46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Second livre
 

Lulu femme nue, tome 2 : Second livre

 
 

Résumé

Lulu femme nue, tome 2 : Second livreAfin d'acceder au résumé de Lulu femme nue, tome 2 : Second livre, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Lulu femme nue, tome 2 : Second livreSuite et fin de ce diptyque intimiste consacré à l’escapade de Lulu, une femme de 40 ans qui décide de quitter son foyer afin d’errer à travers la France. A la recherche de soi-même et dans l’espoir de faire le point sur un quotidien grisâtre et des perspectives encore plus sombres, cette mère de famille part faire le vide, dans l’espoir de combler le sien.

Sur la terrasse de la maison familiale, Xavier profite de ce nouveau tome pour passer le relais narratif à Morgane, la fille de Lulu. Accroché à sa bande dessinée, le lecteur est tout ouïe pour connaître la suite des aventures de cette femme qui décide de tourner le dos à la monotonie de son existence. Au hasard des rencontres, l’auteur continue de livrer une galerie de personnages dont il a le secret. Après le mari alcoolique, trois enfants attachants, le mystérieux Charles et ses irrésistibles frères, le lecteur découvre Marthe, une vieille femme solitaire. Au fil des pages, les deux femmes vont tisser des liens d’amitiés et partager une joie de vivre, retrouvée le temps d’une rencontre insolite. A travers ce duo atypique, Davodeau prouve une nouvelle fois son talent à dresser des portraits humains d’une authenticité incroyable. Une justesse extrême qui se retrouve jusque dans les moindres détails de la narration.

Le lecteur, lui, prend plaisir partager la fuite nonchalante de Lulu et referme cet album avec le sentiment d’avoir voyagé, d’avoir rêvé …. Au fil des pages il embrasse ce sentiment de liberté qui lui est offert à travers cette chronique sociale et accompagne Lulu dans son évasion. Il découvre également le fin mot de cette veillée funèbre que l’auteur entoure de suffisamment de mystère afin d’agrémenter cette quête identitaire d’un suspens certain.

Au-delà de la justesse des dialogues et des personnages, Davodeau parvient également à livrer un décor et une ambiance qui accentuent encore ce sentiment d’évasion. Des couleurs douces accompagnent cette histoire simple et touchante et apportent énormément de saveur à ce voyage rempli de profondeur.

Du grand Davodeau !


Chronique rédigée par yvan le 24/03/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,44 15,44 15,44
Acheter d'occasion : 15,39
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Avril 2010

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Lulu femme nue, tome 2 : Second livre, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 6 2016
   

Ce deuxième album présente les même qualités que celles du premier album. On retrouve cette capacité de Davodeau pour décrire des sentiments et des situations qui paraissent authentiques, teintés d’une admirable humanité. Cette relation entre Lulu et Marthe, et même cette relation avec Virginie, sont d’un réalisme saisissant. Que ce soient dans les postures, dans les dialogues, ou dans les regards (complices, espiègles, déçus, tristes…) tous les personnages présentés ici présentent une bien belle authenticité.

En revanche, au niveau du scénario, on a un peu l’impression d’un bis repetita, dans lequel l’histoire d’amitié avec Marthe a remplacé l’histoire d’amour avec Charles. C’est plein de tendresse, et cette vieille femme est sympathique, mais au-delà, il ne se passe pas grand-chose. Après le premier album, on aurait pu s’attendre à un deuxième tome plus mouvementé et il n’en sera pas grand-chose. dans la dernière vignette de l’album précédent, on se doutait qu’il y avait un mort : la curiosité quant à l’identité de la victime est finalement le seul moteur de cet ouvrage, qui ne propose pas vraiment de nouveauté par rapport au premier tome. Par contraste, on se dira que pour 16 ans, Morgane est quand même bien (trop) mature.

Le voyage de Lulu reste une belle expérience, sensible, drôle, tendre mais également triste et difficile. Il met en exergue une femme peut-être trop comme les autres qui a cherché à quitter sa normalité en quête d’authenticité. Mais on retrouve dans ce deuxième album les même ingrédients que dans le premier tome, lequel présentait vraiment de la nouveauté un peu éventée ici.

20 4 2015
   

Dans ce deuxième tome, Lulu fait la rencontre de Marthe.
Cette dernière a 80 ans, est aussi solitaire mais a, en plus, le caractère bien trempé.
Et cette dame décide de prendre Lulu sous son aile, pour lui faire parler de cette histoire d’errance. Errance, oui, mais Lulu ne laisse pas ses proches sans nouvelles d’elle.
Elle avait simplement envie de « partir », de quitter cette vie qui l’étouffait. C’est vrai, Lulu allait sans but.
Elle écoutait, elle observait les saisons de la vie. Elle voulait, tout simplement, goûter à cette liberté qui semblait la narguer.
Une histoire simple, somme toutes, comme des centaines de disparitions volontaires qui ont lieu chaque année en France.
Mais cette histoire donne une certaine souplesse et du souffle à cette histoire.
Alors j’ai lu et vu la vie, l’errance, la solidarité aussi. Ca m’a fait comme une grande respiration et l’entièreté de ce volume, cette rencontre, m’a rassuré sur ce que nous sommes.
Un opus tout simple…mais qui fait du bien.

28 4 2012
   

Il fallait bien un deuxième tome pour qu'on en sache un peu plus sur Lulu. Sur son escapade, sur sa manière de voir les choses, sur la gestion de son absence imprévue par sa famille. Et sur ce mystérieux mort qui était à peine évoqué mais qui laissait entrevoir une issue tragique.

Fin de l'histoire donc, qui répond à toutes les interrogations ou presque. Les esprits les plus cartésiens ne seront peut-être pas pleinement satisfaits car l'errance de Lulu n'est pas réellement expliquée. On perçoit le vide qu'elle ressent, son besoin d'une parenthèse enchantée et d'un moment où tout redevient possible. Mais comme tout pétage de plomb, l'explosion de Lulu ne peut pas être véritablement expliquée - et c'est bien ainsi.

Davodeau conserve son ton intimiste, évoque les petits riens que Lulu apprécie pleinement parce qu'elle est dans un état second. La narration se fait beaucoup par Morgane, la fille de Lulu, quand c'est Xavier qui racontait dans le premier épisode. Le récit perd un peu en intensité (la petite histoire d'amour avec Charles était très touchante et n'apparaît plus ici), Lulu semble davantage se disperser. L'ambiance générale reste joliment sentie, Davodeau ayant définitivement le chic pour raconter l'humanité.

Globalement, un diptyque qu'on ne peut que recommander parce qu'il saura séduire une très large part du lectorat adulte auquel il s'adresse.

24 9 2010
   

2 très beaux albums, que l'on prend un réel plaisir à lire.
L'histoire est belle, simple, sensible et humaine, et le scénario très bien maitrisé et dosé.
Les dessins sont beaux, en particulier les bords de mer qui sont particulièrement bien rendus. Davodeau réussit à rendre l'atmosphère, la luminosité et les couleurs de la côte Atlantique ou de la Manche avec une belle justesse.
Merci à l'auteur et à Futuropolis pour ces instants tout tranquilles.

19 4 2010
   

J’ai lu ce tome avec beaucoup d’entrain car impatient de connaitre le dénouement de cette escapade, dénouement que je ne dévoilerai de toute évidence pas puisqu’il s’avère être le principal leitmotiv de cette histoire. C’est peut-être d’ailleurs le reproche que je formulerai : tout est construit autour de cette attente qui ne trouve sa réponse qu’en fin d’album et qui nous empêche, dans une certaine mesure, de savourer posément ce tome et de profiter d’un rythme qui devrait nous inciter à la lenteur. Je constate que je n’ai donc pas su/pu entreprendre une lecture qui s’imposait pourtant, une lecture qui aurait du avancer avec le frein à main en permanence tiré...
Le sentiment qui me reste est alors celui d’une aventure qui traine en longueur, qui est meublée artificiellement (ex : l’épisode du chien sur la plage, les déménageurs, bref tous ces petits évènements qui forment la base de ce second opus auxquels on accroche difficilement, qui manquent de liant et de profondeur). De plus, le contexte de la rencontre entre Lulu et Marthe ne colle pas avec la personnalité de notre héroïne. Je veux bien admettre une sorte de « glissement mental » chez une Lulu en pleine déréliction mais quand même… A contrario, si l’on sent, par la suite, un regain de vigueur chez une Lulu qui se reprend progressivement en main, l’épisode de la serveuse ne colle pas d’avantage avec sa personnalité réservée et discrète. Pourquoi lui fallait-il absolument donner un sens, un ultime prétexte à sa démarche initiale ?
Le dessin reste dans la parfaite mouvance de ce qui nous était proposé dans le livre premier et, malgré ses imperfections, l’homogénéité de ces deux albums est appréciable.
Une légère déception donc même si ça ne remet nullement en cause la nécessité de lire ce tome après avoir lu le précédent. Un diptyque indissociable mais dont le côté rebelle de la première partie fait simplement défaut ici.