45 976 Avis BD |19 906 Albums BD | 7 826 séries BD
Accueil
Tome 8 : Phil Defer
 

Lucky Luke, tome 8 : Phil Defer

 
 

Résumé

Lucky Luke, tome 8 : Phil DeferAfin d'acceder au résumé de Lucky Luke, tome 8 : Phil Defer, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Lucky Luke, tome 8 : Phil DeferMorris croque une véritable personnalité pour créer son personnage de Phil Defer, qui n'est autre que l'acteur de ciné Jack Palance.

Le dessin de cet album est vraiment réussi, et la taille hors norme que Morris attribue à Phil Defer lui permet de créer des gags visuels très réussis (le lit, le cercueil, ... tout est trop petit pour lui).
Phil Defer est en outre un authentique méchant, un tueur de gages sans foi ni loi contre lequel Lucky Luke va devoir se battre jusqu'à la mort.

Ce 8° album des aventures de Lucky Luke s'avère être un des plus étonnants et un des plus violents de toute la série...

Même si la deuxième histoire est peu intéressante, cet album vaut la lecture!


Chronique rédigée par jbt900 le 04/02/2003
 
 
Statistiques posteur :
  • 228 (93,44 %)
  • 16 (6,56 %)
  • Total : 244 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 8,13
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.95
Dépôt légal : Janvier 1956

Avis des lecteurs

11 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Lucky Luke, tome 8 : Phil Defer, lui attribuant une note moyenne de 3,95/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 12 2018
   

Un très bon album avec une histoire longue sur Phil Defer et une autre courte sur Pilule. Les deux héros de ces deux parties sont très réussis. Lucky Luke est encore dessiné avec un visage rond mais le scénario est mature et riche. Les pages sont chargées avec 12 vignettes par page. Lucky Luke trouve dans Phil Defer un méchant à sa hauteur (au sens figuré).
Probablement le meilleur album avant la reprise du scénario par Goscinny.

8 9 2014
   

Voici donc le meilleur des albums pré-Goscinny. Morris propose cette fois-ci une longue aventure de presque 44 pages. Passons sur les quelques rouages parfois grossiers de l'album, pour évoquer en premier lieu, Phil Defer, un des grands adversaires du cow-boy solitaire, dont on regrette qu'il n'ait pas été davantage utilisé par la suite. Caricature de Jack Palance, son allure est le prétexte pour un florilège de gags visuels.

L'album propose également un scénario plutôt bien structuré dans lequel Morris fait preuve d'une meilleure maîtrise des mécanismes narratifs. Soulignons en outre la créativité des duels au revolver ; et un format beaucoup plus long qu'à l'accoutumée propice à une intrigue mieux développée, avec davantage d'épaisseur.

Trouvez donc ici un excellent Lucky Luke avec un Morris qui cherche encore ses marques, mais qui déjà maîtrise à merveille sa planche à dessin. Un album encore éloigné des standards de la série tels qu'ils seront fixés par Goscinny, mais qui n'en reste pas moins un de ses grands moments.

14 1 2014
   

Ah ! Phil Defer ! un des premiers adversaires de Lucky Luke vraiment mémorable. Il prend les traits de l'acteur Jack Palance et inaugure les caricatures, pour lesquelles Morris est doué. (peut-être y en a-t-il eu auparavant, plus "private joke", mais celle-ci est la 1ere "grand public"). Morris, encore seul aux commandes, nous livre une histoire amusante, usant d'un thème classique du western tout en étant pleine de gags. Notamment en exploitant au maximum la grande taille de Phil Defer. Que d'imagination ! De même pour les scènes d'entrainement au pistolet.
Mais il y a aussi un côté "grave" dans cette ambiance permanente de duel. D'ailleurs ça se termine dans un gunfight d'où L.L. sort bien sûr vainqueur et où son adversaire pourrait tout aussi bien bien être mort si le commentaire d'un personnage ne nous apprenait qu'il n'est finalement que blessé au bras. La censure "BD pour enfants" est-elle passé par là ?
En tout cas Phil Defer n'est pas mort et il est dommage qu'il n'ait pas réapparu de ci de là dans les albums futurs.

Ce tome a aussi la particularité de mettre scène un ami de L.L., qui n'est pas totalement solitaire finalement, (Dick Digger était déjà présenté comme un vieil ami) : O'Hara, qui ne paye pas de mine avec son physique improbable à grosse tête de citrouille, se révèle un redoutable pistolero, bien moins inoffensif qu'il n'en a l'air. J'aime bien ce contre pied "physique/capacités".

L'univers de L.L. est maintenant bien en place. Presque tous les éléments caractéristiques de la série sont déjà apparus au moins une fois (par exemple ici on voit à l’œuvre un des nombreux croque-morts qui émailleront la série), et tout ça, du seul chef de Morris. Goscinny ne fera que reprendre l'univers mis en place, le peaufinant, et y ajoutant bien sûr sa touche humoristique.
Le dessin qui a bien évolué depuis le tout début est excellent dans le style humour caricatural. Morris livre même un travail particulièrement soigné. Lucky Luke a le visage qui va encore doucement évoluer mais il est presque dans son aspect définitif.

Notons qu'à ce stade il n'y a toujours pas eu d'aventure assez longue pour tenir tout l'album. Celle-ci fait 35 pages et est suivie par une petite histoire de 9 pages, "L.L. et Pilule", qui n'a rien à voir avec Phil Defer mais se révèle amusante. Elle nous permet en outre de voir le "solitaire" Lucky Luke discuter autour d'un feu de camp avec des amis cow boys.

23 9 2013
   

Le tome 8 de Lucky Luke : « Lucky Luke contre Phil Defer » regroupe deux histoires, à nouveau dans l’ordre de leur création et de leur prépublication. Apparemment celles-ci sont sorties dans le Magazine Belge « le Moustique », magazine télé lancé par les éditions Dupuis. Toutes les deux datent de 1954.

Lucky Luke et Phil Defer « le Faucheux ». C’est la plus grande histoire de ce tome : plus d’une trentaine de pages, on y voit une opposition entre Lucky Luke et un personnage chasseur de prime très grand et longiligne appelé Phil Defer. C’est la première caricature également de Morris, car c’est l’acteur Jack Palance qui incarne ce personnage sans foi ni loi. Outre une opposition bien/mal assez simpliste, c’est une vraie parodie de western qu’on découvre : un Lucky Luke taquin qui se déguise, un Phil Defer trop grand dont les pieds dépassent du lit ou qui ramasse les toiles d’araignées du plafond. Ça n’en reste pas moins par moment très sérieux, les duels et le croque mort sont là pour nous le rappeler. Je crois que c’est aussi dans ce tome que pour la première fois on nous montre que Lucky Luke est vraiment d’une grande habileté au pistolet. Par contre je ne suis pas certain que l’histoire du pistolet à 7 coups soit reprise par la suite.

Lucky Luke et Pilule : Je vois que certains ont trouvé cette histoire courte (quelques pages seulement) pas terrible. Personnellement, j’ai une certaine tendresse pour celle-ci, le personnage principal, qui ressemble fort à un Woody Allen, y accumule les coups de chance, c’est certes pas très plausible mais c’est assez visuel et cartoonesque. N’oublions pas que Morris a commencer à prendre ses marques aux USA et qu’il a bossé chez MAD.

Ce tome 8 est à mon avis, un tome incontournable pour qui veut connaitre un peu plus Lucky Luke.

19 10 2010
   

8ème album de la série.

La couverture est très réussie car elle évoque une ambiance western très réussie avec un duel et les vautours planant au-dessus. Le fait que le personnage de dos ne montre pas sont visage permet d'entretenir un peu le suspense. Une couverture très réussie, avec de jolies couleurs.

Le scénario est à mon avis parfois trop bancal. La première partie de l'album est basée uniquement sur Lucky Luke et son ami O'Hara. Le début s'éloigne trop du personnage de Phil Defer mais permet de mieux cerner notre cowboy avec son ami tenancier. Phil Defer, lui, n'arrive qu'un peu plus tard. Heureusement, ces fréquentes apparitions nous font sans arrêt rire et nous épatent. Ca remonte un peu le niveau mis en place en début de tome. Misant tout sur sa taille, Morris, au dessin et au scénario s'éclate à utiliser ce personnage de toutes les façons, de sa méchanceté , de son habilité avec les armes mais surtout de sa taille. Et là, pas un seul gag n'est mauvais et c'est tant mieux. Il faut noter que ce tome est particulièrement violent, Phil Defer n'hésite pas à tuer même s'il n'y arrive pas et la deuxième histoire bien que plutôt drôle, ne l'est pas pour ses antagonistes.
La deuxième histoire, qui complète le tome, ne met pas en avant Lucky Luke mais c'est le cowboy qui raconte à ses compagnons de camp la petite histoire d'un shérif chétif et bigleux. Cette morale sympathique complète bien l'album.

Le dessin en est encore à ses débuts mais reste très agréable, les décors sont dans la lignée de ceux des westerns américains. L'action se déroule uniquement en ville alors Morris met le paquet sur sa ville de l'ouest.

Les personnages sont peu nombreux mais réussi. Lucky Luke a un très bon rôle et aime visiblement à se faire passer pour une autre personne, car dans ce tome il se fait passer pour Phil Defer, se fait passer pour mort et finit par se déguiser en vieux chercheur d'or. Son ami O'Hara est sympathique bien que graphiquement ridicule. Phil Defer, caricature de Jack Palance est la star assurée du tome, et amène avec lui tout un tas de scènes cultes de la série. L'autre méchant, O'Sullivan est aussi un bon atout en employeur et tenancier vicieux.

Un album que je trouve très sympa bien qu'un peu trop surestimé à mon goût mais qui reste d'un bon niveau.

9 10 2010
   

Voici un bon album de Lucky Luke, dans lequel ce dernier se confronte à un méchant bien identifié, qui veut s'en prendre à un pauvre tenancier de bar, ami de LL. L'ennemi, Phil Defer, est charismatique et caricatural, comme beaucoup de ces méchants inventés par Morris. L'ensemble est rythmé, même si cela traine parfois en longueur. Le scénario reste très simple dans sa construction et cet album présente avant tout l'affrontement de deux pros de la gâchette. Mais c'est, encore une fois distrayant, et parfois plus adulte qu'il n'y paraît. L'ensemble de cette histoire est servie sur fonds de concurrence acharnée entre deux saloons, présentant un contexte historique véridique. La force de morris réside justement dans cette faculté de nous proposer des histoires décalées, un brin humoristique et caricaturale, sur fonds de réalité historique.

La deuxième histoire, dans laquelle ne prend pas part Lucky Luke, a retenu mon attention par l'aspect très "cartoon" du héros Pilule et des situations auxquelles il est confronté. Même si l'histoire ne porte pas à conséquence, il est marrant de retrouver dans cette histoire, ce qui a fait l'inspiration de Morris pour développer son héros Lucky Luke.

willi luke :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
3 5 2010
   

Cet album est selon moi le meilleur album de Lucky Luke... Le personnage de Phil Defer est d'un charisme fou, d'autre part cet album est assez sombre, on y retrouve l'ambiance de film de Leone. Bref un vrai régal ; malheureusement après cela Lucky Luke débutera une descente aux enfer en devenant un personnage de bd pour enfant sous l'impulsion de René Goscinny...

7 1 2008
   

Pour son dernier album avant sa rencontre avec Goscinny, et non son dernier album en solo (il fera encore le numéro 10 seul), Morris signe là un excellent scénario, mettant en scène un personnage qui peut apparaître comme un vrai ennemi pour Lucky Luke.

Certaines des situations de cet album seront réutilisées par la suite, comme la querelle entre deux saloons (dans l'album Le juge). Comme le docteur Doxey dans l'album précédent, Phil Defer donne beaucoup d'importance dans l'histoire. Il se remarque déjà par sa très grande taille (ce qui fait que tout est trop petit ou trop bas pour lui). Mais dans cette histoire, Lucky Luke est plus présent que dans la précédente

La deuxième histoire est elle plus une petite farce et n'apporte rien

10 4 2007
   

Cet album est considéré à juste titre comme le chef d’œuvre de Morris en solo. Bien avant Lee Van Cleef (alias Eliott Belt) ; Morris avait déjà caricaturé un acteur américain spécialisé dans les rôles de méchant : le célèbre Jack Palance.
Son physique longiligne permettait à Morris de faire des dessins d’une redoutable efficacité et de multiplier les effets. Le scénario de cet album fonctionne entièrement sur l’affrontement entre LL et Phil Defer, une sorte de duel à mort. Cela manque quelque peu de surprise, à mon goût. Chose assez inédite, cette histoire est particulièrement violente, puisqu’elle se termine par la mort de Phil Defer ; situation que l’on ne retrouvera plus dans les albums signés par Goscinny. Il est à noter que le personnage de Phil Defer restera longtemps gravé dans les mémoires des lecteurs. Morris fera même un bref rappel à lui dans l’album « Western Circus », puisque Phil Defer apparaît parmi les pires méchants de la série, au côté de Joe Dalton ou Billy The Kid.
A signaler, que l’album présente une autre histoire « Pilules » particulièrement insipide. LL n’y a d’ailleurs qu’un rôle très secondaire.

25 11 2006
   

Cette BD est une bonne BD.
L'histoire du "faucheux" Phil Defer (maigre comme son nom l'indique) contient plein de passages bien trouvés, de surprises distillées avec talent.
Lucky Luke est de plus en plus subtil, ruseur, et ses amis sont au diapason.
Comme d'habitude les méchants sont affreux, leur caractère noir n'étant atténué par aucune trace de bonté.
C'est très simple, manichéen, séparant bons et mauvais, chacun dans leurs camps, et basta on fonce et on se rentre dedans.
Et pourtant, c'est efficace !

J'ai souri aux feintes choisies, aux roueries, aux doutes de Lucky Luke, jamais trop sûr de soi pour en être victime. Sa sagesse commence à poindre, il s'affirme.
Il possède toujours ce style souple venu du dessin de Morris, et l'atmosphère du livre est très caricaturale du monde des villes de la conquête de l'ouest américain à cette époque.
C'est direct, là encore, mais approprié, à nouveau.

Quant à la seconde histoire, moins captivante, elle se lit tout de même agréablement.
Le tout donne donc un tome dont il serait bête de se passer.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Lucky Luke, tome 1 : La mine d'or de Dick Digger 18 3.50
Lucky Luke, tome 2 : Rodéo 10 3.30
Lucky Luke, tome 3 : Arizona 8 3.13
Lucky Luke, tome 4 : Sous le ciel de l'ouest 9 3.11
Lucky Luke, tome 5 : Lucky Luke contre Pat Poker 11 3.36
Lucky Luke, tome 6 : Hors-la-loi 11 4.09
Lucky Luke, tome 7 : L'Elixir du Docteur Doxey 8 3.13
Lucky Luke, tome 8 : Phil Defer 11 3.95
Lucky Luke, tome 9 : Des rails sur la prairie 8 3.31
Lucky Luke, tome 10 : Alerte aux pieds-bleus 10 2.80
Lucky Luke, tome 11 : Lucky Luke contre Joss Jamon 10 3.55
Lucky Luke, tome 12 : Les Cousins Dalton 10 3.75
Lucky Luke, tome 13 : Le juge 10 3.45
Lucky Luke, tome 14 : Ruée sur l'Oklahoma 9 3.67
Lucky Luke, tome 15 : L'évasion des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 16 : En remontant le mississipi 10 4.15
Lucky Luke, tome 17 : Sur la piste des Dalton 8 3.44
Lucky Luke, tome 18 : A l'ombre des derricks 9 3.72
Lucky Luke, tome 19 : Les rivaux de Painful Gulch 10 4.55
Lucky Luke, tome 20 : Billy the kid 10 4.25
Lucky Luke, tome 21 : Les collines noires 9 3.56
Lucky Luke, tome 22 : Les Dalton dans le blizzard 11 3.77
Lucky Luke, tome 23 : Les Dalton courent toujours 11 2.41
Lucky Luke, tome 24 : La caravane 9 4.06
Lucky Luke, tome 25 : La ville fantôme 7 3.21
Lucky Luke, tome 26 : Les Dalton se rachètent 8 4.19
Lucky Luke, tome 27 : Le 20° de cavalerie 11 4.09
Lucky Luke, tome 28 : L'escorte 9 3.61
Lucky Luke, tome 29 : Des barbelés sur la prairie 8 3.94
Lucky Luke, tome 30 : Calamity Jane 11 3.55
Lucky Luke, tome 31 : Tortillas pour les Dalton 11 4.36
Lucky Luke, tome 32 : La Diligence 10 4.15
Lucky Luke, tome 33 : Le Pied-Tendre 8 4.31
Lucky Luke, tome 34 : Dalton City 7 3.21
Lucky Luke, tome 35 : Jesse James 10 3.50
Lucky Luke, tome 36 : Western Circus 9 3.83
Lucky Luke, tome 37 : Canyon Apache 9 3.50
Lucky Luke, tome 38 : Ma Dalton 10 4.25
Lucky Luke, tome 39 : Chasseur de Primes 11 3.95
Lucky Luke, tome 40 : Le grand duc 7 3.43
Lucky Luke, tome 41 : L'héritage de Rantanplan 9 4.44
Lucky Luke, tome 42 : 7 histoires complètes 8 3.00
Lucky Luke, tome 43 : Le Cavalier Blanc 8 3.94
Lucky Luke, tome 44 : La Guérison des Dalton 9 4.44
Lucky Luke, tome 45 : L'empereur Smith 7 3.93
Lucky Luke, tome 46 : Le fil qui chante 13 4.12
Lucky Luke, tome 47 : Le Magot des Dalton 11 3.55
Lucky Luke, tome 48 : Le Bandit Manchot 10 3.25
Lucky Luke, tome 49 : La Ballade des Dalton et autres histoires 4 2.88
Lucky Luke, tome 50 : Sarah Bernhardt 10 2.85
Lucky Luke, tome 51 : La Corde du Pendu 5 2.00
Lucky Luke, tome 52 : Daisy Town 7 2.50
Lucky Luke, tome 53 : Fingers 7 3.36
Lucky Luke, tome 54 : le Daily Star 8 3.56
Lucky Luke, tome 55 : La fiancée de Lucky Luke 12 2.79
Lucky Luke, tome 56 : Le Ranch maudit 8 1.50
Lucky Luke, tome 57 : Nitroglycérine 12 3.21
Lucky Luke, tome 58 : L'Alibi 7 2.00
Lucky Luke, tome 59 : Le Pony Express 8 4.06
Lucky Luke, tome 60 : L'amnésie des Dalton 9 3.33
Lucky Luke, tome 61 : Chasse aux Fantômes 9 3.00
Lucky Luke, tome 62 : Les Dalton à la noce 7 2.21
Lucky Luke, tome 63 : Le Pont sur le Mississipi 7 3.43
Lucky Luke, tome 64 : Belle Starr 6 2.58
Lucky Luke, tome 65 : Le Klondike 8 3.56
Lucky Luke, tome 66 : O.K. Corral 7 3.14
Lucky Luke, tome 67 : Marcel Dalton 8 1.56
Lucky Luke, tome 68 : Le Prophète 6 2.75
Lucky Luke, tome 69 : L'Artiste Peintre 3 1.83
Lucky Luke, tome 70 : La légende de l'ouest 10 2.55