46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 4 : Confessions
 

Magasin général, tome 4 : Confessions

 
 

Résumé

Magasin général, tome 4 : ConfessionsAfin d'acceder au résumé de Magasin général, tome 4 : Confessions, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Magasin général, tome 4 : ConfessionsC’est la bonne humeur qui règne au village de Notre Dame des Lacs. Serge est maintenant accepté et tout pourait aller dans le meilleur des mondes. Mais voila ce serait trop simple. Il faut du piment pour qu’une histoire puisse durer. Et celle-ci va durer, car les auteurs, maniant avec délicatesse les sentiments humains savent nous émouvoir en faisant évoluer la situation dans une certaine direction. Evidemment je ne dirais rien de plus sans risquer de dévoiler la trame de l’histoire. Mais si dans le tome 3, l’action avait été quelque peu plus présente, cet album coule de nouveau tranquillement au fil des pages. Pourtant, à aucun moment on ne s’ennuie. La lecture se fait lentement, paisiblement et l’ambiance si particulière de cette campagne isolée s’infiltre, s’insinue peu à peu dans l’esprit. Moi qui vis à la campagne, je me sens bien dans cette histoire rustique et si poétique.
Le dessin de Loisel et Tripp est égal aux premiers albums et l’émotion apparaît sur certaine page d’une manière très forte.
C’est avec regret que l’on referme ce quatrième opus, avec beaucoup de questions sur la suite que prendra ce formidable récit humain.
C’est donc une très bonne suite à cette série toute en douceur et en harmonie avec la Nature


Chronique rédigée par niavlys le 07/12/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 11,24
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Octobre 2008

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Magasin général, tome 4 : Confessions, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 3 2013
   

Cette série n'en finit pas de métonner, je me rappelle avoir été surpris par la lenteur du 1er tome qui m'avait laissé sur ma faim. Et puis petit à petit, il faut croire que je me suis habitué. Car ce 4ème tome est peut-être encore plus lent que d'habitude, certaines pages sont dénuées de tous textes, laissant la contemplation prendre le dessus sur la parole. On peut résumer ces 70 pages en quelques mots: comment annoncer au villageois que Serge ne peut pas épouser Marie du fait de son homosexualité ?

Le temps s'écoule lentement au rythme des petits détails qui font la vie: un décès, un baptème, une adoption, une beuverie entre ami, un poème déclamé, des clous plantés avec force pour se calmer.

"Magasin général" est une BD qui s'apprécie avec le coeur autant qu'avec les yeux. Tout y est (pour le moment) merveilleusement bien amené, décrit et dessiné.

C'est peut être la BD opposée de "Bouncer" et ça fait du bien aussi, un peu de calme dans ce monde de brutes.

20 9 2010
   

On pourrait se dire qu'à ce stade, après trois tomes qui se déroulent sur un mode tranquille dans la bourgade de Notre Dame des Champs, il y avait moyen de lasser le lecteur. Eh bien non, on retrouve tout ce qui fait le charme de cette histoire, toujours composée de petits riens, de regards, d'idées échangées. Beaucoup de vignettes présentent la vie de ce petit village au travers de scènes muettes. Et pourtant, on ne peut s'empêcher de s'attarder, goûtant avec plaisir chaque trait et chaque couleur. C'est un bel ouvrage, une belle œuvre qui nous est présentée ici, et les talents combinés de Loisel et Tripp en font quelque chose d'unique et de rare. J'ai apprécié cette scène qui dure un peu en longueur, où des villageois se serrent les coudes pour permettre à Serge et Marie de se sortir honorablement de la situation dans laquelle ils se sont mis, j'ai aimé cette touche de poésie avec le poème d'Alcide, et j'ai été surpris des dernières pages de cet ouvrage, où Marie crée une situation impossible. Une belle surprise de dernière minute, qui promet d'accélérer le rythme de cette histoire dans le futur tome.

21 2 2010
   

Que dire sur ce 4ème tome lorsqu'on a déjà avisé les 3 premiers ? La qualité du dessin comme de la mise en scène est constante. Ca continue donc à être très bon.
On fait partie du village et on observe son évolution, au rythme des morts et des naissances.
Les rapports humains évoluent doucement autour de Marie, le personnage centrale qui, comme le lui dit Serge à un moment donné, semble passer son temps à pleurnicher.
Un coup de théâtre à la fin du tome 3 compromettait sérieusement sa laison avec Serge. Un autre évènement final dans celui-ci va à nouveau modifier la donne. Reste à savoir si les choses s'arrangent ou s'aggravent : ça dépendra des réactions des autres habitants.
Lisons donc le prochain tome...

15 4 2009
   

Et c’est reparti pour la suite de ces très belles et bonnes chroniques villageoises du début du 20ème siècle ; surtout qu’elles se passent dans un coin vraiment perdu du Québec.

Une fois de plus j’ai retrouvé mes « cousins de là-bas » avec leurs expressions de tout genre. Et je me suis plu à retrouver la veuve Marie et son magasin, et Serge qui lui serait un mari idéal. Un Serge, d’ailleurs, qui s’y dérobe. Pourquoi ?…
On va l’apprendre dans ce tome où les auteurs lèvent le voile sur le secret de Serge. Mais ce secret dévoilé sera-t-il accepté par les gens de Notre-Dame-des-Lacs ?…

Loisel et Tripp ont encore concocté une bien belle histoire. J’ai retrouvé avec un vrai plaisir ce coin de la « Belle Province » avec sa communauté isolée qui en fait –d’une certaine sorte- l’histoire.
Les auteurs offrent à nouveau un très beau travail de complémentarité : Loisel réalise les premiers crayonnés, Tripp les repasse, les arrange à sa façon puis s’occupe de l’encrage. Il en ressort un graphisme délicat, très personnel, un peu comme ces chromos colorés des années 20/30 qui garnissaient les pages des cahiers d ‘écolier.

Ces « confessions » ?… un album où truculence et tendresse se mêlent pour vous faire plaisir, vous faire rêver aussi…

9 12 2008
   

Loisel et Tripp nous servent ici le quatrième volet d’une série initialement prévue en trois tomes. Tout comme Serge (et le lecteur), les auteurs ont donc du mal à quitter la petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs et décident de prolonger ce séjour empli de bonheur au fin fond du Québec des années 1920-30.

Lors de l’épisode précédent, le retour des hommes de leur campagne d’hiver avait fortement perturbé l’équilibre de cette petite communauté campagnarde québécoise et avait même déclenché une véritable guerre des sexes au sein du village. Avec un baptême en perspective, ce sont à nouveau la quiétude et la solidarité qui animent cette microsociété harmonieuse. C’est cette fois, au sein de la relation entre Marie et Serge que les principales tensions sont à déceler. Mais, malgré les soucis de Marie et Serge, on reste bel et bien au milieu d’une chronique sociale gentillette. Une histoire qui continue de mettre en avant le caractère des différents personnages hauts en couleurs et, malgré tout, remplis d’humanité et de générosité. Le passage montrant Serge, Noël et le curé en train d’enfoncer des clous pour finalement se retrouver autour d'une petite prune est à ce titre assez succulent. Au fil des pages, cette histoire profondément humaine continue d’allier simplicité, humour, bonne humeur, tolérance et générosité. Et afin d’augmenter l’authenticité de ce petit village dans la prairie, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses. Hostie !

Le dessin hybride Loisel – Tripp continue de faire mouche, avec Régis Loisel ("Peter Pan", "La Quête de l'oiseau du temps", "Le Grand Mort") au crayonné des planches et Jean-Louis Tripp à l’encrage et à la finalisation des dessins. Une alchimie magnifique entre ces deux grands talents, qui nous reproduisent cette tranche de vie québécoise avec brio et nous livrent plusieurs planches muettes merveilleuses.

Vivement les deux derniers tomes de cette succulente saga !