45 801 Avis BD |19 827 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 2 : Dieu par la racine
 

Lune d'argent sur Providence, tome 2 : Dieu par la racine

 
 

Résumé

Lune d'argent sur Providence, tome 2 : Dieu par la racineAfin d'acceder au résumé de Lune d'argent sur Providence, tome 2 : Dieu par la racine, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Lune d'argent sur Providence, tome 2 : Dieu par la racineSuite et fin de ce diptyque détonant.
Après un premier tome éclatant, maitrisant scénario et dessin avec force et brio, après pratiquement 3 ans d'attente et de frustration, il était normal de se demander si Herenguel avait réalisé ce tome 2 sous la contrainte ou si réellement il avait pris son temps afin de nous livrer une suite digne du premier tome. Heureusement pour nous lecteur, c'est la deuxième solution qu'il faut retenir !
Herenguel conclut son histoire avec brio. Le scénario, Western mâtiné de fantastique, d'ésotérique, d'historique et d'horreur continue d'avancer sur un rythme extrêmement soutenu. Les personnages se livrent un peu plus et de nous personnages prennent une importance nouvelle même si pas inattendue. Plus que l'importance de chacun, il s'agit bien de leur rôle sur lequel il convient de s'attarder, car certains personnages au final sont vraiment surprenant. Et jusqu'à la dernière seconde, je me serai laissé emporter par ce flot d'adrénaline, par ce flot d'action bestiale. Cette aventure au fond des bois la nuit comporte tous les éléments du genre, mais parfaitement revisités, parfaitement mixé. Le scénario qui nous est offert s'il ne présente rien de nouveau a cette force de tout reprendre sans tomber dans la banalité. Le mélange des genres est extrêmement bien maitrisé. J'ai tout simplement adoré ce qu'Hérenguel nous a livré ici. La vision personnelle d'Hérenguel est vraiment agréable. J'espère que son père lui a fabriqué dans son enfance un autre jouet qui saura l'inspirer autant pour un nouveau scénario de cet acabit !
Le scénario va crescendo, offrant une intensité de tous les instants. Difficile de respirer et même tourner les pages nous fait retenir notre souffle plutôt que de le reprendre.
Enfin, les 64 pages de ce tome 2 permettent une fois encore à l'auteur de rebondir maintes fois et d'offrir un final qui n'en finit pas. A chaque fois que l'on pense enfin le calme revenu, hop on nous en rajoute une petite couche pour notre grand bonheur.

Et de plus, comme pour le premier tome, les dessins, sont toujours aussi fabuleux. La finesse du trait associé au souci du détail, la précision du geste associé à la beauté des postures, la pertinence des cadrages associé au découpage intelligent offre une BD de grand cru !
Et comme pour le premier tome ce trait fabuleux est sublimé par une mise en couleur magique ! Herenguel continue de jouer avec les ambiances avec classe. La lumière est toujours aussi sublimement maitrisée offrant une fois encore quelques tableaux d'où se dégagent une force et une puissance surprenante. Herenguel, par sa maitrise joue non seulement avec la lumière, mais logiquement aussi avec les ombres jouant ainsi encore plus avec nos peurs. L'inventivité d'Herenguel pour certains décors, certaines mises en scènes me donne un vrai plaisir des yeux, tel que j'ai très rarement eu l'occasion de le souligner. Si ce n'est pas la perfection, cela la frise allégrement et doit bien la toucher à quelques instants ! Difficile de tout expliquer en une critique sans devenir irrémédiablement trop long et finalement ennuyeux.

Petite déception, puisque je dois bien essayer de trouver des défauts à cette série qui n'en a pas, cette première édition n'est pas livrée dans sa pochette protectrice avec son ex-libris qui aurait fait de cette série plus qu'un culte.

Voilà, c'est terminé. C'est la classe. Une série comme j'en ai vraiment rarement lu. Une série qui cristallise tout les genres que j'aime dans un scénario musclé, dynamique et associé à un dessin hors concours.

Merci M. Herenguel.


Chronique rédigée par Chalybs le 22/04/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 1026 (91,94 %)
  • 52 (4,66 %)
  • 38 (3,41 %)
  • Total : 1116 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 7,94
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Avril 2008

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Lune d'argent sur Providence, tome 2 : Dieu par la racine, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

22 2 2018
   

Le premier tome nous avait laissé en plein suspense avec une Cathy évanouie au milieu de créatures dangereuses. Il nous avait aussi laissé avec la formidable impression d'avoir lu une bande dessinée extraordinaire, signée par un Herenguel aussi à l'aise dans son rôle de scénariste que dans celui de dessinateur. C'est donc avec un grand plaisir que l'on retourne à Providence pour la fin de ce diptyque.

Visuellement, c'est toujours remarquable. Cathy est sensuelle en diable, le charisme des personnages masculins est évident (de l'Indien au chasseur de primes, en passant par le shérif) et les créatures fantastiques... ah, les créatures sont mémorables ! A la fois inquiétantes et majestueuses, sinistres et sublimes, les différentes apparitions sont un plaisir pour l’œil. On s'attarde sur bien des cases tant les planches sont soignées. On prolonge ainsi le plaisir de l'immersion, bien que l'album soit déjà plus épais que la moyenne.

Les événements s'accélèrent jusqu'à la conclusion de cette histoire mêlant le western et le fantastique avec une réussite évidente. Il y a eu ensuite "The sixth gun" pour reprendre avec brio ce cocktail, mais on lit peu d'albums de ce genre et des années après sa parution (c'était en 2008), "Lune d'argent sur Providence" reste une référence incontournable. Le deuxième album est peut-être un poil moins réussi que le premier en terme d'ambiance, mais cela reste un album au-dessus du lot et il est impensable de passer à côté.

Donc, si vous n'avez pas encore ce diptyque, ruez-vous chez votre libraire avant que cette oeuvre ne soit plus disponible (ça peut arriver, hein...).

26 11 2008
   

J'ai trouvé cet album de moindre qualité que le précédent, même s'il reste de très bonne facture. Pour tout dire, je l'ai trouvé un peu longuet : j'ai eu l'impression que, ne sachant choisir entre plusieurs fins envisagées, l'auteur à décidé de les mettre toutes les unes à la suite des autres, d'où cette impression de longueur...

Sinon, j'ai totalement adhéré au village de Providence tel que décrit par Hérenguel, j'ai toujours autant apprécié les dessins, véritable force de cet ouvrage. Les bébêtes font vraiment froid dans le dos, le spectre m'a laissé une très grosse impression (même s'il m'a arraché un peu de tristesse), les paysages et intérieurs (par exemple, la bibliothèque) sont remarquables, et les bouilles des personnages sont ahurissantes.

Concernant le scénario, c'est très dense, les sujets arrivent à une vitesse folle, d'où une impression de fouillis, mais finalement on en distingue la trame générale. C'est bien construit, si l'on excepte la fin de l'ouvrage. J'apprécie particulièrement comment Hérenguel nous surprend à chaque planche, j'aime cette imagination fertile, je regrette juste que l'organisation des fruits de cette imagination ne soit pas au niveau de celle déployée dans le premier tome.
J'aurais aimé également avoir plus d'informations sur Deadwood et le pasteur, et sur le rôle de l'indien : pour moi, le rôle de ces protagonistes est encore un peu obscur (mais je n'ai peut être pas tout compris, hein!). De même, j'ai été un peu perdu du fait de la juxtaposition de croyances indiennes et du secret des templiers : les surprises dans ce scénario, les éléments nouveaux sont tellement nombreux que j'ai eu du mal à tout digérer. Une deuxième lecture s'imposera donc.

Ah! Que la critique est facile... surtout lorsque l'on se trouve en présence d'un petit bijou sur lequel les impuretés se voient d'autant plus.

Ce tome clôt un dytique qui, d'une manière générale, est d'une immense qualité. Je me suis régalé à sa lecture, réjoui face aux dessins, interrogé sur le scénario, laissé surprendre par l'ensemble. Seul regret : cette impression de fouillis et de longueur dans ce deuxième opus.

5 6 2008
   

Suite et fin de ce diptyque aux frontières des genres. L’enquête concernant les mystérieux meurtres dans ce bled nommé Providence prend maintenant des allures de chasse à l’homme. La tension monte au sein du petit village, les habitants s’affolent et le rythme de ce merveilleux hybride de western et de fantastique que nous livre Eric Hérenguel s’emballe. Les révélations et les rebondissements fusent, le mysticisme et les anciennes légendes indiennes viennent bousculer la réalité et le passé des habitants de Providence.

Les décors soignés et détaillés de l’auteur sont magnifiques. Les couleurs et les lumières plantent le lecteur soit dans un paysage printanier qui hume la feuille morte légèrement humide, soit dans une ambiance fantastique bleuâtre et brumeuse qui s’empare de la forêt et de ses alentours. Les dialogues sont soignés et, au passage, l’auteur de "Krän" n’oublie pas de distiller quelques bonnes pointes d’humour.

A noter également, le merveilleux blog (http://lunedargentsurprovidence.over-blog.com) de l’auteur qui, de manière très intéressante et didactique, lève le voile sur les différentes étapes qui ont permis à ce petit chef-d’œuvre de terminer dans vos mains. De quoi mieux comprendre et respecter la trentaine de mois qui séparent les deux volets de cette histoire.

Bref, un diptyque indispensable !

1 6 2008
   

Ce second et dernier tome ferme l'histoire fantastique présenté dans le premier opus.

On retrouve donc cette petite ville si chère à H.P. Lovecraft en pleine tourmante, envahie par une présence obscure et mystique qui décime tout sur son passage. Le village est révolté, une véritable chasse à l'homme est lancée, et nos héros se débattent dans cet univers de dingue pour trouver des réponses et une solution à un enfer incontrôlable.

Le premier tome présentait les faits et prenait le temps d'instaurer une ambiance mystérieuse et sombre, promenant le lecteur par le bout du nez en lui promettant un final puissant.
Ce final, le voilà : action à tout va, révélations fortes, tout s'enchaîne très vite alors que des personnages jusqu'ici très secondaires révèlent leur vraie nature. Effrayant, le comportement de certains d'entre eux se révèle finalement être tristement humain...

Le dessin est surpuissant, à des kilomètres de "Krän". En fat, c'est surtout la couleur traditionnelle qui donne une force incroyable à la série, le dessin en étant réellement transcendé. C'est superbe.
On notera que les personnages (en particulier Cathy) ont rapidement changé de look graphique : les traits sont plus assurés, certaines proportions changent.. rien de véritablement marquant dans la lecture, mais l'héroïne du début de premier tome et du fin de second tome n'a plus la même tête :)

Cette série est brillante. De plus, elle a le bon goût de se terminer en deux tomes à la qualité indéniable. Foncez !

27 4 2008
   

Ça reste du haut niveau, de la BD de création, au style assez unique.
J'adore d'abord les dessins des décors, les lumières, les ombres. Je ne m'arrête pas souvent sur des cases, mais là l'auteur a réussi ce pari. Chapeau !
Certaines images (la bibliothèque, le train) ou certains choix de cadrage m'ont cloué au livre.
Les personnages sont un peu moins réussis, selon moi.

L'histoire est encore fantastique, un peu plus tarabiscotée, un peu moins nette mais bien dans la lignée des monstruosités attendues.
Par moment, j'ai pensé à Lovecraft ou à Poe, à leurs récits entre réel et mondes proches et refoulés, effrayants. Et leur bestiaire aussi.
Le tueur Deadwood apporte vraiment à ce tome 2, et avec le Shérif et la belle Cathy ils forment vraiment les éléments actifs et constructifs (si si) du livre. Eux veulent vraiment faire cesser les horreurs, alors que d'autres les catalysent.

La lecture terminée, je pense quand même que c'est un peu moins complet, un peu moins surprenant et un peu plus difficile à suivre que le 1er tome.
Et les justifications mythico-religieuses, où les indiens jouent un rôle ambigu, m'ont par moment semblé un peu forcées.

Cependant, il ne faut pas passer à côté de ces 2 livres, venus de nulle part (d'une porte de l'autre côté de la création ?) et prometteurs pour la carrière d'Hérenguel.
Remets nous la sauce, gars ! Je serai à tes côtés.