "patte", une âme, quelque chose d'unique, qui colle tellement bien à l'atmosphère décrite. Un très très bon album que celui-ci.

12 1 2009
   

Changement de ton avec cet album.
Si les deux premiers tomes versaient dans le calme et dans la volupté, ici, le retour des hommes change la donne !
Les maris rentrent de leur longue absence hivernale et découvre la présence de Serge. Forcément, les nouvelles habitudes prisent par leurs femmes ne leurs plaisent pas et ils le feront savoir. Nous avons donc droit à une violence physique mais surtout psychologique.
Toujours à force de petits riens, les auteurs réussissent à remplir leurs 80 pages. Et nous de les lire sans même s'en apercevoir.
Une fois encore, la vie faite de petits riens prend le dessus et offre largement de quoi combler ce troisième tome.
J'aurai tendance à présenter cette série et à la comparer à du Zola…
Décrire la vie, simplement mais efficacement. Du style, des petits détails qui donnent le réalisme et la crédibilité à l'œuvre. Une précision incroyable et des personnages de premier abord fades et insipides mais qui cachent tous des secrets qui bouleverse notre vision de leur vision. Le curé en première ligne, ingénieur dans l'âme qui est capable de construire un bateau de A à Z.

Le dessin est toujours aussi bien adapté, mélange de finesse de trait de multitudes de détails, et de trait semi réaliste, un peu campagnard, un peu rude, comme ces hommes et ces femmes que les auteurs dépeignent si bien dans cette série.

Pourtant la fin m'a un peu gêné. Certes, il fallait trouver encore une pirouette pour prolonger la série (mais était-ce utile ?) et là, j'ai vraiment l'impression que les auteurs ont pris un truc à la mode pour faire plus de bénéfice.

D'ailleurs, regret, cette série initialement prévue en 3 tomes, est prolongée en 5 ou 6 tomes…Les auteurs nous l'annoncent, soit disant parce que 3 tomes étaient trop courts pour mettre tout ce qu'ils voulaient. Mais vu le succès de cette série, ni aurait-il pas autre chose de plus matériel ?
J'espère juste que la qualité n'en sera pas gâchée. Déjà, cette fin est à mon avis bancale et s'intègre mal au reste du sujet plus léger et campagnard. L'introduction d'un sujet de cette envergure est pour ma part, justement hors sujet. 

11 6 2008
   

J'avais bien aimé la lenteur et la fraîcheur des deux premiers tomes. Disons-le tout net, ce troisième opus met la barre encore plus haut pour un résultat (presque ?) parfait.
J'ai dévoré ce livre de bout en bout. Pourtant, il se passe toujours aussi peu de choses. On est toujours dans ce petit village du Québec des années 20-30. L'intégration de Serge au sein de la communauté semble être acquise et le restaurant va bon train, rendant heureux tous ceux qui y sont conviés. Mais tout n'est pas si simple puisque "les hommes" vont rentrer de leur travail hivernal. Et le petit grain de sable qu'est Serge dans leurs petites habitudes va très vite les agacer.
De l'insouciance des premiers tomes, on passe à une violence assez importante. Violence physique, mais aussi psychologique. On découvre certains traits de personnalité qu'on ne soupçonnait pas chez les personnages. Même Marie s'énerve ... c'est dire !
La violence est également présente au niveau des sentiments. L'amour, la haine ... tout ça est très proche. Et même si le renversement de situation concernant Serge était assez prévisible, il n'empêche que ça sonne vrai.
Et c'est justement la force de cette série (et de ce tome en particulier) : les personnages jouent juste et bien la comédie de la vie. C'est un véritable petit théâtre vivant où joies, peines, déceptions, jalousies, amour, haine, incompréhensions, silences et non-dits se côtoient allègrement.
Le tout est évidemment servi par le dessin hybride magnifique de Loisel et Tripp qui régalent nos rétines à chaque case. Le trait est agréable, les couleurs sont superbes et les personnages ... réalistes. Réalistes dans le sens où ils ne sont ni trop beaux ou trop moches. Des gens normaux.
Je finirai sur les dialogues qui sont pour ma part, très réussis avec des expressions locales (il faut parfois s'accrocher pour comprendre) sympathiques.

Bref, je ne saurai trop vous conseiller de lire cette série qui, j'en suis sûr, vous ravira autant que moi.

3 12 2007
   

Quel bonheur de retourner au fin fond du Québec des années 1920-30, dans la petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs, habitée par quelques familles … et par Serge, dont les talents culinaires ont fait fureur dans le tome précédent. Mais, avec le retour des hommes de leur campagne d’hiver, c’est tout l’équilibre de cette petite communauté campagnarde québécoise qui se voit perturbé. Un retour empli de jalousie et qui va déclencher une véritable guerre des sexes au sein du village. Par rapport à la quiétude et la solidarité qui animaient encore cette microsociété harmonieuse durant les fêtes de Noël du tome précédent, ce tome va sombrer dans une violence rare (Marie va carrément aller jusqu’à lancer un tabouret, c’est tout dire).

Mais, blague à part, malgré cette rivalité soudaine qui vient perturber le quotidien des habitants, on reste bel et bien au milieu d’une chronique sociale gentillette. Une histoire qui continue de mettre en avant le caractère des différents personnages hauts en couleurs et, malgré tout, remplis d’humanité et de générosité. Et afin d’augmenter l’authenticité de ce petit village dans la prairie, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses.

Le dessin hybride Loisel – Tripp continue de faire mouche, avec Régis Loisel ("Peter Pan", "La Quête de l'oiseau du temps", "Le Grand Mort") au crayonné des planches et Jean-Louis Tripp à l’encrage et à la finalisation des dessins. Une alchimie magnifique entre ces deux grands talents, qui nous reproduisent cette tranche de vie québécoise avec brio et nous livrent plusieurs planches muettes merveilleuses.

Initialement prévue en 3 tomes, cette tranche de vie québécoise devrait finalement en compter 6. Hostie, ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre !

10 11 2007
   

Comme l’indique le titre, c’est maintenant vers les Hommes que se tournent les regards. Ils rentrent, comme d’habitude de leurs campagnes hivernales de bucheronnage, et ils découvrent leur village, leurs femmes complètements changés. Leurs réactions vont être épiques.
Merveilleuse histoire qui nous plonge dans cette ambiance de village rural au fond du Québec, ou il suffit d’une personne différente pour bouleverser en profondeur l’existence des habitantes de ce village. Début d’évolution pour des Femmes peu habituées aux raffinements, dialogues du pays dans un accent parfois difficile à déchiffrer, personnages empreints d’une grande sensibilité, c’est un régal que de se plonger dans ce troisième opus qui nous transporte avec allégresse. Pourtant, j’aime sans plus le dessin qui ne rend pas les personnages très beaux, mais qui rend à la perfection l’ambiance travailleuse, bigote, rude de cette vie rurale isolée.
Donc, ce troisième opus continue dans la même ligne que les deux premiers, même si l’ambiance y est moins légère.
Un régal…